Navigation – Plan du site
130
Forūzānī, Abolqāsem

Sīmjūriyān : naḫostīn dūdmān-e qodratmand-e tork dar Īrān. Tehrān, Īl-e Šāhsavan-e Baġdādī, 1381/2002, 121 p., fig., index. [Les Simjurides : la première famille turque puissante en Iran]

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

C. Bosworth
Haut de page

Texte intégral

1Le rôle croissant pris par les Turcs dans les structures politiques et militaires de l’Orient musulman à partir du 3e/9e s. est un sujet d’une importance capitale où beaucoup reste encore à faire. Dans cette évolution, l’Etat samanide, qui domina l’Est iranien pendant un siècle, constitue une étape décisive puisqu’il finit par être phagocyté et anéanti par les soldats turcs de son armée. L’histoire de Subuktegin, l’ancien ghulâm des Samanides, et de ses descendants les sultans Ghaznavides, est bien connue ; ce n’est pas le cas des Simjurides, qui descendaient aussi d’un ghulâm turc et qui jouèrent un rôle de premier plan dans l’histoire politique de l’Iran oriental au 9e s. Les quelques lignes que lui accorde Bosworth dans la deuxième édition de l’Encyclopédie de l’Islam (t. XXX) attestent qu’aucun travail de référence n’existe sur le sujet. Dans ce contexte, le livre de Forūzānī sur la « première famille turque puissante en Iran » est naturellement le bienvenu.

2Le premier chapitre, qui rappelle le rôle des Turcs dans l’appareil militaire samanide, ne présente guère d’intérêt dans la mesure où il se contente de répéter des faits connus en s’appuyant sur des sources de seconde main (parfois dépassées). En revanche, dans les chapitres suivants, l’A. propose une histoire fort documentée des Simjurides en se basant sur un vaste éventail de sources historiques, principalement persanes (essentiellement le Tarjome-ye Tārīḫ-e Yamīnī, Tārīḫ-e Beyhaqī, Tārīḫ-e Sīstān et Zayn al-aḫbār). Un chapitre est consacré à chacun des cinq membres importants de la famille : Sīmjūr (le fidèle ghulâm de l’émir Ismā⁽īl b. Aḥmad qui devint son « davātdār »), son fils Ibrāhīm (le gouverneur du Ḫurāsān, qui évinça le notable iranien Abū ⁽Alī Čaġānī), le fils de ce dernier, Abu’l-Ḥasan (le grand homme de la famille, virtuellement indépendant et en conflit avec ses anciens maîtres), ses deux fils Abū ⁽Alī (qui sollicita l’alliance des Qarâkhânides contre les Samanides) et enfin Abu’l-Qāsim dont la mort signifia la disparition de la famille après plus d’un siècle d’influence. Le récit, mené promptement et avec clarté, nous propose une histoire alternative de la dynastie samanide riche en information, même si l’on pourra regretter l’absence d’un exposé systématique et critique des sources et les lacunes de la bibliographie (surtout pour les études modernes dans les langues occidentales ou encore en turc).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Forūzānī, Abolqāsem, « Sīmjūriyān : naḫostīn dūdmān-e qodratmand-e tork dar Īrān. Tehrān, Īl-e Šāhsavan-e Baġdādī, 1381/2002, 121 p., fig., index. [Les Simjurides : la première famille turque puissante en Iran] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 130, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4486

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page