Navigation – Plan du site
133
Root, Margaret Cool (ed.)

Medes and Persians: Reflections on Elusive Empires. 2002, iv + 251 p. (Ars Orientalis XXXII).

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Numéro spécial de la revue. Dans son introduction « Medes and Persians: The State of Things », pp. 1-16, l’éditrice explicite les objectifs du projet et les méthodes mises en œuvre : « the study of artistic production and the historiographic burden of that study in a particular context », les objets étudiés étant soit des realia soit des idées. L’étude des Mèdes et des Perses est largement dépendante de sources textuelles secondaires, extérieures, grecques, et souvent postérieures aux groupes politiques ou ethniques qu’ils mentionnent, ce qui a profondément déterminé une vision eurocentriste. L’étude est surtout entravée par l’incertitude qui pèse sur la provenance de nombre d’objets réputés achéménides ou par l’absence de production qui puisse être qualifiée de mède – cette appelation étant elle-même dépendante de l’idée que l’on se fait de la réalité de la puissance mède « insaisissable », et dont la réalité est de plus en plus contestée (cf. aussi Lanfranchi, Rollinger, Roaf, c.r. n° 117). Mais M.C.R. note avec justesse que l’on en arrive à rejeter en bloc tout objet datable du
7e-6e s. trouvé près de l’ancienne Ecbatane parce qu’on y reconnaît clairement des traits mésopotamiens, là on l’on cherche des traits mèdes…lesquels nous sont inconnus ; dans notre perception de cette population qui était dominée par des Iraniens avant l’époque perse, ces objets devraient annoncer l’art achéménide.

2Plusieurs contributions nourrissent le débat avec des thèmes et des approches différents les uns des autres (Dusinbere (c.r. n° 93), Nimchuk (c.r. n° 122), Gates (c.r. n° 100), Abdi (c.r. n° 82)), mais les autres s’y rattachent de façon un peu artificielle (Razmjou (c.r. n° 128), Anderson (c.r. n° 84), Mousavi (c.r. n° 16)). Il est vrai qu’un autre trait comun à tous ces articles, voulu par l’éditrice, est que ceux-ci sont écrits par de jeunes chercheurs, les uns nord-américains les autres iraniens, dont le doctorat est récent ou à venir. En faisant appel à des auteurs des deux continents, M.C.R. voulait aussi montrer des approches différentes selon l’éducation et l’environnement intellectuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Root, Margaret Cool (ed.), « Medes and Persians: Reflections on Elusive Empires. 2002, iv + 251 p. (Ars Orientalis XXXII). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 133, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3392

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page