Navigation – Plan du site
186
Brac de la Perriere, Éloïse

L’art du livre dans l’Inde des sultanats. Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, 367 p., 4 cartes, 63 ill. (coll. Islam)

Compte-rendu réalisé par Mathilde Cruvelier

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, E. Brac de la Perrière nous offre une étude complète et minutieuse de la production manuscrite dans ce que l’on nomme successivement l’Inde du sultanat de Delhi et l’Inde des sultanats. Ce travail embrasse ainsi près de quatre siècles, depuis la fondation du sultanat de Delhi par Qoṭb al-dīn Aybak en 1206 jusqu’au dernier quart du XVIe siècle. Mais ce livre constitue surtout la première synthèse concernant l’art du livre en territoire indien sous domination islamique. L’A. passe en effet en revue les différentes phases de la production du livre manuscrit de cette période, depuis l’étape primordiale, celle de la commande, jusqu’à la dernière, celle de la réalisation. L’ensemble de ce travail de recherche s’appuie sur l’observation approfondie d’une sélection exceptionnelle de manuscrits, dont beaucoup sont encore inédits, associée à l’exploration des sources primaires, largement exploitées dans cet ouvrage.

2Le premier chapitre est ainsi consacré à l’analyse du milieu de commande, des unités de production (ketāb-ḫāne, chancelleries royales, madrese, collèges soufis) et de ses acteurs, artisans et mécènes.

3Le second chapitre décrit l’ensemble des manuscrits retenus pour ce travail, un corpus qui comptabilise quelque quarante-huit ouvrages attribués avec plus ou moins de certitude à la sphère indo-persane et à la période considérée.

4Le troisième chapitre entre encore un peu plus dans le vif du sujet en abordant l’étude des matériaux constitutifs de l’objet livre, à savoir le papier, les encres, les divers pigments utilisés dans le décor ainsi que la reliure.

5Le chapitre suivant se penche sur la question de la mise en page au sens large du terme, c’est-à-dire des principes de disposition des textes, de composition des décors, des dimensions et format des peintures.

6Dans le cinquième chapitre, l’A. s’intéresse aux différentes graphies en usage dans l’Inde des sultanats avant de s’attarder, dans l’avant-dernier chapitre, sur le thème du décor des manuscrits à peintures, à savoir enluminures et illustrations.

7Aussi souvent que possible, des recoupements sont effectués avec les arts du livre à l’œuvre dans d’autres territoires à la même époque, en particulier au niveau des sphères persanes et mameloukes, mais aussi avec l’art du livre jaïn. Une synthèse de ces observations tient lieu de septième chapitre et permet d’ouvrir le débat sur l’existence de transferts entre l’Inde des sultanats et le reste du monde islamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Cruvelier. Brac de la Perriere, Éloïse, « L’art du livre dans l’Inde des sultanats. Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, 367 p., 4 cartes, 63 ill. (coll. Islam) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 31 | 2011, document 186, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/39613

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page