Navigation – Plan du site
39
Gyselen, Rika

Rika Gyselen (éd.). Objets et documents inscrits en pārsīg

Compte-rendu réalisé par Julien Cuny
Référence(s) :

Rika Gyselen (éd.). Objets et documents inscrits en pārsīg. Bures-sur-Yvette, Groupe pour l’Étude de la Civilisation du Moyen-Orient, 2012, 218 p. (Res Orientales, XXI)

Texte intégral

1Ce volume des Res Orientales est entièrement consacré à la civilisation sassanide. Dans son avant-propos, l’éditrice milite pour l’utilisation du terme pārsīg pour désigner le moyen-perse sassanide au lieu de l’habituel pehlevi jugé plus ambigu. L’apport le plus significatif (deux contributions de P. Gignoux et R. Gyselen) est la publication de 15 documents juridiques issus d’une ‘archive’ du Tabaristan du VIIIe s. de n.è. tous datés au jour près dans l’ère post-Yazdgird (la collection est constituée au total de 29 documents, une seconde livraison est parue dans le volume suivant des Res Orientales). Certains sont encore scellés de leur bulle, notamment par un sceau de mowūh (=mgwh, précédemment transcrit maguh), ce qui démontre que cette administration, uniquement attestée par la sigillographie, est bien impliquée dans l’appareil judiciaire. Ces actes et lettres sont les premiers textes de la pratique judiciaire connus à ce jour pour la civilisation (post-) sassanide. Dans un troisième article, R. Gyselen en profite pour livrer une utile synthèse des données disponibles à ce jour concernant l’histoire administrative de la région du Tabaristan jusqu’aux dynasties indépendantes des premiers siècles de l’Islam.

2D’autres contributions traitent de divers objets inscrits : R. Gyselen livre dans deux articles la publication de deux collections de bulles administratives (British Museum, Ahmad Saeedi) dont certaines empreintes avaient déjà fait l’objet d’études spécifiques (cf. le c.r. n° 37 dans cette même rubrique), d’autres restaient inédites et apportent des données nouvelles sur la géographie historique de l’empire sassanide (longévité de l’administration de šahrāb à Hamadān et à Gay, déjà attestée au IIIe s., contiguïté des provinces de Weh-Kawād et Weh-Ardašīr, et plusieurs nouveaux noms de cantons). Toujours dans le domaine de la sigillographie, on notera l’essai de lecture des « monogrammes (à lettres) », très novateur et convaincant, proposé par R. Gyselen et Y. Monsef. C’est assurément la tentative la plus aboutie à ce jour. F. Baratte, O. Bopearachchi, R. Gyselen et N. Sims-Williams font connaître un intéressant plat d’argent de tradition iconographique et stylistique romaine mais présentant deux inscriptions, l’une en pārsīg, l’autre en bactrien. Des hypothèses sont proposées sur son lieu et son contexte de fabrication et sur son histoire. Enfin, M.I. Mochiri étudie le monnayage attribuable à Ḫusraw III après avoir exclu du corpus de référence, à l’issue d’une étude détaillée des techniques des faussaires modernes, de nombreuses monnaies « trafiquées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Cuny. Gyselen, Rika, « Rika Gyselen (éd.). Objets et documents inscrits en pārsīg », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 34-35-36 | 2016, document 39, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/42314

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page