Navigation – Plan du site

Naissance de la bestialité. Une anthropologie du rapport homme-animal dans les années 1300

Pierre-Olivier Dittmar

Texte intégral

1Composition du jury

Monsieur Jérôme Baschet,
Monsieur Philippe Descola,
Monsieur Michel Pastoureau,
Monsieur Jean-Claude Schmitt (dir.),
Madame Claudine Vassas,
Monsieur Jean-Jacques Vincensini.

2Thèse soutenue à l’INHA, Salle Walter Benjamin, le 29 juin 2010

Résumé

3Le rapport à l’animal dans le contexte chrétien est paradoxal. Alors qu’il se trouve pour la première fois totalement exclu du sacré légitime (abandon du sacrifice antique, des interdits alimentaires juifs), l’animal est extrêmement présent dans la littérature et l’art médiéval. Autour des années 1300, son exploitation symbolique, au même titre que son usage alimentaire ou matériel, s’inscrit dans un rapport de domination de l’homme sur le monde naturel dont Adam nommant les animaux fournit le modèle. Dans les mêmes années, la conception de l’animal est profondément bouleversée. Depuis Augustin, le monde animal était structuré par l’opposition entre pecus et bestia, entre des animaux herbivores soumis à l’homme et des animaux carnivores sauvages, les premiers étant comestibles, les seconds frappés d’un interdit alimentaire informel. Avec l’émergence d’une littérature en langue vernaculaire et la redécouverte d’Aristote, cette division s’estompe pour laisser place à une conception nouvelle de l’animal, compris désormais dans un sens excluant l’homme, et regroupant l’ensemble des autres créatures animées. On parlera à ce titre d’une naissance de l’animal au sens moderne et naturaliste du terme. Cette invention de l’animal modifie en profondeur les conceptions de la personne, en donnant naissance au concept de bestialité, qui recouvre petit à petit l’ensemble des comportements humains échappant à la raison. Dans ce processus, l’image joue un rôle prépondérant, devançant la formalisation théorique, et impose par le biais de représentations d’hybrides mi-hommes mi-bêtes une compréhension nouvelle de l’animalité de l’homme et de la continuité des existants au sein du monde créé.

Abstract

4The Invention of Beastliness. An anthropological approach to the human/animal boundary at the beginning of the 1300s.
The medieval Christian approach to the animal was paradoxical. For the first time, the animal was largely excluded from official ritual: animal sacrifice was a thing of the pagan past, and Jewish dietary restrictions limited the consumption of certain creatures. But the animal figured prominently in medieval art and literature, and by the advent of the XIVth century, the animal's symbolic exploitation, along with its use as a source of food and material, followed the model of man's domination over the natural world, established by the Biblical precedence of Adam naming the animals. During the 1300s the conception of the animal underwent a profound change. Since Augustine, the animal world was structured by an opposition between 'pecus' and 'bestia', between grazing herbivores in the service of mankind and wild carnivores. While the former were considered edible, the consumption of the latter was informally forbidden. But with the emergence of literature in the vernacular and the rediscovery of Aristotle, this division gave way to a new conception of the animal that grouped together all animate creatures - with the notable exception of man. Thus was born the modern sense of the term 'animal'. The invention of the animal profoundly changed how the individual was conceived, giving birth to the concept of 'bestialité', which gradually came to include any human behaviour deemed irrational. Images (i.e. the representations of hybrids, half-men, half-beasts) played a crucial role in the conceptual development of man's beastliness : they did not merely illustrate, but anticipate the work of theoreticians in shaping the concept of man's animality.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Olivier Dittmar, « Naissance de la bestialité. Une anthropologie du rapport homme-animal dans les années 1300 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/3958

Haut de page

Auteur

Pierre-Olivier Dittmar

Ingénieur d'Étude à l'ÉHESS (GAHOM) depuis 2008, membre des comités de rédaction de Images Revues, Culture Visuelle et Techniques et Cultures, Pierre-Olivier Dittmar a co-écrit Image et transgression au Moyen Age (PUF, 2008), dirigé ou codirigé Adam et l'astragale. Essais d'anthropologie et d'histoire sur les limites de l'humain (MSH, 2009), un numéro d’Images Revues consacré au Devenir-animal (n°6, 2009, http://imagesrevues.revues.org/88) ainsi que Faire l'anthropologie historique du Moyen Age (ACRH, 2010, http://acrh.revues.org/index1911.html). Ses recherches actuelles portent sur les relations entre humains et non-humains ainsi que sur les pratiques de l’image au Moyen Âge.
podittmar [arobase] gmail [point] com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals