Navigation – Plan du site

Avant-propos

Elisa Brilli, Pierre-Olivier Dittmar et Blaise Dufal

Texte intégral

1Les textes réunis dans ce numéro de l’Atelier du Centre de Recherches Historiques  sont issus d’un colloque international, Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge aujourd’hui, organisé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, les 21 et 22 novembre 2008. Cette rencontre prenait le prétexte d’un anniversaire, trente ans après la formalisation de l’anthropologie historique avec la parution de La nouvelle histoire (1978), et son affirmation, au niveau institutionnel, avec la fondation du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval par Jacques Le Goff.

2Le colloque et les contributions, qui trouvent une forme nouvelle dans cette publication, relèvent moins de la commémoration, trop souvent animée par le seul désir de capter un héritage, que d’un double mouvement du regard, à la fois rétrospectif et prospectif. Faire aujourd’hui l’anthropologie historique du Moyen Âge visait justement la dimension pragmatique et contemporaine d'une démarche abordée par l'aspect théorique mais néanmoins à l'épreuve d’objets concrets. Il ne s’agissait pas de dresser un bilan exhaustif des apports et des limites de 30 ans de travaux mais plutôt de rendre compte d’un parcours intellectuel qui se veut résolument collectif et qui doit être à nos yeux plus que jamais sujet à questionnement.

3Depuis une trentaine d’années, les travaux se réclamant de l’anthropologie historique n’ont cessé de gagner en nombre et en importance. La grande diversité des approches qui revendiquent cette appellation donne le sentiment que ce qui était une revendication intellectuelle est devenu une évidence, diluée jusqu’à en perdre son sens. Le souci d'interdisciplinarité est désormais un lieu commun des Sciences Humaines et Sociales, parfois même une simple étiquette vidée d’une véritable réflexion et d’une réelle pratique de recherche. Existe-t-il alors toujours une singularité de l’anthropologie historique, alors même que nombre de ses propositions ont été largement incorporées au sein des pratiques historiennes communes ? Cette approche de l’histoire s’est profondément transformée, sans jamais avoir été complètement remise en cause, elle s’est développée selon des modalités diverses, au point que son unité actuelle pose question. Les motivations qui furent à l’origine de ce projets au cours des années 1970 possèdent-t-elles encore une pertinence ? Quels ont été les impasses de cette historiographie et en sommes-nous véritablement affranchis ?

  • 1  Nous regrettons que Jacques Berlioz, Frédéric Joulian et Nicolas Offenstadt, qui ont bien voulu jo (...)

4Que signifie faire l’anthropologie historique du Moyen  Âge aujourd’hui ? Nous avons donc posé cette question aux acteurs de la recherche actuelle, les jeunes chercheurs comme les chercheurs confirmés, et ceux qui ont pris une part active au projet initial de l’anthropologie historique1. Nous voulions ainsi confronter différentes approches pour dégager les enjeux actuels et discuter de la pertinence d’une anthropologie historique médiévale. Pour faire vivre l'exigence méthodologique de l'altérité, nous avons voulu construire ce dialogue autour de théorisations des pratiques de recherche, abordant à la fois les expériences personnelles et les questionnements épistémologiques et historiographiques.

  • 2  Malheureusement, les communications de Milton Mazetto sur « Verbum regis, sermo regis : Pouvoir ro (...)
  • 3  Philippe Cordez n’a pas souhaité joindre à ce volume sa communication sur « L’historien, les objet (...)
  • 4  Le sincère regret pour l’absence de la communication de Maud Perez-Simon « Une rhétorique de l’ima (...)

5La structure du colloque portait la trace du caractère très subjectif de notre questionnement. Aux questions générales mentionnées plus haut, d’autres, plus spécifiques, s’ajoutèrent – sur le comparatisme, sur la culture matérielle, sur l’histoire des représentations – qui venaient de nos propres recherches et de nos intérêts personnels. La première séance touchait à la définition disciplinaire de l’anthropologie historique et notamment à ses rapports avec les autres sciences sociales, au premier rang desquelles l’anthropologie. La seconde partie concernait la façon d’articuler le binôme polysémique ordinaire/extraordinaire, dans les études des pratiques ainsi que des représentations2. Le troisième moment visait à repenser, à partir de la problématique question de la « culture matérielle », l’articulation scientifique entre archéologie et histoire3. La quatrième et dernière séance se penchait sur l’« histoire des représentations », pour questionner les changements épistémologiques qui se sont produits dans ce domaine et notamment l'importance grandissante des images matérielles4. La présente publication se veut fidèle à cette structure avec cependant une modification importante : la question du dialogue avec l’anthropologie et du choix des références disciplinaires a pris une importance nouvelle tandis que la question de l’articulation ordinaire/extraordinaire traverse finalement l’ensemble des contributions.

6Afin de laisser le plus de place possible aux débats, lors du colloque, nous avions opté, pour une structure légère, privilégiant le questionnement collectif.Pour être féconde, une telle disputatio nécessitait à la fois courage et générosité de la part des différents intervenants ; tous se sont prêtés avec enthousiasme à l’exercice, non seulement lors du colloque mais encore lors de la préparation de ce volume. Qu’ils en soient ici sincèrement et profondément remerciés.

7Nous ne proposons pas ici un résumé de l'ensemble de la publication car deux excellents comptes rendus ont été publiés suite au colloque : l’un en français par Amélie De Las Heras5 et l'autre en allemand par Vanina Kopp6.

  • 7  Nous renvoyons à ce propos à notre texte de bilan à la fin de la présente publication : Elisa Bril (...)

8Cependant, il faut noter qu’au cours de ces deux journées, 120 personnes environ ont pris part aux travaux du colloque, ce qui était loin d'être une évidence lorsque nous avions lancé ce projet, parfois considéré comme trop ambitieux pour de jeunes chercheurs. Cette affluence, le vif intérêt et les multiples échos qu’a suscités cette démarche constituent une partie de réponse à la question que nous nous posions ; l’anthropologie historique possède donc encore une actualité indéniable pour les médiévistes, elle pose question et incite au débat. Cet événement a montré la nécessité ressentie par bon nombre de chercheurs de se réunir et de mettre en commun des problèmes et des perspectives, pour faire vivre une démarche intellectuelle, au-delà des fractures académiques traditionnelles7.

9Nous tenons enfin à remercier tout particulièrement ceux qui nous ont soutenu dans notre entreprise et ont contribué à la rendre possible. Toute notre gratitude va notamment à Christine Bonnefoy, Alain Boureau, Thomas Golsenne, Sylvain Piron et Jean Claude Schmitt. Ce colloque a bénéficié du soutien financier de l'École Doctorale de l'école des Hautes Études en Sciences Sociales, du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiévales et du Centre de Recherches Historiques. Anne-Valérie Dulac et Benjamin Perriello ont bien voulu nous apporter leur aide pour les traductions. Cette présente publication est par ailleurs grandement redevable de la disponibilité de Cécile Soudan et de Jean-Pierre Cavaillé pour l’Atelier du Centre de Recherches Historiques.

Haut de page

Notes

1  Nous regrettons que Jacques Berlioz, Frédéric Joulian et Nicolas Offenstadt, qui ont bien voulu jouer le rôle de discutants lors du colloque, et ainsi contribuer pleinement à cette entreprise, n’aient pas eu la disponibilité pour écrire une contribution pour cette publication.

2  Malheureusement, les communications de Milton Mazetto sur « Verbum regis, sermo regis : Pouvoir royal et règlement des conflits » et de Bénédicte Girault sur « Discours théologique et espace social : un cas d'hérésiologie », sont absentes de cette publication, pour des raisons étrangères à notre volonté.

3  Philippe Cordez n’a pas souhaité joindre à ce volume sa communication sur « L’historien, les objets et l’anthropologie » car elle recoupait partiellement son propos développé dans l’article « Entre histoire de l’art et anthropologie : objets et musées » : http://actesbranly.revues.org/380

4  Le sincère regret pour l’absence de la communication de Maud Perez-Simon « Une rhétorique de l’image ? » s’estompe au souvenir de la raison qui l’a causée : entre faire l’anthropologie historique et donner la vie, l’anthropologie sait heureusement attendre.

5  http://www.ahf-muenchen.de/Tagungsberichte/Berichte/pdf/2008/275-08.pdf

6  http://hsozkult.geschichte.huberlin.de/tagungsberichte/id=2510&count=2354&recno=4&sort=datum&order=down

7  Nous renvoyons à ce propos à notre texte de bilan à la fin de la présente publication : Elisa Brilli, Pierre-Olivier Dittmar, Blaise Dufal, « Cheminements transversaux : bilan et perspectives ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Brilli, Pierre-Olivier Dittmar et Blaise Dufal, « Avant-propos », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/2811

Haut de page

Auteurs

Elisa Brilli

Articles du même auteur

Pierre-Olivier Dittmar

Articles du même auteur

Blaise Dufal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals