Navigation – Plan du site

L’enquête postale de 1847

Béatrice Marin et Mathieu Marraud

Texte intégral

Description et historique

1Le « Relevé par département du nombre de communes et autres localités ayant une appellation propre en France, d’après le résultat de l’enquête générale faite au mois de novembre 1847 par les soins de l’administration des Postes » se trouve au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale, rue Richelieu (Ms. Fr. 9787 à 10129). Cette enquête, lancée par Benjamin Dejean, nouveau directeur général des Postes, occupe 343 volumes et rassemble plus de 30 000 formulaires distribués en quatre rubriques : le mouvement du courrier pendant quinze jours dans chacun des villages et des bourgs (lettres reçues et expédiées, imprimés et journaux) ; des « renseignements statistiques » concernant la population, la superficie et les activités de la commune ainsi que sa distance au bureau de poste ; la « situation de la boîte aux lettres » sur le territoire communal ; et une « nomenclature des hameaux », châteaux, usines, fermes, maisons isolées et lieux habités ayant un nom particulier. Malheureusement, les villes importantes ont été exclues des comptages.

2Cette enquête postale de 1847 fut repérée par Marcel Lachiver. En 1975, un dépouillement systématique en a été fait à l’initiative de Jacques Ozouf, dans le cadre de l’enquête sur l’alphabétisation des Français qu’il dirigeait avec François Furet. Demeurée inexploitée, elle a ensuite servi de pivot dans le programme de recherches sur les usages sociaux de l’écriture au xixe siècle, dirigé par Roger Chartier. L’analyse a été menée dans les années 1980 par Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat et Danièle Poublan. Michel Demonet en a assuré le traitement informatique.

Bibliographie sommaire

3Cécile Dauphin, Pierrette Pézerat et Danièle Poublan avec la collaboration de Michel Demonet, « L'enquête postale de 1847 » in Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 21-119.

4Cécile Dauphin et Pierrette Pézerat, « L'enquête postale de 1847 » in Mireille Bossis, Franz Steiner (dir.), L'épistolarité à travers les siècles, Stuttgart, Verlag, 1990, p. 169-172.

5Danièle Poublan, « L’enquête postale de 1847. Repérer des hameaux ou compter des lettres ? », études héraultaises, n° 28-29, 1997-1998, p. 105-112.

Présentation des données

Les variables de l’enquête postale de 18471

  • 1 . « Relevé par département du nombre de communes et autres localités ayant une appellation propre e (...)

N° champ

Intitulé

1

DEP

Code du département

2

ARR

Code de l’arrondissement

3

CANTON

Code du canton

4

COMMUNE

Code INSEE de la commune

5

POP_TOT

Population totale

6

L_LOIN_AR

Nombre de lettres reçues des bureaux correspondants

7

TAXE

Montant des taxes (en dixièmes de francs)

8

L_LOCA_AR

Nombre de lettres locales reçues

9

JOURN_AR

Nombre de journaux reçus

10

IMPRIM_AR

Nombre d’imprimés reçus

11

FONCT_AR

Nombre de paquets et de lettres reçus pour les fonctionnaires publics

12

L_LOIN_DEP

Nombre de lettres recueillies pour les bureaux correspondants

13

L_LOCA_DEP

Nombre de lettres locales recueillies

14

FONCT_DEP

Nombre de paquets et lettres recueillies pour les fonctionnaires publics

15

DIST_BUREA

Distance de la commune au bureau de poste (en kilomètres)

16

POP_AGLO

Population agglomérée

17

POP_DISP

Population dispersée

18

SUPERFICIE

Superficie de la commune

19

CHEF_LIEU

Chef-lieu de canton (si oui 1, sinon 0)

20

TYP_TAILLE

Classe de taille de la commune (1 moins de 500 habitants, 2 de 500 à 2 000 habitants, 3 plus de 2 000 habitants)

21

TYP_AGLO

Classe de dispersion de la population (1 grande dispersion, 2 dispersion moyenne, 3 faible dispersion)

22

TYPOLOGIE

Typologie globale (1 à 18, cf. tableau suivant)

6Les codes d’identification des communes sont ceux utilisés par l’INSEE en 1968. Néanmoins, certaines communes ayant disparu, il leur a été attribué des codes arbitraires, généralement au-delà de 900 avec une rupture dans la numérotation. Il convient néanmoins de se méfier des départements ayant subi de profondes modifications. Il conviendrait, en cas de réutilisation du fichier, de se reporter aux notes de codage qui ont été archivées (prendre contact avec Madame Brigitte Mazon, archiviste à l’école des Hautes études en Sciences Sociales).

