Navigation – Plan du site
Works in Progress

Figurines masculines en contextes votif et funéraire de la Thessalie à la Thrace : Marqueurs identitaires et témoins des rituels d’intégration et de socialisation ?*

Souad Aït Salah

Résumé

Contrairement à leurs homologues féminines, les figurines masculines n’ont que très peu retenu l’attention des chercheurs jusqu’à présent, aussi sont-elles au cœur du projet de recherche doctorale développé ici. Il s’agit d’établir un répertoire iconographique des types masculins présents dans les sanctuaires et les tombes de l’Égée septentrionale du VIIe s. à la conquête romaine, de rechercher leur identification puis leur fonction dans chacun de ces contextes, en s’appuyant sur les avancées récentes des recherches sur les figurines féminines.

Haut de page

Texte intégral

* Projet de recherche doctorale sous la direction de Arthur Muller et Stéphanie Huysecom-Haxhi (Halma–UMR 8164).

1Le sujet de recherche proposé ici porte sur les figurines en terre cuite masculines recueillies dans les sanctuaires et les tombes de Thrace, de Macédoine et de Thessalie aux époques archaïque, classique et hellénistique. Cette étude s’inscrit dans les travaux sur la coroplathie grecque qui constitue l’un des points forts des Sciences de l’Antiquité à l’Université de Lille et qui fait l’objet constant d’une collaboration entre Lille (Halma–UMR 8164) et l’École française d’Athènes.

2L’objectif est d’établir le répertoire des types iconographiques connus en les replaçant tout d’abord dans leur contexte de trouvaille, sanctuaires ou tombes, puis au sein de l’assemblage des objets avec lesquels ils ont été retrouvés et avec lesquels ils font sens. L’établissement des répertoires selon les contextes permettra d’appréhender de manière plus cohérente les questions liées à l’identification des individus représentés, à la fonction des statuettes qui sont le support de ces représentations, et aux circonstances de leur utilisation. Il conviendra de s’interroger tout particulièrement sur les liens qui existeraient entre la déposition de ces images et les rituels d’intégration et de socialisation qui rythment la vie des jeunes Grecs.

  • 1 Strabon, Géographie de Strabon, IX, 5, 1.

3L’étude se limite à la Grèce du nord, plus précisément au croissant nord égéen, depuis le défilé des Thermopyles et le massif de l’Oeta1 au cours inférieur de l’Hèbre (fig. 1). Elle comporte trois régions : la Thessalie, la Macédoine et la Thrace, incluant les îles de Thasos et de Samothrace. La période étudiée, quant à elle, débute au VIIe siècle avant notre ère, début de l’occupation grecque des territoires thrace et macédonien, et s’achève à la bataille de Pydna, en 168 avant JC, qui a entrainé l’abolition du royaume de Macédoine et la soumission du reste de la Grèce au peuple romain. Cet intervalle symbolise une ère de mutations politiques, culturelles et artisanales du nord de l’Égée, résultant de la colonisation grecque de ces régions anciennement morcelées et peuplées par des tribus indigènes. C’est ainsi que l’artisanat nord-égéen se développe et se métamorphose au contact de la population grecque.

Fig. 1. Le croissant nord égéen

Fig. 1. Le croissant nord égéen

*CREDITS*

Place des terres cuites masculines dans les études de coroplathie.

4Après une période d’intense mais infructueuse réflexion à la fin du xixe et au début du xxe siècle, s’est généralisée l’idée, encore largement partagée aujourd’hui, que les figurines de terre cuite étaient dans leur majorité des représentations de divinités, et qu’il s’agissait d’une pacotille sans signification intrinsèque. Aussi les études de coroplathie sont-elles très longtemps restées à l’ombre de l’histoire de l’art, les figurines n’étant abordées pour l’essentiel que comme l’écho affadi des œuvres de la grande plastique. Or ces objets proviennent dans leur très grande majorité de sanctuaires et de tombes : ils n’ont pourtant pratiquement jamais été exploités par les spécialistes de la religion grecque, sans doute en raison de l’impasse à laquelle conduisait une identification erronée. La pauvreté de leur apport en ce domaine contraste avec le nombre de publications systématiques (catalogues de musées et de fouilles) qui leur ont été consacrées depuis un siècle.

  • 2 Muller 1996, Huysecom-Haxhi 2009.
  • 3 Huysecom, Muller 2007, 2015.

5Dans les années 1990 a d’abord été privilégiée à Lille l’approche d’un artisanat de masse avec ses modalités de production particulières2. Depuis une dizaine d’années en revanche, c’est le questionnement sur l’identification des figurines et, à partir de là, sur leur interprétation et leur fonction dans les différents contextes d’utilisation qui est au premier plan des problématiques lilloises3. Cette orientation nouvelle de la recherche en coroplathie, encore peu répandue, a concerné jusqu’à présent principalement les représentations féminines, qui sont de loin les plus nombreuses (± 90 % des trouvailles). Il a été établi que les figurines féminines et leur forme abrégée (les protomés) qui ne sont pas explicitement caractérisées comme divinités représentent des mortelles dans des statuts sociaux et familiaux (jeune fille nubile ou parthenos, mariée ou nymphè, épouse et mère ou gynè) reconnaissables aux codes de la représentation (position, gestuelle, coiffes, attributs). De cette identification se dégage désormais une interprétation cohérente des figurines féminines selon leurs contextes : objets que les dédicantes plaçaient dans les sanctuaires des divinités en charge des différents moments de leur vie de femmes (entre autres Artémis, les Nymphes, Déméter), aux moments des rituels de passage et fêtes qui accompagnent leurs changements de statut, pour les représenter durablement sous la protection de la divinité ; objets placés majoritairement dans les tombes des immatures et des jeunes femmes à qui la vie n’a pas donné l’accomplissement normal, dans la conception antique, du mariage et de l’enfantement, dans une sorte de « projection de ce qui aurait dû être ». Les figurines de terre cuite apportent désormais une contribution essentielle à l’approche archéologique de la religion grecque (pratiques votives et pratiques funéraires), et plus généralement de l’anthropologie culturelle, par le biais de l’archéologie « cognitive », celle qui s’interroge sur les motivations et les intentions des gestes rituels (fig. 2a, 2b).

Fig. 2a. Figurine dans un sanctuaire des Nymphes. Détail d’une vase du peintre de Dolon (±390), à gauche

Fig. 2b. Stèle funéraire de la jeune Polyxena. Photo: Johannes Laurentius, en couverture de Muller, Lafli (éds) 2015, à droite

Fig. 2b. Stèle funéraire de la jeune Polyxena. Photo: Johannes Laurentius, en couverture de Muller, Lafli (éds) 2015, à droite

Photo : Couverture des actes du colloque de Lille, Huysecom-Haxhi, Muller 2015

  • 4 Huysecom-Haxhi 2009, p. 577-578 et 583-587 ; Huysecom-Haxhi 2015.
  • 5 Winter 1903.
  • 6 Voir bibliographie raisonnées : § 1.

6Les figurines masculines en revanche n’ont quasiment pas retenu l’attention des chercheurs jusqu’à présent4, en raison de leur petit nombre relatif d’abord (5 à 7 % des trouvailles), mais peut-être aussi en raison de la vogue actuelle des études de genre, qui privilégient le monde féminin. Ces figurines n’en sont pas moins présentes dans de très nombreux sanctuaires, de divinités féminines d’ailleurs le plus souvent, et dans les tombes, masculines en majorité mais aussi féminines. Le catalogue iconographique Winter5 (fig. 3) enregistre tous les types connus au début du xxe s. (745 types masculins, pratiquement sans classement) ; les trouvailles faites depuis et les nouvelles technologies imposent la mise à jour de ce répertoire à partir de nombreuses publications de fouilles6, tandis que l’identification de ces types masculins, leur interprétation et leur fonction selon les contextes peuvent maintenant être discutées de façon globale à la lumière des progrès récents sur les types féminins.

Fig. 3. F. Winter, Die Typen der figürlichen Terrakotten II, Berlin-Stuttgart 1903.

Fig. 3. F. Winter, Die Typen der figürlichen Terrakotten II, Berlin-Stuttgart 1903.

Extrait du Die Typen der figürlichen Terrakotten I

7Appuyée sur un répertoire typologique actualisé et qui fera référence aux contextes de trouvaille, l’étude des terres cuites masculines apportera certainement de nouvelles données qui pourront approfondir les recherches menées à Lille depuis ces dernières années sur l’identification et l’interprétation des terres cuites figurées.

Établissement d’une typologie des représentations masculines. La constitution d’une typologie raisonnée.

8La réflexion s’appuiera sur une typologie raisonnée des représentations masculines de terre cuite. Il ne s’agit évidemment pas de réunir un catalogue des figurines masculines existantes, mais de construire, à partir de figurines complètes de préférence, une typologie dont le classement sera susceptible d’accueillir ensuite le plus grand nombre d’occurrences de figurines masculines, quel que soit leur état de conservation. Il ne s’agit pas non plus de se livrer à l’établissement des séries (succession des générations de surmoulages à partir d’un prototype) ; mais on tiendra compte de ces modalités de production pour bien identifier les doublons (type représenté par des figurines de générations différentes). La visée est en effet clairement iconographique et non technique et artisanale. Cette typologie pourrait être organisée selon un certain nombre de critères objectifs, comme l’âge du sujet, son attitude, sa gestuelle, ses attributs ou compagnons, et bien sûr la datation.

  • 7 Voir bibliographie raisonnée §.1.

9Cette partie du travail passera par le dépouillement systématique des publications, d’une part catalogues des grands musées (Louvre, British Museum), d’autre part publications par sites, monographiques ou sous forme d’articles (sanctuaires : Thasos (fig. 4), Dion, Pella, Phères… ; nécropoles : Pagasai-Démétrias, Pella, Akanthos, Olynthe, Amphipolis, Samothrace…)7 . Mais j’aurai aussi accès à du mobilier inédit provenant de fouilles de l’École française d’Athènes, en particulier à l’Artémision de Thasos. Je serai en effet associée à la publication des terres cuites votives de ce sanctuaire (programme de recherche commun à l’université de Lille et à l’EfA).

Fig. 4. Garçons accroupis de l’Atémision de Thasos

Fig. 4. Garçons accroupis de l’Atémision de Thasos

Photo: Auteur

La base de données Ειδώλια

10Pour chaque type, j’établirai la liste des contextes de trouvaille d’un maximum d’exemplaires connus (sanctuaires par divinités dédicataires ; tombe et caractérisation du défunt [âge, sexe] si elle est connue), et donnerai pour les sanctuaires, dans la mesure où le permettent des données publiées, une idée des nombres d’exemplaires et des quantités relatives au sein d’un répertoire des terres cuites figurées. L’ensemble de ces données (types de figurines masculines, occurrences de ces types reliées à leurs contextes de trouvaille) sera saisi dans une base de données informatique qui sera le principal outil documentaire de cette recherche. Cette base, en cours de construction, est conçue de façon à générer de façon aisée le répertoire iconographique qui constituera la première partie de la thèse. Elle sera mise en ligne, et consultable par tous sans aucune contrainte, sur divers matériels. Pour cela, Eidolia sera basée sur les dernières technologiques Web 2.0. Cet outil pourra donc être accessible quelque soit le niveau de compétence. Cette base pourra intéresser les chercheurs en coroplathie autant que les personnes souhaitant avoir des informations ou de la bibliographie sur les nécropoles ou les sanctuaires de l’Egée septentrionale, par le biais des fiches contextes très détaillées.

11La constitution de cette base de données mènera à une mise en relief des éléments qui composent la figurine et qui permettent son identification.

