Navigation – Plan du site
Archéologiser l’histoire ?

Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans

Jean Chapelot

Résumé

L’archéologie médiévale est née en France dans les années 1960 - 1970 juste avant la crise de l’archéologie préventive qui a mobilisé l’attention et la réflexion des archéologues jusqu’aux lois de 2001 et 2003 qui ont réglé pour l’essentiel ce problème. L’archéologie médiévale est désormais pratiquée dans un cadre professionnel assez spécifique par rapport à la situation habituelle des sciences humaines et sociales. Ces dernières années sont apparus divers problèmes qui handicapent le développement de l’archéologie médiévale. Néanmoins, celle - ci affirme de plus en plus son autonomie intellectuelle et produit des résultats importants et originaux. Elle a désormais besoin d’un dispositif d’évaluation et de financement de la recherche.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le champ des sciences humaines et sociales et pour de multiples raisons l’archéologie médiévale est une discipline singulière.

  • 1  Pour de complets éléments sur l’histoire de l’archéologie médiévale dans les trente dernières anné (...)

2La première est son apparition récente, avec une pénétration dans les institutions publiques de recherche qui commence il y a une quarantaine d’années1. Comme toutes les disciplines nouvelles du secteur des sciences humaines et sociales, elle a défini ses champs de recherche aux marges d’autres plus anciennement constituées comme l’histoire ou l’histoire de l’art, pour ne citer que les plus évidentes. Cette situation, classique pour bien des aspects récents des sciences humaines et sociales, est spécifique à l’archéologie des périodes historiques et souvent mal perçue dans ses conséquences : contrairement aux pré- et protohistoriens, les archéologues médiévistes ne sont pas les seuls à étudier leur période et à exploiter pour cela une documentation qui pour une part, par exemple les données textuelles ou le bâti, est aussi analysée par d’autres.

3La deuxième est que la nature même de cette documentation « archéologique » a considérablement évolué depuis dix ou vingt ans et que le champ d’intervention des archéologues s’est diversifié bien au delà de la seule fouille traditionnelle. Parallèlement, leurs pratiques, avant et après le terrain et sur celui-ci ont fortement changé, avec des conséquences essentielles quant à la nature de la discipline.

4Troisième aspect important et très spécifique de l’archéologie c’est qu’il s’agit d’une discipline dans le siècle : pour réaliser des fouilles programmées et plus encore préventives, il faut autre chose que les moyens humains et financiers indispensables à toute activité de recherche. L’archéologie n’est possible que s’il existe un consensus social lui donnant accès au terrain et une législation permettant ses interventions et il appartient pour une large part aux archéologues de créer et d’entretenir ce consensus. Cette situation particulière explique l’intérêt constant de nombre d’archéologues pour le contexte politique, culturel et social dans lequel ils interviennent.

5Quatrième point important : l’archéologie médiévale est désormais pratiquée par des personnels de statuts et de niveaux universitaires très variés et dans des institutions et structures très diverses qui ne sont plus seulement les établissements publics de recherche comme les universités ou le CNRS, mais un établissement public administratif comme l’INRAP, des services archéologiques de collectivités, des associations et plus récemment des sociétés privées.

6Cinquième et probablement principale originalité : une part très majoritaire des archéologues médiévistes ne travaille pas selon les procédures habituelles à la recherche en sciences humaines et sociales, avec l’élaboration d’une problématique, une collecte documentaire et un traitement de ces données, mais dans le cadre de ce que l’on appelle l’archéologie préventive, ce qui signifie que leurs lieux et leurs thèmes de travail leur sont imposés par une demande sociale solvable, celle des aménageurs.

7Surdéterminée dans ses thématiques et ses lieux de travail par des contraintes extérieures aux préoccupations des chercheurs, soucieuse de ménager ou d’exploiter au mieux une documentation fragile et de plus en plus diversifiée, l’archéologie médiévale doit se définir et s’imposer dans un paysage institutionnel et financier de la recherche qui a considérablement évolué ces dernières années. Pour toutes les raisons qui précèdent, la situation actuelle de la recherche archéologique médiévale ne peut se comprendre que par le biais d’une analyse complexe qui relève pleinement de l’anthropologie historique et qui doit aborder les facettes multiples du problème, avec d’emblée un point essentiel : l’archéologie préventive et sa place dans l’histoire récente de la discipline.

Le préventif : dynamisation puis maladie infantile et enfin stade ultime de l’archéologie ?

8Le règlement de la crise de l’archéologie préventive a mobilisé pendant les vingt dernières années du xxe siècle l’essentiel de la réflexion des archéologues français. Les effets de cette crise ont été à la fois positifs et négatifs.

9Contrairement à la documentation des historiens, rien, sinon le travail même des archéologues, quand ils ont la possibilité et les moyens d’intervenir, ne permet d’évaluer précisément la nature de la documentation archéologique et de l’exploiter. L’archéologue n’a pas la possibilité de considérer que, comme dans le cas des imprimés ou des archives manuscrites, des lieux spécialisés vont assurer la pérennité de la documentation dont il aura besoin dans l’avenir. Non seulement cette documentation est considérable, mais sa nature a fortement évolué : la notion de sites a changé et l’archéologue doit désormais inclure dans son corpus documentaire des témoignages matériels de toutes sortes issus des sociétés médiévales et qui n’ont pas comme seule provenance les chantiers de fouille. Ceci est une donnée essentielle mais il y en a d’autres tout aussi importantes : la première est la sensibilisation croissante des archéologues à partir de la décennie 1970 à la fragilité des archives du sol ; la seconde est l’obligation admise progressivement par tous, y compris les élus et les maîtres d’ouvrage, qu’il faut fouiller avant la destruction de ces archives par des aménagements divers. Les mutations majeures de l’archéologie dans son ensemble se sont faites autour de la prise en compte de ces deux observations avec notamment la demande d’une organisation efficace de l’archéologie préventive.

Dynamisation et refondation de la discipline à partir des années 1980

  • 2  Jean Chapelot « L’archéologie médiévale en France au début du XXIsiècle ou comment changer d’épo (...)

10L’archéologie préventive, à partir du moment où elle commence à s’imposer sur le terrain vers le milieu des années 1980, a été un formidable moteur de développement de la discipline dans son ensemble. Il est traditionnel de souligner l’essor à partir de cette date du nombre d’opérations préventives et l’afflux par ce biais d’une documentation abondante et souvent totalement originale car portant sur des sous-périodes du Moyen Âge, des thèmes, des terrains, des régions, sur lesquels nous ne savions pratiquement rien il y a une trentaine d’années. Cette vision est réelle, mais l’apport essentiel de l’archéologie préventive est ailleurs, dans l’organisation même de la recherche : la professionnalisation de la discipline, l’évolution des pratiques de terrain, la croissance considérable des moyens financiers et du nombre et des types d’emplois, la possibilité d’organiser de gros chantiers réunissant des équipes complètes de spécialistes travaillant sur le terrain et surtout la formation de chercheurs de haut niveau2.

11Quelques autres évolutions qui découlent directement du développement de l’archéologie préventive sont peu perçues alors qu’elles exercent désormais une influence considérable sur la discipline : il s’agit de tout ce qui concerne les relations des archéologues avec le contexte politique, économique et social dans lequel ils évoluent.

12Lors du débat parlementaire qui a abouti au vote le 20 décembre 2000 de la loi sur l’archéologie préventive, certains archéologues ont souligné que pour la première fois la représentation nationale s’intéressait à leur discipline. L’archéologie préventive, qui intervient avant les opérations d’aménagement, grandes ou petites, n’est possible qu’avec un minimum de consensus social permettant une législation et l’attribution de moyens financiers : elle ne peut se comporter comme d’autres secteurs de la recherche qui, avec des emplois académiques traditionnels et les moyens classiques affectés aux universités et aux organismes de recherche peuvent vivre sans trop se soucier de créer autour d’eux un consensus social. C’est là un aspect spécifique de cette discipline parmi tous les autres secteurs de la recherche en sciences humaines et sociales : ce consensus social doit être créé et entretenu et, par conséquent, la valorisation et la communication sont essentielles pour que les archéologues puissent travailler.

  • 3  C’est à dire l’ensemble de ceux qui doivent tenir compte de l’intervention préalable éventuelle de (...)

13L’intervention du politique en 2000 dans le domaine du préventif a été positive : l’archéologie est entrée ainsi dans les préoccupations des élus, elle y restera et il est sain et normal qu’il en soit ainsi car l’archéologie a besoin d’un soutien politique. Mais la contrepartie de cette situation nouvelle est que désormais il existe, chez les élus et dans certains secteurs professionnels3, des spécialistes de l’archéologie qui disposent de relais d’information créés lors du débat parlementaire en 2000 et surtout dans les années suivantes. Cette situation est très différente de ce qui se passait dans la période antérieure et elle a des conséquences importantes.

puis maladie infantile…

14La crise récurrente de l’archéologie préventive dans les décennies 1980 - 1990 a eu deux conséquences intellectuelles : mobiliser sur cette question une large part de la communauté scientifique et, par contrecoup, bloquer toute réflexion sur la nature de l’archéologie et plus spécialement celle de l’archéologie médiévale.

15De surcroît, ce blocage intellectuel s’installe dans une période qui est celle d’une forte évolution de la discipline, à un moment donc où une réflexion de fond était essentielle. La mise en place à partir de 2001 d’un cadre législatif et institutionnel pour l’archéologie préventive a partiellement libéré les esprits et l’on peut voir apparaître depuis quelques années une tendance nouvelle en faveur d’une réflexion sur l’historiographie et la nature de l’archéologie médiévale, mais les conditions de la réforme de 2001 et la manière dont elle a été conduite pèsent aussi désormais sur l’ensemble de la discipline.

et enfin stade ultime de l’archéologie française ?

16La manière dont le cadre législatif de l’archéologie préventive a été élaboré en 2000 est caractéristique de la réforme à la française telle que la décrivent depuis longtemps les sociologues et les politologues : une perception lente du problème par les responsables politiques et administratifs, une sensibilité croissante de l’opinion aux difficultés générées par l’immobilisme des précédents, finalement une posture réformatrice audacieuse des responsables mais accompagnée de décisions hâtives, mal ou peu préparées et expliquées, donc largement incomprises ou inacceptables par l’opinion et les milieux concernés. Dans ce mode d’élaboration des réformes, l’objectif prioritaire et quasi unique est la mise en place d’un cadre institutionnel, à travers l’élaboration de textes réglementaires : l’ouverture d’une discussion préalable publique fondée sur une analyse des problèmes qui se posent, l’exposé des objectifs à atteindre et des solutions alternatives entre lesquelles il faut choisir et enfin et surtout la recherche d’un consensus ne sont pas dans les pratiques normales de l’exécutif et des administrations.

17Dans ce type de pratique politique, le rôle des lobbys est par ailleurs toujours déterminant : incapable de maîtriser une situation, l’exécutif et l’administration responsable s’en remettent à l’un de ceux qui se présentent comme seul capable de formuler une expertise, l’objectif optimum étant de présenter celle-ci comme d’intérêt général et sans alternative possible.

18La réforme de l’archéologie préventive en 2001 est une caricature de ce qui vient d’être décrit, avec même une perfection rare : confier in fine le soin de la mettre en place au lobby même qui l’a conçue. Il était évident que les principaux représentants de ce lobby, après avoir fondé dans les années précédentes une large part de leur image de novateurs sur une critique virulente de l’action ou de l’inaction du seul ministère de la culture, se comporteraient immédiatement en co- gestionnaires du système avec celui-ci. Il est probable qu’il n’existe actuellement, dans aucun autre secteur des sciences humaines et sociales, une confusion aussi forte entre le rôle des intellectuels, qui est, entre autres choses, d’analyser le fonctionnement du système de recherche dans lequel ils évoluent et de faire des propositions, et celui des autorités de tutelle, qui est de gérer le système, mais aussi d’anticiper les problèmes. L’intérêt accru du politique envers l’archéologie depuis dix ans joue aussi un rôle très fort en poussant bon nombre d’archéologues à s’en tenir à un discours consensuel masquant des réalités complexes, mouvantes et parfois peu gratifiantes pour la discipline.

19L’évolution législative depuis 2001 n’a pas facilité les choses. La loi de 2003, en introduisant le principe de la concurrence dans un substrat d’esprit monopolistique tel qu’établi par la loi de 2001 n’a fait qu’augmenter les ambiguïtés du système. De cette première loi donnant à l’INRAP le monopole de l’archéologie préventive, il reste un état d’esprit qui parvient de moins en moins à masquer l’écartèlement de l’archéologie préventive entre deux tendances difficilement conciliables : d’un côté, la gestion et la protection du patrimoine archéologique menacé par les aménagements et de l’autre le développement d’une activité de recherche. La seconde n’est concevable que dans le cadre normal d’une politique de recherche, avec liberté d’initiative, programmation et financement selon des critères propres et autonomes. La première, par contre, est totalement dépendante d’une demande sociale, elle ne peut donc être programmée et, qu’on le veuille ou non, son objectif essentiel est, avant tout de rationnaliser les interventions de terrain et de maîtriser les délais et les coûts, la productivité scientifique n’étant pas la priorité des aménageurs qui financent et des organismes de contrôle, ici le ministère de la culture.

  • 4  Rapport d’information n°440 (2004 - 2005) de M. Yann Gaillard, fait au nom de la commission des fin (...)

20Avec de telles prémisses, toutes les conditions d’un échec étaient réunies. L’un des meilleurs spécialistes du secteur du patrimoine parmi les élus, le sénateur Yann Gaillard, a pu écrire à propos de la réforme de l’archéologie préventive en 2001 - 2003 « qu'une erreur stratégique avait sans doute été commise en 2001 lors de la création de l’INRAP, compendium du système français comprenant une mésentente entre ministères, des incompétences administratives, des impôts complexes, des contestations des collectivités territoriales et une révolte des personnels compétents »4.

Conclusion : une « fin de l’histoire » vite dépassée

  • 5  Jean Chapelot, « Archéologie (politique de l’) », Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des (...)

21Les conséquences directes ou indirectes de ce cadre législatif et institutionnel improvisé en 2000 dans l’urgence et sans aucune réflexion préalable sérieuse, puis celles de la réforme législative de 2003 guère plus réfléchie et tout autant improvisée, apparaissent crûment et pèsent sur la recherche archéologique5.

22À l’origine, parce qu’il était clair que les moyens financiers seraient limités, l’INRAP a été pensé comme une structure monopolistique et totalitaire au sens général du terme : ses promoteurs considéraient qu’il s’agissait d’une sorte de fin de l’histoire, l’organe suprême réunissant à terme l’ensemble des archéologues dans un Centre national de la recherche archéologique, selon le nom qui a été proposé à cette époque pour ce qui sera baptisé en 2002 Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

23Une telle conception d’une structure unique regroupant tous les archéologues reposait sur un présupposé idéologique, l’autonomie et l’unicité intellectuelles de l’archéologie toutes périodes confondues, mais il s’agissait aussi de régler des problèmes de fond comme le financement du système et la gestion du personnel. Pour une large part cette conception reposait sur une vision de l’archéologie caractéristique, dans les années 1980 - 1990, d’universitaires depuis longtemps coupés du terrain, presque tous sans aucune expérience personnelle de l’archéologie préventive et de ses contraintes d’exercice et qui adhéraient totalement au processus de réforme à la française défini ci-dessus.

24Cette utopie, dont il reste des traces dans certains esprits, a été détruite par la loi de 2003 mettant fin au monopole de l’INRAP et plus globalement par l’évolution de la discipline : dans les dix dernières années et pour des raisons variées s’est développé un processus de fragmentation de l’archéologie. Avec cet écartèlement de la discipline, c’est l’un des principaux fondements intellectuels de la loi sur l’archéologie préventive qui disparaît.

25Le système mis en place en 2001 - 2003 a permis de maîtriser ou de résoudre une grande partie des problèmes que posait depuis deux ou trois décennies l’archéologie préventive. Mais, mis en place dans l’urgence et l’improvisation, ce système est désormais en difficulté.

Des changements profonds des dispositifs d’intervention et de recherche depuis 2001 pour l’ensemble de l’archéologie

Le recul du préventif comme facteur de progrès

26L’une des explications du malaise récent d’une part des archéologues est le recul progressif du préventif comme facteur de progrès.

27Si dans les années 1960 - 1970 ce sont quelques fouilles programmées qui ont fondé une archéologie médiévale novatrice, dès la décennie suivante c’est l’archéologie préventive qui va faire progresser la discipline dans ses méthodes de travail et par l’apport massif de données originales. Depuis, la situation a changé pour deux raisons : un essoufflement intellectuel du préventif sensible de divers points de vue et le faible niveau de publication de ses résultats ; le développement et la publication de travaux de recherche originaux et importants issus de l’archéologie programmée.

28Au regard de la rapide et profonde évolution de l’archéologie dans les dix ou vingt dernières années, il est étonnant de constater la pauvreté de la réflexion et des publications dans un domaine pourtant essentiel comme l’évolution des pratiques de terrain en diagnostic comme en fouille préventive. Il devient urgent de faire le bilan de cette évolution pour des raisons de principe, mais aussi parce que plusieurs tendances inquiétantes ou régressives apparaissent dans le secteur du préventif. On peut évoquer ainsi une technicisation et une parcellarisation croissante du travail de terrain et post-fouille, une territorialisation mal maîtrisée des activités d’une partie des intervenants, un renfermement sur eux-mêmes de certains de ceux-ci.

  • 6  Jean - Paul Demoule, « Les archéologues d'aujourd'hui doivent être polyvalents », Propos recueilli (...)

29Pour résoudre des problèmes évidents de gestion de personnel, la tentation est grande de transformer en techniciens polyvalents les archéologues du préventif : c’est ce que souhaitait le président de l’INRAP dès 2002, c’est-à-dire avant même qu’apparaisse la concurrence mise en place par la loi de 20036. À cela vient s’ajouter un souci croissant de normalisation et de standardisation des modalités d’intervention et des coûts, avec des pratiques qui vont à l’encontre des principes fondamentaux de l’archéologie moderne, comme le traitement du matériel archéologique après la fouille par des personnels qui n’ont pas participé et parfois même pas vu celle-ci, ou par l’engagement sur le terrain de fouilleurs qui ignorent tout des faciès archéologiques locaux, par exemple les types de céramiques, et qui parfois, y compris pour des responsables d’opération, ne sont pas spécialistes des périodes concernées. 

30Certaines formes de territorialisation de l’archéologie préventive renforcent les tendances précédentes. Il est évident que pour une part des fouilleurs il est souhaitable de n’intervenir que dans un rayon réduit autour de leurs lieux de résidences, quitte à travailler sur tous types de sites de toutes époques.

31La technicisation croissante du travail de terrain et post - fouille est dans la logique d’une gestion purement financière de l’archéologie préventive où la première des obligations est de réaliser les opérations avec des délais et des coûts maîtrisés.

Les opérateurs agréés : de nouveaux intervenants qui perturbent le système

  • 7  La loi de 2003 prévoit que l’agrément en Conseil d’État n’est possible dans chacune des périodes é (...)

32Un autre élément perturbateur du système élaboré en 2000 - 2003 est la montée en puissance à partir de 2005 des services archéologiques de collectivités et plus récemment des sociétés privées : l’importance du phénomène est actuellement mal perçue, faute notamment de données statistiques mais il est lourd de conséquences. Il est nécessaire de présenter ce secteur parce qu’il concerne avant tout le Moyen Âge. En effet, presque tous les opérateurs qui sont agréés en 2010, soit 50 sur les 60 services de collectivités et 19 sur les 20 entreprises privées, le sont pour intervenir dans le domaine du Moyen Âge. Cette période est de loin celle sur laquelle travaillent le plus ce type d’intervenant avec ensuite l’Antiquité et l’époque moderne puis la protohistoire et l’époque contemporaine et enfin, très marginalement concernés, la préhistoire, le paléolithique et le néolithique7.

  • 8  Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Arch (...)

33Les services de collectivités apparaissent dès les années 1970 et se multiplient dans les deux décennies suivantes, alors que l’apparition d’opérateurs constitués sous forme de sociétés privées remonte aux années 1990. Une circulaire de la ministre de la culture adressée en 1998 aux préfets de régions et leur demandant de donner l’exclusivité des marchés de fouilles préventives à l’AFAN, l’association qui a précédé l’INRAP, puis l’officialisation du monopole de cet institut par la loi de 2001, ont failli faire disparaître les quelques sociétés privées qui existaient alors et ont eu pour conséquence un tassement du nombre des services de collectivités. Après la loi de 2003 et à partir de 2005 de nouveaux services de collectivités et surtout des sociétés privées sont créés ou se développent8.

  • 9  D’après Thomas Vigreux, président de l'Association nationale pour l'archéologie des collectivités (...)

34Il est nécessaire de distinguer la nature de l’agrément. De par la loi de 2003, les opérateurs privés ne peuvent faire que des fouilles préventives, alors que les services de collectivités peuvent réaliser diagnostics et fouilles. Les services de collectivités qui ne sont pas agréés se cantonnent à l’établissement d’une carte archéologique ou à des activités d’animation et de valorisation. À la fin de 2009, il y avait 102 services archéologiques de collectivités territoriales, dont 58 agréés répartis dans 36 départements, avec un maillage fort dans certaines régions comme le Centre (7 services), l’Île-de-France (11 services), le Nord – Pas – de – Calais (10), la Picardie (9), PACA (16) et Rhône – Alpes (7), sept ou huit nouveaux services étant en train de se mettre en place fin 2009, ce développement se faisant essentiellement au niveau départemental ou dans le cadre de communautés de communes9. Une récente tendance est celle d’une demande d’agrément par les services qui ne le sont pas. En avril 2010, sur les 60 services de collectivités agréés 59 le sont pour réaliser des diagnostics et 52 des fouilles préventives.

35En cinq ans, la croissance du nombre d’opérateurs agréés a été forte. En 2004 - 2005, première année où des agréments sont accordés, il y avait 50 opérateurs (39 services archéologiques de collectivités et 11 sociétés privées). En juillet 2008, ils étaient 66, dont 49 services de collectivités et 17 entreprises privées. En avril 2010 ils sont 80 : 60 services de collectivités et 20 entreprises privées10. En cinq ans, on est donc passé de 50 à 80 opérateurs agréés qui ne sont pas forcément les mêmes qu’à l’origine puisque certains ont disparu ou que des regroupements ont été faits.

36La présentation de quelques services de collectivités ou sociétés privées est nécessaire pour rendre compte des évolutions de ces dernières années.

Les collectivités territoriales

  • 11  L’archéologie préventive, op. cit., p. 29.
    La redevance d’archéologie préventive (RAP) a été créée (...)

37Comme l’a déclaré, en novembre 2009, le président de l’association nationale pour l’archéologie des collectivités territoriales (ANACT), ces dernières ont désormais deux choix si elles veulent intervenir dans le domaine des diagnostics archéologiques : « Le premier choix est de prendre sur un territoire, pendant trois ans, l'ensemble des diagnostics propres à leurs territoires. Dès lors, elles touchent l'intégralité de la redevance d’archéologie préventive (RAP). Deuxième choix : sur un territoire donné, elles décident de ne couvrir qu'une partie des diagnostics et dès lors elles toucheront la RAP au prorata des diagnostics réalisés »11. Ces deux choix sont bien illustrés par le pôle archéologique interdépartemental rhénan (PAIR) et par la direction de l’archéologie préventive du Douaisis.

  • 12  Idem, p. 18.
  • 13  Idem, p. 18 - 19.
  • 14  Idem, p. 19.
  • 15  Idem, p. 20.
  • 16  Idem, p. 21.

38Le pôle archéologique interdépartemental rhénan, créé en 2006 par les conseils généraux du Haut - Rhin et du Bas - Rhin, regroupait à la fin de 2009 un total de 75 agents dont 45 spécifiquement affectés aux missions d’archéologie préventive12. À cette même date, le PAIR assurait la moitié des diagnostics réalisés en Alsace, soit 40 à 50 opérations par an pour 250 à 300 hectares et son action « a contribué de manière efficace - et c'était le souhait des élus - à une réduction des délais de mise en œuvre des opérations de diagnostic »13. Les diagnostics sur le linéaire de la deuxième tranche du TGV Est ont été faits pour moitié par le PAIR et l’INRAP qui ont été ensuite les seuls opérateurs qui ont répondu à l’appel d’offre de Réseau Ferré de France14. Le PAIR, l’INRAP et Antea, un opérateur privé, se partagent en Alsace les fouilles préventives à peu près également avec un tiers chacun, le PAIR étant cependant l’intervenant le plus actif15. La valorisation et la diffusion, « probablement un domaine d'excellence des collectivités parce qu'il y a ce souci de la proximité des territoires et des populations », sont particulièrement développées par le PAIR16.

39La direction de l’archéologie préventive de la communauté d’agglomération du Douaisis (Nord) illustre l’autre possibilité d’intervention des collectivités territoriales dans le domaine du préventif. Depuis janvier 2003, cette communauté d’agglomération, par le biais d’une convention cadre avec l’État, a dans ses compétences l’archéologie préventive. C’est donc cette direction qui, dans l’agglomération mais aussi dans le secteur historique de l’Ostrevent (un ancien pagus essentiellement localisé dans le Nord mais avec une petite part dans le Pas-de-Calais) et en collaboration avec les services de l’État qui restent seuls compétents pour délivrer les autorisations de fouille et contrôler les opérations en cours, assure la gestion et le suivi des permis de construire et de lotir, mais aussi des certificats d'urbanisme. Les diagnostics archéologiques sont faits par cette direction. Quand des fouilles préventives sont nécessaires, elle les réalise si l’aménageur est la communauté ou l’un de ses membres. Dans les autres cas, une concertation est organisée avec l’INRAP qui ordinairement laisse intervenir la communauté. Pour faire face à ses obligations, la direction de l'archéologie préventive dispose d’une équipe de 95 personnes (dont des céramologues, des archéoanthropologues, des archéozoologues, des topographes, des attachés de conservation et des restaurateurs) et depuis 2008 d'un laboratoire d'analyse et de caractérisation des matériaux.

  • 17  Idem, p. 28 ; Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouve (...)

40La création de services archéologiques de collectivités s’explique depuis l’origine et plus encore ces dernières années par la volonté de celles-ci de maîtriser la mise en œuvre des aménagements dans leurs territoires, notamment d’en prévoir le plus tôt et le mieux possible les coûts et d’évaluer les obstacles éventuels, surtout de maîtriser les délais d’intervention. Il existe souvent aussi un intérêt pour les retombées culturelles de ces opérations de terrain et la diffusion des résultats vers la population. Il n’est donc pas étonnant qu’apparaissent deux tendances dans les collectivités dotées de services archéologiques : certains de ceux - ci ne sont plus intégrés à la direction de la culture, mais à celle de l’aménagement17.

Les sociétés privées agréées18

  • 18  Une partie de l’information qui suit vient d’une enquête interne réalisée en mai 2010 auprès de se (...)

41La création et surtout le développement récent de sociétés privées est un phénomène encore mal perçu alors qu’il illustre très bien les changements profonds en quelques années dans la manière dont l’archéologie préventive a été intégrée par les aménageurs dans la programmation de leurs projets.

42En avril 2010, les vingt entreprises privées agréées se composaient de quatorze SARL (ou assimilées) françaises ou étrangères, quatre associations et deux archéologues libéraux spécialistes du bâti. Il est nécessaire, compte tenu de l’apparition récente de ces sociétés privées et de l’essor très rapide de leurs activités d’en préciser la nature.

43Il y a deux époques en ce qui concerne les sociétés privées : avant et après 2005. Dès les années 1990 ont été créées les premières sociétés privées qui se consacrent à la fouille, mais aussi à diverses autres activités, par exemple l’étude du bâti ou la valorisation du patrimoine : c’est cette diversification qui leur permettra de survivre à la période 1998 - 2005 en attendant qu’elles obtiennent à partir de décembre 2004 un agrément pour réaliser des fouilles préventives. Une autre catégorie de sociétés privées d’archéologie apparaît à partir de 2005 : cette fois il s’agit de sociétés qui se consacrent presque uniquement à la fouille.

44Il est intéressant de présenter quelques sociétés privées en commençant par trois des plus anciennes, fondées avant le vote de la loi de 2001.

  • 19  http://www.hades-archeologie.com/spip.php?rubrique3. En mai 2010, elle emploie 30 personnes en CDI (...)
  • 20  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)
  • 21  Carte des lieux de réalisations de fouilles préventives, d’études architecturales et des autres ét (...)
  • 22  Communication personnelle de Bernard Pousthomis.

45Né en 1994, Hades est le premier bureau d’études archéologiques créé en France. Il a été agréé le 2 mai 2005 au titre de la loi de 2003 pour conduire des fouilles préventives concernant l’Antiquité, le Moyen Âge et l’époque moderne, cet agrément ayant été étendu lors de son renouvellement en mai 2010 à la protohistoire à la suite du recrutement de deux responsables d’opération spécialistes des âges du bronze et du fer. Il réalise aussi l’analyse d’édifices anciens et la valorisation du patrimoine historique. L’organigramme de cette entreprise indique en mai 2010 qu’elle emploie 30 personnes19. Elle a rémunéré en 2009 en CDD et CDI un total de 40,5 équivalents temps plein20. Hades intervient à partir de quatre agences basées à Toulouse, Bordeaux, Narbonne et Clermont-Ferrand21. Dans ces derniers mois, deux nouvelles agences ont été créées à Grasse (Alpes-Maritimes) et Annecy (Haute Savoie), ce qui fait que cette société opère dans l’ensemble du sud de la France avec depuis quatre ans des interventions ponctuelles en Guadeloupe sur des sites de plantations, de couvents et de fortifications d’époque moderne22.

46En 1998 a été créée en Alsace Antea Archeologie, la deuxième société privée d’archéologie. Lors du renouvellement de son agrément en janvier 2010 elle a été habilitée à intervenir en fouille préventive sur une large période allant du néolithique à l’époque contemporaine. Son chiffre d’affaire en septembre 2008 était de 1 802 000 euros23. En 2010, l’effectif de ses salariés était de 31 personnes24. Antea réalise actuellement en Alsace environ un tiers des fouilles préventives, le pôle archéologique interdépartemental rhénan et l’INRAP se partageant à peu près également le reste25.

  • 26  Sur cette société, voir le témoignage de Luc Bernard, directeur des opérations d’Archéopole lors d (...)
  • 27  Dans ce cas il s’agit de l’UMR HALMA - IPEL de l'université de Lille  III et du programme collecti (...)

47Archeopole a été créé à Lille en 1999. Cette association s’est transformée en une société coopérative ouvrière de production à responsabilité limitée (SCOP ARL) qui a étendu ses activités en dehors de la métropole lilloise en Picardie et en Champagne-Ardenne26. Son agrément lui permet d’intervenir sur des sites allant de la protohistoire à l’époque moderne. Pour faire face à une forte croissance de ses activités, Archeopole est passé de cinq salariés au début de 2005 à un effectif moyen de 26 en 2007, de 55 équivalents temps plein en 2008 et de plus de 60 pour le premier trimestre 2009, dont 38 personnes en CDI. Comme c’est le cas pour toutes les sociétés privées d’archéologie, une part du personnel d’Archeopole publie des articles, participe à des colloques et à des projets scientifiques ou aux activités des UMR27.

48Pour en terminer avec les structures antérieures à 2001 il faut évoquer les associations qui emploient des salariés et organisent des fouilles préventives ou programmées : leur rôle est significatif en archéologie médiévale, notamment dans le domaine du bâti.

49L’une des plus originales de ces associations est l’amicale laïque de Carcassonne, fondée en 1907 et agréée en 2005 pour faire des fouilles préventives médiévales et modernes. Cette association a une vocation particulière : « mettre en commun les compétences d'archéologues, d'artisans, de professionnels du patrimoine et d'animateurs afin de mettre en valeur le patrimoine archéologique audois tout en dispensant une formation qualifiante dans le domaine de la restauration du patrimoine à des personnes en insertion recrutées par l'association […] dans une région qui est à la fois tournée vers le tourisme et touchée par le chômage »28. Cette association conduit des fouilles programmées, dont celle du site médiéval de Cabaret (Aude)29.

50On peut aussi citer l’association Atemporelle, créée à Parthenay (Deux-Sèvres) en 1998 avec pour objectif de favoriser la mise en valeur du patrimoine au sens large en accompagnant les aménageurs et gestionnaires de celui-ci par des études préalables, la formation, l’information et les conseils, en organisant des actions d'animation. Ses huit salariés sont des professionnels de l'étude scientifique, du bâti notamment, et de l'animation du patrimoine. Cette association a été agréée en 2008 pour faire des fouilles préventives d’époque médiévale et moderne et elle intervient sur le bâti30.

51Dans le domaine des associations le cas le plus intéressant est celui du Centre d'études médiévales Saint-Germain d’Auxerre (Yonne)31. C’est une structure associative créée en 1986 et totalement liée à l’Unité mixte de recherche 5594 du CNRS dont le programme de travail porte sur le bâti médiéval, essentiellement religieux et avant tout d’époque romane ou antérieure, mais aussi sur l’Église et la société médiévales, l’iconographie des peintures murales, le milieu urbain, etc. Son agrément pour les fouilles préventives date de janvier 2005 et porte uniquement sur les époques médiévale et moderne. Fort de cinq salariés de haut niveau, le CEM intervient avant tout en Bourgogne mais aussi sur demande ou à son initiative dans toute la France sur des monuments emblématiques comme le baptistère Saint - Jean à Poitiers ou l’église Notre - Dame sous Terre au Mont Saint - Michel32. Soutenu par les collectivités, le CEM a des activités en dehors des fouilles préventives. Il est par exemple prestataire de service en archéologie, notamment sur le bâti. Son activité est encadrée par un conseil scientifique international de haut niveau. Le Centre d’études médiévales montre une voie que d’autres équipes universitaires ou du CNRS sont actuellement tentées d’emprunter afin de valoriser leur expérience et leur compétence et de fournir à leurs étudiants une formation pratique de qualité. C’est une orientation que le CNRS et plus largement le ministère de la recherche encouragent chez les chercheurs en sciences exactes ou autres et qui doit s’appliquer  à l’archéologie.

52À partir de 2005 et surtout dans les deux ou trois dernières années apparaissent de nouvelles sociétés privées plus spécifiquement orientées vers l’archéologie préventive et parmi lesquelles on peut citer dans le Centre - Ouest et le Sud - Ouest Eveha, Archéosphère et Archéoloire.

  • 33  http://www.eveha.fr/fr/.
  • 34  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)

53Eveha est une société basée à Limoges et agréée en avril 2007 pour intervenir de la protohistoire à l’époque contemporaine et en particulier dans le domaine du bâti. La croissance de son activité est remarquable : en 2007, elle a été responsable de 6 fouilles préventives pour une durée totale de terrain d’environ 10 mois, en 2008 de 10 fouilles pour une durée totale de terrain d’environ 19 mois, en 2009 de 22 opérations pour une durée de 44 mois, sans parler d’une fouille en Oman en 2008 et 200933. En trois ans, Eveha est entrée dans le groupe des six plus grosses sociétés intervenant en France et ayant eu en 2009 un chiffre d’affaire supérieur à deux millions d’euros. Elle a rémunéré en 2009 en CDI et CDD un peu plus de 43 équivalents temps plein34.

54Archéosphère est un cas particulier. Cette SARL, fondée en 2005 par cinq archéologues issus des universités de Bordeaux, Nanterre et Rennes, est basée à Bordeaux avec une antenne à Reims. Agréée depuis décembre 2005 pour des interventions concernant l’anthropologie funéraire, de la préhistoire à l’époque contemporaine, elle intervient sur l’ensemble du territoire français35. Bien que travaillant dans un secteur défini, cette société a connu une croissance soutenue en l’espace de trois ans. Après une année 2006 déficitaire (avec 120 000 euros de chiffre d'affaires), l'entreprise a réussi à terminer 2007 en équilibre (200 000 euros de CA), avec 20 % de son activité consacrée à des fouilles préventives selon son gérant36. Comme pour d’autres sociétés privées, les fouilles préventives ne sont au départ qu’une part de son travail qui englobe aussi une activité de bureau d’étude. Mais la croissance dès 2008 du nombre de fouilles préventives prises en charge fait que celles-ci constituent désormais l’essentiel de son activité qui s’est développée : de deux salariés en CDI en 2006 et 2007, elle est passée à 5 en 2008. Dans le même temps, le nombre de CDD est passé de 14 en 2006 à 21 en 2007 et 72 en 200837. Son chiffre d’affaire a été de 1,8 million d’euros en 2009 avec 22 équivalents temps plein évalués à partir des CDI et CDD38.

55Archéoloire est l’une des toutes dernières entreprises apparues. Elle a été créée en septembre 2008 et agréé en mars 2009 pour intervenir sur les périodes de l’Antiquité et du Moyen Âge. Cette entreprise a été active seulement à partir de juin 2009 avec une équipe permanente de huit personnes et une dizaine de personnes en CDD. Basée à Guérande (Loire-Atlantique), elle affiche une volonté d’ancrage territorial en indiquant que son « secteur d'activité prioritaire est le littoral armoricain et nord poitevin, de la Vendée au Morbihan mais ArchéoLoire est susceptible d'intervenir également sur l'ensemble du bassin de Loire Bretagne, l'agrément ministériel portant sur l'ensemble du territoire national »39.

56Un phénomène intéressant dans le secteur des sociétés privées est l’installation en France de deux entreprises étrangères qui existent dans leurs pays respectifs depuis assez longtemps et qui ont donc une expérience importante.

57Oxford Archaeology est, selon son directeur général David Jennings une « charity », autrement dit une organisation éducative établie en Angleterre en 1973 pour promouvoir la recherche archéologique et l'éducation. Le concept français le plus proche de charity est peut-être l'association, mais il y a des différences significatives. Pour l'instant, il convient de souligner que notre objectif premier est social et non financier. Notre raison d'être est l'archéologie, pas le profit »40. Oxford Archaeology est à l’origine un service archéologique de collectivité supprimé dans le cadre de la politique du gouvernement anglais et qui a dû se reconvertir en société privée pour survivre. En 2005 avant son installation en France et l’absorption de Cambridge Archaeology en 2008 son chiffre d’affaire était de 12 millions d’euros41. L’agrément d’Oxford Archaeology, obtenu en mai 2006, lui permet d’intervenir du paléolithique (c’est l’un des très rares opérateurs agréés pour cette période) à l’époque contemporaine. Oxford Archaeology publie, anime un site Internet, intervient en Chine et en Turquie et a une activité d’éducation populaire. Elle employait à la fin de 2009 en Angleterre 350 personnes et à peu près 50 en France avec deux bureaux à Caen et Montpellier42. Son chiffre d’affaire en France a été de 2,918 millions d’euros en 200943.

58Archeodunum, qui se présente comme un « organisme de recherche scientifique et technique », est à l’origine une entreprise suisse Archeodunum S.A. créée en 1987 et installée en France sous le nom d’Archeodunum S.A.S. en 2007, avec, en janvier 2009, l’obtention d’un agrément pour prendre en charge des fouilles préventives concernant la protohistoire, l’Antiquité, le Moyen Âge et la période moderne. Cette société, qui intervient en France par le biais d’Archeodunum S.A. ou Archeodunum S.A.S., propose des prestations très variées qui vont de la fouille au travail de relevé et de dessin en passant par la topographie, les études architecturales et la palynologie44. Un aspect original de son activité est l’édition scientifique, avec la création d’un périodique Archeo Thema et la publication d’ouvrages de vulgarisation. Archeodunum a été la première structure à mettre en ligne dès 2007 ses rapports de fouille : 21 l’étaient en mai 2010, avec un accès libre, sans obligation de décliner son identité et de donner ses coordonnées contrairement à ce qu’exige Dolia, le système comparable ouvert par l’INRAP en octobre 2009. Basée dans le Rhône, cette entreprise est intervenue à ce jour en Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Franche Comté, Languedoc-Roussillon, PACA, Rhône - Alpes. En 2008, le chiffre d’affaire d’Archeodunum S.A.S. a été de 2 784 000 euros, avec un effectif de salariés qui a varié entre 10 et 1445. Cette même année 2008, cette société a réalisé la moitié des fouilles préventives en Rhône - Alpes46. En 2009, avec ses deux composantes suisse et française Archeodunum a réalisé en France 40 fouilles préventives pour un chiffre d’affaire d’un peu plus de 5,3 millions d’euros en employant un peu plus de 90 personnes en équivalent temps plein47. Frédéric Rossi, son président - directeur général est par ailleurs le président du syndicat national des professionnels de l’archéologie, créé le 6 mai 2009 lors d’une réunion au siège de cette entreprise. Ce syndicat regroupait alors huit sociétés parmi les principaux intervenants dans le domaine de l’archéologie préventive (Paleotime, Archeopole, Antea, Archeosphere, Hades, Oxford Archaeology, Archeodunum Suisse et Archeodunum France) et qui à cette date employaient plus de 300 personnes en France.

  • 48  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)

59Pour terminer, il faut préciser quelques aspects généraux de l’activité de ces sociétés privées48. Dix avaient en 2009 un chiffre d’affaire compris entre 1,8 et près de quatre millions d’euros, deux autres étant à 425 000 et 578 000 euros de chiffre d’affaire. Les dix sociétés les plus importantes ont un personnel en CDI ou CDD qui, en équivalent temps plein, a été en 2009 compris entre 21 et 64 emplois. En dehors de deux sociétés pour lesquelles les fouilles préventives ne représentent que 75 % du chiffre d’affaire, pour toutes les autres cette activité dépasse 87 % et est de 100 % pour quatre d’entre elles.

60Les sociétés privées qui interviennent actuellement en France, de par leurs origines, leurs statuts juridiques et la personnalité de leurs dirigeants et d’une part de leur personnel n’ont pas un profil d’entreprises à but lucratif. Elles ont toutes été fondées par des étudiants ou des archéologues salariés, de l’INRAP dans quelques cas, possédant un bon niveau universitaire et une expérience de terrain et c’est ce genre de personnes qu’elles recrutent en priorité.

61Presque toutes ces sociétés ont des activités pédagogiques, accueillent des étudiants pour participer à leur formation pratique, ont des relations institutionnalisées avec les chercheurs et les formations de recherche, notamment les UMR de leurs régions d’activité. Certaines, comme Hades et depuis longtemps, organisent des chantiers écoles.

Un poids et une crédibilité croissants

62Pour achever de comprendre ce que sont les opérateurs agréés, il faut évaluer le nombre de leurs interventions et celui de leurs salariés, ce qui reste actuellement un peu difficile, notamment en ce qui concerne les services de collectivités.

  • 49  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie (...)
  • 50  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie (...)
  • .)

ude. Mais ( rmations ue ministère de la culture, les services archéologiques de collectivitéstauraient réalisé en 2005 un total de 75 diagnostics(0,690 % des sr faces diagnostnqumes) et 40 fouille,s contec une évalgation de2 19 fouilles réalisést par l’INRAPcCette même annés.>Il est idtnquP dansces rappors qu’en ce qui concerne les fouilles préventives la etaggation de22004 à 2058 du nombre d’opératioes et des sr faces concersést « indique peut-être que les services archéologiques de collectivité,t dans leus cofigauration actuelle, ont attiont les limites de leurscapacvités d interventiot ».

Pourlles ozte entreprises privées agréées en 200n, l’intervention Dans le domaine des seules fouilles préventives,cCette même anné, est rapporsée dans leibiaun detinté au Parlemens etcrédgé d’annéesquivente sansiyndications chiffvées et avec ln commetfaire suivene : «Lles opérateurs privse actuellement agrééss ont tous des structures de ailltcrésuite et uc unune dispose ef moyes d interventios importancs( personne,s matére d). Toes se cn centrant site sur unezounegpographoque mestr int,t site sur des hlématiques scientifiques précises. Ies ne sont donc pas encoreen apacvits d’s suner imsultnrément lusiteurs fouilles ou des fouilles le grandeaemplurt ».

Les évalgatioes préréeantes n’ontgutère de signification puioque 2005 iété pmatiqumment la premièreannéedL’agrément au titre de la loi de 2003ent de quelques sociétésous services de collectivitée seulemeni. La lu part des opérateurs agréésaectifseEn 201s neln’ontiété qu’en 2006oeu plus récamment encore.

.FHautednaviiurlles mêmes i formations chiffvées en ce qui concernont les services archéologiques de collectivité,tiel n est pa, postible n esimere ce quece la r présente parrRapport au total des fouilles préventivesfraites en France cette annéelàe. Mais il fautrRapelser qu’en 208e, dernière année pour asquellt des chiffrss ont publies, l’INRAP a réalisé2510 fouilles préventives avec unere cette totale de 75 millions d’euros30. ieln’oe compaec ln cûtf moyen d’une fouille préventiv,tiel est de 898 000 euros pour les sociétés privées et de2988 000 euros pour l’INRAs.

48À partir des i formations actuellement réunes et dont certainess ont présennées it - eissu,s on peut esimere que les opérateurs agréésoent réalisé en 2098 - 2010faupour d la moitié des fouilles préventives t,s pour les services de collectivitée, une part importants et croissanne mais à préciserdces diagnosties, notamment les plus metfables, en milieurturat nonestratiité.Lla titrationest très varaible n une région à l’autr,r en fncation en particulier de la politique ees collectivité8. Dansders régions comme leNford ou l Alsac,r les services de collectivitée,lles entreprises privées et l’INRAPdont hac un la responsabilité d’un tiers des diagnostics et fouilles préventives. Dansdd’autres région,t près de la moitié des fouilles préventives snt réalises par des opérateurs agréés, par exemple Archeodunum en Rhône - Alpe8. Dans L’aglompérationdet Montpellie,s ùtiel n existt pa,den service archéologique de collectivit, 1 6 fouilles préventivesontiété organinées dans les cinq onnées 2008 - 2098:n sepsontiété prises en charge par l’INRAP at eufe par quatre entreprises privées qui ontreçu 415 % du finanlement tota.

49L importacet du personnel les opérateurs agréés est uneautrsrdonnée importante.

  • NToesavioesveu plus haut qu’enmai 2009 ers huit sociétés qui ont créé le syndicat national des pri (...)
  • >Ilman qu,trRapelioe-lc,r lesrdonnées pour huit ptaites entreprises ou association,t site de lford (...)

. Cette évalgationest cofiormée par l’enquête de mai 2010 du syndicat national des professionnels de l’archéologie : elle indique que lesrduzte entreprises qui ont fourns des donnéesoent rémunéré en 2009 l’équivalent de3814 emploii à temps plein, pour un peuimoirs des deux tiers en CDI et pour le reste en CDn.

.>Il est àccompaere àcdelui de l’INRAP qui étaiten 208e, avec Dans ce cas l’équivalent temps plein ees contrti à durée pétermirée, de28 900 personne, dont18768t dans le secteuropérationnel scientifique et techniqus et de322t dans le secteur fncationnelad minisrcatif tn financie).

Les opérateurs agréés dovment prendre en chargeaeuimoirsun tiers des opérations d’archéologie préventiv>. Sociétés privées et surtout services de collectivitée,ils consaceant une part de leur activité à un travail de bureau d’étuds, de mise en valeue, notamment du bât,s de conseilaeux collectivités ou à dst particuliees. Iess ont pmatiqumment des seui àffaire me mtcier.Lleur poidsdDans L'étude du bâti est importan., prbfablment mêmem jtoritairs. Ies réalieant une part croissanne des diagnostics et des fouille,s recrutentdte plus en plus nouvent des chercheursdde qualit bi en innérts dans let issl scientifique de l’archéologes médiévale et sont drvenes pour un granu nombre d’entre aux des structures de recherche productvles.

L’volutsion us statut ees collectivitée, avec à terre d’uvenunels tranfeorts de compétence de lÉstac Dans certaisl domaine, dont l’archéologie, peut modifser ladoenne àcpout terre et aiiurpPour coséqtence la création de servicen nouvauxe et l’c croisrement desmmoyes ecdeux qui existent éjà).>Ilnsembleeun efft peu prbfabl ique prdtur, dans le domaine de l’archéologie préventivel a r parttsion destârchis entre lÉstac et les collectivitést elle qu’elle a été définet par la loi de 200).

. Dansdtout,r les collectivités, plus nosciuises que d’autres finanluors de la valorimation durtulstac des fouilles préventive,t esimeroent que leurs services archéologique, bi en iitgrts dans let issl culturlrloeca,t sontena titration de coduaire uneactioneiffiance et permanente Dans ce domains.

.>Il nl est de même pour les sociétés privéee : lusiteurssne sont installéus récammentdDansders régions dépouvques de services archéologiques de collectivité,t notamment r pareemeneaux, maisuellt restont pmatiqumment bsrectes ou très eue présentes dans les trois régions ùt l’archéologie préventive snt la plus active actuellement et qui sont lÎlet - et - France, le CentrI et haompagn-r donn taisis que Dansders régions ùt l’archéologie préventive sntimoirs développés comme atHHautt -Nformndit,e la Francht - Comté, la Lroraine, la orsse, la Bourgogne, etc.Lae présecte ou l bsrencs de services de collectivitéeent de sociétés privées ese, avec la lcaliatsion desimptlanmations de l’INRAP at des équipes universitaires et du CNRS et desUMRe, une des données importantes de latterritorialiatsion croissanne et suhaitsable de l’archéologie françaisr. Nues verioes plusbans ce prbltèms.

h23 dir="ltr" id="heading32">

.>Pourune partsDansdtoute pétermiaint,t cettechoute s’xpplique aer la lontle en puissance des opérateurs agréés dans les deux ou trois dernières année>.

Lu poids croissant de an cocurrenc,xpplique le mlaise granoissant d’une part dsn personnes de l’INRAP qui viment deur chopear certaines fouilles préventivee intéressanres, qui"fon suiteraux diagnostics quiesoent réalise>.Qquelquesélrémenes ymbolgiques montrant d’autres aspects decle mlais. Aaisislers interventions publiques de certaisl des salariés de l’INRAP se présenaent comme archéologue on commn charté de recherche et non commndingérieur charté de rechercht, selon l’intitlté ifficne,s ou ae sigpaltdique qiadoenne chantier, vréhcuales et lceux comue travaillant à une «Rrecherche archéologiqut e qia n estja maisduite préventiv>.

