Navigation – Plan du site
351

Iran, incertain avenir ? n° spécial Les Cahiers de l’Orient, n° 60, 4e trim., 2000, 160 p.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Texte intégral

1Ce numéro spécial constitue « un tour d’horizon »  tel est le titre de la présentation d’A. Kian-Thiébaut (pp. 7-13)  de la situation sociopolitique iranienne au lendemain des élections législatives de février-mai 2000 qui accordèrent au courant réformateur une confor­table majorité au Parlement. Pourtant, souligne A.K.-T., cette victoire électorale intervient à un moment où « la désillusion semble éclipser l’enthousiasme réformateur » (p. 7). En effet, le bilan du président Ḫātamī élu en février 1999 apparaît contrasté : plutôt positif en politi­que étrangère et sur le plan de l’environnement culturel et politique (en dépit de tragiques apparences), franchement négatif, en revanche, sur le plan économique (chômage élevé, inflation galopante, écart croissant entre riches et pauvres...).

2Les différentes contributions apportent, sur plusieurs de ces aspects, des précisions et des analyses originales. Deux articles sont consacrés aux élections elles-mêmes : après que Siavash Ghazi en a scruté les résultats dans toute leur diversité (« Analyse des élections législatives en Iran », pp. 23-39), Bernard Hourcade et Nicolas Schwaller s’intéressent à la gestion prudente qu’en l’absence de relève immédiate, les élus réformateurs font des ten­sions actuelles, de leur « force tranquille », de leur « révolution lente », qui les distinguent de la politique de coups désordonnés à laquelle sont réduits les durs du régime (« Iran : entre consensus et rupture », pp. 43-63).

3C’est, comme cela a été dit, dans le domaine économique que la situation est la plus préoccupante. Après avoir décrit le système d’économie rentière qui s’est installé depuis la révolution, Thierry Coville examine les difficultés d’une « économie de transition » et ses conditions : libéralisation contrôlée, élaboration d’un appareil fiscal, développement d’une logique de production, mobilisation des classes moyennes contre les bénéficiaires de l’éco­nomie rentière (« Comment réformer une économie rentière ? », pp. 93-109). Etudiant plus particulièrement le cas des entrepreneurs industriels privés, la diversité de leurs origines sociales et de leurs trajectoires individuelles, Azadeh Kian-Thiébaut abonde dans le même sens et montre que des droits garantis à la propriété et à l’initiative privées sont nécessaires pour que s’installe en Iran une véritable société civile (« Entre développement stato-centré et démocratisation politique », pp. 65-89).

4Un troisième et dernier groupe de contributions se penche sur deux catégories de la population iranienne qui constituent l’essentiel de la base sociale du mouvement réformateur : les femmes et les jeunes. Masserat Amir-Ebrahimi, d’une part, en distinguant une jeunesse des années 1980, années de guerre, et une jeunesse, « post-islamiste », des années 1990 (« Une révolution et deux jeunesses », pp. 111-123), et Morteza Monadi, d’autre part, en examinant la crise d’identité chez les jeunes (« Les jeunes et les questions identitaires », pp. 125-129), creusent chacun à sa façon le même sillon : les jeunes, majoritaires dans la population iranienne, sont à l’origine de la production et de la diffusion en Iran de valeurs et de normes socio-culturelles nouvelles. Quant aux femmes, leur omniprésence active est soulignée, dans la vie culturelle par Delphine Minoui (« Les Iraniennes sur le devant de la scène culturelle », pp. 131-135), et dans la vie politique par Nouchine Ahmadi-Khorassani (« Le pouvoir politique et les femmes en Iran », pp. 137-141). On assiste donc là à deux émergences qui ne laisseront certainement pas intactes la société et la culture iraniennes de ce début du 21e s.

5Dû pour l’essentiel à une nouvelle génération de spécialistes de l’Iran formés aux diverses disciplines des sciences sociales (économie, géographie, sociologie, démographie, etc.), ce volume riche d’informations et d’analyses, étayées par des procédures scientifiques, témoigne que la page d’une politologie généraliste et impressionniste, assimilable à une sorte de journalisme amélioré, est bel et bien tournée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. « Iran, incertain avenir ? n° spécial Les Cahiers de l’Orient, n° 60, 4e trim., 2000, 160 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 23 | 2002, document 351, mis en ligne le 08 février 2010, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/35660

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page