De l’identification à la fonction : quelques pistes de recherche

12L’attention portée désormais à toutes les dimensions du contexte de trouvaille est fondamentale pour la compréhension des objets. Mais le contexte sera compris aussi comme le cadre plus général de l’iconographie grecque, dans lequel je m’attacherai à replacer les figurines de terre cuite masculines, en allant chercher les représentations équivalentes sur d’autres supports figurés : figurines dans d’autres matériaux (os et ivoire, bronze, plomb), grande plastique et reliefs, imagerie des vases. Cette vision large du contexte devrait permettre de relier les figurines à l’individu et à la société à laquelle il appartient et qui lui impose rites et rituels.

La question de l’identification des images

13La question qui se pose d’emblée quand on veut essayer de comprendre la signification et la fonction des figurines est celle de l’identification des images qu’elles véhiculent. Qui sont en effet les individus représentés ? Comment aborder la question de leur identification ?

  • 8 Huysecom, Muller 2007.

14Si de nombreux types de l’époque hellénistique sont unanimement compris comme des représentations de mortels (en particulier tous ceux qui relèvent des scènes de genre), plusieurs types de l’époque archaïque, en revanche, sont traditionnellement identifiés comme des divinités. Mais le réexamen de la signification de certaines conventions de représentation et de certains attributs, ainsi que la mise en rapport avec d’autres documents, en particulier de la grande plastique, suggèrent d’ores et déjà qu’à l’époque archaïque au moins des schémas iconographiques bien définis servaient à représenter des mortels dans des statuts sociaux et familiaux précis8.

15Cette forme de réflexion et de réexamen sera étendue aux principaux autres types iconographiques : j’essaierai de voir si la plupart des objets identifiés comme divinités, ou qualifiés de pacotille ou de « scène de genre » sans signification, peuvent être des images évocatrices d’un statut familial, social ou d’un rituel, et surtout si, selon les contextes ils prennent une signification et une fonction précise.

Figurines masculines dans les sanctuaires

16Si le système d’interprétation proposé pour les figurines féminines peut s’appliquer aux figurines masculines, la déposition de ces dernières dans le sanctuaire (fig. 5) reviendrait alors à placer sous la protection de la divinité l’individu représenté, ou plus précisément le statut social et familial conventionnellement représenté. Il faudra alors s’interroger sur les moments, les fêtes et les rituels dans le cadre desquels on confiait ces figurines aux divinités. Les rites de passage qui rythment la vie des garçons et accompagnent leurs changements de statut successifs sont certainement quelques-uns de ces moments privilégiés.

Fig. 5. Figurines masculines des sanctuaires de Thasos

Fig. 5. Figurines masculines des sanctuaires de Thasos

Photo : Thomas Nicq

  • 9 van Gennep 1906.
  • 10 Pour la bibliographie, voir § 8.3.
  • 11 Burkert 2011, Jost 1992.
  • 12 Hatzopoulos 1994.

17Depuis le fondamental van Gennep9, la bibliographie sur ces questions s’est considérablement enrichie10, sans jamais exploiter cependant les figurines de terre cuite. Il faudra examiner en particulier si les classes d’âges mises en évidence par la typologie permettent d’établir un rapport avec des fêtes d’intégration sociale que font connaître les sources littéraires, pour Athènes d’abord, mais aussi pour d’autres cités, comme les Amphidromies (accueil du nouveau-né auprès du foyer familial), et les Apatouries chez les Ioniens et Apellai chez les Grecs du Nord-Ouest (présentation à la phratrie des garçonnets puis des jeunes gens par leur père), ou les rituels marquant à Athènes le début (tournée des sanctuaires) et la fin de l’éphébie et l’accès au corps civique11. La documentation la plus étendue concernant les rites d’initiation et de passage concerne principalement Sparte, Athènes et la Crète. En Macédoine, des témoignages datant du iie s. av J.-C. – la loi éphébarchique d’Amphipolis et la loi gymnasiarchique de Béroia12 – renseignent sur les règles qui ponctuaient le parcours de vie des jeunes paides et neoi jusqu’à leur accomplissement d’homme.

Figurines masculines dans la tombe

18Je partirai du postulat de la cohérence, à savoir que les figurines masculines devaient avoir dans la tombe la même identité que dans le sanctuaire. Il est généralement admis aujourd’hui que la figurine dans la tombe est un phénomène qui concerne surtout les aôroi, les immatures des deux sexes (fig. 6). Dans la mesure où des analyses anthropologiques ou l’épigraphie font connaître le sexe des défunts, il semble que les figurines masculines apparaissent aussi bien dans les tombes masculines que dans les tombes féminines où elles coexistent d’ailleurs avec du mobilier que l’on rattache le plus souvent à l’univers masculin. Il faudra donc tenir compte de cette situation dans la recherche de leur fonction.

Fig. 6. Mobilier provenant d’une tombe de la nécropole H à Samothrace (inhumation d’enfant)

Fig. 6. Mobilier provenant d’une tombe de la nécropole H à Samothrace (inhumation d’enfant)

Photo : Dusenberry 1998

  • 13 Hornung-Bertemes 1997.

19L’établissement de la typologie et l’avancement de son exploitation feront apparaître d’autres pistes et questions, comme celle de la dimension historique : y a-t-il, parallèlement à l’évolution formelle et à la diversification des représentations masculines de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, une évolution des rituels ? Ou la question de la dimension géographique : peut-on distinguer des caractéristiques locales dans les pratiques funéraires et votives ? Le type du garçon coiffé de la causia (fig. 7), propre à la Macédoine à partir du ive siècle13, pourrait bien être un témoignage d’un tel particularisme, qui demandera évidemment explication.

Fig. 7. Garçon à la causia (tombe d’enfant, nécropole Sud de Pydna)

Fig. 7. Garçon à la causia (tombe d’enfant, nécropole Sud de Pydna)

Photo : Deschamps-Lequin 2011, 388, fig.77

Conclusion

20L’étude envisagée sur les terres cuites masculines, dans le cadre de ma thèse de doctorat, combinera ainsi différentes approches :

  • une approche archéologique qui consistera à remettre en contexte ces figurines, tout d’abord dans leur lieu de trouvaille puis au sein des assemblages d’objets avec lesquels ils ont été trouvés (mobilier funéraire dans les tombes et répertoires des offrandes quand il s’agit de sanctuaires) ;

  • une approche iconographique, avec l’établissement d’un répertoire qui mettra en évidence les types les plus usuels qui seront ensuite rapprochés d’autres supports figurés (vases, statuaire, reliefs, figurines en bronze et ivoire). La comparaison des images sur différents supports iconographiques permettra de mieux comprendre leur sens ;

  • une approche socio-culturelle et religieuse puisqu’on s’interrogera sur le statut familial et l’identité sociale des individus représentés par ces figurines et qu’on tentera de relier ces dernières aux rituels de maturation et de socialisation, placés sous le patronage de diverses divinités, qui débouchent sur la bonne intégration des jeunes Grecs dans la société, parmi les citoyens adultes.

21La combinaison de différentes approches me semble être la méthode la plus appropriée pour pouvoir exploiter la typologie établie de manière cohérente et permettre ainsi de mieux comprendre le sens et la fonction des objets dans leurs différents contextes d’apparition.

Higgins, R.A. 1954. Catalogue of the Terracottas in the British Museum, I: Greek 730-330 B.C. London: British Museum.

Haut de page

Bibliographie

Catalogues de musée, corpus de fouilles, typologies (choix)

Besques, S. 1954-1992. Musée national du Louvre. Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre-cuite grecs et romains, I-IV.

Breitenstein, N. 1941. Danish National Museum. Catalogue of Terracottas, Cypriote, Greek, Etrusco-Italian and Roman. Copenhagen: E. Munksgaard.

Burn, L. et R. Higgins. 2001. Catalogue of Greek Terracottas in the British Museum, III. London : British Museum.

Deschamps-Lequin, S. (dir.). 2011. Au royaume d’Alexandre Le Grand, La Macédoine antique. Paris : Musee du Louvre editions.

Dusenbury, E.B. 1998. Samothrace : Excavations Conducted by the Institute of Fine Arts, New York University. 11: The Nekropoleis. Princeton: Princeton University Press.

Graepler, D. 1997. Tonfiguren im Grab. Fundkontexte hellenistischer Terrakotten aus der Nekropole von Tarent. München: Biering & Brinkmann

Huysecom-Haxhi, S. 2009. Les figurines en terre cuite de l’Artémision de Thasos : artisanat et piété populaire à l’époque de l’archaïsme mûr et récent, ÉtThas 21. Athènes : École Française d’Athènes.

Hornung-Bertemes, K. 2007. Terrakotten aus Demetrias, Demetrias 7. Würzburg : Ergon-Verlag.

Kaltsas, N.E. 1998. Ακανθος: η ανασκαφή στο νεκροταφείο κατά το 1979, ADDem 65. Athens: Tameio Archaiologikon Poron kai Apallotrioseon.

Leyenaar-Plaisier, P.G. 1979. Les terres cuites grecques et romaines. Catalogue de la collection du Musée national des Antiquités à Leiden. Leiden : Rijksmuseum van Oudheden.

Lilibaki-Akamatis, M. 2000. To ιερό της Mητέρας των Θεών και της Aφρoδίτης στην Πέλλα, Thessalonique.

Lilibaki-Akamatis, M. et N.Akamatis. 2014. Ανατολικό νεκροταφείο Πέλλας : ανασκαφικές περίοδοι 1991-2007. Θεσσαλονική : ΥΠ.ΠΟ.Α.

Merker, G.S. 2000. The Sanctuary of Demeter and Kore. Terracotta Figurines of the Classical, Hellenistic, and Roman Periods, Corinth 18.4. Princeton; American School of Classical Studies at Athens.

Muller, A. 1996. Les terres cuites votives du Thesmophorion. De l’atelier au sanctuaire, ÉtThas 17. Paris : De Boccard.

Schmaltz, B. 1974. Terrakotten aus dem Kabirenheiligtum bei Theben, Menschen-ähnliche Figuren, menschliche Figuren und Gerät. Das Kabirenheiligtum bei Theben 5. Berlin: de Gruyter.

Winter, F. 1903. Die Typen der figürlichen Terrakotten I-II (Die antiken Terrakotten III.1-2).

Vie religieuse, pratiques votives et funéraires

Burkert, W. 2011. La religion grecque à l’époque archaïque et classique (trad. Bonnechere, 2011). Paris : Picard.

Bruit Zaidman, L. et P. Schmidt Pantel. 1991. La religion grecque. Paris : Colin.

Garland, R. 1985. The Greek Way of Death. Cornell : Cornell University Press.

Griessmair, E. 1966. Das Motiv der Mors immatura in den griechischen metrischen Grabinschriften. (Commentationes Aenipontanae, 17). Innsbruck : Universitätsverlag Wagner.

Hermary, A. et C.Dubois, (éds). 2012. L’enfant et la mort, dans l’Antiquité, III, Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence, 20-22 janvier 2011. Paris : Aix-en-Provence : Errance : Centre Camille Jullian.

Huysecom-Haxhi, S. et A.Muller. 2015. « Figurines en contexte, de l’identification à la function : vers une archéologie de la religion ». In Figurines grecques en contexte. Présence muette dans le sanctuaire, la tombe et la maison, Huysecom-Haxhi, S. et A.Muller (éds), 422-438. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion

Jost, M. 1992. Aspects de la vie religieuse en Grèce, début du ve siècle à la fin du iiie siècle av. J.-C. Paris : Colin.

Lawson, J.C. 1910. Modern Greek Folklore and Ancient Greek Religion: A Study in Survivals. Cambridge: University Press.

Lohmann, H. 1992. « Das Motiv der mors immatura in der griechischen Grabkunst ». In Kotinos. Festschrift für Erika Simon, H. Froning, T. Hölscher, Harald Mielsch (éds), 103-113. Mainz/Rhein: P. von Zabern.

