Navigation – Plan du site
195
Macuch, Maria

« On the Legal Nasks of the Denkard », in : Fereydun Vahman & Claus V. Pedersen, eds., Religious Texts in Iranian Languages. Symposium held in Copenhagen May 2002. Kobenhavn, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 2007, pp. 151-164.

Compte-rendu réalisé par Mihaela Timus

Entrées d’index

Rubriques :

6.1. Zoroastrisme
Haut de page

Texte intégral

1C’est un fait bien connu que le Dk. 8 offre la connaissance la plus étendue que l’on possède sur les nasks perdus de l’Avesta, selon trois critères : juridiques (dād/dādīg) qui représentent un tiers du total, gāthiques (gāhān) et rituels (hādamānsarīg). En vue d’une nouvelle traduction des premiers, l’A. procède à une série de remarques préparatoires. L’assemblage des nasks suit un symbolisme numérologique spécifique : leur nombre (21) correspond au nombre des mots de la prière sacrée (l’ahunawar), étant multiple de 7 (6+1) qui est un chiffre essentiel pour la mise en forme du Vd., selon les dernières démonstrations d’A. Cantera. La volonté manifeste de garder un tel ordre extérieur se fit aux dépens de la cohérence interne. Car sur les 7 nasks juridiques, seuls les 4 premiers appartiennent véritablement au domaine juridique proprement dit. Les trois autres (le wīdēwdād, le seul texte conservé en entier, le čihrdād et le bayān yašt) portent plutôt sur des préceptes religieux, la « descente des races » ou l’hymne aux dieux. Ce clivage s’expliquerait par la distinction avestique (démuni d’explication spécifique) entre dāta- vidaēuua- et dāta- zarathuštri- à laquelle pourrait correspondre, selon l’A., celle établie dans les textes pehlevis entre wīnah ī ruwānīg (offenses morales contre les prescriptions religieuses) et wīnah ī hamēmālān (offenses contre les autres membres de la communauté), autrement dit entre la prescription religieuse et la jurisprudence. En détaillant l’hypothèse d’une rédaction du Dk. échelonnée selon trois périodes (1. celle de la rédaction des livres avestiques ; 2. la période sassanide, IVe-VIe s. ; 3. la période islamique), l’A. cherche à distinguer les prototypes de jurisprudence formulés à l’étape pré-sassanide, avant la constitution du corpus juridique. A l’appui de cette thèse viennent des exemples tels que : 1. l’apparition du médiateur, préfiguration du juge sans qu’on puisse encore le nommer ainsi, le vaiio (+uuaiiō) zuštō, « celui qui convient à deux parties » (voir la définition dans le Frahang ī ōim XXVIIb) ; 2. La distinction entre le voleur (tāiiu-) et le bandit (hazanhan-), traduits en pehlevi, respectivement, comme duz(d) et appar/apparag.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Timus. Macuch, Maria, « « On the Legal Nasks of the Denkard », in : Fereydun Vahman & Claus V. Pedersen, eds., Religious Texts in Iranian Languages. Symposium held in Copenhagen May 2002. Kobenhavn, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, 2007, pp. 151-164. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 30 | 2010, document 195, mis en ligne le 08 avril 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/37862

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page