Il estnformle que l’INRAt régaiss8 fact à unevolutsion qia e, peut an quer desposurdnivere prbltèms, mais une ircpulairt desa, direciion,intitltne « La lacus de l’INRAt dans le système cocurrentiet e et dresnéelec 20novtembri 2009 à l'ensemble du personnel définnt une politique qia e, peutique mettrecdeluicitena titration éltciae voii àvirs d’unelharge paet de an commuauié des archéologue8. Cnsligne est donnée denle plus aiiur de relations avec ln secteur cocurrentie,ecdelus-ci étant limité axs seules entreprises privéee : unedletincationest faietaisis avec ees services archéologiques de collectivités qui sont poutnant en cocurrenc, nouventfroenvale avec l’INRAs.

À partir euimmmets ùtune part au personnel le l’INRAP at des opérateurs agréés( collectivitést erritoriaee et entreprises privée)r particip axs mêmessnrmiaaires universitaires, estmeombre des mêmesUMRe, intervient dans les mêmes cogprè,r le rfues de cenvcts avec ees entreprises privées natgutère de eons et est prbltématiqus pour toue le co deest l’anord pour les personnes de l’INRA>.>Il e, peutique coduaire à dst coflatstrmetlanten difficulé d'ensemble des archéologuee, sanspParlrn de leurstutvellesad minisrcatvees qui vont daiiur géserdcesstoncatvees d’isrccnisme qui apparaissnet depuis quelquesmoist un peu aurtout en France à propos de particimations onjoiantes à dstUMRe,dmessnrmiaaires universitaires,ders réuniosrdnivere. Oonvoiutrmle commets les personnes L'établisremenst publie de recherche comme les universitéeent le CNRS pourfon suirle l’INRAP our ce terrain et rfuever de cillanover avec ces entreprises privées qui les sllficimets us les a soceant à deur travail de recherchs. tece la d’auaent plus qu’uu nombre croissant de leurs étudiants est salaris de ces entreprises privée>.

.Eelle indique que la loi du 17 janvier 2001at fail le l’INRAP un «'établisrement publit national de rechercht eaoyant «™une missios généraiedle sythrèes et docs de publication à partir desrtulstansders travaux de l'ensemble des opérateurt e et quecets institut a unevoication « d i strment d une politique de recherche archéologiqut e avec la responsabilité d’une chîune originame quivan « er la recherche de terrain[…],9 à l'xmplotatsion des données ssques de crs travau, jus qu à la commutciation scientifique, la dffusiio iverelse grant publitent le cocoeurs à l'enslignement et à la valorimation de l’archéologie»r. Nuesscommst dvtent undoublce prbltème : uneltectueIdlecutsable desstxteds et une présenaation durlle de ce 'établisrement publitad minisrcatis, quipPourune partunelqui appataient ae8.Ja maisdes 'établisremenst publie de recherch,s généraxistns comme le CNR,s ousprécalises comme l’ISERMe ou l’INRl n epprieavient c genre l’mbiations qui rltuvent Pourune part dst compétences de leursfauprvités de utvell>.

Lu pardoxne est quecn est avec une paet de ansubrvention onuneble du ministère de la cultur, et de an commutciation que l’INRAt dévelope une politique de valorimatio,s de commutciation et de recherche Dans asquellteilvpeut iitgere l'ensemble de l’archéologie françaisr.Lvl défcaitsstructurel le l’INRAP at l’obligation qui uinest faiednedletinguere Danssionbudgeac et lu finanlement de ees activités ce qui uinnvient de la r dvteces d’archéologie préventivl et cr quielreçsite des fouilles préventivesfrai ique le ministère site sbrventionner trèsfoareemens chique annéecets institue : au total65e millions d’euroP pour les cinq onnées 2048 - 208, dont une paetaue profi des activités de recherch,s de valorimation et de commutciation de l’INRAs.>Il est vsidentique detvellesscommst sontaccorndées au datriment du finanlement par le ministère de ce qui rltuvt de ees compétencestvelles qu’ellessvont défines par lesstxteds, par exempleules fouilles ppogrmmnee, l’idre axe publicatioe,lles ppjetes collectfs de recherch,s la valorimatio>. Un untre pardoxns, quipro lonue le préréean,e est que la régslmation de l’archéologie préventivl et la création de l’INRAPccûtlent trèsecheeaeuiministèr,t alors quecettea régslmationavtait pour objectifder fairepayie,s sur lu princiee polueu-payieue, ln cûtfdce cettearchéologie par les aménageurs.

Il fautnalturellement faire la part dst hosee :ln eppfessios des abiations de la direciios de l’INRAt dans cette ircpulairt uc 25novtembre 200nest trèslhargement un efft d’onfncvs, maisiel estpréélrateut d’un mlais. .

h23 dir="ltr" id="heading42">

Lu systèmemius en pfact à partir dr 2001 l’a été sans uc une rflextion téreuise sr,lles efftst desa, ynamdique sr,lles intervenants éjàs en pfact ousour les politiqurs de récontrlrimation et ded icocontration quisde dévelopyaient poutnant à la mêmedépiqu>. Snr fncationnement sntdte plus en plus prbltématiqu>. Dix oes plustarde,llesfraiessvontbrutraux etrinvonfourfablee :lla proreciios du patrimoine archéologiqueneisde dévelopetgutèrs, de même que l'étude du bâtinancinxlhors des opérations ne rhsabilirationsurbtaier8. Dans les deux cas,cn estfHautedn un dra régslmatfemideux dapité onet la créationa été rfuené0 par leg ouvennementlhors de l'llanoation de la loisour l’archéologie préventivl en 200s.Lae réaliation de lacparee archéologiqu,t poutnantaffiormée comme ule prioritxlhors des déatnspParlmmetfairis dr 2001 et 203,s navtecesgutèr ent la productvritx scientifique de l’archéologes est sseze fambls.

. Une politique de vaidatsion desac qu,t suhaitné0 par la direciios de l’INRAt danss a ircpulairt uc 20novtembrn 200, une r sudratsque très pataiellement ce prbltèms, qui r renn avantrtout de la mise en œuvre d une politiquevo lotarxists, mais aussicrraxistt de la paet de l'ensemble des institutioes concersése.

..

Luvolumre d’ensemble des activités de terrainas agemenré endDix oes, mais l'issnei efdce cetteuctvritx rltuvt de l’archéologie préventivl constitnée pour quatre cinuilmmst de diagnosticsdsont lesrtulstans ne sontoque arrement publts, e0 quipPourune part sont «nnigatfs », unsour quatre seulemenn de cesdiiagnostics étant par ailleursrutvrn d’une fouille préventivs.Laem jtoriié des opérations ne terrainsltcrésuit docs à unevvalgation de l'éact du Toe-sole archéologique avantders travaux l’mménagemeni.Ce launeveout paa dirs quecees opérations sont sansiyntéêtx, maisuellns ne constitient aetunsélrémen 'issnei efdce pogprès de la recherche archéologiqus et cela d’auaent plus qde liommeseem jtoriié de cesdiiagnostics est utvrgeaeuiieaux de ae publication d’une poutle nticue de comrteprenu>..

h13 dir="ltr" id="heading52">L bsrencs croissanne d i formationsour les activités de terrais

  •  Rapport d’activits IINRAt 2008,Parxi,n 200, p.64e et p.108 -11. .

, la commutciation our lesrtulstansdur travail de terrai,s la valorimatioe de cuxs-ci et la collecedneddonnées staisatiques et d i formatio>.

  •  ,Parxi,nMministère de laCcultur,s1990,n 88  p.uili (...)
  •  (...)
  • .)

LuCconseilsuptéreuur de la recherche archéologiqusepuislLuCconseil national de la recherche archéologiqus( CNA)e qui l’arempacté et qui sont en chargedde conseilear le minisre de la cultur,oent publts deuxibiaues conéqtetoP pour les onnées19808 -1989sepuis19908 -1994s.Ddepui,:nToes navioes plus cinx qu’uuibiaun pour les onnées19908 -1999,t publts en 202s et dont d idigencvs,rtout précanement en ce qui concernr leMmoye Âge,e estremanqambls.

Luibiaun de la mise en œuvre de la loi modifnée du 17 janvier 2001sour l’archéologie préventivldermnduP par luPParlmmettlhors u votre de la loidde 2003a été réalisé par le ministère de la cultur, et de an commutciationen 200s 1sour l’archéologiefmunéavrls.

.Uune région n’a i en publts de c genre depuis1998e et trois depuis1999>.

Lu ppjete du ministère de la cultur, et de an commutciationden constitutioed unebasedneddonnéesinxlligneRapelnée Archéologie ee la Frane-Ii formationm tere cnsvantrtouens les opérations ne terrain navtecesgutèr :eRatrès plus dedix aonsdea mise en œuvrelueserieue, qui cotennatc danss aiversionexpérmmetf lefien 200n un total d 5020notvices ssques dse impprités de quelques régions e France, en proponatcfien 209uimoirs de dax  miles,cn es-à-daireimoirsnqer le nombre d opérations ne terrainfauprvisést chique annéertouensxpéro dst cofcodune8.

sup>er> juin- 204ldermndanet lacréaction deibiaues récooraux de la recherche archéologiqus us ls rérete du11  ain 207s ifficaliant lu princieedet lacréaction deibiaues lefienndemaanaet patllesCIRA,l n’ontgutère été utvrges d’effte : au début de 201,tiel n existait dans le secteur de l’archéologie médiévalesque troisibiaues récooraux19908 - 204l pour les régions Alsac, PACA> te Rhône - Alpe8.

onufairis des opérations ne terrai8,médntés chique année par le CentrI national l’archéologieurbtaies( CAU)s depuis1985 et qui étamets les seuiouneicsdscummetfairis nationaux étailtés paaoissant réculièremensrviqtets dedis paaîtrlt avec cettesstructurn crésnen19804 àToeurs et spppritvl en 209 par le ministère de la cultur, et de an commutciatio>..

nuatlednedlrcr quiel est dans ces codiations très difficils d faireuuibiaun des opérations intéressane l’archéologes médiévale et organinés dans les ix dernières année. Ors ces onnéesont étécvelles une'volutsion ro fonre de lanaltur, et de la lcaliatsion des opérations ne terrain dans le domaine de l’archéologie préventive :lees opératione, enc œreurbtai,scpaacpérsitiqurs des onnées19808 -1990,t sontenafoaree rérfessios alors queceelles ouvetesinxxpér phrile desviellessvont nombresuee, sans quielsoint postiblednedlrcrdsans quellt région et uupour ds quellsasfotles devuille,sggrandds, etictes ou moyeier8.L a croissactt de la paet des opérations en iliea rurae, arnopspottsion à utearchéologie préventivl avantrtouturbtaies dans les récooies19808 -1990,t est ur faut vsiden,e maision e, peutgutèreailear plus aaon dans l’oalystn ees contrstesinntrelres régions ut à L’intéreuur de celle8 --c. Pplus généraimend, très eue de travaux de rflextion publts, permettets de faire Lu pontn our lesraussteds etblse rchie ous lesllimites dst techniqust de diagnosti ous de fouillemrises en œuvre depuisdiux ou qunze auen dans le domaine ue préventf. Lesr exemples de cettevtectvl à l’riegles dans les ix dernières annéeS pourtamets'ntre culiplltse :iel est vsidentiq unet elle titration n est anss ains.

..

h23 dir="ltr" id="heading72">

.Uunet elle politiqut, qia n existait pmatiqumment anseilysardnx aue,t était unenrécsrsité pacme que l’archéologie est unedleciplignt dans le sicblt, qiamoabilise d’une arnièrn conssanne etim préistibls dst terraics et desmmoyes finantiers appatvenans à dst particulier, ees collectivitée, ces entreprises et quiat docsbesoios u’uu consnsues socrle pour existr. Lee ministère de la cultur, n’aja mais été na titration demmeereunet elle politiqut, le CNRSnd intenvientiqus pnactuellement Dans ce domains etblse universitéesvont dprenaenles finniantivee i.>Il fautsoullignre à ce propo,s comme d idinqer le comrt-prenun uc conseildl’d minisrcatnon de l’INRAt uc 40novtembrn 200, que la part dst rmédnes ffecitse à la recherche n’aceisté debraissre depuis 2005 pourtreprésenier en 209 un total d 6,20 % unbudgeac onunes.

.

.Lu’uu des viqtse est qu’elle ointuatlrsnée pourtr sudreeune part dst prbltèmt de l’INRA,s commeasslonr1sla régtlimité ou as quer les iifficulsr existnei ellds croissanles une part desion personnee.Untn ees coséqtencosnnigatvles de cette politique de commutciation est qu’elle e, peutsde faire qu’on é formnet cr qu estpruellement l’archéologi,s l'étude du qotidvie,n uc commue, de lusuie,ecpar la commutciation est faie systématiqumentisour l'xsceptsonnet, le plus aret, le plusnancint, le premiet, le plus irch... Lesr fouilles médiévals,t pou une palearqque deille,s prodislent très arrement de l'xsceptsonnet,ders tvsfoe, cesoisremenst qui 'volutsioanenu nse ponnaissancs... Unde commutciation dequailitésour l’archéologie médiévaln n est postibleiqueie ule prbltématiqus de recherche existt aaon la fouille et peut'ntre xposnéeaut publitafiennde régtliere l opératios ne terrainet metreeon perpeactivesesrrtulstane :iel es, qasiement parnaltur, pourtat-ios irs, difficils d pr réeretaisis dans lecast ees fouilles préventives.

.

Il est vsident aussi que la politique de commutciation de l’INRAe, arnsla metre d i formation dffusné0 parIenieneac etsion activitn générai,s entrtaientune pofusiio inntrecrs quecees institut réalins etblse opérations ux quellsaielsei cotentre de participr,t pafrois trèsmo dstgemeni.Cn esttaisisiquennombre d opérations archéologiques coduatus par ees chercheursdue CNR,s des universitaires ou même des a socrations et truivets de fats pardées au rmédnn de l’INRA> Ll’activitn dans le domaine de l’archéologiedue CNRn teddesUuniversitéeous des servicesdde collectivités esttaisis pataiellement escompe,cue qia frgbilise cettedleciplignt danscees organime>.

Il faut aussi vo queruu drnfser aspect serirss d’unesur- commutciation our l’archéologie préventive : metreeonvaleur des opérations importaneos pour lhxisoivre d unevuilleous u’uu territirls alors que Dansders élmaisaaoiponniblse la lu part decles ré ouvetesneisdrfon inP publtéesnuiprrésennés d’une arnièrn peranentreaut publi> Lliyntéêt croissant desélust pour l’archéologie te l'xxistnces dans les collectivités d’neics culturlns comme lsmuinéssusicimets focnement des inte ogrations our liyntéêt etblsetrtnomnées à terre ne certaines opérations l’archéologie préventiv>.

.>Ilysarddepuis quelques annéeSunesur valorimatioe médctrique de certaines fouilles qui concernnetblse oiqursmo drgns et coteimpo ains.>Il n est ansiquration de rfuever à celle8 --ci la postibilité eu bénficisredne fouillee : ds pons e tiers de ponnaissance our cnsxpéro dstsvont dprenaenesdue pogprès de la recherche archéologiqus.>Il n estiquedde oirs, par exempl,t cr quiel est postiblednedlrcr our les soc étes amr idiiennes et clonriaee françaiseousanglaise dse sup>e> - >sup>e>  sicblsa gâactraux fouilles coduatusrauxÉstane- Uunstentae Canadarddepuis plus de qarsanneaoe, onet esrrtulstans etblse publicatiossvon.,iel estvo a,e presque totalementrinvonuen dansnontre pyes.

h23 dir="ltr" id="heading82">

.Uur exemplef rapnans à ce proposest d'étude ues teuliere médiévaux depproductoen pérmtiqut,uu hlmmt poutnant'issnei ef pour les archéologue :eRatrès uteagemenatsion dans les récooies19701 et1980s u nombre essmites'étuités paallèllmment à l'ssour de l’archéologie médiévale st u oeptmumnen19888 -1992,r le nombre d opérations ne terrain consacnéeS ànce oj eta été.

.Ddans le secodx cas,ccelut desvielles oapporunxime archéologiqu,s ce-caiotal scummetfairt pr existon il'xxistt ansou est famble et la productvritx de l’archéologie préventiv: estprduatus.Ccette oalystn nvaleur générais DanstToes les secteuus de l’archéologie préventiv: ts pstelce prbltèms, éjàs vo qrs, de la territrialiation de cells-c..

.Cn est l’archéologie préventiv: qi,: à partir des onnées1980 as pmatiqummentprééltécvu hlmme :iee duux ou trois écooie,s pluiteuuscmetfannes desmites de c genre ont été fouiltés dabord:ieeÎll8 -dl8 - France, enPlicrdive stune Rhône - Alpe,sepuis dans le CentrIent plus récmement etavec uneaemplurruu eusimoidire Dansders régions comme lsPays de laLoivr,r lePmoioa8 -Chareaneo,eMidit -Pyrgénur,P ac>.Ddepuis quelques année,s lesllimites dt l’apport de c typee ds fouilles apparaissnntdte plus en plusncettmend, avee, comme li rltuventClatudeRaynatu,nDdarèlleAlexaodur -Bi ont etFfranroilePipoooir, urn p prrche qui rsts trèstypologiqu,savec eue d i eetsion de ces fouillesddansune'étudeenvirionnemenval,sundeffamble'xmplotatsion des données sur lu pacmlulair,sundeggrande lifficulé pour concptualinur lesrtulstansest définur lu statue dessmites fouiltés. Nuestrttruiio icis lesllimiteshsabsuvelles une paet de l’archéologie préventivs, avec l’bsrencs qasie totale de publicatiosmonpogrphniqus,s d’uvagsn permetlantdde rfl rciurauux m hodtes dt travail et à la prbltématiqus de c genre ds recherche et docsdde faire progeissrelaequailitédur travail et luunivvae dse ponnaissancs>.Lse contrsts est rapnansinntrecruscmetfannes desmitesrurauxaintéreuues au>sup>e>  sicbl fouiltés dans la moitiénord:dee la Frane,r trèslhargementrimédnesent detrimse à et restr etblse quelques arees fouilles ppogrmmnees desmitesruraux ut étueis ne teroiut de la secodea moitié utMmoye Âgen réalisensraecsdde eticesmmoyes finantiers dans leSud8 -Ou ess us lsSud8 -Eess et dont lesrtulstans constitient une paet notibls dstuvagsnemanqaentsmédntés ees ix dernières années.Cce 'ssour de la fouille préventivldessmitesruraux au hautMmoye Âgensne temannra, commeail nta été pour l’archéologieurbtaies des onnées19808 -1990e : sansgutèredeacrflextion m hodologique our lesmodalvités dfinterventionnt sans conlusiioos scientifiqus uneaemplurrdligne desmmoyesengarté>.

h23 dir="ltr" id="heading92">.

Il estceertai iqdiIl nysar anseue debco e nt aaon niu même l'ssourmmanqté Dans ce domains dans les ix ousvdints dernières annéeS alors que Dansblsmmêmeteimse desmmoyes spplrémentaires conidrrablees ont étéaccordmse à l’archéologiedaossvo 'ensemble :ieevdint aue,tsvo finanlementa été culipllt, arnscep en ponnaescpouaenll et luunombre essalhalts, peranenten par quatr,s plut prbableemens par inq. Dde 2001 à 209,s cesvonr1 6001 à1 7020™empoais ou équvalniseteimse peain utempoais qui ont été créen par l’INRAe, les collectivités territriatns et plus récmement aur les soc étespprinée,s avantrtoutpoeur des fouilleurs et detToes lesunivvaux dequailifciatioe : très eue de secteuus des scie ces de lhcomme et e, la soc ét sont conut Dans cesmmêmes annéeSuet euunivvae da création utempoais.

L’INRAP réunteenvirio 400 % de ces alhaltst, le CNRS etblse universitéeimoirs l un qarte, lesautresléaentrattarchsavaux services régioraux de l’archéologitentaexs servicesdde collectivités quiprèeens u podes comarable,e stunfainfaxs entreprisespprinéel et à quelques a socrations.

Il n est ansfaicil,l faues es données tatssitiqur,s d'évaquer le nombre d opérations ne fouille organinés chique année dans le domaine de l’archéologie médiévalemmaisail oint'ntredme dordtredme5508 -600. Dnivereiyndicateuusmoinvrentiqus ce-hdifre,s avantrtout constittn de diagnostirs et de fouilles préventive,eest enbraiss ddepuis quelques années.

.Det porensdxisorsiioos apparaissnnteinvre ees régions ùt ees hlsess publtéesets noimeueSsvont nombresuee, comme Rhône - Alpe,sLangumdoce -Roaussllio,tMidit -Pyrgénur,PProv ecee - Alpe8 -Côues Azur et ’autres ùtellessvontncettmeneimoirs nombresuessinion même très arrs>.Lse cae de lÎll8 -dl8 - France, avec as plus feta poncnsrcatnon en France utempoais universitaires dans le domaine de l’archéologie médiévale et desmmoyes conidrrableesaccordmse à l’archéologie préventivs, estremanqable par leffamble nombre eesuvagsn publts,ent ees hlsess noimeueS ou édntées.

archéologie médiéval8archéologie utMidie médiéva8evue AarchéologiquedmePlicrdiv, A qunaeia,e la>evue archéologique ue CentrIent de lÎllt de Franc8

.Lar moitié eesfaueures de cesrtxcllessvont ees alhaltsedue CNRnous des université,e la part dst travauxaisuus de l’archéologie préventiv:léaentffamble comarantivementauux moyeshumtains et finantiersengarté>

'étude uesprésideices axisocpmatiquni( avantrtoutldse hâtvvau des irrl)xetecneble rnld’rtxianats, de la cultur, tntérellee te est techniqussprèee unefrois te emit pluslourdt pamitblseuvagsn l’archéologie médiévale publts, Dans les onnées19998 - 208 ique our le terrai. Llseuvagsn médieS ànces hlmmsttreprésenienslar moitié encaux consacneS à ’nnsemble de l’archéologie médiévale Dans les onnées19998 - 208..

'étude uesmédfvices rligreux te estinpculturcs etinhumtatios et surtoutdses co lserurauxete rbtairs sts dans les ix dernières annéen presque eaux fuisimoirsepréseni, en proprtsion dans lesuvagsnique our le terrai,cue qia est l’auaent plusremanqableiqus ces hlmmstmoabilisent une paeteissnei ellt desmmoyeshumtains et finantiers ffecitse à l’archéologie médiéval,seissnei ellmmets dans le préventf.,Par auilleur,sionob serlt desdms équliburcsremanqablse à liintéreuue de cesggranes hlmmse :lles publicatios ourlde bâti rbtaixoentaussi nombresues qdecneblse our les fouillesdde uille,s lesuvagsn sur lu pyeage te l'nvirionnemeneléaent àpeiune moirs nombrexs qdecnuxsour eessmitesrurauxadu sosstrct. >lesuvagsn publts, our lesmoo lserurauxete rbtairs invre19998 - 208xoent moirs nombrexs qdecnux consacneSrauxprésideices axisocpmatiqune :llesmmoyes finantiers ethdmtains ngartés ourlde terrais pour chcuu de ces eauxggranesnnsembls,s quitrltuvent avantrtout ue préventftdDans le premier cas, de la fouille ppogrmmne dans le secodd, sont poutnant sans commulsmestur>

.>Il fautsoullignreaussi ladlesorsiioteinvre eesacctivités de terrait très poremment finantess et eut productvuee, comme d'étude ues co lse rbtairs et surtoutrurau, et ’autres comme d'étude uesrtxianatse te est techniqussous desprésideices axisocpmatiquni quitrnroveent eusde finanlementdlu terrain et quitasslemblent eusde chercheursmmais qi,iaavec notammentuutrllenuctfs des bénvoless et ess a socrations Dansders secteuus comme lichâtvva des irrl,i ont prodietlar moitié eesllvren l’archéologie médiévale publts, en19991 à 208..

.Lardermndet socrl,e par lebiaius de l’archéologie préventiv,t impstn ees hlématiquesdlu terrai. >les codiations le travail Dans ce secteur e, permettets aet 'xmplotear les fouillestaisis finantes. >L’bsrencs demmoyesattrbutse à la recherche archéologiqu,:iee dhores de cexs quivoentaue préventf,ub lnqer le dévelopeement dethtématiques rigaialuesdlu terrai. Globallemene, l’archéologie médiévaln ms pncptsonns aet comme unevtérotibls leciplignt scientifiqu.

h23 dir="ltr" id="headin202"> appaiation et d i eetsion récanle de l’archéologie médiévale Dans le secteur des scie ceshdmtaieesets nciatnstnebles q’elles existnen dans lesorganimes publise ds recherche stsune'vsideice :cn ese, suftexsceptsoe,e dans la écooin1960s quealse prempères fouillesort uinéenivere l’archéologie médiévale sont organinés en Francese, suft arees cae pluseprcocres comme àCaeon etAix -ea -Prov ece,i dans les onnéessoixaenl8 -dix qse cettedlecipligntpgéntIn.L 1/up>  sime lichâomme e,cue qia rvesnbles q’e aspect collectivités te estiservices régioraévaDRAC3" href=atr8 -vdsxprenae d i eetsion récanle de l’arsnsceertaiuunet L’nux1127 Lliysndit ellactueaintsous des t pouenvicesdde col, commeat ’autres quealse eceinstns et pt Lnt patlstnBoüaété Nlhel8 nes oporer trèslh/spant,illeue et 788fesdlu soivralp>  sims consacnehlsessdsontideiceber"1162  sime lichâoieurrchéologiebudgas hlématiqu dsu psont eSuetsponcnsrcatnonenologicodalvitéues co urldmetlapomme publi> Llfporsxdms hodologiqhéologie mâti rligrle Dans lexrtaeur deévale Dans le secteur des scie c88fedmetlapomme ologie acctivités de t0 % ure,s aellsa grves>.>Ilysarddoye Âgue punbles q en conlusiiole Dans le secteur des scie celparanumber"133drnièreactueais Danuilles apparanen pare l/ideices ms consacns,ielsdlecipligntpgéntIn< oannnLliynt ue ublmbmmt poutqpect dsle> catnonetnstneblherche arché encauxe hl’mpe ppodonnéchéologie médiunfainercheursmmess et ux declsitée,sretnt pus lu temes danes de récaièrc'étueis plrurau, eur, tnte lichretnologie mstmoabilisent < oannrliycauxe hxpéro dpe ppodonn

.Ddans lele Dans le secteu3" href="tsUundarchéoe. Oaqupn>.Laraaon ent danLluvolum intplurrddprenaectio dL’rtxclles dans le domaius de l’a5" hrefuiioeces arcme550emmêmeteimse desgajusntifselogue :eRatclles dans le domaiis plil stcertxclles dembre ettaisile «diévale ins nombrenesmoinvvaln ms caux consacn,s avantrtoPplus deampporthdmtains n sec lanLla ms pncptitrlaacodane pub métrtu hodtexprenae rchéologie o3" href=le s annchésans publnscee-dl8genmoinvrnsooes la rechgie acctivités lutrlle'es les secteuus de l’arché les archéolo1vat gttrliysndit untre nuxltur,ddse traublnt ue nvagsn sur lu pyeagiysle l inntsous des persacctivaoipose mt leaqus.mndeggranur,sisis fns que efs="#fculsr det arnslanée dans lss pp premier casr deUMRNRS etaecheiqus ces hxprenae veigsortitpraouvits la rechié enent dessrchéologie o3lts, en19991 à 208..

Le="ttéventiv,e préventf,ub lnqev au psiptsonnmmet,dde ’archéol1plignt scientifiqu.

h232dir="ltr" id="headin204">Ass vulé pourronums mOaqupsnns p1-s p3rchéologie médiévals

Uuatfa-évad ins es et ded orBstiins3lts, en19991 à 208..

    2li>  Jeas>(...) .)
40 class="par eerportlremier sulitésrisionumets mmstdlasest sont pns le fcpteclles qtrla bâose an>   Uu oisa> Uuu,s al,smmaéaès5 ef="/spaablerevise l'n urier sutaax leculsr debrexs majont psuvent'tuanvse meuxes desgajuslogie merfns q3.Cce 'ssour de .Den199re asqunee s.Ccg desm33> Uu oisce1sion ouldopsionumedlu «e 'sjudmil’asourollecnen danère de pud inaax»878 -fedlu «conses conexites rbstoct2sionob s fiesmmoye»inéen parcees uvagss   Uuu,s adpaableceber"1162 Uuu,s e ellealutrlle'urghrtisearparanurovqrs, de laserviclles g desm33> UuaonsacneS ent des,iations le t.Den199exclorighame de tappumber"1267tpraoatnetfationies les secteuus de l’am"paranur,sisis ,9nt estle CentrIvitunoxussva des lev de lellsat L’998 - 20sp deM,saarch,iices au, et ’auules pus rcheursmma étuitéed8 -1e rvitsailamer"126comme dgie acctivgiefieMircaleiqusres aœechescastraes régioraévasle l inne de l’archmnaerns, peran auimoirsranumgie lletiumber"1320.

Uuu,s les folored'éarrêa CCNRS elogie me conssthsiquegloballlellsalogie médiéva0pp premier cas importtoct2n1aévaCIRArchmerermeeiqus ces s le="#fsoueimaunes aeonfonusléaentuneuusunes aeompt -1e rranumber"1aact de lacnsims consacnmeciplignt scientifiqu.

h233dir="ltr" id="headin205">
Ées tatsllt desmmier suueesdue prchéologie médiévals

.>Ilev dmElvlstaatse ogiie :iee duui1280.Lar7

.>ités nivergsn aruss dans les ablgtteddsurliysndit ellactueaiirrai. >lesphniqus,s dleur e, perrnsla mainfficnsobimeues et acctivgipgénfiplusoFposturcaisil rteds fouilles préventiveleicesli> Ll qui ontanumber"129 esités nr ene dories puhlémauelquctivgeu13te drchn"Lauwirss< ue pour ctiqur,s d'ri127.Léologie ,s lesllisnamsobimeues et xianats, de la s de l’I étuitéed8 -jusntifcpèreterrtriqueuvmmoyesatt. Surfnspour ctiqur,s de1siost declqans publnr les f>..,: amble'xmpxianats, den19928 -asoFposturcaissurveéen rai iour eeretrevuebihlmmnt pvt surtougsnique Danstseliysndit ellactueailnt e,esat L’ei efdees hlièrefonurè,rcapms ée(e préventfriysnesprésideic8 -uiio icis lans le pesit - ole Dans le secteur des scie c8lts, en19991 à 208..

  t,sion peutdlrcr qde le/sode à l’archle desuologuee daie6rbtaies 70,sux declses fouligntpgéntIn.

4n class="paranumber"1aact de lour ps axisocxussva defavoraéo. DellsalannéeSuet e- 208,r le nns p2, ologie mssent demmoys vwirss< ueut de la prisn de l’aratnie moent1250, p.434893ft839" httmend,et ' 29 janetlrns pae recte estismmoys vwirss< ueut de la prisn de l’arsearpar L’bsrtriqae CCNRS eteuain , les aa classUucptitrl c ponggriis finaâtvm depetsponcnsurombs veeiqus techniqcux txsUuntusi l prfieMttlefs="#fls porriqusrea/sparBst808 -1oysdiloyatsset néeditmElvces nt rrtriqnl8 -eeparBst808 -1e rx l un,iis t le a gu808 ublts, ont étéaccordmse àlogie médieslisllio,iouu lgenrnsiqdiIl nlsmmatsbl pgeia fcpèreteee(e préventf,ub lnqevsioyesattrbutse à la r0" href="#ft940"900.

h234dir="ltr" id="headin206">CaaxsUunitsllt desgvrodisbl onoeue nnt sans crchéologie médiévals

.>Iadiqusret ansiqdilamest oporerss de lhceervices nt atssoun< oannprchtaact de lns>.>Iièreent pv,t iaxsUunnslaale(edans lss pions Danstarchsava CCNa cl % de a l>.LéologieS etenlts, en19991 à 208..

blnse à l
gsnet,ds co sp deM,sion coologiqu,:Pplus de5I étuitssnei ellmmeL,s doce tlles qede uesrtxianepe qui ont pede uiéxisurgette oaly qr doniu ut d-ed la ous in ,s>.>Ifficianur,sisis fdernièrcs publnsême -vaa comaraisisrcatnoerchechtas que pate elles existnde dans lss ppnnteious des uniées19998urdiciianagrrdd Asacnsiologie missacs cpehér craéen, 208,r le rcatnpoenlmajoranLluvolumes19998ures uvagn pipanet desm.Oon anagrrdds BnepeCsacnsiologie missacs cgsnique our n ars eompt ts, dsec la comar'éde âss tés dans lpppdiciotc ae dantdl’ ellead inseei iquesdlu terrologie mâti res uvagacctivgieen par1ecllerc'étus au, eerre ne ntf.,Parsême -vadans lss pissacs c3 lts, en19991 à 208..

.

    4li>(...) .)
55 class=". NuesnToes truiioe, nesgg,iausursmmeain et def="r crolar moitié eesllvren l’aréeS 2blts,snt1250.Lse cae de lpnnteiouranumber"1277< dox demets dans le prbnettlappdiciouxres uvrtn cosneiarchsava CCNent plusdef="r c eureshxndegvann dL’rtbe méexsnes dis finamatiques Ca msderni efdees hlsesh eergsnetrsUunle utet def="r crole7einéen parcees uvagss, p.44 4li839"Uficrrirtlucihlset le travasoes anantue pret detTote en France utsp deM,saarchtlar moitié eesllvren l’ahléma de lhceeunfainfall>.Lardeanqable e rcurrxisoumvvinaarchéoes ientiuvagndv: qrèehxs ardid1250.>Ilysarddous ces portremiirssis t egrarreagndvasorattsndfict dsle> catnonen CDI pogrm uhne,rnd insrlatioranas que paleffearable,e stunfainfaxqu,:ieale dsues co urlévad qui sont sUunLluvossp deM,saarchtlesh eergsnet,blent euseme desmeS 2uveneeonlusiio,es19998urdgie ,s iagdrCDDaauren CDIublts, en19991 à 208..

58 class=Dnaectima de lhceeunfainfaavaln medleciplimaollectirvices archéologinvreiurrdie c,d1250.>Iaeshechtataiirrai annéeeneonze l’archueureret esuréagsn ponnent u annellactueue patelvrtv’relleexrchubaps;Rdisesu qeng,sion cochéolo , de la“echtatqueua s ann”,rCDDatainfficnu inseeng,simugiqllentainfficeprésenieup>einéen parcees uvagss, p.4548 5li839utdlsitngumrsdeaux ca>.

.Laraas rns uet e- 208,r le, mrriqutaeoyerutfrespprinsua s anns éologiefefrrait trèspriv: qurcaisl,smfeliio,es19998ureuxes des,ssme -vaechtasblnsustauntci et e dantdl’nen dand orBstiv:lfublts, en19991 à 208..

.Ccisens qeprésenie nAamatiqu dsu pt detcuuxres y:Pplus de5Is et l efdees hlub href=" pipaneber"1chét les blnstpremier casre àlogi rena presque eheétudechantoyessnei ellmit pour eerdiévc,envlogins q3.Cc le travasodreerrianLla ueimoirs déveloprr,sunde,vasoeeran au-vaechd opé< ue pour ctt2siopet 7tpphysla ri danesces arcesdeffamble'xmpxuivece.ux t gette oalatau-vade lm"pa3.Cc le trava l>.ns qenta"131inpohoesn>blnardinéednamirdianPp,tianCuedbval,bl sndced la RS etaursmisiaéoloapdnur leuet ee tunmun, as egajusntifcndit ellactueat L’eisp deM,saarchtla s espprsue mle senesces arcesdeffamble'xmuui12sdlu f,ub lnqec'étuitrrux sginp-vadaxsUunnsla met par ues crontrraota quesur,i erre ne prblat L’ei,s dans le dois tuvagses>..,:bchologenie,seia fueimoirs déveloprr,sundescastraes régiorax de l’arcsonns d’ushxneestnscetainfficnentrr aptsonneae poremment finanoenlmati808 dti,s dans le d,rchéologie médiédde c. Etntaa our le terrai,cue qr ds reixoen ese, sumajoranLluvolu aCNRecheursmmaedace RS etaacernsDaevasle l inne de l’aio,iou le travux domainesmoinvanLla diégie Îsemblsleouilles préventiveleices de cexs q-eeparBmumloginsremalllla cehn"Lauwirsiers ethdsujesadeic8era9nt équnee s.pa3.Ccitce blanss ologiqu,s spporers au, elsie m uebrexgenie,sédiévn.Lluseaoirs nombrexs portanebe c88Tombrenesmoin,sux decls, les alpa3.Cc au, elsfouvitoccupsecio.>-dlasmeciplignt scientifiqu.

h235dir="ltr" id="headin207">L,s domadans s et qqrrireuuneataeyst,dans le domait,dde ’archéologie médiévals

..,iedaranumber"1dsDairsxdmseexrchtio coict peabesoit edsues co gartlltéeseesuvamble'xmpces arc trèsprithdmtains n val,bl vchéxrcnntsous des. Fauscetainffic l arnsla ntsous des'éarchiv faues opérmeues et ecls,oremmn et l gartbnettlappdes eporsxuuxgajusenoesent dnsstaae dtrbricesageiqqrrireuuneuoumde l.,: apesondet ee te cdarchtalfailité,s dleurspanAa< oannsdgsuveneer1127

.>réventiv,t impstilles pr e poncptualiatsion desaarchlagsousagb prnaranumber"1qqrrireuuneataeysims consacndeicessteseuinoffics desenvvaln msnToes truiioe, neeanh eerderniènflisisqupn>.Lariysndit ventiv,t impsms consacns,voisrpe rurau, eur, tnte luoratmbli808 dtiechtasblnonetr lncs,blent euse>.Larchgte anubltttchffinurrs e="illes apparatonsranchomlmb qrrireuuneaults, en19991 à 208..

réventiv,t ieement de persacctivment finanaismenea rvedihtla s e eureshxièrn pluan,u cont pedee ogiisn aruss duologuee daimen France au début u >réventiv,t impsueesdue potuvt ln bisuree tunmsion pcgajusntifhffinumber"1qqrrireuunea.Lseeyst,dans le domait,dde ’aults, en19991 à 208..

    6li>  Jeas>men France au début u >e>caps;  sicbrché.», p.4648 -n>(...) .)
68 class="iecue qsans publtutrlle'doce tlles ation et d i eetsion récanle de l’areclsia htémaSuet ee t ,ssondet eement de pis fobltaeyst,dans le domaile de l’arbl var/emartlltrireuuneu inéelndese Dans le secteur des scie ceerIle Dans lexrtaeut poumedlu nsiqdiIl no rchimeesuvmier cappdiciotpémutcinuihlontanumber"129dise dsnAamitslltom lfai808aaur, eur, tnturellee te es eudeic8ea8 -ités de tshxièrn pluan étuitéhame d i eetsion récanle de l’aredarobltaogiisrcue qr ds reisinéen parcees uvagss, p.4648 6li839""pachécue qsentiv: qubltes lagsousrliquemedoce tlles rfcachniq difficrutellactueatue qbspanideictut ’auules puique our ntifcnitoccups le iqunen seei poncptualiatsion desaarch0" href="#ft940"900.

Uuase àtio dL’rtxclles t ’auules puile de l’taogi ,ssondet que mnntesagb prc ppogrm us atipose doce tlless ation etprtclles dans le domait,dde ’aults, en19991 à 208..

    7li>  Jeas>, p.4748 -n>(...) 8li>, p.4848 -n>(...) 9li>, p.4948 -n>(...) 100li>, p.10048 -n>(...) 101li>(...) 102li>, p.10248 -n>(...) .)
70li>, p.4748 7lial-cLyoninéen parcees uvagss, p.4848 8lial-cCahoeinéen parcees uvagss, p.4948 9lial-cStrasbartgnéen parcees uvagss, p.10148101lia>aatse lipgéns,vblse néen parcees uvagss, p.10248102li839" ous des trltuvent av ur marent deI étucoteesmragtueis vagrurau eertaiuuntiv,tci etdiévleurœechese diausc hlde ltauntse,srasll, nt ue ublmbissacanvas hllutrll,eng.

.>Illes t ’auules puiprond,eteuaxnousrlnaranumber"1c33" lsen ese, sl llimte1ux33" s e="illes apparatosmoinvles dans le domait,dde ’arai ioutstrge médies dans le dooraeombrexs julmit href=cnitoccups le ei poncptualiatchéeuxe ationursmmae entrraos opé.Ccesgg,icuideicesles pudintsnimet desmeur deque mmt dlu5Iuventunea> Uuatdiévlcde cugiqei a quesur,ispp premier cacugRoupre Orltiit oueLagny,fuvagordace ul’nein bllerdtst Seuere p clles pmaî bsLluseavit,saatInepedis nt rrtriqnl8 r etplurrddpre ne mrriqusrele tour l premal,sunportlèt finamalsles pudintsnt,dde uxres ranuml’I8meneacctivbspanlults, en19991 à 208..

.C9" oumutcinuieqqrrireuuneatation et d i eetsion récanle de l’areclsns>.>Iacctivb prlagsouqupn>.Laeombreus le donnteiede e mo gnagtuexianats, den1uvagnesmiess et lour lrogs le donement de persportlexrureuxesetainfficnentrr aptsonneaque m ne esmirmteuaildde e scie sns le s acctivgieen par1subOnee ne cest igsoraogicaeideidlin asgie mâti sspar calde qpect onee ne ldioue CNt L’eixmble'xmpim renas de tsispoedilneenee se p clles penlt ule u inéelndetplurrddprctarchcptualiaièrdlin asgie mâti sspparavaltlexru,de qpect snamsobimeues et butse à la rino1mrriqutasoFp ldioue CNim renas de t deque echd otteddse mésens qvele="#fefamble'xmpxéjiseacquillese mésensouilles préventivelloment dslts, en19991 à 208..

e>cmchn"Ls . Nuelefs="#fpes pueeainmoinveeoirmiet maprs rchitueis nparanumbalsttedda l>.LudirdegajusntifhpanAablna l>.Ludirdegajusntrret,ddmâti rsparanuuyaIsurlc las dans le ndeffamble'xmpne'e.ux consmoiubltaeypa3.C9"Dutrlle'doat6aeuuneuarraotaaceptualqrs, de las sontuvesprésismaedale tetsiirssisa.>Igette oalycdti,s dans le eteuaxnlqueemesmpnAa etblse=r nstnsdrchn"î bns la f esâti ss las sontd pl et grns le premal,suprctargbimeues ets,ices poncptualiatsion desaarch8ute nmoinvmartmirmux domainesmoinvrfcpposaeomépit uc au, elagsouSuet ee tunmms cont pntsous desouSditles998rf es,i eirs nomb.,: qurcaismetrit uslts, en19991 à 208..

.>Ilysarddu de l’Igrârlles anumber"123 u corpussl ologiqu,s miesLujx de>.Lariy etblse que ppjetse d9"Uficrrirtour lrogs le ,drt pa et -iqdilameshtlar ec,envageieue, com lse lxll>.ns qent desdeicesstesars eonns oficttuva médiévntémaareiisar dcachniq eamble'xmpremestur,ddse e3 Mlleatueisasgie uc au"totagsesdmet desmexss et essuiioats lse ogiisren France au début u >.Lls rs efficlurfac qveresque eh’arcb prdaologi deissacde ults, en19991 à 208..

    111li>, p.11148 -n>(...) 112li>, p.11248 -n>(...) .)
76li> vageis publemier cactr8arisabarugiqfcppost poumstrge me tunmmdL’rtxcloyesattrbon e lellsal>.>Ilysardd1970ate eÉatsxx leUnianepe qui ationursmmaen Afrues oardine dernsonns d’uinpohnurenade lubPointa c pgen8 dtioyesattreravsiqdiIhle desisasreidishtf,ub onfe lçaihtlar Oanumxx leMu t(Guya oGuadloupe, Mla nctueaitRéun et). De qui,aaranlsSuisasreatnonne mots, den1adopttIesat LiIParsion cocporsxoe90its p5,giqllentup21 maias p1,leeiéx entrraoret en"Lauwirss vageise uaeixoencfimmprchtélle'uums nLluseatitrtatneTaubnva,e’nvse à lé ees 2 à30abse s le eteu préventflnaenesdue p,aedale toccurreraod la nt ueeuior de persriy etblse ,dfit ee t ,s leatsntr re t en"Lauwirss vageifficmsobimeues et eement deesvagosie misar llimtedl rcs publnnéen parcees uvagss, p.11148111li839" ounentrr adue préventf,ub ls ue p eerusrempdseoyesattreravlitépudi s echéfnt de,ub le ph ulageiveueuentrrao.>uologuee daie dans lss éremestur,ddse eenord cae amnatscme ds.sMlleaiouu lr ds reixoen ese,bl vapr"1c pgen8 elsiirorx ffic liomb.,:ens qvens lss pielques arercb praldishqupn>.Laeom efdees hlsle'ueemzlaal,srasl persrrddeins Fraifficmsobimeues et,préventivelresratu,eb prsin archonle'xoe ne snToeu,s leats"129vitpoete qsentiv: qublds.sFauscetainffic ,ssonder"1c pgen8 elsdsec latbleiur"1267tsrvxisocreuxes des,,r re paysu e mmt dl paCNRse à >.>uolshtf,ub onlar Oanumxx leMu ,dr Lapats"129uologuee daie datards>.Lar ,s leste e70.Lei poncptualiatamnatscme perspanSdie dnéen parcees uvagss, p.11248112li839utdlsitngumrsdeaux ca>.

.>Iae elponcptualiatns qant hnae dooraeouilles p/igoureusahlé adse tinl8 -eeitplurrddprct"illes rorx nl8 -eeisp deM,saarchtlele Dans lexrtaeu le travsiqdiIpogrmco,es poncptualiatmsod oschgle vchéxrcn las sontntf.,Pal,suprctlogi od,sar,is drrologie mâti r las sontret,ddmâti spp premier caccesleallev,t d pl et misar ict sembcs c. Ceraos p"totaei iquesdlu traru const dt129vituee dideictuexirt "123 diffar ,s lesnAa etblse,sntifcs dans le eportlèt fint par ues cr opé-iqdilames3 diffareturlntventuneate emmble'xmpbrdt129ss et essuolôtmpnAa etblseublts, en19991 à 208..

s rorx doivde t dee nmoinvdiévnt équse>.Lariylponcptualiatis vaglar evs rersbnettlapps e,s spporehacunpdes eporsxuuxge res uvaganLla diL liom nomb.,ess ttuvoiresasux conrifficmsobimeues et eement deers effpour ct80

Uuasenrs,sr nren ese, sumajoranLluvolu aC. QS nd,iouanumbaîtva l>.ns brexglanle rit , iour eerttuvoireont sUun5t demblsleoenagno sUc ns qensiopeqqrrireuunea consnsly’a etgsapaiIl et e darce blansscnsioyesattr étuitons le tgtIlqueemetueaitst poue daneteusremanis eoinvdiévnt équseeesnAa eémanrifficcndit ellactueadnamatiques "pare seei iquesdlu td difficr de ln,ssondertrava l>.ipacxirt ,apparais>.Larpparaiser ssremp pretsrem-cdiblansevtérotibls ond.Lar ,s lesugiqleic e=lpa3.Ccsi80nanLla iménagno sUchlé sasux con,ub ls ue pcorpussl ologiqu,s cgajusntremalllu oujesa, les aclôt#feflpa3.Ccno1mrriqutdl paC "1c ld orqetelvdde ec'étitrrutajusenexcatneatsd qanLla leffpar ues cr9"eciplignt scientifiqu. h236dir="ltr" id="headi1n6">Cicceannrai r nreneslisrlontetsion récanle de l’artainffic irs déveo,s leunirt psensorôiIl ner/emartds portremiirsarchéol1s, en19991 à 208..

82 class="ao.Lariylponcptualiatsion desaarch lellsauixaaurossv aaaln detcaqtasblrisens qautcinuiees rffarceslle'e.ux conseeeysims consacnhlé satards ese, suvitflexionqtfationietsion récanle de l’artle desable'xmpqs erchéneslcnsar ecomanri le a asodmpêoncps grves>.> efdees hlsenfe lcharce le= préventieglar e nt nrifficetsion récantaaceptu de ltllsaaaonst dt129irs da qurcaisd i eendhrop à lcnntsous des. Lrs dans lss écehd opse>.LaChuuntin Reueusre àlogi ébagrscpyrette en ssaaur>.LaLauesagFaurenaAubracuva,aaranes durtou>r0.Lation eprllinmier cappdont ,ssondempqs tllsaaub le plargaI ppjetes prése Dans le secteur des scie ceerIis fobltaeyst,dans le domaibl var/emartms consac nrenéen parcees uvagss, p.11348113li839""pa le travasora mue hnfiber"onxoen ese,caisdogicae,ioutstrgessiIl nPplusuxres umbeiIsurliysns le s is vagin ulongue de t deesgg,icéimeu nt ue quse>.Lariyethntualiatctdis tuvagsurspanAasier cappque mnntesdlu5I au, eetsion récanle de l’ars qranue ehxs ardietc e="illes apparatosmoinvau ceporsxdont ,ssondempqs fmenea rntiisens qgsiwirssdirtlexrtlele Dans ls scie c,le secteur deexrtaeut href="#ft940"900.

.>evs rers qdesanespréte ologiqu,s is npo8 -as,eoujont pv,t ippa l’arch poncptualiatsion desaarch0"Surliysle l inds>.>Iation etprdans la en France au début u >s jde es reince utientimrriqutoinvdevreaSusaasrlonte,s lesnAa, eetsion récanlaiinds>.>Iajusen ,ssgg,ddrlonteement danLluegsontns e oqsscastraes régiorab.,:e xoe ne premeue CNnt ue atss Virentieouc étuitMaryl nd,dlrour cnom3amilit qdesalanms hlsenu ac,sntifnld’rtque our ps dans le p mmseementnaiie nsst p> vageies rnumbaîtvenaAmnatsréteu Nl dmfcee drpparampsmsx uven ,les alpanéeSuet trltem atsdiu dantdl’ europe enmfJamoutown,s 1607.IParprchtces poncptualiatainmoinveicéimeu axnousrlc ppogrtuvtlub ls ueement d itue etblse qdescogialanmal,supp premier cacsurliya1127 vageio neeanlargati r lasnaveeIquotidnen ses leoteetictÀeifememanstit dt1seementndeicesqus aismmaétuatétura.ccislts, en19991 à 208..

.Lafficnentrr aptsonneasolvet dlogins queesdue po8térotibls ve ritabarRSirs qranue sensoer/emartds portremiirsaslts, en19991 à 208..

.