7Pour toutes les variables -1 signifie valeur inconnue.

8Attention, ce codage est une interprétation. Comme on sait, à cette époque le 0 n’est généralement pas porté sur les documents et un blanc peut aussi bien signifier 0 qu’une lacune de l’information. Une commune doit naturellement avoir une superficie. L’absence implique une lacune. Le problème ne se pose pas pour les chiffres de population toujours présents. D’autre part, on ne peut avoir de lettres à l’arrivée venues des bureaux correspondants sans taxe et inversement. L’absence de l’un sans celle de l’autre implique une lacune. Pour le reste, nous sommes partis de la constatation que généralement on ne dispose pas d’informations pour tout un ensemble. Citons une note manuscrite de Cécile Dauphin :

L’hypothèse qui a prévalu est celle d’une certaine logique dans la constitution du document. Les formulaires tels qu’ils se présentent suggèrent une lecture par groupe de trois colonnes successives :
I.  arrivée des lettres lointaines, des lettres locales et taxes,
II.  arrivée des journaux, des imprimés et des franchises pour fonctionnaires,
III. départ des lettres lointaines, des lettres locales et des franchises pour fonctionnaires.
Il apparaît que les données manquantes concernent en général les trois colonnes d’un même groupe. Quand le directeur ou la directrice a compté les objets postaux, il l’a fait au moins pour un groupe. Une donnée manquante isolée correspond alors à une valeur nulle.
Il n’est pas exclu cependant que les données manquantes isolées soient en réalité des omissions et inversement que des suites de trois variables soient égales à zéro.

9On note néanmoins une exception : une commune de Haute-Loire de 7 500 habitants où seuls sont indiqués au départ les paquets et lettres pour les fonctionnaires publics et où le reste des départs a été considéré comme lacunaire.

10Pour la distance au bureau de poste,

  • 2 . Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezerat et Danièle Poublan avec la collaboration de Michel Demon (...)

Le fichier informatisé constitué à partir des registres de l’enquête ne permet pas de repérer les communes sièges de bureaux de poste. Nous avons utilisé la liste des bureaux parue dans l’Annuaire.., de 1847.2

Le choix entre 0, pour une commune siège d’un bureau de poste et -1 une lacune pour une commune non-siège d’un bureau de poste est donc parfaitement fiable. En revanche, il en va différemment pour les distances proprement dites,

  • 3Ibidem, page 31.

[...] on s’aperçoit que certains directeurs ont des difficultés avec le système métrique3.

11La remarque précédente s’applique également aux superficies. Pour cette raison, elles n’ont pas été utilisées jusqu’à présent et n’ont donc pas été vérifiées. Les calculs nécessitant cette information ayant été réalisés au niveau de l’arrondissement ou du département,

  • 4Ibidem, note 102, page 118.

[...] les superficies utilisées sont celle fournies par l’enquête agricole de 1851, plus sûre de ce point de vue que l’enquête postale.4

De fait, pour les 33 097 communes où ce chiffre existe, on trouve un total de 8 022 513. Il est probable que ces superficies ne sont pas toutes exprimées dans la même unité. Il conviendrait donc de se reporter au document en cas d’utilisation de cette information.

12En ce qui concerne les chiffres de populations, une vérification systématique a pu être effectuée : la population totale devant être égale à la somme des populations agglomérée et dispersée. En cas de discordance un retour systématique au document a été effectué et les corrections nécessaires apportées. Les trois chiffres de population sont cohérents pour l’ensemble des communes du fichier.

13Pour la population dispersée, rappelons les critères de l’enquête :

  • 5Ibidem, note 82, page 115.

Pour distinguer la population agglomérée de la population dispersée, l’enquête de 1847 a repris, pour toutes les communes, le critère de contiguïté, préconisé en 1809 pour les villes. Mais la notion de population dispersée recouvre les réalités les plus diverses, de l’émiettement à l’agglomération de fait. ... Il arrive ainsi qu’une population dispersée très nombreuse soit, en fait, regroupée en un ou plusieurs villages aussi importants, sinon plus, que le chef-lieu de la commune. Ces réserves faites, le terme de dispersion recouvre le plus souvent une réalité.5

14Le fichier compte 34 373 communes.

  • 6Ibidem, note 96, page 117. Cette note précise que le questionnaire a été rempli également pour 7  (...)

La circulaire qui précisait les modalités de l’enquête de 1847 dispensait les communes sièges d’établissements de poste de remplir les tableaux concernant l’arrivée et le départ du courrier. Certains directeurs, néanmoins, l’ont fait et, d’autre part, quelques communes très peuplées ne possèdent pas de bureau. Ces deux raisons expliquent que nous possédions des renseignements sur 67 communes de 5 000 à 10 000 habitants.6

Notons que deux communes dont une de plus de 5 000 à 10 000 habitants, n’ont fourni que les chiffres de population.

15Les trois dernières variables ont été construites par nous, la première ne demande pas de remarques. Pour la seconde, nous avons divisé l’ensemble des communes en trois classes d’effectifs sensiblement égaux :
1– 71,15 % et plus de population dispersée, soit 11 454 communes
2– de mois de 13,54 % à 71,14 % de population dispersée, soit 11 459 communes
3– 13,54 % et moins de population dispersée, soit 11 460 communes.

Signification de la dernière variable

Code

1

Moins de 500 habitants

Grande dispersion

Chef lieu de canton

2

Non-chef-lieu de canton

3

Dispersion moyenne

Chef lieu de canton

4

Non-chef-lieu de canton

5

Faible dispersion

Chef lieu de canton

6

Non-chef-lieu de canton

7

500 à 2 000 habitants

Grande dispersion

Chef lieu de canton

8

Non-chef-lieu de canton

9

Dispersion moyenne

Chef lieu de canton

10

Non-chef-lieu de canton

11

Faible dispersion

Chef lieu de canton

12

Non-chef-lieu de canton

13

Plus de 2 000 habitants

Grande dispersion

Chef lieu de canton

14

Non-chef-lieu de canton

15

Dispersion moyenne

Chef lieu de canton

16

Non-chef-lieu de canton

17

Faible dispersion

Chef lieu de canton

18

Non-chef-lieu de canton

Les données de l’enquête

16Voir le fichier Excel

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . « Relevé par département du nombre de communes et autres localités ayant une appellation propre en France, d’après le résultat de l’enquête générale faite au mois de novembre 1847 par les soins de l’administration des postes » qui se trouve au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale (Ms. fr. 9787 à 10126). Seules les données postales contenues dans cette source ont été saisies.

2 . Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezerat et Danièle Poublan avec la collaboration de Michel Demonet, « L’enquête postale de 1847 », in La correspondance, sous la direction de Roger Chartier, Paris, Fayard, 1991, note 101, page 118.

3Ibidem, page 31.

4Ibidem, note 102, page 118.

5Ibidem, note 82, page 115.

6Ibidem, note 96, page 117. Cette note précise que le questionnaire a été rempli également pour 7 communes de plus de 10 000 habitants : Auxerre, Roanne, Lunéville, Grasse, Saint-Pierre-les-Calais et Granville, ainsi que Reims qui pose problème. Ces sept agglomérations ont été éliminées du fichier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Marin et Mathieu Marraud, « L’enquête postale de 1847 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], L’Enquête postale, mis en ligne le 06 octobre 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/3707

Haut de page

Auteurs

Béatrice Marin

http://crh.ehess.fr/document.php?id=474

Articles du même auteur

Mathieu Marraud

http://crh.ehess.fr/document.php?id=478

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals