Navigation – Plan du site
67
Seyer, Martin

Der Herrscher als Jäger. Untersuchungen zur königlichen Jagd im persischen und makedonischen Reich vom 6.-4. Jahrhundert v. Chr. sowie unter den Diadochen Alexanders des Großen. Wiener Forschungen zur Archäologie 11, 2007, 201 p.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1Le centre d’intérêt de cet archéologue classique sont les scènes de chasse d’Alexandre le Grand et des diadoques. De nombreux travaux ont déjà été consacrés à ce thème, mais trop orientés vers l’histoire de l’art selon l’A. Celui-ci ouvre de nouvelles perspectives pluridisciplinaires et axées sur les études historiques et sociologiques de ces deux dernières décennies. Il aborde les scènes de chasse dans la longue durée archéologique et textuelle et débute par le Proche Orient ancien, où la chasse est un thème « classique ». Les p. 43-65 sont consacrées aux images et à l’idéologie de chasse chez les Achéménides. La même approche est appliquée aux rois macédoniens et aux diadoques. Il en ressort que le thème de la chasse était tellement important, qu’il devint un topos en images et en mots. L’origine du caractère symbolique de la chasse remonte à l’adéquation entre cette activité et la fonction du roi, meneur et protecteur de son peuple et de l’État et capable d’évincer les puissances qui leur nuisent. Celles-ci sont représentées par le lion. La chasse au lion est devenu la chasse royale par excellence, à tel point que les rois orientaux furent à la longue obligés de prouver leur capacité royale par le biais d’une vraie chasse. C’est vraisemblablement également le cas pour les Macédoniens. D’autre part, le parallélisme de la chasse et du combat sert aussi à montrer les capacités militaires de la personne représentée. La chasse sera de plus liée au thème de la conspiration et quand un membre de la chasse se prend le droit de tuer le lion, ceci ne signifie pas qu’il aide ou sauve son maître, mais qu’il usurpe consciemment le pouvoir. Que l’idée de la chasse au lion ait été transmise de l’Orient aux Grecs, ou qu’elle soit née de manière indépendante dans les deux cultures, elle est partout un instrument de propagande royale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Seyer, Martin, « Der Herrscher als Jäger. Untersuchungen zur königlichen Jagd im persischen und makedonischen Reich vom 6.-4. Jahrhundert v. Chr. sowie unter den Diadochen Alexanders des Großen. Wiener Forschungen zur Archäologie 11, 2007, 201 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 67, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39439

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page