Navigation – Plan du site
Archéologiser l’histoire ?

L’archéologie enfermée dehors. Retour sur un malentendu français

Blaise Dufal

Résumés

Le projet de l’anthropologie historique fait de la notion de culture matérielle le lieu de rencontre entre l’histoire et l’archéologie. Mais cette rencontre, réelle et fructueuse dans de nombreux travaux, n’a pas réellement modifié les représentations épistémologiques de l’archéologie, et ses relations avec l’histoire. Alors qu’elle jouissait d’un fort prestige à la fin du xixe siècle, l’archéologie est plutôt ignorée par les premières générations des Annales. L’archéologie reste encore considérée comme une discipline mineure, qui complète les connaissances mais n’est pas déterminante dans leur interprétation. Cette situation déplorable est liée à la position intermédiaire de l’archéologie, entre nature et culture. Mais aujourd’hui cette science sociale hybride de l’objet débordant, assume finalement pleinement la dimension du bricolage interdisciplinaire, et peut être considérée comme une attitude modèle pour la pratique concrète de l’historien dans ses rapports avec les autres sciences humaines et sociales.

Haut de page

Texte intégral

La part de l’inconscient disciplinaire

  • 1  Luc Ferry, Alain Renaut, La pensée 68. Essai sur l'anti-humanisme contemporain, Paris, 1985 et Rég (...)
  • 2  A. Carandini, Archeologia e cultura materiale, Bari, 1979.

1La question méthodologique posée par la démarche de l’anthropologie historique est avant tout celle de l’articulation pratique et théorique de l’histoire avec les autres Sciences Humaines et Sociales. Cette ouverture de l’histoire à d’autres discours critiques, est parallèle aux développements de l’archéologie foucaldienne, à laquelle l’anthropologie historique est liée, notamment dans le contexte intellectuel de ce que certains ont voulu appeler la pensée post-moderne voire « la pensée 68 »1. Ces deux approches, archéologique et anthropologique, parfois galvaudées par des historiens qui en ont usé voire abusé, symbolisent néanmoins un moment et une démarche centrés sur les problématiques de l’interdisciplinarité et de sa mise en œuvre concrète autour de nouveaux objets d’étude. L’anthropologie historique apparaît souvent, tout comme l’archéologie foucaldienne, comme une simple métaphore dont l’image d’évidence méthodologique masque de véritables ambiguïtés que l’on préfère taire au profit d’effets d’annonce prestigieux et d’appartenance institutionnelle. Une des ambiguïtés majeures de l’anthropologie historique, particulièrement manifeste dans le bilan historiographique des trente dernières années, s’est cristallisée autour du concept de culture matérielle2, qui était sensé faire dialoguer l’histoire avec l’archéologie. Cette louable volonté de dialogue, amorcée par certains historiens, était pourtant déjà une tentative pour rattraper le retard de la recherche française dont une des caractéristiques est justement cette mésentente entre archéologie et histoire. Si l’on souhaite voir cette situation évoluer, il faut commencer par comprendre les raisons de ce malentendu, à prendre au sens propre, comme la difficulté voir l’impossibilité à se comprendre, voir même à se parler, à simplement s’entendre.

  • 3  Ce constat serait à nuancer par une analyse comparée des différentes situations disciplinaires : i (...)

2Il s’agira ici de décrire et d’analyser, à travers un bref récit mythologisant, ce malentendu typiquement français qui constitue une particularité de notre paysage intellectuel et scientifique. En effet dans les pays anglo-saxons (pour reprendre un exemple paradigmatique de l’argumentation de l’anthropologie historique) l’archéologie et l’histoire sont sur un pied d’égalité scientifique et institutionnel et les travaux croisant leurs techniques et leurs méthodes sont courants3. En France, on ne mélange pas trop les torchons et les serviettes, ou plutôt la pioche et le crayon. Ce constat de la permanence d’une fracture scientifique entre archéologie et histoire, n’implique pas pour autant de gommer ou d’ignorer les multiples et fécondes entreprises qui ont été menées, notamment au cours des vingt dernières années, pour y remédier, mais d’essayer de comprendre pourquoi cette situation a peu évolué au-delà de certains cercles de chercheurs. Et ce malgré le programme d’une anthropologie historique promouvant la culture matérielle et se tournant vers une anthropologie pour laquelle l’archéologie est une science sociale et humaine comme les autres. Ainsi ce malentendu latent et persistant doit nous inciter à repenser, tant au niveau des méthodes que des objets d’étude, les rapports entre archéologie et histoire pour faire vivre cette injonction à l’interdisciplinarité que constitue l’anthropologie historique.

  • 4  Ce texte est la mise par écrit d'un étonnement permanent devant ce malentendu, au cours de multipl (...)
  • 5  L'archéologie a jusqu'ici peu fait l'objet d'études historiographiques : voir récemment Nathalie R (...)
  • 6  La spécificité française des constructions disciplinaires, marquée par un attachement unique du ch (...)
  • 7  « La sociologie des intellectuels, en France surtout, voudrait précisément tendre, avec une sociol (...)
  • 8  Pour poursuivre la métaphore de l'inconscient disciplinaire nous pourrions envisager les formes de (...)
  • 9  Nous cherchons ici une approche différente mais complémentaire de la théorie de l'acteur-réseau et (...)
  • 10  Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957. Laurent Mucchielli, Mythes et histoire des sciences huma (...)

3À travers un parcours subjectif4, nous évoquerons certaines représentations épistémologiques de l’archéologie, définissant les relations entre l’histoire et l’archéologie et leurs articulations aux autres SHS5. Cette incompréhension recèle de multiples raisons et ce mépris mutuel peut être envisagé selon différents niveaux épistémologiques et institutionnels. Nous proposerons dans cet essai des pistes pour l’analyse des constructions des domaines disciplinaires, en mettant en avant les impensés de leurs logiques6. Pour cela nous avons choisi de reprendre, en quelque sorte, les discours des acteurs, qui reproduisent des figures historiographiques simplificatrices, élaborant un récit mettant en scène des disciplines incarnées, actrices. Ces blocs monolithiques ne renvoient pas à des réalités scientifiques mais à des formes de représentations qui ont néanmoins une efficacité réelle dans les relations entre l’archéologie et les autres SHS en France7. Nous voulons ainsi proposer une histoire critique des mentalités épistémologiques8, de la manière dont les scientifiques se représentent la science qu’ils font et celle qu’ils ne font pas, pour mettre en avant, non les pratiques, mais les représentations des acteurs, c’est à dire l’effet de ces constructions dans l’interaction entre des disciplines scientifiques9. Pour vaincre les résistances à expliciter les véritables raisons de ce malentendu, nous faisons donc l’hypothèse de l’importance épistémologique et historiographique des subjectivités disciplinaires qui structurent leurs formalisations rationnelles et objectives. Nous proposons alors une mythologie10, certes incomplète, mais qui peut permettre de pointer certains éléments inconscients de ce « dialogue de sourd » entre histoire et archéologie, conséquence d’une répartition disciplinaire, définie en fonction du type de source traitée, où selon une hiérarchie moderne des valeurs, la source écrite serait la plus prestigieuse.

L’oubli de l’archéologie

  • 11  On ne relève aucune entrée à Archéologie dans le Lexique des sciences sociales de Madeleine Grawit (...)
  • 12  Il n’y a aucune entrée « Archéologie » dans le Dictionnaire des sciences humaines dirigé par Sylvi (...)
  • 13  Jean François Dortier (dir.), Une histoire des sciences humaines, Paris, 2005 : l'archéologie n'es (...)
  • 14  Marc Guillaume (dir.), L'État des sciences sociales en France, Paris, 1986 : pas d'entrée archéolo (...)
  • 15  Jean François Dortier, Les sciences humaines. Panorama des connaissances, Paris, 1998 : on ne trou (...)
  • 16  Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, 1969. Pour les plus récentes et fécondes réflexio (...)
  • 17  Voir notamment André Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, 1986 et André (...)

4Si l’on regarde la plupart des ouvrages synthétiques en français sur les SHS publiés depuis la fin des années 1980, on peut constater qu’ils ignorent l’archéologie dans un silence éloquent. La plupart des manuels11, des dictionnaires12 ou des ouvrages de présentation générale13 ne comportent aucune entrée ni sous partie consacrées à l’archéologie et quand elle est abordée c’est par rapport à l’art ou l’architecture14, ou à propos de la seule préhistoire15. Comment ce terme d’archéologie, aussi courant dans l’imaginaire et dans le discours des SHS, notamment depuis Michel Foucault16, peut-il désigner une discipline aussi ignorée voire méprisée par les tenants même de ce discours ? En effet l’archéologie a souvent été désignée comme une science auxiliaire, annexe, un outil de l’histoire17. Ce ne serait qu’une simple technique productrice de documents comme la paléographie, l’épigraphie, la généalogie, l’héraldique, la numismatique, l’onomastique ou la diplomatique. Cependant, c’est aujourd’hui une discipline scientifique qui a échappé au seul contrôle de l’histoire, qui utilise et dialogue de manière très féconde avec d’autres sciences comme la biologie, l’anthropologie, l’ethnologie, la géomorphologie ou la géologie. Il apparaît donc que les imaginaires épistémologiques n’ont finalement pas évolué au rythme des évolutions scientifiques propres à ces disciplines et qu’ils reproduisent encore de vieilles hiérarchies.

  • 18  L'archéologie est alors au cœur des débats sur les origines des identités nationales, les races et (...)
  • 19  Son absence dans le récent livre d'André Burguières, L’école des Annales. Une histoire intellectue (...)
  • 20  Cette situation est assez spécifique au contexte intellectuel français même si on retrouve des par (...)
  • 21  L'histoire des techniques encouragée par Marc Bloch et Lucien Febvre, a ensuite été délaissée par (...)

5Alors qu’elle jouissait d’un prestige social réel, d’un intérêt politique fort, d’une reconnaissance scientifique importante et qu’elle était très présente dans la recherche historique à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle18, l’archéologie est plutôt ignorée par les premières générations des Annales19. L’archéologie est alors associée à l’histoire traditionnelle, positiviste et peu problématique. Dans leur mouvement de rejet de l’histoire-bataille, les historiens des Annales délaissent aussi une archéologie qui s’est jusque-là avant tout intéressée aux palais et aux réalisations des princes, que cela soit en Égypte, ou en Asie mineure par exemple, ou aux ancêtres mythiques de notre culture, comme la Grèce antique. L’intérêt pour la culture matérielle et les techniques de l’archéologie, délaissées dans le programme initial des Annales, se déplace et trouve un autre champ d’application dans les années 30 avec les études d’anthropologie axées sur les civilisations des objets (celle de l’arc ou de l’araire par exemple)20. De cette époque date le développement de l’anthropologie des techniques, qui reste une spécificité française, alors que l’anthropologie anglo-saxonne traite de la culture matérielle dans son ensemble21.

  • 22  Èmile Durkheim, De la méthode dans les sciences, Paris, 1911 : distinction entre les sciences rati (...)
  • 23  Voir à ce propos l'introduction de Nathan Schlanger à l'édition anglaises d'articles de Marcel Mau (...)
  • 24  Marc Bloch et Lucien Febvre sont très influencés par la revue de Durkheim L'année sociologique qui (...)
  • 25  Gérard Chouquer, « Quels territoires pour les médiévistes de demain ? », Études rurales, n° 117, j (...)
  • 26  Jean Piaget dans La situation des sciences de l'homme dans le système des sciences (Paris, 1970) p (...)
  • 27  Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, 1958-1973.

6Durkheim définit l’archéologie comme une science de l’observation, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas prétendre à être une des sciences rationnelles que sont la sociologie et l’histoire dont le caractère totalisant est fondamental et structurant pour la définition des SHSau début du xxe siècle22. Voulant éviter l’accusation de « matérialisme méthodologique », il marginalise la technologie23. Cette classification durkheimienne peut être considérée comme représentant la conception de l’archéologie par les historiens des Annales24 et elle trouve des prolongements et des inflexions, en France, jusque dans les années 1950-1960, quand les SHS sont dominées notamment par les modèles braudélien et labroussien. Si les données issues de l’archéologie ne sont pas absentes des grandes thèses consacrées par Georges Duby ou Robert Fossier à l’étude approfondie d’un territoire dans un moment historique particulier ; l’archéologie y apparaît pourtant clairement dans sa fonction de science auxiliaire, apportant des renseignements sur le sous-sol et le passé non écrit qui y est conservé. De plus, l’intérêt pour les constructions du paysage et l’environnement se développe alors surtout au nom de la géographie et non de l’archéologie25. C’est ce rapport inférieur de l’archéologie à l’histoire26 qui tend encore à être réel chez de nombreux historiens et chercheurs en SHS : cette représentation est une conséquence de la conception de l’histoire, de la sociologie ou de l’anthropologie pensées comme science globale. Ainsi, lorsque Claude Levi-Strauss27 distingue les sciences sociales (le droit, l’économie, la sociologie et la psychologie sociale) des sciences humaines (l’histoire, l’anthropologie, la linguistique, la philosophie, la logique, la psychologie), la préhistoire et l’archéologie sont associées à l’histoire dans cette deuxième catégorie. Cette distinction entre sciences sociales et sciences humaines est établie en fonction de la pratique sociale du chercheur notamment selon sa place au sein ou en dehors de la société étudiée, et de l’utilité sociale de sa recherche. Subalterne et secondaire, l’archéologie apparaît comme rejetée hors du social.

L’autonomie entre politique et épistémologie

  • 28  En 1957, l'Histoire de la science, dirigée par Maurice Daumas, classe dans les Sciences de l'Homme (...)
  • 29  Philippe Braunstein, « Nature de l'objet structure du paysage », Annales HSS, n°3, mai-juin 2000, (...)

7Au cours des années 1960, l’archéologie perd de son unité, elle est fragmentée28 selon ses aires spatiales et chronologiques d’application et les techniques utilisées se diversifient de plus en plus. L’évolution de ses techniques, qui l’entraîne vers les sciences physiques et chimiques et les sciences naturelles, induit aussi une confusion disciplinaire de plus en plus grande et une difficulté à maintenir la visibilité de cette approche scientifique29. Marginalisée scientifiquement et exclue institutionnellement, l’archéologie a suivi sa propre évolution au cours des années 1970-1980, pour se constituer en une véritable discipline autonome, reconnue par l’institution universitaire. La mode patrimoniale, qui traverse la société française, influence grandement les objets de recherche archéologiques et modifie ses interlocuteurs. Saisie par le politique et le social, l’archéologie doit affirmer également sa légitimité à fouiller en France, et non plus uniquement à l’étranger, pour sortir de cette représentation d’une science de l’« exotique », du lointain tant géographique que chronologique.

  • 30  Cette image de l'archéologue rappelle celle, familière aux SHS, des « bons sauvages », innocents e (...)

8Centrée sur cet effort d’autonomisation, l’archéologie s’est largement tenue à l’écart des grands débats historiographiques de ces mêmes années : ceux de l’anthropologie historique, du linguistic turn, de la micro-histoire, de la crise et de l’émiettement de l’histoire. Cette distance se comprend facilement quand on rappelle la place centrale des mentalités et des représentations dans ces questionnements : l’archéologie à qui on assignait pour objet la culture matérielle, réduite à sa matérialité, était d’office exclue de ces questionnements. Ce rendez-vous manqué, au regard du projet initial d’interdiciplinarité, concerne finalement plus la construction d’une légitimité épistémologique et la revendication explicite de l’inscription de l’archéologie dans les SHS, que sa réelle pratique scientifique. En effet, dans ses pratiques et ses échanges avec d’autres disciplines scientifiques, l’archéologie, a fait exister un autre mode d’interdisciplinarité, moins théorique et plus pragmatique. Les archéologues n’ont pas assez joué le jeu de l’épistémologie, du discours sur soi en direction du reste de la communauté scientifique et leur situation subalterne apparaît comme une conséquence de cette attitude. Ce choix n’était pas forcément volontaire et conscient, mais il est à la base du malentendu. Alors que les différentes composantes des SHS redéfinissaient leurs prérogatives respectives, leurs articulations et leurs relations, leurs zones de convergence et de différence ; l’archéologie cherchait simplement à exister, sans doute pas assez sûre d’elle-même pour rentrer dans des discussions à l’allure parfois « byzantines » pour ceux qu’on représente encore souvent comme des « hommes de terrain »30.

  • 31  On trouve en 1986 un exemple frappant de ce décalage dans le rapport ministériel de Serge Cleuziou(...)
  • 32  Maurice Godelier, Les sciences de l'homme et de la société en France, Paris, 1982 (rapport remis à (...)
  • 33  Cette optique relève d’une définition du droit comme une technique opérant sur la nature : l’incor (...)

9Ce décalage chronologique dans l’évolution des différentes disciplines est lié à de multiples raisons politiques et scientifiques sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici. Mais il faut rappeler que tout au long des années 1970-1980, l’archéologie a du se battre avant tout pour avoir une place à l’université, dans les ministères, dans les politiques d’aménagement31. La contrainte économique est beaucoup plus importante que dans la plupart des autres SHS du fait des moyens mis en œuvre pour effectuer la recherche et de la question de la propriété et de l’accès aux archives du sol. Ces multiples barrières d’accès au terrain des archéologues ont conforté de nombreux chercheurs en SHS dans leur appréhension à l’égard de l’archéologie32, à une époque où les lignes disciplinaires évoluaient pourtant fortement. L’archéologie a les mains dans la terre mais aussi les mains dans la société, elle ne peut pas échapper à la confrontation avec les pouvoirs publics et à la construction de rapports de force avec des acteurs sociaux extérieurs au monde de la recherche. Ce rapport nécessaire et assumé aux multiples contraintes sociales a conduit à accentuer la distance vis-à-vis des autres SHS, dont certains courants, en France dans les années 1980-1990, voulant affirmer leur objectivité scientifique, cherchaient justement à prendre de la distance par rapport à la société. Il faut aussi remarquer que l’enfermement de l’archéologie du côté de la praxis induit une forme de naturalisation accentuée par l’intervention du pouvoir politique qui a instauré un processus de routinisation de l’enquête archéologique. En effet, la loi sur l’archéologie préventive, imposant aux aménageurs de payer une redevance pour financer les fouilles de sauvetage, conduit l’archéologie à apparaître comme une simple procédure, circonscrite juridiquement et dont la nécessité est définie selon un dispositif légal. C’est une manière pour le politique de désamorcer les enjeux sociaux de mémoire locale et nationale en les déconnectant d’une démarche scientifique. Le politique s’est saisie de l’archéologie pour mieux la cloîtrer dans une loi et la maintenir ainsi, définitivement espère-t-il, dans un statut de minorité, du côté des faits, des objets du droit33.

  • 34  Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L'espace non-popperien du raisonnement naturel (...)
  • 35  Voir les essais sur la construction des faits dans le discours archéologique : Jean-Claude Gardin, (...)

10L’archéologie reste encore considérée comme une discipline mineure, simple passe-temps, activité secondaire, besogneuse et récréative qui complète les connaissances mais n’est pas déterminante dans leur ordonnancement ou leur interprétation. Elle est dévaluée, et son impact minimisé, alors même que son développement scientifique est de plus en plus important. La professionnalisation de l’archéologie avec l’AFAN puis son institutionnalisation dans un établissement étatique (INRAP) ont renforcé les clivages institutionnels à l’intérieur même de l’archéologie entre archéologie préventive et archéologie programmée (apanage des chercheurs universitaires). Cette division profonde, qui marque fortement le monde de l’archéologie, a confirmé la méfiance et le désintérêt des SHS pour une discipline qui ne donnait l’image que d’un corps de techniques scientifiques permettant une assistance pour collecter des données, une discipline perdue dans les considérations politiques et dépourvue de cette réflexivité, qui est la marque constitutive revendiquée des SHS34. Pourtant les archéologues ont bien conscience de construire des faits et des objets scientifiques35, mais cette évidence est rarement conceptualisée et formalisée au niveau épistémologique, peut-être, par peur de montrer ses faiblesses et par souci stratégique de jouer la carte rémunératrice de l’objectivité scientifique. La multiplicité des données archéologiques, qui écrase parfois ses praticiens, souvent faute de moyens humains et matériels pour les traiter, constitue d’ailleurs un obstacle majeur au dialogue interdisciplinaire.

L’archéologie entre nature et culture

  • 36  « Dès qu'on rajoute les objets, on le voit, il faut nous habituer à circuler dans le temps, dans l (...)
  • 37  « Il est toujours délicat de faire appel aux choses afin d'expliquer soit la durabilité, l'extensi (...)

11Les non-dits et les sous-entendus de ce malentendu entre l’archéologie et les SHS doivent être également envisagés à travers l’étude des différentes définitions de l’archéologie et de la manière dont l’évolution de ces terminologies a construit une place particulière dans les représentations épistémologiques. La définition traditionnelle de l’archéologie comme étude des vestiges matériels du passé la place clairement du côté du matériel, du non-vivant36. Sa fonction de science auxiliaire l’assimile, comme les autres sciences annexes de l’histoire, à un ensemble de procédés mécaniques permettant de créer de nouveaux documents et d’en vérifier l’authenticité. Et ce statut de mineur a souvent été accepté et intériorisée par les archéologues, qui y trouvaient un confort intellectuel et une fenêtre institutionnelle très pratique en termes de financement et de justification scientifique. C’est cette position de science mineure que nous voulons interroger de manière nouvelle en l’envisageant comme révélatrice d’une ambiguïté fondamentale des SHS37. Pourquoi convoque-t-on l’archéologie parfois plus comme métaphore, évacuant le comparant, que comme pratique réelle : de quoi les SHS et notamment l’histoire, ont-elles peur ?

  • 38  Éve Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé, 1798-1945. Aux sources de l’archéologie, Paris, (rééd. (...)
  • 39  Mary Douglas, De la souillure, Paris, 1992.
  • 40  Bruno Latour, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, 200 (...)
  • 41  Anthony Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, 1994.

12Dans le classement des humanités anciennes, à propos des sciences qui traitent des œuvres réalisées par les humains, l’archéologie était la discipline la moins noble par rapport à l’histoire de l’art et l’architecture38. Elle a gardé cette marque roturière, elle a les mains pleines de terre, et même quand elle définit ces objets, à la suite d’André Leroi-Gourhan, comme « archives du sol », ils restent entachés. Cette marque d’impureté39, symbolise à la fois le lien de l’archéologie avec le non-humain et avec le politique : deux réalités auxquelles une partie des SHS se fait gloire de ne pas toucher, de simplement les observer, sans entrer en interaction avec elle. L’archéologie est à la fois partie prenante de la vie de la cité et en rapport direct, influant clairement sur ces constructions scientifiques avec les gestionnaires de la collectivité. L’archéologie explicite donc les liens des SHS avec ces deux non-lieux (nature et politique) repoussoirs créateurs de leurs identités. C’est là son ambiguïté profonde, qui la rend inclassable et lui fait pointer le malaise inhérent à la dichotomie nature/culture constitutive de ce que Bruno Latour appelle la « constitution moderne »40 qui définit les SHS. L’archéologie est dans l’entre-deux et ne correspond donc pas aux critères de respectabilité de la pureté catégorielle. Elle met les SHS face au danger qui menace leur « sécurité ontologique »41 en soulignant l’inanité de leurs catégorisations fondatrices.

À la recherche de l’objet perdu

  • 42  Ces courants scientifiques ont développé une archéologie très problématisée mais qui a peu été reç (...)
  • 43  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, 1975.

