Navigation – Plan du site
146
Biran, M. et Biran, M. (eds.)

Mongols, Turks and Others: Eurasian Nomads and the Sedentary World. Brill, Leiden, 2005, xx-556 p. (Brill’s Inner Asian Library, 11)

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Texte intégral

1Cet important volume est consacré à l’étude des contacts entre nomades et sédentaires en Eurasie. Il est divisé en quatre parties précédées par une « introduction » (pp. 1-11) des deux éditeurs. De nombreuses cartes complètent utilement l’ouvrage, ainsi qu’un index (pp. 534-550). L’ensemble de la bibliographie n’a pas été regroupé en fin de volume, mais la bibliographie utilisée par chaque contributeur au volume figure à la suite de chaque article. Ceci est un peu dommage parce qu’une bibliographie unique aurait été utile au lecteur intéressé par les contacts entre nomades et sédentaires sur la longue durée. Il sera rendu compte des contributions qui concernent le monde iranien dans des notices séparées dans la présente rubrique.

2La première partie Early Contacts comporte trois articles : G. Shelach (pp. 15-58), « Early Pastoral Societies of Northeast China: Local Change and Interregional Interaction during c. 1100-600 BCE » ; Y. Pines (pp. 59-102), « Beasts or Humans: Pre-Imperial Origins of the “Sino-Barbarian” Dichotomy » ; A. I. Ivantchik (pp. 103-126), « Early Eurasian Nomads and the Civilizations of the Ancient East (Eighth-Seventh Centuries BCE) ».

3La deuxième partie The Pre-Mongol Period comporte également trois contributions : N. Standen (pp. 129-174), « What Nomads Want: Raids, Invasions and the Liao Conquest of 947 » : M. Biran (pp. 175-199), « True to their Ways: Why the Qara Khitai did not Convert to Islam » [cf c.r. n° 151] ; Y. Frenkel (pp. 201-241), « The Turks of the Eurasian Steppes in Medieval Arabic Writing » [cf c.r. n° 154].

4La troisième partie The Mongol Empire and its Successors représente le cœur de l’ouvrage. Elle nous offre sept contributions de valeur inégale : P. Jackson (pp. 245-290), « The Mongols and the Faith fo the Conquered » [cf c.r. n° 158] ; D. Morgan (pp. 295-308), « The Great Yasa of Chinggis Khan Revisited » dans lequel l’A. reprend un dossier qui a souvent prêté à controverse entre les chercheurs ; H. Kim (pp. 309-338), « A Reappraisal of Güyük Khan » ; L. Yin-sheng (pp. 339-358), « War and Peace between the Yuan Dynasty and the Chaghadaid Khanate (1312-1323) », se penche ici sur la fin des luttes pour le pouvoir entre les descendants de Chinggis Qan. Après la disparition du grand Qan Ögedei, les relations entre les Yuan et les Chaghataides se dégradèrent considérablement vers 1312-1313. Ils se trouvèrent face aux fortes garnisons installées par les Yuan dans la région de l’Altai (p. 341). Une fois la paix restaurée, l’A. écrit que les Yuan réussirent à maintenir un contrôle sur les khanats gengiskhanides, ce qui n’est pas très exact. En effet, les Yuan ont toujours entretenu de bonnes relations, pour ne pas dire des liens solides, avec les Ilkhans, ce qui n’était pas le cas avec les Qans de la Horde d’Or, alliés des Mamelouks d’Égypte contre les Mongols d’Iran. R. Amitai (pp. 359-390), « The Resolution of the Mongol-Mamluk War » [cf. c.r. n° 145] ; N. Di Cosmo (pp. 391-424), « Mongols and Merchants on the Black Sea Frontier in the Thirtheenth and Fourteenth Centuries: Convergences and Conflicts ». Dans cet article très documenté, l’A. explique que la création de l’Empire mongol a ouvert un large espace géographique à la circulation des hommes, des idées, des techniques et, surtout, des grands négociants internationaux. Il montre le rôle majeur de la Crimée et de la mer Noire où les marchands italiens (Vénitiens et Gênois) étaient très implantés. Cette région devint le lieu de contact par excellence entre la Méditerranée orientale et l’Extrême-Orient. B. Forbes Manz (pp. 425-457), « Nomad and Settled in the Timurid Military » argumente de manière convaincante que, compte tenu des conflits inter-Timourides, le contrôle des villes devint l’élément-clef et le symbole de la souveraineté de la dynastie (pp. 430, 538). En effet, les forces militaires urbaines étaient en grande partie formées d’éléments iraniens plutôt que de nomades türko-mongols. En conclusion de ce riche article, fondé sur l’examen d’un grand nombre de sources, l’A. écrit que la coopération active de la population iranienne urbaine avec les autorités timourides était cruciale pour gouverner avec succès une province, non seulement dans les affaires civiles, mais également dans la sphère militaire.

5Enfin, la quatrième partie Into the Modern Period comporte trois articles : E. Endicott (pp. 461-481), « The Mongols in China :Cultural Contacts and the Changing Nature of Pastoral Nomadism (Twelfth to Early Twentieth Centuries) » ; M. Grammer (pp. 483-502), « Russia and the Eurasian Steppe Nomads: An Overview » ; A. M. Khazanov et K. H. Shapiro (pp. 503-534), « Contemporary Pastoralism in Central Asia ».

6Comme on peut le constater, malgré quelques articles de valeur inégale, cet ouvrage fera date dans l’histoire déjà discutée des contacts entre nomades et sédentaires. L’intérêt de ce livre est d’aborder cette question selon différentes facettes et dans une perspective de longue durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Biran, M. et Biran, M. (eds.), « Mongols, Turks and Others: Eurasian Nomads and the Sedentary World. Brill, Leiden, 2005, xx-556 p. (Brill’s Inner Asian Library, 11) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 146, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/27462

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page