Navigation – Plan du site
36
Briant, Pierre, Henkelman, Wouter et Stolper, Matthew

L’archive des Fortifications de Persépolis. État des questions et perspectives de recherches. Actes du colloque organisé au Collège de France par la « Chaire d’histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre » et le « Réseau international d’études et de recherches achéménides (GDR 2538 CNRS), 3-4 novembre 2006. Paris, De Boccard, 2008, 570 p., 133 figs. (Persika 12)

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Depuis leur découverte en 1933 dans les fortifications nord de Persépolis, les milliers de tablettes inscrites, datées du règne de Darius I, ont donné lieu à une publication majeure en 1969 par R. T. Hallock : plus de 2000 de ces tablettes ont été traduites, classées et commentées. Des milliers d’autres ont été traduites par celui-ci, mais restent inédites, connues de quelques spécialistes qui sont parmi les intervenants à ce colloque (10 des 17 contributions). Cette source majeure de l’histoire de l’empire achéménide est l’objet d’un très important programme à l’université de Chicago, conservateur temporaire des tablettes qui ne sont pas encore retournées en Iran, le Persepolis Fortification Archive Project. Ce programme a été accéléré récemment en réponse aux menaces que font peser sur ces documents des actions engagées auprès des tribunaux américains.

2Cet ouvrage fait le point sur cette source capitale, à destination des historiens de l’Antiquité en général, et non pas seulement en direction des seuls spécialistes. Sources informatives de première importance, ces textes, uniques pour l’administration depuis Persépolis, ne sont pas les seuls à nous renseigner sur la gestion de l’économie achéménide (voir les sources babyloniennes en Mésopotamie, documents en démotiques de l’Égypte, etc), c’est ce qui explique qu’aux spécialistes de Persépolis se sont joints des historiens des autres régions de l’empire, ainsi que des chercheurs sur d’autres archives comparables.

3L’archive des Fortifications de Persépolis est plus complexe qu’on ne le croit. Non seulement, il reste à évaluer le nombre de documents (dont des milliers de fragments plus ou moins utilisables), mais il faut exploiter une autre source d’information, les images, car des milliers de ces tablettes portent une ou plusieurs empreintes de sceaux, apposés par des administrateurs à différents niveaux de responsabilité. A ce titre, ces empreintes sont partie intégrante de la documentation (travaux remarquables de M.C. Root et M. Garrison), à côté de leur intérêt pour la compréhension de l’iconographie achéménide.

4Une archive célèbre, mais encore très incomplètement exploitée 85 ans après leur découverte, les tablettes de Persépolis mérite d’être mise à la disposition des historiens. Ce colloque, parallèlement à l’entreprise ambitieuse de l’université de Chicago, y contribue en en faisant connaître la richesse et en proposant des médias qui les rendront accessibles à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Briant, Pierre, Henkelman, Wouter et Stolper, Matthew, « L’archive des Fortifications de Persépolis. État des questions et perspectives de recherches. Actes du colloque organisé au Collège de France par la « Chaire d’histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre » et le « Réseau international d’études et de recherches achéménides (GDR 2538 CNRS), 3-4 novembre 2006. Paris, De Boccard, 2008, 570 p., 133 figs. (Persika 12) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 36, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39162

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page