Navigation – Plan du site
306
Hillenbrand, Robert (ed.)

Shahnama: The Visual Language of the Persian Book of Kings. Aldershot, Ashgate Publishing, VARIE Occasional Papers II, 2004, 184 p. [6 tables, 111 illustrations coul./noir-blanc, index]

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Ce beau volume est le fruit de la deuxième conférence organisée dans le cadre du projet Shahnama (1999-2004) coordonné, sous les auspices de la British Academy, par Charles Melville et Robert Hillenbrand entre les Universités de Cambridge et de Edimbourg, qui vise à rassembler des études sur la réception de l’œuvre de Ferdowsī à travers les siècles, et à constituer une base de données numérique d’une ampleur inégalée compilant l’ensemble des illustrations provenant des manuscrits enluminés disponibles. Les contributions réunies dans cet ouvrage constituent les actes de la conférence tenue à Edimbourg les 12 et 13 mars 2001, et consacrée exclusivement à des questions d’histoire de l’art.

2Le premier chapitre, rédigé par l’éditeur, a valeur d’introduction. Robert Hillebrand ne se contente pas de présenter dans leur originalité l’éventail des contributions qui illustrent des approches complémentaires du Shahnama. Il prend appui sur les problématiques soulevées par chacun des auteurs pour développer les enjeux d’ensemble du grand projet, et évoque notamment la contribution de Farhad Mehran (non publiée ici) pour offrir une (prudente) reconstitution des aspects matériels de l’entreprise de production d’un manuscrit illustré au 14e s., et de la journée de travail du scribe. La distribution des contributions qui suivent répond à un souci de clarté. Par l’aperçu qu’elle propose des études menées dans le dernier quart de siècle (1975-2000), Marianna Shreve Simpson ancre résolument le volume dans le sillage des nouvelles techniques croisées de l’histoire de l’art et de la littérature, appliquées au Shahnama. Suivent une série de contributions attentives aux remaniements de détail dont ont pu faire l’objet certains manuscrits entre les mains de leurs propriétaires tardifs. Jonathan M. Bloom et Sheila S. Blair abordent chacun la fortune du manuscrit Demotte au 19e s. sous un angle différent. Jonathan Bloom identifie le papier russe employé à l’époque qājār pour restaurer les marges. Sheila Blair distingue avec finesse l’intervention de quatre plumes différentes dans la calligraphie du texte, et en propose une datation, qui s’échelonne du 14e au début du 20e s. Adel T. Adamova revisite ses analyses antérieures du manuscrit de Saint-Pétersbourg, l’un des plus anciens spécimens illustrés du Shahnama (1333), de style injuide, dont nombre de scènes ont été repeintes par la suite. Elaine Wright étudie les vicissitudes de l’histoire d’une anthologie illustrée de poésies épiques d’époque timouride, aujourd’hui démembrée entre la British Library et la Chester Beatty Library de Dublin. Reconstituant le manuscrit original du Shahnama Kevorkian-Kraus-Khalili émanant de l’école de Chiraz, Tim Stanley établit la mouvance inhérente au texte de base et l’évolution du choix des scènes à illustrer. S’ensuit une série de contributions qui explorent la fortune de l’iconographie du Shahnama à l’extérieur du livre. Isolées à des fins idéologiques ou symboliques, ces images perdent le plus souvent leur caractère narratif pour se constituer en décor. Sylvia Auld identifie les codes de reconnaissance iconographiques des motifs du Shahnama sur un bol en bronze du 14e s., de la collection du Victoria and Albert Museum. Reconnaissant dans un fragment de la chasuble mortuaire de l’évèque Hartmann d’Augsbourg (m. 1286) un textile iranien ou centre asiatique représentant Bahrām Gūr et Āzāde, Avinoam Shalem peut affirmer que la diffusion de l’imagerie de l’épopée, au-delà même du monde musulman, est antérieure à la vogue des manuscrits du Shahnama illustrés (14e s.). Ulrike al-Khamis et Godfrey Evans s’intéressent à la persistance de l’imagerie du Shahnama au 19e s., à travers l’étude de plaques de bronze réalisées à Liverpool et destinées à la décoration murale. Les panneaux de stuc gravé du fort de Bandar-i Tahiri décrits par Jennifer M. Scarce interrogent la fortune du cycle de Rostam dans l’imaginaire de la puissance au 20e s. Enfin, les techniques mathématiques employées par M. Amin Mahdavi sur un échantillon de 84 manuscrits du Shahnama pour reconstituer les proportions du bloc de texte dans la page d’origine sont riches de promesses dans l’élaboration de nouvelles méthodes codicologiques, susceptibles d’offrir une alternative aux seules analyses stylistiques comme critère de datation.

3Elégant et soigné, ce volume a le mérite de rassembler des études pointues et nuancées, qui balisent les recherches de longue haleine entreprises par les contributeurs. Sans faire écran aux enjeux d’ensemble, les analyses de détail attestent l’intérêt croissant porté à l’histoire des manuscrits sur la longue durée, et font porter l’accent sur les questions de réception du texte et de l’image à travers les siècles. Comme le rappelle l’éditeur, même les manuscrits qu’on croit déjà connus doivent faire l’objet de nouvelles analyses, car les progrès de l’histoire de l’art doivent beaucoup à la patience et à la minutie. Le présent ouvrage est un hommage rendu à cette déontologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Hillenbrand, Robert (ed.), « Shahnama: The Visual Language of the Persian Book of Kings. Aldershot, Ashgate Publishing, VARIE Occasional Papers II, 2004, 184 p. [6 tables, 111 illustrations coul./noir-blanc, index] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 306, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6405

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page