Navigation – Plan du site
58
Nunn, Astrid

« Iconisme et aniconisme dans le culte des religions phénicienne et israélite ». Trans. 35, 2008, p. 165-196.

Compte-rendu réalisé par Rédaction

Texte intégral

1Cet article est une réaction contre le préjugé que les Sémites de l’ouest en général et les Phéniciens en particulier, étaient réticents aux images et que leurs dieux étaient vénérés de manière aniconique. Même si aucune statue de culte n’a été retrouvée (in situ), de nombreuses représentations contextuelles prouvent que des actes cultuels devant des statues existaient. En Syrie, le culte aniconique aux bétyles coexistait avec celui des statues anthropomorphes. Cette coexistence est particulièrement évidente lorsqu’on analyse les trônes que l’on nomme en général « trônes d’Astarté ». L’A. passe en revue 15 trônes, parmi lesquels certains étaient vides, d’autres remplis d’une stèle ou d’un bétyle et d’autres encore porteurs d’une image divine. Cet iconisme phénicien repose la question de l’aniconisme israélite, qui se situe dans une tradition vraisemblablement beaucoup moins aniconique qu’on pourrait le penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rédaction. Nunn, Astrid, « « Iconisme et aniconisme dans le culte des religions phénicienne et israélite ». Trans. 35, 2008, p. 165-196. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 58, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39198

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page