Navigation – Plan du site
177
Hermann, Denis et Rezai, Omid

« Constitution en vaqf d’une ‘mosquée sanctuaire’ niʻmatullāhī à Téhéran à l’époque pahlavī ». Iran Journal of the British Institute of Persian Studies, volume XLVI, 2008, p. 293-306.

Compte-rendu réalisé par Florence Hellot

Texte intégral

1L’article de Denis Hermann et Omid Rezai est intéressant à bien des titres. Tout d’abord il privilégie l’étude d’un vaqf-nāme, document qui accompagne la constitution de vaqf et qui est, comme l’indiquent les AA., « une source précieuse pour toute recherche portant sur l’histoire de l’Iran aux périodes qadjare et pahlavie ». Le vaqf-nāme étudié ici a été rédigé dans le cadre de l’établissement d’une mosquée sanctuaire à Téhéran, la Ḥoseyniyye Amīr Soleymānī, en 1947, sous Moḥammad-Reḍā Šāh Pahlavī, donc après une période au cours de laquelle Reḍā Šāh Pahlavī a cherché à brider la source de revenus tirée des vaqfs pour les oulémas et à instaurer sur eux un contrôle étatique plus grand.

2Ensuite cet article fournit l’occasion de mieux connaître l’ordre soufi Nimatullahi, très actif en Iran depuis le XIXe s. jusqu’à aujourd’hui. On peut suivre l’émigration de maîtres soufis nimatullahis à partir de l’Inde au XVIIIe s., le grand succès de l’ordre sous les Qadjars et sa division en trois branches principales, dont la branche des solṭān ‘alī šāhīs, d’abord implantée au Ḫorāsān, à Baidukht, non loin de Gonābād – d’où parfois son appellation de gonābādī – par Solṭān ‘Alī Šāh qui fut assassiné en 1909. Les règles de succession sont héréditaires ; les successeurs de Solṭān ‘Alī Šāh assurent le rôle de qoṭb et apparaissent plutôt conservateurs. Ils sont aussi juristes et entretiennent de bonnes relations avec le clergé uṣūlī.

3Enfin l’article nous conduit à observer la manière dont la propriété familiale située dans le quartier de Sangalaj à Téhéran a été transformée en mosquée sanctuaire par Amīr Moṣṭafā Soleymānī. On découvre l’organisation des célébrations – dont la principale est celle du deuil de l’Emām Ḥoseyn pendant le mois de moḥarram −, les cérémonies d’initiation, les différents échelons de la hiérarchie spirituelle, ainsi que le rituel central autour du ḏekr dirigé par le qoṭb.

4Appuyé sur une abondante bibliographie et des notes très claires, cet article intéressera tous ceux qui veulent découvrir les confréries musulmanes d’Iran, mais aussi l’évolution d’une partie de la société iranienne du XIXe au XXIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Hellot. Hermann, Denis et Rezai, Omid, « « Constitution en vaqf d’une ‘mosquée sanctuaire’ niʻmatullāhī à Téhéran à l’époque pahlavī ». Iran Journal of the British Institute of Persian Studies, volume XLVI, 2008, p. 293-306. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 177, mis en ligne le 02 juillet 2013, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39597

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page