Navigation – Plan du site
166
Zargarī Nežād, Ġolām Ḥoseyn (éd.)

Siyāsat-nāme-hā-ye qājārī. Rasā’el-e siyāsī. 2 vols., Tehrān, Entešārāt-e mo’assese-ye taḥqīqāt va towse‘e-ye ‘ulūm-e ensānī, 1386/2007-08, 765 p. + 674 p.

Compte-rendu réalisé par Denis Hermann

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ġ.-Ḥ. Zargarī Nežād est déjà l’éditeur de nombreuses sources précieuses concernant l’époque qajare. L’on pense en particulier à son édition de projets de lois constitutionnelles (voir Rasā’el-e mašrūṭiyyat. Hejdah resāle va lāyeḥe darbāre-ye mašrūṭiyyat, Tehrān, 1377/1998-99).

2Les deux présents volumes réunissent 23 documents pour la plupart méconnus des chercheurs. Ces traités constituent essentiellement des exposés de théorie politique composés par des oulémas entre 1812 et l’avènement du mouvement constitutionnel en 1905. Il s’agit de lettres de conseils politiques (andarz-nāme), de traités de feqh concernant la gestion politique (feqh-e ḥokūmatī), ou bien encore de projets de lois (lavāye-e qānūnī). Le premier volume comprend uniquement des sources rédigées au cours des règnes de Fatḥ ‘Alī Šāh (1796-1834) et Moḥammad Šāh (1834-1848). Le second volume comprend pour sa part des traités composés au cours des règnes de Nāṣer al-Dīn Šāh (1848-1896) et Moẓaffar al-Dīn Šāh (1896-1906). Cette division chronologique est pertinente car la pensée politique va connaître un tournant au cours du règne de Nāṣer al-Dīn Šāh, notamment en raison de l’influence occidentale croissante qui fit craindre à beaucoup, en l’absence d’une réaction idéologique forte, une perte totale de l’indépendance du pays. Nous savons que dans le chiisme, le souverain ne trouvait pas dans la šarī‘a de statut le légitimant or dans la pratique il semblait évident que les clercs et l’État devaient collaborer pour protéger l’islam chiite et la nation.

3Ces sources sont donc particulièrement importantes, s’agissant de travailler et de repenser l’histoire de la pensée politique en Iran. Parmi ces traités méconnus jusqu’à présent nous pouvons notamment citer le Čahār faṣl-e solṭānī de Ḥājj Mīrzā Āqāsī (m. 1849), un maître ne‘matollāhī qui fut aussi le premier ministre de Moḥammad Šāh.

4Dans une assez riche préface, l’éditeur annonce par ailleurs que d’autres volumes rassemblant notamment des traités sur la pensée économique seront publiés dans les mois et années qui viennent. Le lecteur trouvera également en appendice un index très complet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Hermann. Zargarī Nežād, Ġolām Ḥoseyn (éd.), « Siyāsat-nāme-hā-ye qājārī. Rasā’el-e siyāsī. 2 vols., Tehrān, Entešārāt-e mo’assese-ye taḥqīqāt va towse‘e-ye ‘ulūm-e ensānī, 1386/2007-08, 765 p. + 674 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 166, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39417

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page