Muka, B., A. Muller et F. Tartari, F. 2014. « D’Aphrodite à Artémis. Le sanctuaire de la colline de Daute à Epidamne-Dyrrhachion : recherches 2003-2012 ». In Proceedings of the international congress of Albanian archaeological studies. 65th Anniversary of Albanian Archaeology (21-22 November, Tirana 2013), L. Përzhita, I. Gjipali, G. Hoxha, B. Muka (éds), 275-284. Tiranë: Botimet Albanologjike.

Enfance, éducation, rituels d’adolescence masculins, identité sociale

Brelich, A. 1969. Paides e Partenoi. Rome: Reuniti.

Dasen, V. 2004. Naissance et petite enfance dans l’Antiquité. Actes du colloque de Fribourg, 28 novembre-1er décembre 2001. Orbis Biblicus et Orientalis 203. Fribourg : Academie Press.

Dasen, V. 2012. « Cherchez l’enfant ! La question de l’identité à partir du matériel funéraire ». In Hermary, A. et C.Dubois, (éds), 343-366.

Dodd, D.B. et C.A. Faraone, (éds). 2003. Initiation in Ancient Greek Rituals and Narratives : New Critical Perspectives. Florence, KY: Psychology Press.

Dover, K. 1978. Greek Homosexuality. Cambridge, MA.: Harvard University Press.

Duplouy, A. 2006. Le prestige des élites. Recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les xe et ve siècles avant J.-C. Paris : Les Belles Lettres.

Ferrari, G. 2002. Figures of Speeches. Men and Maiden in Ancient Greece. Chicago: University of Chicago Press.

van Gennep, A. 1909. Les rites de passage. Paris : Emile Nourry

Gernet, L. 1968. Anthropologie de la Grèce ancienne. Paris : Flammarion.

Hatzopoulos, M.B. 1994. Cultes et rites de passage en Macédoine. Athènes : Centre de Recherches de l’Antiquité Grecque et Romaine

Jacquet Rimassa, P. 2004. « L’éducation dans l’imagerie grecque. Du sport au vin comme principes éducatifs, fin vieive siècles av. J.-C. ». In Que reste-t-il de l’éducation classique ? Relire « le Marrou », J. M Pailler, P. Payen (éds), 241-255. Toulouse : Presses Universitaire du Mirail.

Jeanmaire, H. 1939. Couroi et Courète. Essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiquité hellénique. Lille : Bibliothèque universitaire.

Koch-Harnach, G. 1983. Knabenliebe und Tiergeschenke. Ihre Bedeutung im päderastischen Athens. Berlin: Gebr. Mann.

Lalane, S. 2006. Une éducation grecque, rites de passage et construction des genres dans le monde grec ancien. Paris : La Découverte.

Langdon, S. 2008. Art and Identity in Dark Age Greece, 1110-700 BCE. Cambridge: Cambridge University Press

Legras, B. 2002. Éducation et culture dans le monde grec. viiie siècle av. J.C.-ive siècle ap. J.-C Paris : Colin.

Neils, J., Oakley, J.H. 2003. Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past. Yale: Yale University Press.

Schmitt Pantel, P. 1992. La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Collection de l’École française de Rome 157. Roma : École française de Rome.

Schnapp, A. 1997. Le chasseur et la cité. Chasse et érotique dans la Grèce ancienne. Paris : Albin Michel.

Schwarzmaier, A. 2015. « Gaben für eine nicht erlebte Hochzeit. Zu Funktion und Bedeutung einiger Terrakottentypen in klassischen Mädchengräbern in Athen ». In Figurines de terre cuite en Méditerranée orientale (Colloque, Izmir, juin 2007), II : Iconographie et contextes, A. Muller, E. Lafli (éds), 305-316. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Sergent, B. 1996. Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens. Paris : Payot.

Vernant, J.-P. et P. Vidal-Naquet. 1992. La Grèce ancienne. Rites de passages et transgressions. Paris : Seuil.

Vidal-Naquet, P. 1991. Le chasseur noir. Formes de pensées et formes de société dans le monde grec. Paris : Éd. La Découverte.

Interprétation des types masculins

Baughan, E.P. 2011. « Sculpted symposiasts of Ionia », AJA 115, 19-53.

Bobou, O. 2015. Children in the Hellenistic World. Statues and Representation. Oxford : Oxford University Press.

Caneva, S.G. et A. Delli Pizzi. 2014. « Classical and Hellenistic statuettes of the so–called Temple Boys. A religious and social reappraisal ». In La Presenza dei Bambini nelle Religioni del Mediterraneo Antico. La vita e la morte, i rituali e i culti tra archeologia, antropologia e storia delle religioni, C. Terranova et al (éds.), 495-521. Roma: Aracne.

Dentzer, J.-M. 1982. Le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le monde grec du viie au ive siècle av. J.-C., BEFAR 246. Rome : École Française de Rome.

Hadzisteliou-Price, T. 1969. « The Type of the Crouching Child and the Temple Boys », BSA 64, 95-111.

Hornung-Bertemes, K. 1997. « Die sogenannten Kausia-Darstellungen aus Demetrias » (Thessalien), In Le moulage en terre cuite dans l’antiquité (Colloque, Lille, déc. 1995), A. Muller (éd.), 181-206. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Huysecom-Haxhi, S. 2015, « Du coq au canthare. Images de l’initiation masculine dans la coroplathie béotienne à l’époque classique », dans S. Huysecom-Haxhi et A. Muller 2015, p. 71-89.

Huysecom-Haxhi, S. et A. Muller. 2007, « Déesses et/ou mortelles dans la plastique de terre cuite. Réponses actuelles à une question ancienne », Pallas 75 (2007), p. 231-224.

Şahin, M. 2005. « Kinderstatuetten aus Ton auf der Rundtempelterrasse in Knidos », IstMitt 55, 95-118.

Haut de page

Note de fin

1 Strabon, Géographie de Strabon, IX, 5, 1.

2 Muller 1996, Huysecom-Haxhi 2009.

3 Huysecom, Muller 2007, 2015.

4 Huysecom-Haxhi 2009, p. 577-578 et 583-587 ; Huysecom-Haxhi 2015.

5 Winter 1903.

6 Voir bibliographie raisonnées : § 1.

7 Voir bibliographie raisonnée §.1.

8 Huysecom, Muller 2007.

9 van Gennep 1906.

10 Pour la bibliographie, voir § 8.3.

11 Burkert 2011, Jost 1992.

12 Hatzopoulos 1994.

13 Hornung-Bertemes 1997.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le croissant nord égéen
Crédits *CREDITS*
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2b. Stèle funéraire de la jeune Polyxena. Photo: Johannes Laurentius, en couverture de Muller, Lafli (éds) 2015, à droite
Crédits Photo : Couverture des actes du colloque de Lille, Huysecom-Haxhi, Muller 2015
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3. F. Winter, Die Typen der figürlichen Terrakotten II, Berlin-Stuttgart 1903.
Crédits Extrait du Die Typen der figürlichen Terrakotten I
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 4. Garçons accroupis de l’Atémision de Thasos
Crédits Photo: Auteur
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 5. Figurines masculines des sanctuaires de Thasos
Crédits Photo : Thomas Nicq
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6. Mobilier provenant d’une tombe de la nécropole H à Samothrace (inhumation d’enfant)
Crédits Photo : Dusenberry 1998
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 7. Garçon à la causia (tombe d’enfant, nécropole Sud de Pydna)
Crédits Photo : Deschamps-Lequin 2011, 388, fig.77
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1026/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souad Aït Salah, « Figurines masculines en contextes votif et funéraire de la Thessalie à la Thrace : Marqueurs identitaires et témoins des rituels d’intégration et de socialisation ?* », Les Carnets de l’ACoSt [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le , consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acost/1026

Haut de page

Auteur

Souad Aït Salah

Doctorante Halma–UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MCCC)
souad.aitsalah@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Carnets de l'ACoSt est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association for Coroplastic Studies
  • OpenEdition Journals