Navigation – Plan du site

Combattants et victimes en temps de guerre et d'exil. Violence, mémoire et subjectivité dans les récits de vie de Tamouls sri lankais en France

Thèse soutenue le 8 septembre 2015
Giacomo Mantovan

Texte intégral

1Composition du jury :

Patrice Bourdelais, directeur de thèse, ÈHESS ;
Gille Tarabout, codirecteur de thèse, CNRS ;
Michèle Baussant, CNRS ;
Anne de Sales, CNRS ;
Michel Naepels, ÈHESS ;
Jonathan Spencer, Université d'Edimbourg.

2Thèse soutenue le 8 septembre 2015, mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

3Cette thèse porte sur la mémoire et les histoires de vie de Tamouls sri lankais arrivés en France depuis les années 2000. Elle s’appuie sur une enquête ethnographique portant sur les récits de vie d’exilés, dont beaucoup ont combattu au sein de l’organisation indépendantiste des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE), et sur les politiques d’accueil des demandeurs d’asile.

4Ce travail vise à appréhender l’émergence et la construction du sujet politique, notamment la figure du « combattant » et celle de la « victime », dans différents contextes. Il cherche à saisir le rôle des institutions, des injonctions sociales, des normes et des valeurs socioculturelles dans le façonnement des subjectivités. On tente de comprendre de quelle manière l’interprétation et le sens conféré au passé contribuent à définir ce que les exilés sont. La violence étant omniprésente dans les récits de vie examinés, on analyse comment la mise en récit du vécu s’articule avec les usages sociaux faits de la violence dans divers contextes (LTTE, institutions d’accueil, etc.).

5On met également en lumière que la guerre n’est pas seulement un moment de désagrégation sociale, mais qu’elle entraîne une reconfiguration de l’ordre social, politique et culturel. En effet, dans une situation historique en rapide évolution se produisent de nouvelles collectivités et de nouvelles individualités.

6Enfin, on met en évidence que raconter sa notre propre histoire révèle notre place dans le monde : il s’agit d’une négociation de notre rapport avec les autres et avec la société où nous vivons. Il est ainsi possible d’analyser la manière dont les exilés font face à leur souffrance et reconstruisent leur vie.

Abstract

7Fighters and victims in times of war and exile: violence, memory and subjectivity in the life stories of Sri Lankan Tamils in France.
This thesis focuses on the memories and life stories of Sri Lankan Tamils who arrived in France after the year 2000. It is based on an ethnographic investigation of the life accounts of these exiles, many of whom have fought in the secessionist organisation Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE), as well as of asylum policies in France.

8This work seeks to shed light on the emergence and construction of specific political subjects, in particular the “fighter” and the “victim”, across different contexts. It seeks to define the role played by institutions, social injunctions and socio-cultural values in relation to the fashioning of subjectivity. An attempt is made to understand the way in which the interpretation of the past and the meaning assigned to it contribute to define the exiles' identity. As violence is a recurrent element in the life stories examined, the thesis analyses the way in which narrative accounts of the past deal with social uses of violence in different contexts (LTTE, host institutions, etc.).

9The thesis further highlights the fact that war is not just a moment of social disintegration, but that it entails a reconfiguration of the existing social, political and cultural order. Within a historical context that was rapidly changing (war and exile), new collective and individual identities emerged.

10Finally, the work emphasizes the fact that telling our own story reveals our place in the world: it means negotiating our relation with others and the society in which we live. It is possible, therefore, to examine the way in which the exiles face their suffering and rebuild their lives.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giacomo Mantovan, « Combattants et victimes en temps de guerre et d'exil. Violence, mémoire et subjectivité dans les récits de vie de Tamouls sri lankais en France », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7092

Haut de page

Auteur

Giacomo Mantovan

Giacomo Mantovan a reçu en 2014 le prix EASAS Research Student Award. En 2014 il a également bénéficié de la Bourse de fin de thèse du programme NExT du PRES héSam « Dynamiques asiatiques. Échanges, réseaux, mobilités ». Ses communications les plus récentes sont : - en 2015 « Vivre pour construire la nation tamoule. Ethnographie des parcours de vie d’ex-combattants des Tigres tamouls exilés en France », communication présentée lors de la Journée doctorale du CEIAS, ÈHESS, Paris, puis - en 2014, à Zurich - « Between Subjectivisation and Resistance: The Relationship between Sri Lankan Asylum Seekers and Asylum Courts in France », communication lors de la 23rd European Conference on South Asian Studies, University of Zurich, et à Paris - « Formes des récits et expériences morales des demandeurs d’asile Tamouls sri lankais en France », communication lors du colloque Réfugiés, ville, santé mentale, INALCO.
Ses actuels projets de recherche portent sur la réorganisation de la société tamoule au Sri Lanka, ainsi que dans les pays de la diaspora, suite à la défaite des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE), organisation qui, après avoir combattu pendant trois décennies pour l’indépendance du nord et de l’est du Sri Lanka (régions à forte majorité tamoule), a été défaite en 2009 et éliminée. En premier lieu, il s’agit de comprendre de quelle manière au Sri Lanka la société tamoule se reconfigure en termes de castes, alliances de mariages et rapports avec l’État sri lankais et la diaspora. En second lieu, l'auteur examine comment dans les pays de la diaspora se reconstitue un nationalisme « à longue distance » : quels nouveaux acteurs en émergent, et lesquels disparaissent de la scène politique ; pour en dernier lieu aborder comment les nouvelles politiques nationalistes façonnent la diaspora tamoule.
Pour plus d'informations voir http://ceias.ehess.fr/index.php?1622.
E-mail : gmantovan [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals