Navigation – Plan du site
365
Kondo, Nobuaki

Nobuaki Kondo. Shi‘i ‘Ulama and Ijāza during the Nineteenth Century

Compte-rendu réalisé par Denis Hermann
Référence(s) :

Nobuaki Kondo. « Shi‘i ‘Ulama and Ijāza during the Nineteenth Century ». Orient, XLIV, 2009, p. 55-76.

Texte intégral

1Cet article revient sur le poids des ijāza dans le système d’enseignement du chiisme avec un objectif principal : démontrer qu’au XIXe s. il n’était pas encore indispensable pour un étudiant en théologie de posséder une ijāza-yi ijtihād (autorisation d’exercer l’ijtihād attribuée par un mujtahid) pour exercer l’ijtihād et devenir ainsi mujtahid. Selon l’A., une ijāza-yi ijtihād servait davantage à indiquer la capacité d’un clerc à exercer l’ijtihād qu’à autoriser ce dernier à exercer l’ijtihād. L’on indiquait alors que cet étudiant en théologie avait atteint le niveau lui permettant d’établir des déductions (marṭabat al-istinbāṭ). Dans son argumentation, l’A. critique particulièrement les travaux de Meir Litvak.

2Pour illustrer son propos l’A. étudie et compare plusieurs ijāza-yi ijtihād et ijāza-yi riwāya. Il souhaite notamment établir que les ijāza-yi riwāya n’étaient pas moins prestigieuses que les ijāza-yi ijtihād et tout autant recherchées par les étudiants en théologie. Il avance plusieurs arguments : 1/ la volonté de Mīrzā Muḥammad Tunikābunī d’obtenir une ijāza-yi riwāya après avoir obtenu une ijāza-yi ijtihād démontre l’intérêt porté à ces dernières forme d’ijāza ; 2/ un grand nombre d’étudiants de Šayḫ Murtaḍā Anṣārī (m. 1281/1864) devinrent mujtahid sans jamais obtenir d’ijāza-yi ijtihād de leur maître ; 3/ le fait que si peu d’ijāza-yi ijtihād aient été conservées démontre en soi qu’elles n’étaient pas indispensables pour devenir mujtahid ; 4/ les rares mentions des biographes aux ijāza-yi ijtihād démontrent que ces dernières ijāza étaient moins prestigieuses que les ijāza-yi riwāya ; 5/ les ijāza-yi riwāya possédaient une plus grande signification spirituelle car elles reliaient par leurs isnād les clercs aux imâms, au prophète, à l’ange Gabriel et à Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Hermann. Kondo, Nobuaki, « Nobuaki Kondo. Shi‘i ‘Ulama and Ijāza during the Nineteenth Century », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 32-33 | 2013, document 365, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/40305

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page