Skip to navigation – Site map
Dans les musées

Éclats d’antiques. Sculptures et photographies à Constantinople il y a un siècle

François Queyrel, Gérard Paquot and Isabelle Hasselin Rous
Bibliographical reference

François Queyrel, Gérard Paquot, Isabelle Hasselin Rous, Éclats d’antiques. Sculptures et photographies à Constantinople il y a un siècle, Exposition organisée par l’Ecole pratique des Hautes Études (Sorbonne) et l’Institut national d’histoire de l’art (Bibliothèque), 15 April - 30 June, 2013

Abstract

Les supports à l’étude archéologique : confrontation : L’archéologie est une discipline de terrain, dont trouvailles enrichissent les musées, en particulier pour la sculpture. La photographie est un outil essentiel dans ce cas pour l’archéologie, pour permettre une large diffusion des résultats. Il s’agit dans cette exposition de mettre en valeur les sculptures à partir de photographies, et de photographies anciennes, qui sont en elle-mêmes un patrimoine.

Top of page

Full text

L’occasion d’un anniversaire

1Il y a cent ans, Gustave Mendel publiait un Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines du Musée de Constantinople. C’est l’anniversaire de cette publication que nous entendons célébrer : elle témoigne d’un esprit novateur dont l’archéologie actuelle dépend largement. En associant le support des images à l’étude scientifique dans un ouvrage à large diffusion, il s’agissait dès l’époque de concevoir un outil pour les chercheurs.

Exemple d’une notice du catalogue de G. Mendel

Exemple d’une notice du catalogue de G. Mendel

2Au total, ce sont 1413 notices qui composent le catalogue en trois tomes paru de 1912 à 1914. Gustave Mendel a fait appel à un studio photographique d’Istanbul, le studio Sebah & Joaillier, qui a pris des clichés des objets des sculptures du musée en vue de leur publication. Cependant ces photographies sont restées inédites et, dans l’ouvrage, des gravures sont publiées pour l’illustration : elles ont été réalisées à partir de ces photographies. Tout récemment on a retrouvé, dans les fonds conservés à la bibliothèque de l’INHA et au centre Gabriel Millet de l’EPHE, les clichés du studio Sebah & Joaillier en rapport avec les dessins du catalogue de G. Mendel.

Une problématique toujours d’actualité

3Les outils changent, les découvertes se multiplient, mais la circulation de l’information scientifique reste l’un des enjeux de la recherche. Le principe, initié par G. Mendel, est donc, on ne peut plus d’actualité, dans notre xxie siècle, qui a désormais à sa disposition les outils nécessaires au référencement et à la mise à disposition des recherches archéologiques.

Gravure de la notice 0536 (Statue d’Alexandre idéalisé, inv.709) – Photographie n° 549 en rapport avec la notice 0536; derrière la statue, on aperçoit le musée tel qu’il devait être au début du xxe.

Gravure de la notice 0536 (Statue d’Alexandre idéalisé, inv.709) – Photographie n° 549 en rapport avec la notice 0536; derrière la statue, on aperçoit le musée tel qu’il devait être au début du xxe.

4C’est à partir de ce constat qu’un groupe de chercheurs, animé par François Queyrel et Marc Bui, a entrepris la numérisation des notices du catalogue Mendel et des photographies inédites conservées dans les collections de la bibliothèque de l’INHA et du centre Gabriel Millet de l’EPHE, pour produire une base de données : « Archéologie et photographie : le nouveau Mendel ».

5Il s’agit d’un projet de grande ampleur, qui se propose de mettre à disposition sur internet le catalogue du début du siècle dernier.

Montrer l’évolution

6La mise sous format numérique est alors une étape supplémentaire. Il convient de confronter les deux époques pour mettre en valeur l’intérêt de la méthode du chercheur du début du siècle dernier autant que pour valoriser l’évolution des pratiques en termes de diffusion de l’information archéologique. L’exposition « Sculptures antiques en lumière : Vision muséale à Constantinople il y a un siècle » met en scène cette archéologie du début du xxe siècle.

Album de photographies du studio Sebah et Joaillier

Album de photographies du studio Sebah et Joaillier

Album de photographies du studio Sebah et Joaillier

7Plus qu’une commémoration, l’exposition présente ces photos inédites des sculptures antiques du musée d’Istanbul. Dès lors, on peut en apprécier la valeur documentaire et retracer l’évolution du matériel archéologique présenté. Certains clichés montrent encore quelques traces de polychromie qui ont parfois disparu aujourd’hui.

8À partir de ce constat, on comprend qu’on dépasse le cadre de la photo anecdotique ou celui de la photo d’art pour rentrer pleinement dans la photographie archéologique, en nous replongeant à l’aube du xxe siècle, dans une capitale de l’empire ottoman où le milieu scientifique s’épanouissait. C’est en proposant ce retour en arrière que l’exposition tente de mieux nous faire comprendre la valeur des innovations archéologiques du siècle dernier.

Face et profil de la « Tête d’Alexandre » inv. 1138; photographies n° 609 et 608 en rapport avec la notice 0538; le support photographique permet notamment le rapprochement avec le profil numismatique.

Face et profil de la « Tête d’Alexandre » inv. 1138; photographies n° 609 et 608 en rapport avec la notice 0538; le support photographique permet notamment le rapprochement avec le profil numismatique.

Gustave Mendel et les figurines en terre cuite des Musées impériaux ottomans d’Istanbul

9L’exposition organisée par François Queyrel et Gérard Paquot à l’Institut National d’Histoire de l’Art en ce printemps 2013 a été l’occasion d’analyser l’apport du catalogue de Gustave Mendel sur les figurines en terre cuite des musées archéologiques d’Istanbul, à la connaissance de la coroplathie antique au début du xxe siècle.

10Un peu plus d’un siècle après sa rédaction, l’ouvrage de Mendel reste toujours la référence pour l’étude des figurines en terre cuite des musées archéologiques d’Istanbul, à défaut de publication exhaustive plus récente.

Sarcophage dit d’Alexandre, inv. 370; photographie n° 85 en rapport avec la notice 0068; on perçoit encore quelques traces de pigments colorés sur la surface sculptée.

Sarcophage dit d’Alexandre, inv. 370; photographie n° 85 en rapport avec la notice 0068; on perçoit encore quelques traces de pigments colorés sur la surface sculptée.

11On sait en effet que c’est au début de l’année 1904 que G. Mendel arriva à Constantinople après avoir été envoyé par le ministère français de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dans le but d’y poursuivre des recherches archéologiques. Il est en réalité attaché aux Musées impériaux ottomans et ce sans doute à la demande de son Directeur lui-même, Osman Hamdy Bey. Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois en 1899 alors que G. Mendel, membre de l’École française d’Athènes, devait effectuer en Bithynie une mission de recensement de toutes les inscriptions s’y trouvant. Cette rencontre était le prélude à une longue collaboration que souhaita O. Hamdy Bey afin de souligner la valeur des collections de son nouveau musée.

12Si les documents officiels ne précisent pas les missions de G. Mendel auprès des Musées impériaux de Constantinople , il apparaît au travers de ses publications qu’il œuvra tant comme conservateur de musée en participant à la réorganisation des nouvelles salles du musée que comme archéologue en surveillant ou dirigeant les fouilles menées pour le compte de la France et sous l’autorité des Musées impériaux ou encore et surtout comme responsable de la publication des antiquités classiques conservées aux musées de Constantinople. C’est en 1908 que Mendel acheva la publication de son catalogue des figurines en terre cuite.

Un catalogue raisonné des figurines grecques

13La collection des figurines en terre cuite grecques des Musées archéologiques d’Istanbul est l’une des plus riches au monde. Au début du xxe s., cette collection comportait 4719 numéros d’inventaire que G. Mendel publia en rédigeant 3554 notices pour son catalogue raisonné, comportant 663 pages et 15 planches. Il ne publia pas certaines séries, typologiquement différentes ou sortant géographiquement de son champ d’étude, et qui devaient donc l’être par d’autres spécialistes. C’est le cas des terres cuites architecturales de Larissa d’Éolie, des figurines phéniciennes, mésopotamiennes et chypriotes.

14Partant des registres d’inventaire du musée (rédigés en français), aux descriptions et origines précises, il choisit d’étudier le matériel par lieu de provenance. C’est donc le classement topographique que G. Mendel adopta tout naturellement pour son catalogue. Ce choix, qu’il justifie dans l’introduction de son ouvrage, était pertinent puisque les figurines du musée provenaient principalement de sites bien identifiés d’Anatolie et des îles de la mer Égée. La majeure partie des terres cuites appartenant à l’époque hellénistique, il n’était pas convaincant d’adopter un plan chronologique. Il faut souligner la modernité de cette approche géographique permettant de mettre en valeur les spécificités tant techniques qu’iconographiques propres à chaque centre de production coroplathique.

15La difficulté majeure du catalogue de Mendel réside dans le peu d’illustrations des figurines qu’il publia. Seules 15 planches photographiques ont été gravées en fin de volume. 137 figurines seulement sur les 3554 notices publiées sont photographiées. Mendel rédigea cependant un excellent catalogue raisonné de musée sur la coroplathie stambouliote à une époque où rares étaient les catalogues raisonnés portant sur les figurines.

Aphrodite anadyomène, Myrina, inv. 369; n° cat. Mendel 2308.

Aphrodite anadyomène, Myrina, inv. 369; n° cat. Mendel 2308.

© Cliché Sebah et Joaillier, Bibliothèque de l’INHA, collection J. Doucet (photographie numérique Gérard Paquot)

Les photographies de figurines par Sebah et Joaillier

16G. Mendel a fait photographier tout ou partie des figurines de son catalogue par l’atelier Sebah et Joaillier installé à Constantinople, dans le quartier européen de Péra. Les œuvres les plus remarquables étaient photographiées seules, parfois sous plusieurs angles de vue, mais le plus souvent, plusieurs figurines étaient regroupées sur une même vue en fonction de leur lieu de provenance/fabrication et de leur type iconographique. C’est avant tout la réalité archéologique de l’objet qui devait ressortir sur la photographie. Un numéro était porté à l’encre blanche en bas à gauche de chaque tirage photographique avec parfois l’indication du lieu de découverte. Il devait donc renvoyer à un inventaire des photographies, dont nous ignorons malheureusement tout.

17L’apport majeur de l’exposition présentée à l’INHA est d’avoir pu mettre en valeur le fonds des photographies de Sébah et Joaillier conservé à Paris. La bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art conserve en effet un ensemble de 17 photographies de figurines prises par Sebah et Joaillier pour le catalogue de G. Mendel, qui proviennent du fonds Jacques Doucet. S’il n’est pas possible de déterminer pour quelles raisons le célèbre collectionneur choisit d’acquérir spécifiquement ces photographies, au moins peut-on remarquer qu’elles illustrent plutôt de belles figurines assez complètes. Un certain nombre des figurines présentes sur ces clichés ont ainsi pu être identifiés et rapprochées des notices écrites par Mendel dans son catalogue.

18Un peu plus d’un siècle après l’œuvre titanesque de Mendel, cette exposition et le catalogue publié à cette occasion rendent donc un bel hommage à cet archéologue français ayant permis à la communauté scientifique de connaître les riches collections des musées archéologiques d’Istanbul.

Top of page

List of illustrations

Title Exemple d’une notice du catalogue de G. Mendel
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-1.jpg
File image/jpeg, 1000k
Title Gravure de la notice 0536 (Statue d’Alexandre idéalisé, inv.709) – Photographie n° 549 en rapport avec la notice 0536; derrière la statue, on aperçoit le musée tel qu’il devait être au début du xxe.
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-2.png
File image/png, 89k
Title Album de photographies du studio Sebah et Joaillier
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-3.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Face et profil de la « Tête d’Alexandre » inv. 1138; photographies n° 609 et 608 en rapport avec la notice 0538; le support photographique permet notamment le rapprochement avec le profil numismatique.
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-4.png
File image/png, 131k
Title Sarcophage dit d’Alexandre, inv. 370; photographie n° 85 en rapport avec la notice 0068; on perçoit encore quelques traces de pigments colorés sur la surface sculptée.
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-5.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Aphrodite anadyomène, Myrina, inv. 369; n° cat. Mendel 2308.
Credits © Cliché Sebah et Joaillier, Bibliothèque de l’INHA, collection J. Doucet (photographie numérique Gérard Paquot)
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/764/img-6.jpg
File image/jpeg, 54k
Top of page

References

Electronic reference

François Queyrel, Gérard Paquot and Isabelle Hasselin Rous, « Éclats d’antiques. Sculptures et photographies à Constantinople il y a un siècle », Les Carnets de l’ACoSt [Online], 10 | 2013, Online since 10 January 2016, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/acost/764

Top of page

About the authors

François Queyrel

Sorbonne

Gérard Paquot

LCPME

Isabelle Hasselin Rous

Musée du Louvre

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Carnets de l'ACoSt est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Association for Coroplastic Studies
  • OpenEdition Journals