13L’archéologie processuelle et la new archaeology42 ont cherché à partir des années 1960 à sortir de la fascination pour l’objet prestigieux, la recherche de l’œuvre d’art ou de l’artefact illuminant la connaissance historique et synthétisant le réel (comme la pierre de Rosette). Ainsi, pour prouver sa spécificité, assumer sa différence, l’archéologie a retourné son stigmate43, et s’est intéressée au travail laborieux, aux actions humaines quotidiennes, là où l’objet n’est pas une finalité identifiable. On a alors cherché à documenter des évènements non spectaculaires, des habitats, des façons de vivre et de mourir, en promouvant une approche en terme de processus pour étudier la morphologie, le fonctionnement et sortir justement de l’événementiel et de l’héroïque. Mais toujours associée à la terre, dans le monde scientifique comme chez les néophytes, l’archéologie a, en même temps, conforté son identité de pratique scientifique du contingent, caractéristique de la nature, notamment par ses recherches sur les environnements et les éco-systèmes. Si les artefacts sont produits par les humains, une fois « découverts » par l’archéologue, ils sont à nouveau objectivés et naturalisés. Ils accèdent à une existence objective, comme donnée scientifique, à laquelle il faut désormais apporter un sens. L’analyse en terme de processus, qui a cherché à rompre avec la grille de lecture rupture/continuité/transition, définissant l’évènement, n’a pas pour autant réussi à échapper à cette naturalisation/neutralisation forcée de l’objet. L’archéologie aurait alors échoué à être un « porte-parole » des objets dans les SHS.

  • 44  Pierre-Roland Giot, Loïc Langouet, La datation du passé. La mesure du temps en archéologie, Rennes (...)
  • 45  Michel Gras, « Donner du sens à l'objet. Archéologie, technologie culturelle et anthropologie », A (...)
  • 46  « Chez les humains, il est presque impossible de reconnaître une interaction qui ne ferait pas app (...)
  • 47  André Tchernia, « Archéologie et histoire ancienne : un monde de sources rares », Étienne Anheim, (...)

14Mais cette tentative interne pour sortir de l’enfermement dans et de l’objet, n’a pas été comprise de l’extérieur comme une véritable sortie de la mission assignée à l’archéologie, celle de la construction de la chronologie. C’est surtout la diversité et la complexité de la chronologie qui ont alors été perçues, d’autant que ce changement était d’abord attribué aux progrès techniques et non à une évolution du regard scientifique. L’archéologie y a même perdu en partie cette légitimité de machine à dater que lui reconnaissaient les historiens, en mettant en avant les limites de ses propres découvertes. En effet l’archéologie a trop souvent été vue comme une simple technique de datation, comme l’a montré l’engouement général pour le C1444. On attend de l’archéologue qu’il mette en ordre le réel, qu’il le différencie, l’échelonne, le hiérarchise, qu’il construise des typologies mais dans l’unique but de dater. Ces classements sont « des états des lieux, des bilans catégoriels et non des savoirs [...] les propriétés intrinsèques des objets prennent le pas sur les propriétés extrinsèques »45. Il définit une époque par une identification à un outil, un matériau spécifique, une technique46. Le lieu de fouilles devient alors le nom d’un moment, d’une durée, il forge une identité, mais celle-ci devient très vite un donné objectivé, référentiel et non plus une interprétation problématique. Du fait de la place qui lui est accordée dans les processus scientifiques et des représentations épistémologiques des ces découvertes, l’archéologie opère une naturalisation de l’objet fabriqué par l’homme. Il y a, dans le processus de construction scientifique, un décalage chronologique entre les opérations archéologiques et celles de l’historien qui reproduit la préséance de la nature sur la culture : cette représentation constitue la justification majeure du statut mineur de l’archéologie. Finalement l’archéologie permettrait une naturalisation des faits historiques autorisant les autres SHS à vivre dans un monde stable et serein où elles peuvent déployer leurs interprétations. L’usage de l’objet archéologique, marqueur de datation, qui a pour rôle de « contrôler la véracité de l’écrit »47, place cette discipline au niveau du simple témoignage et la rend ainsi presque invisible. L’archéologue serait donc attaché à l’extérieur, au cadre, l’intériorité lui étant étrangère, et ce d’autant plus qu’il a abandonné l’étude les chefs-d’œuvre artistiques.

  • 48  Marie-Pierre Julien, Céline Rosselin, La culture matérielle, Paris, 2005.
  • 49  Voir les critiques de cette notion de culture matérielle par Pierre Lemonnier, « De la culture mat (...)
  • 50  C'est ce qui est souvent reproché à l'archéologie dite préventive par ceux-là mêmes qui ignorent c (...)
  • 51  Joëlle Burnouf, qui est la première à reprendre la terminologie latourienne pour décrire les objet (...)

15Cet effort salutaire, pour sortir de la tutelle de l’histoire de l’art notamment, qui a donné de très nombreuses et riches études scientifiques, a contribué à une revalorisation de l’archéologie par le biais de la culture matérielle48, notion qui ré-émergeait, portée par des historiens soucieux de ne pas s’enfermer dans l’histoire des représentations. L’ambiguïté de ce terme de culture matérielle, doit ici être soulignée, car il a souvent été un simple effet d’annonce sans pour autant concrètement faire bouger les lignes de fracture entre archéologie et histoire. La culture matérielle présuppose une distinction avec d’autres types de culture et aboutit à réifier une nouvelle fois des objets que l’étude devrait au contraire chercher à faire sortir de leur objectivité49. La source archéologique reste alors toujours un objet, qui serait immédiatement appréhendable, « neutre », banal ; et l’archéologie continue d’être comprise comme une discipline qui n’a besoin que de décrire et qui ne donne pas de sens. Une discipline qui fournirait un travail d’accumulation permanent50, infatigable dévoreuse d’espace et de temps, alors que l’historien, lui, revient sans cesse avec des grilles de lectures différentes sur les mêmes documents. La culture matérielle en donnant l’impression de libérer l’archéologie de la nature51 n’a fait que déplacer le couple nature/culture sans en sortir véritablement.

L’archéologue hors du discours

  • 52  Pierre Chastang, « L'archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l'écrit au Moyen (...)
  • 53  Sigmund Freud, Das Unheimliche, 1919.

16Si l’archéologie n’est plus seulement considérée comme une technique d’extraction matérielle des objets, elle n’a pas pour autant réellement changé de statut. Dans la division des tâches et des objets avec l’histoire, c’est cette dernière qui analyse des discours. L’archéologue n’aurait donc pas accès à l’humain en tant qu’être pensant, car au mieux il n’entre en contact qu’avec des squelettes, et non des cadavres. L’étude des manuscrits ou des inscriptions a toujours été réservée à des spécialistes comme les épigraphistes qui se sont toujours démarqués des archéologues « normaux », tant par leurs méthodes que leurs objectifs de fouille. On peut aussi remarquer le paradoxe actuel en histoire médiévale où l’intérêt renouvelé pour l’étude matérielle des manuscrits se fait au nom d’un retour positiviste à la codicologie mais très rarement par des méthodes se revendiquant de l’archéologie alors qu’elles lui sont liées de multiples manières52. Mais la codicologie n’a jamais voulu son indépendance, elle se complaît même parfois à faire l’éloge de sa propre servitude, pour mieux affirmer son caractère scientifique. Alors que l’archéologie a cherché ailleurs que dans les SHS sa légitimité scientifique : c’est ce danger du non-humain, « inquiétante étrangeté »53, qu’il faut écarter du contact de la raison humaine en enfermant l’archéologie dehors.

  • 54  À ce titre l'archéologie, en tant que science mineure, fait partie du contrôle intellectuel exercé (...)
  • 55  « on exige d’une publication archéologique, ou d’une publication fondée sur des données archéologi (...)
  • 56  « tous ces corpus forment désormais un patrimoine documentaire exceptionnel. Il est temps de leur (...)

17L’archéologue apparaît toujours écarté du discours comme objet scientifique mais aussi comme production scientifique. Il est exclu de la construction du récit car l’aspect scientifique "dur" de ses données serait inconciliable avec le souci de la narration. L’histoire se placerait du côté de la culture, de l’humain, du logos, quand l’archéologie est définie comme une simple technique de saisie de la nature54. La fonction de donneur de sens du travail archéologique est en général externalisée, délocalisée55 ; l’œuvre d’interprétation est encore aujourd’hui l’apanage d’historiens. Cette « chasse gardée du sens » est une des causes du faible usage et de l’impact encore trop restreint des découvertes archéologiques. Elle explique un certain nombre de retards et de manques dans la recherche française56.

  • 57  Les questions de l'édition en archéologie ont été bien posées au cours d'une débat dont les consid (...)

18Si le chercheur en archéologie est tenu et se tient à l’écart du discours interprétatif ; ses résultats scientifiques, issus, entre autre, de la fouille, sont eux aussi trop souvent minorés voire ignorés dans les grandes synthèses en SHS. Cette relative absence des données archéologiques, particulièrement étonnante au niveau des ouvrages historiques, est due au fait que le travail des archéologues est souvent ignoré par les historiens. Cette ignorance a plusieurs sens et causes : les causes institutionnelles, historiographiques et épistémologiques que nous avons déjà évoquées mais aussi des causes plus pragmatiques et scientifiques. Le travail de l’archéologue est à la fois plus contingent et mystérieux et le mépris dont il fait l’objet n’est souvent qu’une revanche sur cet insaisissable. La plupart des historiens connaissent peu la pratique concrète de l’archéologie et les savoirs qu’elle mobilise et génère ; alors que le travail de l’historien est mieux connue par l’archéologue qui la pratique aussi souvent et qui y a été familiarisée par ses études, ses lectures, son environnement culturel. Peu d’historiens, pour des raisons de compétence et d’intérêt, lisent des rapports de fouilles ou des études archéologiques57 alors que la plupart des archéologues lisent des livres d’histoire.

  • 58  Il serait très fructueux de faire une histoire des représentations de l'archéologue, d'Indiana Jon (...)
  • 59  SylvainVenayre, La gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne (1850-1940), Paris, 2002.
  • 60  Cette représentation de l'archéologie est pourtant très loin de la réalité et même de celle du « t (...)
  • 61  À propos des objets funéraires, voir les remarques de Henri Duday, « Mais, au fait, quelle anthrop (...)

19Enfermée dans la nature, l’archéologie l’est aussi par le regard que l’on porte sur ces praticiens58. L’aventure qu’elle serait sensée véhiculer est à rapprocher des représentations des explorateurs du xixe ou des alpinistes du xxe siècle59. La pratique même de l’archéologie construit cette représentation naturalisante. Elle est appréhendée comme une activité physique60, ce qui en fait une exception remarquable dans les SHS. Elle exige une adresse des mains, un équilibre corporel, une force ou tout au moins un effort physique, un apprentissage de techniques instrumentales et corporelles. Elle implique l’usage d’outils qui sont classés communément du côté du matériel et non de l’intellectuel. Ces outils, qui manifestent pourtant l’absence d’immédiateté avec l’objet d’étude, entraînent alors l’archéologie du côté de la simple technique expérimentale et empirique. L’archéologue par sa pratique et ses objets apparaît donc trop immergée dans la nature pour dialoguer avec les SHS. Ces brèves remarques visent à mettre en avant les représentations et leurs déterminations, parfois peu nobles, qui construisent les différences disciplinaires plutôt que de considérer ces dernières comme acquises et établies une fois pour toute, normales... naturelles61.

L’histoire au risque de l’archéologie

20Il n’y a rien de normal à ce que les archéologues soient tenus et se tiennent volontairement du côté de la nature, de cette nature qu’il faudrait tenir à distance et que seuls les spécialistes pourraient comprendre, alors que les SHS se définiraient du côté de la culture, du sens commun. Mais on s’est bien gardé côté archéologue de proclamer l’appartenance aux SHS, de la revendiquer épistémologiquement ; car, face à l’histoire, l’apparente matérialité et objectivité des données, pouvait être le seul argument avancé par les archéologues pour se faire une place même au fond de la classe des SHS. Une évidence ressentie par tout archéologue mais rarement conceptualisée et formalisée au niveau épistémologique.

  • 62  « Pour s'occuper enfin du corps social en tant que corps, il faut traiter les choses comme des fai (...)
  • 63  Nous reprenons ici le titre de l'ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, (...)

21La faible importance des réflexions épistémologiques en archéologie, par rapport aux autres SHS, peut être envisagée aujourd’hui comme une chance pour l’archéologie : si l’archéologie, s’est tenue à l’écart de la critique transcendantale du sujet et de l’unité du fait social62, trop occupée à son affirmation scientifique, universitaire et politique, elle a justement un regard neuf à apporter sur ces questions épistémologiques déplaçant les lignes de forces intellectuelles. Si la distinction nature/culture n’est plus pertinente pour analyser les sociétés et si nous n’avons jamais été modernes63 ; l’archéologie, point nodal entre ces deux univers, pourrait apparaître comme une discipline phare de la recomposition des SHS.

  • 64  « Le modèle de l'archéologie devrait être l'astrophysique, qui est bien une archéologie de l'unive (...)

22Ainsi l’archéologie, par son rapport direct et quotidien au politique, se présente comme un discours scientifique qui est obligé d’assumer sa démarche critique vis-à-vis d’une demande sociale ; ce qui était d’ailleurs l’un des objectifs majeurs de l’archéologie foucaldienne... L’archéologie n’a pas cherché à rompre son dialogue avec la société, et n’en a pas eu le choix d’ailleurs, comme ont tendance à le faire nombre de praticiens des SHS aujourd’hui. D’autre part, la pratique archéologique met en scène et en acte l’historicisation du concept d’expérience historique64 et a pleinement joué le jeu de la vulgarisation et de la communication sans pour autant y perdre forcément son âme.

  • 65  Voir notamment les propositions de Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéolog (...)
  • 66  Bernard Valade, Introduction aux sciences sociales, Paris, 1996, p 23

23Que l’archéologie soit une science sociale n’a rien d’une découverte65 mais ce n’est pas pour autant une évidence historiographique et épistémologique, bien qu’elle constitue pleinement une des « sciences empiriques de l’action »66, étudiant le comportement des individus qui vivent en société et mettant en avant une pensée interprétative. La question n’est pas que les archéologues aient besoin de l’affirmer pour eux-mêmes mais plutôt pour rendre service aux autres SHS, notamment aux historiens. Science totale et pluridisciplinaire, l’archéologie peut apporter aujourd’hui bien plus que des données aux autres SHS : des modes d’articulation et de pratique de recherche faisant réellement vivre l’interdisciplinarité autour de l’étude particulière d’objets humains et non-humains tout en ouvrant des points d’échanges épistémologiques. Discipline trop hybride pour être sereinement pensable selon les dualismes constitutifs de « la constitution moderne », l’archéologie est justement l’une des rares disciplines des SHS qui en cherchant à comprendre des objets dans leurs relations, qu’ils soient humains ou non-humains, a construit des outils et des méthodes pour les penser sur un pied d’égalité.

  • 67  « il faut entendre autrement le mot "inter"-action. Cette expression ne signifie pas seulement qu' (...)
  • 68  « A chaque fois qu'une interaction dure dans le temps et s'allonge dans l'espace, c'est qu'on l'a (...)
  • 69  Idem, § 26.

24Une des leçons fondamentales de l’archéologie actuelle est qu’à chaque objet de recherche correspond des outils intellectuels et des techniques propres :elle rejoint là l’une des avancées importantes de la sociologie prônant l’étude des processus de négociations et de traductions. L’historien peut, en s’inscrivant dans cette démarche, aller au-delà de l’histoire problème de l’école des Annales tout en prolongeant sa volonté de résistance à une systématisation théorique des procédures d’enquête historiographique. L’archéologie incite alors à la construction d’outils d’analyse spécifiques pour une recherche qui doit se faire par l’analyse de l’inter-action67 permanente et égalitaire entre humain ou non-humain68, dans une recherche, qui doit être attentive au « travail social des objets »69.

  • 70  Cette pratique « complexe et complexée » des rapports de l'archéologie avec les sciences de la nat (...)

25D’autre part, par sa pratique des discours de la science dite « dure »70, l’archéologue paraît mieux armé que les autres chercheurs pour appréhender la vague actuelle du cognitivisme en anthropologie et en sociologie et la tentation d’un retour positiviste en histoire. La fascination pour le « parler vrai » du scientifique et la légitimité sociale qu’elle apporte constitue un danger pour la spécificité intellectuelle et politique des SHS et face à ce danger le rejet radical n’est que l’opposé de la fascination. Penser pleinement l’archéologie comme une science sociale peut permettre de se confronter aux enjeux intellectuels des évolutions actuelles des champs disciplinaires.

  • 71  Voir notamment les pistes proposées par Jean-Claude Gardin, « Archéologie, formalisation et scienc (...)
  • 72  Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, Paris, 1952, (réed. 1992), p. 5-6.
  • 73  Le marteau de l'orfèvre est celui qui évalue la qualité du métal selon l'interprétation qu'en donn (...)

26L’archéologie, science sociale hybride de l’objet débordant, qui assume finalement pleinement la dimension du bricolage interdisciplinaire, peut être considérée comme une attitude modèle pour la pratique concrète de l’historien dans ses rapports avec les autres SHS71. Fondateur de l’anthropologie historique avec Marc Bloch, Lucien Febvre recommandait de « labourer les cartulaires »72 mais ce projet a parfois trop laissé de côté les enjeux intellectuels de l’outil de labour pour en scruter les seuls sillons. Ne faut-il pas alors avec Nietzsche, qui en appelait à faire de la philosophie à coup de marteau (celui du forgeron, du charpentier ou de l’orfèvre73), voir l’archéologie, comme une incitation à faire de l’histoire à coup de pioche et de truelle, c’est à dire en prenant des risques, en les assumant scientifiquement, et en concevant notre recherche comme actrice à part entière dans le monde social contemporain ?

Haut de page

Notes

1  Luc Ferry, Alain Renaut, La pensée 68. Essai sur l'anti-humanisme contemporain, Paris, 1985 et Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire de mai, Paris, 1978. Pour les critiques de cette vision, voir Pierre Macherey, « Réflexion d'un dinosaure sur l'anti-humanisme », Multitudes, août, 1991 (http://multitudes.samizdat.net/Reflexions-d-un-dinosaure-sur-l) ; François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, 2003 ; Serge Audier, La pensée anti-68. Essai sur les origines d'une restauration intellectuelle, Paris, 2008.

2  A. Carandini, Archeologia e cultura materiale, Bari, 1979.

3  Ce constat serait à nuancer par une analyse comparée des différentes situations disciplinaires : il semblerait que la situation de l'Italie ou de l'Allemagne soit à ce titre assez proche de la France.

4  Ce texte est la mise par écrit d'un étonnement permanent devant ce malentendu, au cours de multiples expériences entre ces deux milieux scientifiques, depuis plus de dix ans. Il doit beaucoup aux nombreuses discussions sur les chantiers de fouilles avec ceux qui justement tentent d'échapper à cette caricaturale dichotomie mais la subissent néanmoins. Je tiens ici à remercier Mathias Dupuis qui m'accompagne depuis des années dans ces questionnements, Étienne Anheim pour ses remarques précieuses, ainsi qu'Alexandre Borrell, Olivier Lepiller, Christophe Sevin et Frédéric Vagneron qui ont bien voulu mettre les yeux dans la terre de ce chantier intellectuel.

5  L'archéologie a jusqu'ici peu fait l'objet d'études historiographiques : voir récemment Nathalie Richard, Inventer la préhistoire. Les débuts de l'archéologie préhistorique en France, Paris, 2008 ; Tim Murray, Chris Evans (dir.), A reader on the history of archaeology, Oxford, 2008.

6  La spécificité française des constructions disciplinaires, marquée par un attachement unique du chercheur à une institution, et à une discipline, a été soulignée par Olivier Martin, Sociologie des sciences, Paris, 2002.

7  « La sociologie des intellectuels, en France surtout, voudrait précisément tendre, avec une sociologie des sociologues et des chercheurs en sciences sociales, à neutraliser les effets des inconscients disciplinaires dans la construction savante de nos objets de recherche » déclarent Gisèle Sapiro et Olivier Martin à l'occasion du colloque Sciences humaines et sociales en société en mai 2008 à Paris.

8  Pour poursuivre la métaphore de l'inconscient disciplinaire nous pourrions envisager les formes de sentiments et de ressentis épistémologiques...

9  Nous cherchons ici une approche différente mais complémentaire de la théorie de l'acteur-réseau et des analyses centrées sur les institutions productrices de savoir.

10  Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957. Laurent Mucchielli, Mythes et histoire des sciences humaines, Paris, 2004.

11  On ne relève aucune entrée à Archéologie dans le Lexique des sciences sociales de Madeleine Grawitz, Paris, 1981, ouvrage réédité au moins 6 fois jusqu'en 1994 et utilisé pendant des années très couramment dans les premières années des cursus universitaires.

12  Il n’y a aucune entrée « Archéologie » dans le Dictionnaire des sciences humaines dirigé par Sylvie Mesure et Patrick Savidan au PUF en 2006 alors qu'anthropologie, économie, épistémologie, ethnologie, histoire, géographie, sociologie, psychanalyse y sont longuement traités.

13  Jean François Dortier (dir.), Une histoire des sciences humaines, Paris, 2005 : l'archéologie n'est qu'à peine évoquée à travers l'anecdote de la découverte de Lucy dans cet ouvrage.

14  Marc Guillaume (dir.), L'État des sciences sociales en France, Paris, 1986 : pas d'entrée archéologie, on y parle d'art, d'architecture mais pas d'archéologie. On remarque quand même, dans la rubrique Histoire, un petit article « Révolution dans l'archéologie ? » par Alain Schnapp (p. 52) qui constate déjà que « l'archéologie émerge donc d'une longue crise qui avait fait des archéologues des émigrés de l'intérieur condamnés par la tradition académique et l'indifférence des pouvoir publics à fouiller à l'étranger en laissant quotidiennement se dégrader le patrimoine archéologique national » (p. 54).

15  Jean François Dortier, Les sciences humaines. Panorama des connaissances, Paris, 1998 : on ne trouve pas dans cet ouvrage d'entrée dans l'index pour l'archéologie et elle n'est pas abordée au long des divers développements excepté dans la catégorie « Préhistoire » mais dont le contenu est uniquement descriptif, sans réflexion sur l'utilisation et la méthode archéologique.

16  Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, 1969. Pour les plus récentes et fécondes réflexions sur l'archéologie foucaldienne voir notamment Giorgio Agamben, Signatura rerum. Sur la méthode, Paris, 2008.

17  Voir notamment André Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, 1986 et André Chedeville, Bernard Merdrignac (éd.), Les Sciences annexes en histoire du Moyen Âge, Rennes, 1998.

18  L'archéologie est alors au cœur des débats sur les origines des identités nationales, les races et les origines des peuples, problématiques centrales et fondatrices des sciences sociales naissantes : Wiktor Stoczkowski, Explaining Human Origins. Myth, Imagination and Conjecture, Cambridge, 2002 ; Francis B. Harrold et Raymond A. Eve (éd.), Cult Archaeology and Creationism. Understanding Pseudoscientific Beliefs about the Past, Iowa, 1995.

19  Son absence dans le récent livre d'André Burguières, L’école des Annales. Une histoire intellectuelle, (Paris, 2006) est à ce titre particulièrement révélatrice d'un silence répété sur deux générations, dans la pratique et dans la grille de lecture de l'historiographe : l’archéologie n'apparaît même pas comme contexte. Les carences de cet ouvrage et les limites de se type d’historiographie pro domo montrent la nécessité de construire de nouvelles formes d'analyse historiographiques, dépassant une simple description patrimoniale et proposant une véritable critique intellectuelle utile à la recherche.

20  Cette situation est assez spécifique au contexte intellectuel français même si on retrouve des parallèles atténués en Angleterre, voir notamment l'Encyclopedia of the Social Sciences (1930-1935) et l'International Encyclopedia of the Social Sciences (1968) où l'archéologie est d'entrée définie entre autre comme « the anthropology of extinct cultures » (t. I, p. 378) et articulée très explicitement avec les autres SHS, reconnaissant ainsi son apport au discours sur l'homme et la société.

21  L'histoire des techniques encouragée par Marc Bloch et Lucien Febvre, a ensuite été délaissée par les Annales. Voir Yves Cohen, Dominique Pestre « Histoire des techniques. Présentation », Annales HSS, n°4-5, juillet-octobre 1998, p. 721-744 et Pierre lemonnier, Bruno Latour (dir.), De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques, Paris, 1994.

22  Èmile Durkheim, De la méthode dans les sciences, Paris, 1911 : distinction entre les sciences rationnelles (mathématiques, sociologie, morale, histoire), les sciences de l'observation (archéologie, histoire littéraire, chimie-physique, géologie, botanique, linguistique, statistique) et les sciences expérimentales.

23  Voir à ce propos l'introduction de Nathan Schlanger à l'édition anglaises d'articles de Marcel Mauss Techniques, technology and civilisation, New York - Oxford, 2006, p. 5. Il rappelle la différence profonde sur ce point entre Durkheim et Mauss, qui lui s'intéresse beaucoup au caractère social des gestes.

24  Marc Bloch et Lucien Febvre sont très influencés par la revue de Durkheim L'année sociologique qui sert de modèle aux Annales. Ils se sont par ailleurs rejoints contre Charles Seignobos que Durkheim attaque lors de la polémique sur l'Inconnu et l'inconscient en histoire en 1908.

25  Gérard Chouquer, « Quels territoires pour les médiévistes de demain ? », Études rurales, n° 117, janvier-juin 2006, p. 181-188.

26  Jean Piaget dans La situation des sciences de l'homme dans le système des sciences (Paris, 1970) place l'archéologie dans les sciences historiques qu'il distingue des sciences juridiques et des disciplines philosophiques.

27  Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, 1958-1973.

28  En 1957, l'Histoire de la science, dirigée par Maurice Daumas, classe dans les Sciences de l'Homme : l'anthropologie, et la paléontologie humaine, l'ethnographie, la sociologie, la démographie, et la psychologie ; alors que la géographie est avec la minéralogie et la géologie dans les sciences qui concernent le monde physique. L'archéologie est absente, en tant que discipline et ses différents aspects envisagés selon des approches contradictoires.

29  Philippe Braunstein, « Nature de l'objet structure du paysage », Annales HSS, n°3, mai-juin 2000, p. 551-554.

30  Cette image de l'archéologue rappelle celle, familière aux SHS, des « bons sauvages », innocents et naïfs.

31  On trouve en 1986 un exemple frappant de ce décalage dans le rapport ministériel de Serge Cleuziou, Annick Coudart, Jean-Paul Demoule, Alain Schnapp, La crise de l'archéologie en France. Diagnostic et remèdes : on y trouve très peu de réflexion sur l'articulation avec les sciences sociales. Les problèmes sont centrés sur l'institutionnalisation, l'autonomie, la reconnaissance de la spécificité de l'activité, la préoccupation de défense du patrimoine, du déséquilibre France/étranger, du manque de moyen, même si il est rappelé la place de l'archéologie qui donne à toutes les sciences sociales « la profondeur du temps » (p. 41).

32  Maurice Godelier, Les sciences de l'homme et de la société en France, Paris, 1982 (rapport remis à J.-P. Chevènement ministre de la recherche et de l'industrie) : « les institutions sont loin d'être gagnées à cette conception de l'archéologie comme science complète, au carrefour de l'histoire, de l'ethnologie, de la paléo-écologie ». Ce rapport comporte également une « Esquisse d'un programme prioritaire d'archéologie nationale » (I, p. 243-245), dont certaines propositions restent toujours d’actualité.

33  Cette optique relève d’une définition du droit comme une technique opérant sur la nature : l’incorporation dans le droit d’une démarche scientifique revient donc à la naturaliser. Voir Yan Thomas, « Le sujet de droit, la personne et la nature. Sur la critique contemporaine du sujet de droit », Le Débat, 100, mai-août 1998, p. 85-107.

34  Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L'espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, 1991.

35  Voir les essais sur la construction des faits dans le discours archéologique : Jean-Claude Gardin, Marie-Salomé Lagrange, Essais d'analyse du discours archéologique, Valbonne, 1975 ; Charles Bonnet, Marie-Salomé Lagrange, Les chemins de la Memoria : nouvel essai d'analyse du discours archéologique, Paris, 1978 ; J.C. Gardin, Une archéologie théorique, Paris, 1979 ; Serge Cleuziou, Jean-Paul Demoule, « Enregistrer, gérer, traiter les données archéologiques », Alain Schnapp (éd.), L’archéologie aujourd’hui, Paris, 1980. René Ginouvès, Anne-Marie Guimier-Sorbets, La constitution des données en archéologie classique. Recherches et expériences en vue de la préparation de bases de données, Paris, 1978. Robert Chenorkian, Pratique archéologique statistique et graphique, Paris, 1996 ; Yves Auda, « Représentation des faits en archéologie », http://www.irem.univ-mrs.fr/spip.php?article554.

36  « Dès qu'on rajoute les objets, on le voit, il faut nous habituer à circuler dans le temps, dans l'espace, dans les niveaux de matérialisation, sans jamais reconnaître les paysages familiers ni de l'interaction face à face, ni de la structure sociale qui nous ferait agir – ni bien sûr le paysage, plus familier encore, et plus brumeux, des compromis passés entre ces deux modèles d'action. » : Bruno Latour, « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l'interobjectivité », Sociologie du travail, 1994, vol. 36, 4, § 28.

37  « Il est toujours délicat de faire appel aux choses afin d'expliquer soit la durabilité, l'extension, la solidité, des structures, soit la localisation, la réduction, le cadrage des interactions. En effet, pour les sciences humaines, les choses sont devenues infréquentables depuis qu'avec les sciences exactes, elles devinrent « objectives ». Après le partage, à l'époque moderne, du monde objectif et du monde politique, ils ne peuvent servir de compères, de collègues, de partenaires, de complices, d'associés dans le tissage de la vie sociale. Les objets n'apparaissent plus que sous trois modes : l'outillage invisible et fidèle, la superstructure déterminante, l'écran de projection. Comme outils, ils transmettent fidèlement l'intention sociale qui les traverse sans rien recevoir d'eux et sans rien leur donner. Comme infrastructures, ils sont reliés entre eux formant une base continue de matière, sur laquelle se trouve ensuite coulé le monde social des représentations et des signes. Comme écrans, ils ne peuvent que refléter le statut social et servir de support aux jeux subtils de la distinction. » : idem, § 21.

38  Éve Gran-Aymerich, Les Chercheurs de passé, 1798-1945. Aux sources de l’archéologie, Paris, (rééd.) 2007. Alain Schnapp, « Archéologie et histoire de l'art. Aux origines de la différenciation », Cahiers d'histoire, n° 82, 2001, p. 31-36.

39  Mary Douglas, De la souillure, Paris, 1992.

40  Bruno Latour, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, 2004.

41  Anthony Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, 1994.

42  Ces courants scientifiques ont développé une archéologie très problématisée mais qui a peu été reçue en France au contraire de l'Angleterre notamment. Voir les classiques Lewis Binford, New Perspectives in Archaeology, Chicago, 1968 et Colin Renfrew, Approaches to social archaeology, édimbourg, 1984.

43  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, 1975.

44  Pierre-Roland Giot, Loïc Langouet, La datation du passé. La mesure du temps en archéologie, Rennes, 1984. On peut trouver un parallèle à cette mode « scientifisante » dans les SHS avec l'histoire des épidémies qui a trop souvent évacué le politique et le social, enfermant le processus épidémiologique dans la propagation d'un virus et des chiffres des séries de mortalité qui objectivent et enferment les dynamiques historiques. L'histoire s'est alors soumise aux impératifs des sciences dures, perdant son apport heuristique spécifique.

45  Michel Gras, « Donner du sens à l'objet. Archéologie, technologie culturelle et anthropologie », Annales HSS, n° 3, mai-juin 2000, p. 601-614 (p. 602).

46  « Chez les humains, il est presque impossible de reconnaître une interaction qui ne ferait pas appel à une technique [...] l'interaction est le plus souvent localisée, cadrée, tenue. Par quoi ? Par le cadre justement, fait d'acteurs qui ne sont pas humains. Faut-il faire appel à la détermination par les forces matérielles ou à la puissance de la structure pour aller de l'interaction à son cadre ? Non, nous nous transportons simplement aux lieux et aux temps de la conception du cadre. » Bruno Latour, « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l'interobjectivité », op. cit., § 28.

47  André Tchernia, « Archéologie et histoire ancienne : un monde de sources rares », Étienne Anheim, Enrico Castelli Gattinara (dir.), Uso e abuso delle fonti, Dimensioni et problemi della ricerca storica, 2007/2, p. 101.

48  Marie-Pierre Julien, Céline Rosselin, La culture matérielle, Paris, 2005.

49  Voir les critiques de cette notion de culture matérielle par Pierre Lemonnier, « De la culture matérielle à la culture ? Ethnologie des techniques et préhistoire », Vingt-cinq ans d'études technologiques en préhistoire. XI° Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, Juan-les-Pins, 1991, p. 15-20.

50  C'est ce qui est souvent reproché à l'archéologie dite préventive par ceux-là mêmes qui ignorent ces publications scientifiques quand on lui donne les moyens d'en produire.

51  Joëlle Burnouf, qui est la première à reprendre la terminologie latourienne pour décrire les objets de l'archéologie, met en avant le fait que les archéologues ont trop dépendu des paradigmes définis par l'histoire et la géographie qui ont instaurés des cloisonnement disciplinaires et chronologiques que l'archéologie doit s'attacher aujourd'hui à dépasser pour construire de nouveaux objets de recherche : « les archéologues n'ont pas remis en question les modèles élaborés à partir d'autres sources » dans « La nature des médiévistes », Objets en crise, objets recomposés, Études rurales, juillet-décembre 2003, n°167, p. 215-226 (p. 217)

52  Pierre Chastang, « L'archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l'écrit au Moyen Âge », Annales E.S.C, 2008, 63/2, p. 245-270.

53  Sigmund Freud, Das Unheimliche, 1919.

54  À ce titre l'archéologie, en tant que science mineure, fait partie du contrôle intellectuel exercé par les scientifiques sur que ce que l'on définit communément sous le terme de nature.

55  « on exige d’une publication archéologique, ou d’une publication fondée sur des données archéologiques, des descriptions minutieuses, beaucoup d’érudition, la connaissance d’une vaste bibliographie. L’exigence d’une explicitation du lien logique entre les données mises en œuvre et l’interprétation qu’elles reçoivent est sensiblement moins forte. Elle devrait pourtant être primordiale », André Tchernia, « Archéologie et histoire ancienne : un monde de sources rares », op. cit. p. 111.

56  « tous ces corpus forment désormais un patrimoine documentaire exceptionnel. Il est temps de leur donner du sens » : Michel Gras, « Donner du sens à l'objet. Archéologie, technologie culturelle et anthropologie », op. cit., p. 608.

57  Les questions de l'édition en archéologie ont été bien posées au cours d'une débat dont les considérations sont restées malheureusement sans grand impact : B. Vincent, J.P. Morel, P. Gros, D. Ozanam, A. Tchernia, Y. Thébert, C. Pietri, O. Picard, J.C. Gardin, P.G. Guzzo, « La publication en archéologie », MEFRA, vol. 98, I, 1986, p. 359-386.

58  Il serait très fructueux de faire une histoire des représentations de l'archéologue, d'Indiana Jones à Jean Yves Empereur en passant par les séries policières (Bones) ou les romans de Fred Vargas ... Des recherches ont été entreprises sur ce thème à propos du xixe siècle : Eric Perrin-Saminadayar (dir.), Rêver l'archéologie au xixe siècle  : de la science à l'imaginaire, Saint-Etienne, 2001 ; Hervé Cabezas, « Les représentations imagées de l'archéologie », Revue d'archéologie moderne et d'archéologie générale, 1984, n° 3, p. 163-194.Voir aussi la récente parution : Claude Voisenat (dir.), Imaginaires archéologiques, Cahiers d'éthnologie de la France, n° 22, 2008.

59  SylvainVenayre, La gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne (1850-1940), Paris, 2002.

60  Cette représentation de l'archéologie est pourtant très loin de la réalité et même de celle du « terrain » où l'archéologue passe aussi beaucoup de temps à relever, observer, mesurer, analyser.

61  À propos des objets funéraires, voir les remarques de Henri Duday, « Mais, au fait, quelle anthropologie ? », Les nouvelles de l'archéologie, 66, 1997, p. 54-56.

62  « Pour s'occuper enfin du corps social en tant que corps, il faut traiter les choses comme des faits sociaux ; remplacer les deux illusions symétriques de l'interaction et de la société par l'échange de propriétés entre les acteurs humains et non-humains ; suivre le travail, entièrement assignable, pour localiser et pour globaliser. » Bruno Latour, « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l'interobjectivité », op. cit, § 33.

63  Nous reprenons ici le titre de l'ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, 1991.

64  « Le modèle de l'archéologie devrait être l'astrophysique, qui est bien une archéologie de l'univers Les astrophysiciens [...] trouvent tout à fait normal de remettre constamment en cause leurs théories ». André Tchernia, « Archéologie et histoire ancienne : un monde de sources rares », op. cit., p. 103.

65  Voir notamment les propositions de Laurent Olivier, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, 2008.

66  Bernard Valade, Introduction aux sciences sociales, Paris, 1996, p 23

67  « il faut entendre autrement le mot "inter"-action. Cette expression ne signifie pas seulement qu'en tous points de la société l'action reste locale, et qu'elle surprend toujours ceux qui s'y engagent. Elle signifie que l'action doit se partager avec d'autres types d'actants dispersés dans d'autres cadres spatio-temporels et qui appartiennent à d'autres types d'ontologie » ; « En plus de ce débrayage, de cette dislocation dans le temps et dans l'espace, l'interaction opère un débrayage actantiel. Chaque ego choisi comme point de référence, se trouve préinscrit par l'ensemble des egos qui lui sont proposés sous la forme diversifiée des choses durables. Aucun de ces décalages ne prouve l'existence d'un autre "niveau", d'une structure sociale. On va toujours d'un point à un autre. On ne quitte jamais l'interaction. » Bruno Latour, « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l'interobjectivité », op. cit, § 30.

68  « A chaque fois qu'une interaction dure dans le temps et s'allonge dans l'espace, c'est qu'on l'a partagée avec des non-humains. ». Idem, § 29.

69  Idem, § 26.

70  Cette pratique « complexe et complexée » des rapports de l'archéologie avec les sciences de la nature et les sciences expérimentale mériterait de vraies études approfondies.

71  Voir notamment les pistes proposées par Jean-Claude Gardin, « Archéologie, formalisation et sciences sociales », Jean-Michel Berthelot, Brigitte Dumas, Luc Racine (dir.), La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s) ?, Sociologie et sociétés, vol. 31, n° 1, 1999, p. 119-127.

72  Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, Paris, 1952, (réed. 1992), p. 5-6.

73  Le marteau de l'orfèvre est celui qui évalue la qualité du métal selon l'interprétation qu'en donneGilles Deleuze, insistant ainsi, contre l'image d'un Nietzsche destructeur, sur la fécondité de la critique des valeurs : voir son ouvrage Nietzsche et la philosophie, Paris, 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Dufal, « L’archéologie enfermée dehors. Retour sur un malentendu français », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/2597

Haut de page

Auteur

Blaise Dufal

Blaise Dufal est membre du Groupe d’Anthropologie Historique, équipe du CRH.
http://gas.ehess.fr/document.php?id=189

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals