Navigation – Plan du site
Épistémologie et psychologie des émotions

L’émergence des émotions dans les sciences psychologiques

Bernard Rimé

Résumés

Les sciences psychologiques ont précédé les autres disciplines en matière d’étude des émotions. Depuis la fin du dix-neuvième siècle, un intérêt à la fois marginal et continuel s’y est manifesté pour cette question. L’article passe en revue les différents courants de recherche qui ont contribué à l’établissement d’une culture commune au sein des échanges internationaux dans ce champ disciplinaire. Ces courants sont au nombre de trois. Le courant biologique est le plus ancien. Inspiré de la théorie de l’évolution, il conçoit les émotions comme des dispositifs biologiques adaptatifs résultant de l’histoire des espèces. L’approche physiologique de l’émotion constitue un deuxième courant, qui s’est centré l’examen des modifications corporelles de l’émotion. Ce courant est à la source de l’étude neuropsychologique contemporaine des émotions. Enfin, un courant cognitiviste apparu plus tardivement aborde l’ensemble des processus mentaux impliqués, avec un intérêt particulier pour le rôle des processus cognitifs dans le déclenchement de l’émotion.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1L’exposé qui va suivre se propose d’effectuer un tour d’horizon des courants de pensée qui sont à l’origine de la vision communément adoptée à propos des émotions de nos jours dans les sciences psychologiques. Dans ce champ disciplinaire, l’étude de l’émotion a constitué un souci constant dès le début de son développement, que l’on situe généralement dans les dernières décennies du dix-neuvième siècle. D’une manière marginale mais régulière, des chercheurs en psychologie, en sciences du comportement, en psychophysiologie, en psychologie cognitive et en psychologie sociale notamment ont contribué à la construction progressive d’un ensemble de concepts qui permettent aujourd’hui de tenir un discours scientifique sur ce que représentent les émotions chez l’être humain et chez l’animal. Les années 1960 et 1970 ont été le cadre de progrès théoriques importants. L’évolution conceptuelle qui en a résulté a probablement joué un rôle causal dans le mouvement fédérateur qui s’est constitué au cours des années 1980 parmi les chercheurs engagés en cette matière. Ainsi, en 1985, ils ont mis en œuvre une Société Internationale de Recherches sur l’Emotion à laquelle ils ont donné une vocation interdisciplinaire. Ses membres, au nombre de quelques dizaines au départ et principalement liés aux sciences psychologiques, se comptent aujourd’hui par centaines et représentent de très nombreuses disciplines scientifiques. Plusieurs périodiques scientifiques essentiellement consacrés à l’étude de l’émotion ont ensuite rapidement vu le jour. L’essor qui s’est ainsi manifesté en cette matière au sein des sciences psychologiques a précédé de peu un essor analogue qui s’est manifesté dans la plupart des disciplines de sciences humaines. Ainsi, les philosophes, les économistes, les historiens, les littéraires, les anthropologues, les sociologues et bien d’autres encore développent désormais l’étude de l’émotion selon la perspective de leur champ propre. Mais quand il s’agit de situer ou de resituer leur objet, les auteurs de ces disciplines font généralement appel aux concepts qui ont été développés par les sciences psychologiques. Ainsi par exemple, aucun auteur ne peut se passer de la notion d’évaluation – développée en psychologie des émotions à partir de 1960 sous le vocable anglais d’appraisal – quand il s’agit des conditions déterminantes des émotions. Aucun ne peut se passer de ce que l’on sait ou de ce dont on débat en psychologie à propos du visage dans l’émotion quand il s’agit de la question de l’expression émotionnelle. Les sciences psychologiques proposent à propos des émotions un socle qui, pour n’être pas toujours univoque, fournit néanmoins des balises indispensables à tous les chercheurs concernés. Il peut donc être intéressant de revenir de manière synthétique sur l’histoire des courants qui ont contribué à élaborer ce socle au cours des cent et quelques années que compte la psychologie des émotions. C’est donc l’objet de cet article.

2L’auteur de ces lignes n’est pas historien, et il ne prétendra donc pas faire œuvre d’Histoire au sens disciplinaire du terme. Son propos est très différent. La recherche sur les émotions telle qu’elle est conduite en sciences psychologiques aujourd’hui s’appuie sur un ensemble de référents qui constitue la culture commune des chercheurs – ce que tout le monde sait. Étant donné l’internationalisation de la recherche et la préséance de la langue anglaise qui y prévaut, il était fatal que ces référents communs émergent de textes qui ont été diffusés dans cette langue. Ainsi, tous les chercheurs en sciences psychologiques qui contribuent aux échanges internationaux en matière d’émotions évoqueront les travaux de Cannon, d’Arnold, de Schachter, de Frijda ou de Scherer par exemple. Mais ils ignoreront très généralement les importants textes qui ont été publiés pas des auteurs de langue française comme Georges Dumas, Jean-Paul Sartre, ou Paul Fraisse. Dans le texte qui suit, notre propos sera d’évoquer les référents qui sont aujourd’hui communément retenus dans les sciences psychologiques comme fondements de la psychologie contemporaine des émotions. Une telle évocation a l’avantage de fournir un éclairage sur cette discipline. Elle a l’inconvénient de laisser dans l’ombre de nombreux auteurs qu’une véritable Histoire des émotions en science psychologiques se devrait de remettre en lumière.

Introduction

3Trois grands courants de pensée se sont développés dans l’étude psychologique des émotions au long du vingtième siècle. Pris ensemble, ces trois courants fournissent les fondements de la manière dont les sciences psychologiques abordent, examinent, réfléchissent et discutent les questions qui concernent les émotions. Même si les positions théoriques défendues par ces différents courants seront en opposition sur des points particuliers, les axes d’investigation qu’ils ont développés sont bien davantage complémentaires que concurrents.

4Le plus ancien de ces axes est constitué par le courant biologique. D’origine darwinienne, et donc inspiré directement de la théorie de l’évolution, ce courant conçoit les émotions comme des dispositifs biologiques adaptatifs qui se sont construits au cours de l’histoire de l’évolution des espèces. Comme telles, les émotions sont innées, automatiques, et universelles. Leurs manifestations les plus importantes résident dans les réponses corporelles, et surtout dans l’expression faciale émotionnelle dont ce courant prendra en charge l’étude scientifique.

5Un deuxième axe s’est développé avec l’étude physiologique de l’émotion. Il est né du souci de saisir les changements internes à l’organisme qui sous-tendent les nombreuses manifestations corporelles de l’individu en état d’émotion. L’approche physiologique a d’abord étudié les fonctions remplies par les modifications corporelles. Elle s’est ensuite orientée vers l’étude des systèmes cérébraux qui assurent leur déclenchement et leur coordination. Ce courant est aussi à la source de l’étude neuropsychologique contemporaine des émotions.

6Enfin, un troisième courant est apparu beaucoup plus tardivement que les deux précédents. Il aborde la partie proprement psychologique de l’émotion avec l’étude des processus cognitifs. Pendant la première moitié de son histoire scientifique, la psychologie a largement résisté à entreprendre l’étude des processus mentaux. C’est seulement en 1960, année de la « révolution cognitive » en psychologie, qu’un consensus s’est établi sur les moyens conceptuels et méthodologiques d’une étude scientifique des « cognitions ». Au même moment est née l’étude cognitive des émotions qui aborde l’ensemble des processus mentaux impliqués, avec un intérêt particulier pour le rôle des processus cognitifs dans le déclenchement de l’émotion.

Le courant biopsychologique évolutionniste

Darwin et l’expression des émotions

7L’ouvrage de Charles Darwin sur L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872) a constitué le point de départ de l’étude scientifique de l’émotion. Pour Darwin, rendre compte d’une question aussi délicate que celle des émotions au moyen de la théorie de l’évolution représentait un défi qu’il avait très à cœur de relever. Il s’est attaché à établir la manière dont les expressions émotionnelles ont émergé graduellement au cours de l’évolution pour prendre ensuite racine dans l’innéité. Son ouvrage déborde d’observations sur la manière dont les enfants, les animaux, les malades mentaux et même les « indigènes » de pays éloignés expriment leurs émotions. Il concluait à l’existence d’un nombre limité d’émotions distinctes. Celles-ci trouveraient leur origine dans l’évolution et se présenteraient donc de manière analogue dans toutes les cultures. Les manifestations faciales et posturales qui les caractérisent auraient rempli des fonctions utiles au regard de la survie. Ainsi, dans la surprise, l’ouverture des yeux et la fixité du regard auraient facilité la détection et l’identification des événements inattendus. Dans le chagrin, les larmes auraient lubrifié les globes oculaires lors de leur trop forte compression au moment de pousser des cris de détresse. Les automatismes fonctionnels sont ainsi mis au centre de l’étude de l’émotion.

