Navigation – Plan du site
2
Bopearachchi, O., Bromberg, C. A. et Grenet, F. (éds.)

Bulletin of the Asia Institute. Alexander’s Legacy in the East. Studies in Honor of Paul Bernard. 12, 1998 [paru 2001], 271 p.

Texte intégral

1On trouvera dans ce volume, du meilleur niveau scientifique :

2– Bibliographie de Paul Bernard pp. 3-11 ;

3– « Reflections on the Origins of Indian Stone Architecture » (John Boardman, pp. 13-22), sur les rapports entre les motifs achéménides et l’art maurya ;

4– « A Faience Head of a Graeco-Bactrian King from Ai Khanum » (Osmund Bopearachchi, pp. 23-30), examine une tête de 33 cm de haut provenant d’Aï Khanoum et apparue sur le marché de l’art. Elle était sans doute fixée sur un corps de bois et représenterait peut être Démétrios I ;

5– « Contacts au fil des siècles entre les littératures grecque, iranienne et turcique » (Pierre Chuvin, pp. 31-44) : l’A. examine divers exemples d’emprunts de motifs littéraires entre l’Iran et la Grèce, qui ne sont souvent plus conservés que dans des textes turcs ;

6– « De l’art des steppes au sud du Taklamakan » (Henri-Paul Francfort, pp. 45-58) analyse les trouvailles de Zaghunluk, près de Qiemo, au Xinjiang qui, bien qu’issues de populations sédentaires, montrent un répertoire iconographique issu du monde des steppes et forment le lien géographique manquant entre les motifs similaires retrouvés dans l’Altaï et ceux du Haut-Indus ;

7– « Xerxès, Priam et Zoroastre » (Gherardo Gnoli, pp. 59-68) s’interroge sur la très particulière datation de Zoroastre chez les Grecs, cinq mille ans avant la chute de Troie, et y voit un reflet des propagandes croisées des Achéménides et des Grecs utilisant la Guerre de Troie ;

8– « Le cortège des “rois de Babylone” » (Paul Goukowsky, pp. 69-78) utilise un texte de Jamblique pour s’interroger sur la structure des cortèges royaux achéménides ;

9– « Alexander, Aï Khanum, Termez: Remarks on the Spring Campaign of 328 » (Frantz Grenet and Claude Rapin, pp. 79-90) : les AA. analysent l’itinéraire du Conquérant entre Bactres et Samarcande à partir de l’adéquation Panj=Ochus et précisent toute la toponymie antique de la rive droite de l’Amou Darya (Termez serait Alexandrie oxienne, Takht-i Sangin serait Oxeiana, Cholbesina Hulbuk et Munk Marouka) ;

10– « The Sogdian Ancient Letter V » (Frantz Grenet, Nicholas Sims-Williams, Étienne de la Vaissière, pp. 91-104) : les AA. traduisent et commentent cette lettre représentative du niveau le plus élémentaire du commerce sogdien (voir le c.r. n° 40 pour une traduction de l’Ancienne Lettre II représentant, elle, l’échelon international) ;

11– « Portraits of Seleucid Kings on the Sealings from Seleucia-on-the-Tigris: A Reassessment » (Antonio Invernizzi, pp. 105-112) discute les identifications des portraits royaux parmi les 30 000 sceaux retrouvés à Séleucie du Tigre ;

12– « Un Harpocrate bactrien » (Guy Lecuyot, pp. 113-120) présente une statuette trouvée à Bactres en 1998 ;

13– « Antimène de Rhodes à Babylone » (Georges Le Rider, pp. 121-140) étudie le rôle que ce personnage a pu jouer à partir de -324 dans le monnayage de Babylone, d’après l’Économique II et la production monétaire ;

14– « Les Grecs, les Nomades et l’indépendance de la Sogdiane, d’après l’occupation comparée d’Aï Khanoum et de Marakanda au cours des derniers siècles avant notre ère » (Berthille Lyonnet, pp. 141-160) compare les productions céramiques des deux villes pour tenter de proposer une chronologie, très précieuse notamment pour Samarcande en l’absence d’autres indices ;

15– « Les trouvailles dans la chapelle nord-ouest du Temple Il de Pendjikent. A propos de l’héritage classique dans l’art sogdien » (Boris Marshak et Valentina Raspopova, pp. 161-170) : les AA. publient des fragments de statuettes inspirées de modèles grecs et encore en service au 8e s. à Pendjikent ;

16– « Rostam and Herakles, a Family Resemblance » (A. S. Melikian-Chirvani, pp. 171-199) retrace de nombreux parallèles entre Rostam et Héraclès, et cherche les liens possibles à travers la figure du fils de ce dernier, Skythes, qui aurait pu permettre la fusion de l’iconographie héracléenne et de thèmes saces au Séistan ;

17– « L’incompréhensible Asie centrale de la carte de Ptolémée. Propositions pour un décodage » (Claude Rapin, pp. 201-226). L’A. fait subir diverses distorsions à la carte ptoléméenne en fonction de ce que l’on sait désormais de la localisation des sites antiques dans la région, ce qui l’amène à réfléchir sur les différentes étapes de son élaboration ;

18– « Un poème grec inédit trouvé à Suse » (Georges Rougemont, pp. 227-230) édite ce texte à partir d’une photo des archives Ghirshman ;

19– « On the Date of the Oxus Gold Scabbard and Other Achaemenid Matters » (David Stronach, pp. 231-248) date l’objet du 5e, voire du 4e s. et affaiblit un peu plus le corpus d’objets « mèdes » ;

20– « Les gisements miniers de l’Azerbayjân méridional (région de Taxt-e Soleymân) et la localisation de Gazaka » (Michel Tardieu, pp. 249-268) montre que le Taxt, et les établissements miniers un peu en aval, forment bien la Gazaka des Anciens et lève ainsi la principale objection qui avait été faite, l’absence de site urbain au pied du Taxt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bopearachchi, O., Bromberg, C. A. et Grenet, F. (éds.), « Bulletin of the Asia Institute. Alexander’s Legacy in the East. Studies in Honor of Paul Bernard. 12, 1998 [paru 2001], 271 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 2, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5331

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page