8De l’ouvrage de Darwin, on retiendra surtout sept thèses qui découlent de son analyse évolutionnaire de l’émotion et qui inspireront largement l’étude scientifique de l’émotion et de l’expression plus tard. La première thèse est celle de l’innéité de l’émotion. Puisqu’elle l’émotion résulte de l’évolution, elle ferait partie du bagage adaptatif de l’individu dès la naissance. La deuxième thèse avance la notion de continuité phylogénétique. Les manifestations émotionnelles qui caractérisent l’être humain seraient en continuité relative avec celles des espèces qui s’en rapprochent. Il n’y aurait donc pas de rupture de continuité entre les expressions émotionnelles des primates et celles des humains. La troisième thèse concerne les catégories d’émotion. Selon cette notion, l’être humain serait équipé de huit types d’émotions discrètes : (1) souffrances et pleurs ; (2) abattement, chagrin, anxiété ; (3) joie et gaieté ; (4) réflexion, mauvaise humeur, bouderie ; (5) haine et colère ; (6) mépris, dégoût ; (7) surprise, étonnement, crainte, horreur ; (8) honte, timidité, rougeur. Chacune de ces émotions répondrait à des circonstances particulières de déclenchement ; à chacune correspondrait une expression faciale caractéristique. La quatrième thèse est celle des expressions analysables. Le visage comporte des muscles en grand nombre et chaque expression émotionnelle pourrait être analysée et indicée selon les unités musculaires qu’elle y met en œuvre. Une cinquième thèse concerne la communication sociale de l’émotion. Puisqu’une liaison spécifique s’établit entre chaque catégorie d’émotion et une expression faciale donnée, l’observation d’un individu en état d’émotion informerait automatiquement sur la nature de cet état. La sixième thèse établit l’universalité de l’expression. Puisqu’elles résultent de l’histoire des espèces, les émotions et leurs manifestations visibles seraient nécessairement les mêmes dans toutes les cultures. Enfin, la dernière thèse concerne l’impact de l’expression sur l’expérience subjective de l’émotion : « le simple acte de simuler une expression tend à la faire naître dans notre esprit ». Cette idée a par la suite occupé une place importante dans l’étude psychologique des émotions et elle y a trouvé un soutien empirique important.

9Ces différentes propositions constituent une véritable mine pour l’étude scientifique de l’émotion et de l’expression. Cependant, elles n’auront cependant guère de portée à cette époque et elles tomberont dans l’oubli. Elles trouveront leur véritable écho en psychologie un siècle plus tard seulement.

Le courant néo-darwinien

10Auteur d’un important ouvrage intitulé Affect, Imagery, Consciousness, Silvan Tomkins (1962), professeur au Département de Psychologie de Princeton et théoricien de la personnalité, a développé à son tour une théorie fondée sur la construction, au cours de l’évolution, d’un ensemble limité d’émotions distinctes. Comme Darwin, Tomkins conçoit les émotions comme des systèmes automatiques d’assistance à la survie qui font partie du bagage génétique de l’espèce. Á une époque où les théories psychologiques de la motivation s’appuyaient unanimement sur la notion de besoin, cet auteur affirmait que les besoins ne disposent pas de la puissance nécessaire pour motiver l’organisme. Ainsi, disait-il, si on empêche soudain une personne de respirer, celle-ci manifestera la panique et se débattra. Les psychologues diront que c’est le besoin d’oxygène qui déclenche ces réponses. Mais pour Tomkins, la panique résulte en fait de la brusquerie de l’assaut. Si la privation d’oxygène intervient lentement, il n’y aura pas de panique. Ainsi, lors des premiers vols aériens à haute altitude, les pilotes qui négligeaient de porter leur masque à oxygène étaient saisis d’euphorie et mourraient le sourire aux lèvres.

11Selon Tomkins, pour survivre, l’organisme doit nécessairement disposer d’un système d’amplification des signaux qui requièrent un passage à l’action. C’est là selon lui le rôle des émotions. Ainsi, dans le sursaut en réaction à un bruit soudain, l’émotion active, maintient, amplifie, et étend la durée et l’impact du signal extérieur. Les émotions constituent donc de puissants signaux adaptatifs qui prennent la forme de réponses musculaires, vasculaires et glandulaires. Une fois produites, ces réponses engendrent des rétroactions sensorielles qui déterminent l’expérience subjective de l’émotion et seront donc perçues comme agréables ou désagréables. Tomkins distingue ainsi neuf émotions ou « programmes d’affects » innés qui ont leur siège dans les zones sous-corticales du cerveau. Quand l’un de ces programmes est activé, ses manifestations envahissent instantanément l’organisme, mais c’est au niveau du visage que se produit la différenciation des affects. Chaque affect se caractérise par des manifestations faciales typiques. Ces manifestations différenciées sont également à la source de l’expérience émotionnelle subjective. Comme Darwin, Tomkins considère en effet que l’expérience subjective résulte de rétroactions des muscles faciaux vers le cortex cérébral. L’expérience subjective de l’émotion, c’est donc la prise de conscience des modifications faciales.

12Selon Tomkins, les systèmes qui déclenchent l’émotion doivent être non spécifiques. Pour être utile, un programme d’affect doit pouvoir répondre à une large variété d’événements extérieurs. L’organisme doit être sensible à la fois à tout ce qui est nouveau, à tout ce qui n’est pas optimal et se prolonge, ainsi qu’à tout ce qui cesse. Le déclencheur de l’affect serait constitué par la pente de la stimulation afférente qui peut prendre trois formes différentes : la stimulation croissante, qui selon sa pente peut activer respectivement l’intérêt, la surprise ou la peur ; la stimulation constante qui selon son intensité active la tristesse ou la colère ; et la stimulation décroissante, qui active la joie ou le plaisir. De cette manière, les programmes d’affects peuvent répondre à toutes les conditions.

13La théorie de Tomkins a suscité des développements considérables en psychologie, notamment par la place centrale qu’elle accorde à l’expression faciale. Elle a remis les thèses de Darwin sur l’expression des émotions à l’ordre du jour. Indépendamment l’un de l’autre, Paul Ekman, (p. ex., 1973) à l’Université de Californie et Carol Izard (p. ex., 1977) à l’Université du Delaware, tous deux élèves de Tomkins, ont placé ces thèses au centre de leurs préoccupations dès les années 1960. On leur doit l’essentiel des abondants développements scientifiques sur l’expression faciale des cinq dernières décennies. Ces travaux ont apporté un appui important aux différentes thèses darwiniennes.

Le courant physiologique

La théorie périphérique des émotions

14William James (1884), qui fut successivement professeur de physiologie, de psychologie, puis de philosophie à Harvard et qui est unanimement vénéré comme « père de la psychologie américaine », était particulièrement soucieux d’asseoir la psychologie sur des bases empiristes rigoureuses. Or à son époque, les philosophes et les psychologues abordaient généralement les émotions comme des entités psychiques auxquelles on n’accédait que par la voie descriptive, fastidieuse, et dépourvue d’intérêt scientifique. Dans cette perspective, la primauté revenait à l’état mental tandis que les modifications corporelles de l’émotion n’en étaient que les résultantes. Nous serions d’abord insultés par un rival, nous nous mettrions ensuite en colère, et enfin, nous pousserions de hauts cris. En prenant appui sur Darwin, James a renversé cette logique. L’état mental n’est pas premier dans l’émotion. La perception de l’élément émouvant déclenche d’abord des modifications corporelles par un mécanisme réflexe. Ainsi, nous nous mettons en colère parce que nous crions, et nous avons peur parce que nous tremblons. L’émotion ne serait rien d’autre que la prise de conscience des changements réflexes qui se produisent à la périphérie du système nerveux, dans les organes viscéraux et dans la musculature squelettale. La théorie restera donc dans les mémoires comme « théorie périphérique des émotions ». Elle allait rencontrer l’opposition du courant comportementaliste qui devait lourdement peser sur l’évolution scientifique de la psychologie de 1910 à 1960.

Le behaviorisme dur et la campagne anti-émotions

15John Watson, qui fut l’initiateur du courant behavioristeau dépbut de mga0. OA,mentalister"> -otions

Les réponses physiologiques d’urgence

6L’ouvrapoqde Caniaté publent en32960 sous tiaîtur

Le rôle des structures sous-corticales

-otilocs balront leur siège dans le cortex cérébraPs paencon, de le américiam James (18 de sait à l’origin. Ces manifestations émotionnelleations dts réflexie périphéri Ciocessun de l’histoise évolutionnaeau.imes liai ?se. élaahistoire de CaniatIl s’ent saure de cette question etrv diphéisis d’expérie deassuretamannévoe syent répondus. Dan. La premièdiphéwin, é a récédge à lbimulatiantrcortex cérébtns chce des tuses.,idu dès es sipaolutire de lorgaLa tsieces,des tqui drtmpliq représentant des troactioge comnantesdes « colètocidaine ’ues colèes qui nt déclencs. Da’objlocs baesemois. Lercortex cérébtnu le eait donc pas de rôl spsifles au regard Ces manifestationt de l’émotios. ants smpli-saitapoqn, Jamevallai liai ?sDationseC a secèdiphésis d’expérie win, é a récédge à lbimulatialu systèdu"comhpaniqre de loropti»,se lprenan, ainls dts réflexie périphéri Cpoqn, Jamts considerait comà la source Ces manifestations émotionnelieEt icires encion,  relios,des tqes manifeoduit en réactidues colètocida,iaanmoinationsioge cosortantet poso- éméables. ur siègs les émotionsée snstitit donc pnssion plst lue on, Jamnelleope sai5">Lee Recherchinsultérid des">Enuièreis que les manifestations émotionnellsubsiifeeroet mêapt trà lbimulatiences paeales du cervgne ultérid don dérit rhacias, ee nt dr avahisseqlogue Qua son lencon thacamendude Canins 21977pno co ig, lode la théorce centrant de l’émotioEell dnde ce qu. ur siègslle l’émotion rigsllt lue one personcerne levallaes encosnstition, c’-à-dsto, nt dans les gactionnstittures sans le cortex céréb,les gactiododuides es sous-corticaons Dnche ces gactioDépaement lis etien d’autdépane l’expérience émotionnelle subjectiv60.

La neuropsychologie des émotions

4stiasioLr la vo, étan, ain’ouvt s à l’étudesoen ef pas de la stimulatias es zones sous-corticals pour l’émotDnlgadoins (987se prosteresoen ef pns les plperspavasculairentre uisendant radio-it candiq e pout activie deslaffrodasace larienttifs dans uu systèse bipoqtuds différenes animaufaisendan, ainl la ma conmulatiant">Ensible dassistannt des troactions émotionnelies. Ces travaet serose prolultés pceavaux LeDoavans 89)bli sur le rôt particulire de lomygdntrans dans le déclenchemene automatient des réponsns émotionnellui nauevussmPankseppans 86re1998) un dnosteobjlocs bas secefi qu’voerait comellesaaîtns crodsme nerv nscosi sque par ge génétiqns cheoimnotifrniè:est hui de la «e Recheronse(expdonmulat,ant comportemsso rénositi, cet ola stimulat),oue hui de la la peuse(fa su, ’itouvem),oue hui de la la colère (t apo,ant bam),oes et hui de la le panieuse(de détreque de rechercant">impaon soc)res. Enfine les travaux Damasioins 958 ls oes">En et l’importanux imcmulatiantrcor orbito-f seral ge dans le">Ensibalu systèse bipoons, et notammene dans lhibiuvatiot les réponsns émotionnel,ge dans leduvrage ar laer leua motivationnellr d’ua stiusnsi, dans la prise l spsiotions et le">Ensibomln nuvatibasondée sur prt cun enge, ainsiège dans le">Ensibomln nse humetieant comportemaon soc.iv60le>es.

L’approche cognitive des émotions

La théorie cognitivo-psychologique

9

10

La théorie de l’évaluation

11, quant donnge à l’approche cognitivere, l’émotpo son toècle pll spsifles. Elle s’esdrerante dans lme ade les travaux Datiod Hebbins 498,vec unfltitueLa neuropsychohaquenadéron, qui fommune dla sousiaaurdivement qui da de la psychologie cognitivs ds 196Hebbidispeerae, qu’uui acsalitoe pro antrcortex cérébt rep’exilre à to la stimulatins sensorie». Cetui acsaliton résulte de l’expérienne ultéridxte qui susomme dripnomdigèede lt intesque prnt appés aua stimulat>Leeperçion. La perception n’ert dojae, maLa traioEelos ess toujountseeuues d’uit renconté entnseC a sfication ets t intesqalajme9eTe cette perceptiux implitit dont ueercenta la la onmulatnes » de laimulatialajme nt à ljon nc perion, c’-à-dsto, redes processon d’évaluati(se ie angl, ’appraisalappraisalEentaaon sonhibiuvat960.

Ds développemente de La théorie de l’évaluation

4Ensi ?)no, c; (as de ’

2Le américiRidn cdon.zarukins 91962), professe3) Berkeley emenmoticulire d. La recherche surdes rofée et l’émotio la lloigait qux danseC e sastatace émotionne,sir lux différent’évaluatssaise berminere pons constituer me « stèlaimulationice centons ». Ainsi, dans en colèrdn d’événem ’estévulile à la foit comle terminere pomaionobjeit,res comns d abomment prnt appée àionobjeit,ron it comes résultuee à lauompte da truieur e ces troenélémssaise bermineng, loet dania stèlaimulationidc à lffun eire irsortassId il s’tuee à laffulture consctomé qu. uajme en fait de le sastataotsé cettaffultudoterncnt ensuile au couinsultéri on des événemects. Chaqit tlre d’émotpage, aino so stèlaimulationice centles qut qui ele caractéristiqule.

14

4

6Jiai-La fdtr1987eurSimannos 67)aut. S d’inourceptint facic à l intentquu butwin, ) mt no ser du lagentemendtive la j, ne et lexsusamott. S d’inourceptireus teles on empêcà l intentqur de butwié ls processie soldere a par es dpuvatioe lruktnmulat,ans en col.Simanins (7)é, a drerale d’émotpne comreddu signte daes la ce qui susom’uis neévaluatileiola orsulton etdes tjuktemndrent dnobjeitueS selOatley on an>Jiai-La fdjns 87)ure, l’émotpet pr sa plaet lue ots cha dn d’évaluatite de laobabirsalitet st s troulre dlendon qu’ lareur. Les émotiont remuveraiee, ainli des fonctious importantes au regard de ur coordinatileiollarsons, et notammene daneCes nsfertudesoen impson qu’ lartux ve’a traios. EnfiCarctiv& ch; de Siherns 90, 20018 ls ont développar uodcoie cynumgénétique daneet q us uu systèes affifleeis pofs foncteiétane pente la détal esedt es gimulet ladestance à laquelà l’organiqse- aapprocet siobutions.

le déclenchemesttacutomatientre, l’émotons

le déclenr àiocwinienees réponcts. Chaqst nonnel’expérience émotionneles engeno’uttast us cognisdaaonrtdesomelles processun de l’émotqui s’ci tron est contaduellemege coalcitions enaichwions.

la constructgon sociale des émotions

Ce c. Plotons

9, qui assnment l’orgamulat,an">le déclenchemeemede lrtérli des processun de l’émotios. Enfin l’approche cogniti’éiere, laperspstoe prortemaes psychologiques les émotionSia’elllle acccupé una orsulrde à laat ioentge conditiuer le déclenchement de l’émotant, eion n’en éiernc pauittoe, laperspstlcitiophyale a perception, liainentemenphyalel spsiotenphyalels mémoion, jugentemenau lestogèrme nt bt rien d’au laperspstes encduan Cts insefonctiode nombselles qalexintéstoujen dhs qat entre ces trodu courr unannment lui acsalitde scientifique de l’étude psychologique des émotid60.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Rimé, « L’émergence des émotions dans les sciences psychologiques », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7293

Haut de page

Auteur

Bernard Rimé

L'auteur est docteur en psychologie, et professeur émérite à l’Université de Louvain à Louvain-la-Neuve. Il poursuit ses recherches sur les aspects sociaux et collectifs des émotions à l’Institut de Recherches en Sciences Psychologiques de cette Université, avec un intérêt particulier pour les liens puissants qui existent entre les émotions et la communication, les relations interpersonnelles, la mémoire collective et le savoir en commun. Auteur de Le partage social des émotions (2009, PUF), il a codirigé Les émotions : Textes de base (1989), Fundamentals of nonverbal behavior (1991), Collective memory of political events (1997), et Changing emotions (2013). Il a été président de l’ISRE (International Society for Research on Emotion), ainsi que de la Société Belge de Psychologie. Il est docteur honoris causa de l'Université de Bari (Italie) ;
E-mail : Bernard [point] Rime [arobase] uclouvain [point] be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals