Navigation – Plan du site

L’écriture comme prisme. Contraintes et créations des scribes médiévaux

Alain Boureau

Résumés

Daniel Fabre a rendu indispensable la notion d’« écriture ordinaire ». On considère ici une espèce du genre ordinaire, l’écriture interstitielle des scribes médiévaux. L’activité scribale, en effet, n’est pas un pur rapport de reproduction : le scribe circule dans les spirales du texte. On prend quatre occurrences du phénomène chez des copistes franciscains du xiiie siècle : dans un cas, une invention de déchiffrement illumine le texte copié. Ailleurs, dans un très long commentaire biblique, on note la substitution d’un bref passage qui semblait nuisible à l’institution du scribe par un extrait d’un autre commentaire. Ou bien le souci philologique d’un autre scribe comble acrobatiquement les vides créés par la faute par homéotéleutes de son modèle. Enfin, on préserve l’ambivalence de l’activité scribale en relevant des lapsus débridés. Ces scribes échappent à l’extra-ordinaire de la création et à la spéculation. Mais l’attrait de l’activité d’écriture est transitif. La prise en main et en esprit des textes relève parfois d’une énergie, d’une inventivité et d’une passion pour les mots et les concepts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment, Écritures ordinaires Paris, P.O.L, 1993, (dir. D. Fabre) et Par écrit. Ethnologie d (...)
  • 2 Daniel Fabre et Jacques Lacroix, La Tradition orale du conte occitan : les Pyrénées audoises, Paris (...)

1Daniel Fabre a rendu indispensable la notion d’« écriture ordinaire »1, qui lui tenait tant à cœur. J’aimerais m’inscrire dans cette préoccupation en évoquant ici une espèce du genre ordinaire, l’écriture interstitielle des scribes médiévaux. J’emploie le terme de scribes, en écartant le mot de copistes. J’en préfère le caractère assez indéfini et général, qui convient à l’ampleur de la situation : le scribe écrit à partir d’un texte qu’il n’a pas créé, mais recomposé (au sens à la fois typographique et littéraire du mot). L’activité scribale, en effet, n’est pas un pur rapport de reproduction : le scribe circule dans les spirales du texte. En ce sens, le commentateur médiéval est aussi un scribe : il suit le fil d’un texte, s’empare souvent de commentaires antérieurs et son apport est interstitiel. Et quand j’édite un texte manuscrit du Moyen Âge, je me pose en scribe : j’ai l’ambition de faire naître du sens, avec une nécessaire tension entre adhésion et intervention. Là encore, on rejoint un pan capital de l’œuvre de Daniel Fabre : pour rédiger, avec Jacques Lacroix, sa thèse sur le conte occitan2, il s’est fait le scribe persévérant de récits oraux pourchassés, enregistrés, transcrits, traduits et commentés.

  • 3 On le sait, la pecia (la « pièce » du latin médiéval) désignait la peau de mouton utilisée pour les (...)

2Je vais donc tenter de décrire le scribe comme acteur de l’écrit, comme actor, variante médiévale de l’auctor. J’entends présenter quatre occurrences de cette activité scribale, choisies dans des textes du franciscain Richard de Mediavilla que j’édite, car seule une attention minutieuse aux divers manuscrits peut témoigner de l’intervention scribale. Mais on doit se garder de penser à une créativité fonctionnelle et atemporelle des scribes : la marge entre contrainte et liberté que je décris dérive largement du contexte historique et notamment de ce que j’appelle la « pecia gratuite » des franciscains, qui découpe les textes en cahiers autonomes, les diffuse et les contrôle à l’intérieur de réseaux de l’ordre, parfois avec un corrector dont j’ai retrouvé la trace dans les marges d’un manuscrit3.

Un prisme du réel

  • 4 F Florence, Bibl. Medicea-Laurenziana, Plut.07dex.12, fol. 1-139, P Padoue Univ. 1100 f. 1-176, T T (...)

3Considérons d’abord le très long commentaire du livre de Job, Consumpta est caro, que j’attribue au franciscain Richard de Mediavilla, qui l’aurait rédigé vers 1285 et dont j’ai identifié cinq manuscrits4.

  • 5 La traduction que j’emprunte est celle de la Traduction Œcuménique de la Bible.
  • 6 Dans la traduction du Vatican, comme dans la version de Louis Segond, les traducteurs omettent le E (...)
  • 7 הֶן-אֵל שַׂגִּיא, וְלֹא נֵדָע;    מִסְפַּר שָׁנָיו וְלֹא-חֵקֶר
  • 8 ἰδοὺ ὁ ᾿Ισχυρὸς πολύς, καὶ οὐ γνωσόμεθα· ἀριθμὸς ἐτῶν αὐτοῦ, καὶ ἀπέραντος.
  • 9 Gregorius: nota quod dicit Hélyu utrobique ecce cum dicit: Ecce Deus excelsus <36, 23>, ecce Deus magnus, <36, 26>q</36></36> (...)
  • 10 Ecce dicimus de re que presens est et quam presentialiter monstramus et quia Deus ubique presens es (...)

4Au verset 26 du chapitre 36 du livre de Job, Hélyu, le dernier adversaire-ami de Job, qui est en train de lui donner une leçon doctrinale sur la transcendance de Dieu et la providence divine, dit : « Oui, Dieu est si grand qu'il dépasse notre science, et le nombre de ses ans reste incalculable. 5 » (Ecce Deus magnus vincens scientiam nostram : numerus annorum eius inestimabilis). Ce verset ne pose guère de problèmes de sens, hormis celui du présentatif ecce (voici)6. Dans la morne litanie des perfections divines, une certaine vivacité orale relancerait le rythme de l’attestation d’Hélyu. Les textes hébraïque7 et grec8 usent de particules équivalentes : חֵקֶר et ἰδοὺ. La tradition latine des commentaires ne s’y arrête pas, à l’exception de Grégoire le Grand, que cite Richard de Mediavilla : « Grégoire : note bien qu’Hélyu emploie en deux endroits ecce quand il dit ‘Voici le Dieu élevé … ; voici le Dieu grand’, car il suggère que Dieu est présent partout et à tous »9 Grégoire avait donc chargé ces ecce d’une valeur de lieu (« ici et encore ici ... »). Il n’est pas certain qu’il est accordé une importance particulière à cette notation : en effet, il scrute systématiquement chaque mot du texte. Mais Mediavilla précise la notation et enchaîne : « Nous disons ecce d’une chose qui est présente et que nous montrons de façon présente ; et, parce que Dieu est partout présent et puisqu’on dit de lui ecce et que nous le montrons à ceux qui ne le voient pas être présent, donc est véritablement grand celui à la présence duquel aucun lieu n’échappe mais qui est présent à tous <lieux>, n’est capté par aucun et remplit tout10. »

  • 11 Ecce, inquit, Devs magnvs vincens scientiam nostram , id est in infinitum distans a scientia nostra (...)

5Quelques lignes plus loin, il poursuit : « Oui, dit-il, Dieu est si grand qu'il dépasse notre science, c’est-à-dire en s’éloignant à l’infini de notre science, car sa science unique connaît tout : c’est la même science qui connaît les choses diverses, les êtres non existants de façon présente, les êtres muables de façon immuable. Mais notre science n’atteint aucune de ces façons. »11

6Les groupes de mots quam presentialiter monstramus (« que nous montrons de façon présente ») et presentialiter non existentia (« les êtres non existants de façon présente ») sont donnés ainsi dans trois des cinq manuscrits (Florence, Todi et Troyes), mais l’adverbe est différent dans les deux autres (Padoue et Turin) : on y déchiffre prismaliter, (comme selon un prisme). Le sens est riche : un prisme en optique diffracte la lumière et fait apparaître ce qui n’est pas visible sans lui, par exemple les rayons divers qui composent la lumière. Ainsi, des conditions météorologiques particulières constituent le prisme naturel qui produit l’arc-en-ciel. Précisément, la présence universelle de Dieu se montre à la fois ordinairement par ses œuvres, dans la succession et pour certains dans sa totalité instantanée et son essence. Cette version du texte, avant d’énumérer les œuvres divines, rassemble sa présence dans le prisme virtuel de sa grandeur.

  • 12 Harris Benson, Physique 3 : Ondes, optique et physique moderne, Laval, De Boeck, 2009, 4e éd.

7Face à nos cinq manuscrits, nous pouvons hésiter : Mediavilla aurait pu écrire prismaliter, sans être compris des scribes du groupe W (Florence, Todi et Troyes), qui auraient repris la racine du mot presentia. En effet, l’adverbe n’existe pas dans le latin médiéval, mais peut être rapporté à l’intérêt de Mediavilla pour l’optique : en 1275, le grand savant Witelo, actif à la curie pontificale, avait manifesté l’existence de ce phénomène lumineux en remplissant un prisme de base hexagonale avec de l'eau et montré comment la lumière en y passant se décomposait12.

8Ou bien ce sont les scribes du groupe Y (Padoue et Turin) qui auraient amélioré le texte avec un prismaliter, jugé plus adéquat. Dans ce cas, on ne peut pas parler d’une « erreur de copiste », car l’adverbe presentialiter est parfaitement lisible et naturel. Et nous avons la chance d’observer un processus : en effet, le manuscrit turinois, à la première occurrence transcrit pars materialiter, ce qui n’a aucune possibilité de syntaxe ni aucun sens, mais décalque approximativement la graphie du mot prismaliter. En revanche, la seconde occurrence est bien prismaliter. Là encore, les hypothèses se multiplient : à partir d’un même exemplar, le manuscrit de Padoue marquerait un progrès, peut-être induit par réaction contre la mauvaise lecture de celui de Turin. Mais les choses sont moins simples : la première occurrence semble employer abusivement prismaliter, puisque la phrase définit un usage commun et humain du terme ecce, sans l’appliquer à Dieu, alors que la seconde occurrence désigne spécifiquement l’aspect transcendant et prismatique de la science divine.

9Nous avons donc pour six scripteurs (Mediavilla et les cinq scribes) trois états du texte : presentialiter puis presentialiter, pars materialiter puis prismaliter, prismaliter puis prismaliter. Qui est l’auteur spécifique de cette inflexion du commentaire ?

10En outre, le dernier scribe, l’auteur de la présente contribution, qui édite de nos jours le texte, aurait tendance à restituer un premier presentialiter, puis un prismaliter, ce qui ne correspond à aucun des cinq manuscrits.

11L’invention du prismaliter m’a paru si extraordinaire que j’ai passé un temps considérable sur les graphies du mot. J’avais été échaudé par une erreur que j’évoque ici pour montrer la fragilité et la perméabilité du scribe. Mon petit ouvrage En somme a été rédigé juste avant la mise au point et l’édition du volume 6 des Questions disputées, que j’avais lues en entier, mais rapidement. La lecture erronée d’un mot m’entraîna à ces considérations :

  • 13 En somme … Pour un usage analytique de la scolastique médiévale, Lagrasse, Verdier, 2011, p. 27-28.

« Récemment, je me suis intéressé à l’avidité winnicottienne. Or je peinais alors sur un texte non édité de Richard de Mediavilla, franciscain de la fin du xiiie siècle, et je suis tombé sur un mot, incompréhensible en latin, de funditas, dont il est apparemment l’unique usager. Ma lecture restait incertaine ; je dus vérifier dans plusieurs autres manuscrits. Un scribe pouvait avoir confondu les mots et sauté le préfixe. Je bénéficiais du plaisir de la trouvaille hypothétique.
Le sens advint, perché sur des pattes de mouche, suspendu aux fils de mon souci de l’avidité. Je repris le développement de Mediavilla. Dans cette question disputée, il critique l’idée d’une présence permanente, en l’âme humaine, des schémas intellectuels, des répliques du réel (les species), donnés par la nature ou par Dieu ; son adversaire mentionne alors un fragment d’Aristote qui affirme que l’âme devient savante et avisée en recevant ces schémas, avec un simple cantonnement des forces inférieures de cette âme. Richard répond qu’Aristote s’intéresse en fait, non aux schémas innés, mais à l’effort individuel et que, pour lui, cette sérénité savante de l’âme provient d’une activité propre et d’un mouvement réglé d’action sur les forces inférieures « qui la bloquent par une agitation (tribulatio) désordonnée et par une « avidité béante » (funditas) des organes des forces sensitives inférieures ». La création du mot joue sur la profunditas ; la profondeur désigne le creux sans fin et sans fond. Le génie de Richard consiste à enlever au mot profunditas le préfixe pro-, particule qui note la direction intentionnelle, pris par l’auteur comme l’indicateur d’un creux bon et utile, pour en arriver ici, par suppression du préfixe à une négativité. La funditas, c’est la béance innée et indéfinie, fondation sans fermeté, qui ne retient rien, mais répand et fait répandre.
Certes, il est dans les habitudes corporatives des philosophes de forger des mots, pour désigner des concepts neufs (ou prétendus tels). Pourquoi alors s’étonner ? Parce que l’étrangeté du mot ne dérive pas de ces coquetteries lexicales qui ont neutralisé la philosophie en soumettant la pensée à un jeu plus ou moins réussi, mais qui demeure dans l’arbitraire et la futilité du jeu. Richard ne veut pas faire chic. L’éclat troue une prose pesante, souvent répétitive. »13

  • 14 Édition critique, introduction et traduction du tome VI des Questions disputées (Questions 38-45 : (...)

Mais un examen plus serré a chassé ce beau et chimérique funditas au profit du plat ferviditas, graphiquement proche, que j’ai, depuis, rétabli dans mon édition14. Le scribe avait trop rêvé …

Une substitution

  • 15 Commentaire dominicain que j’ai découvert et que j’espère éditer.

12Une deuxième variation scribale offre une portée plus importante en volume dans le même commentaire. Si le texte de Mediavilla demeure remarquablement stable et identique dans les cinq manuscrits, on remarque une forte divergence aux folios 27vb et 28 du manuscrit de Turin, qui commentent les neuf premiers versets du chapitre IX du Livre de Job : le scribe remplace alors le commentaire de Mediavilla par celui de Nicolas de Gorron15, qu’il abrège très légèrement. Il s’agit de la seule déviation de ce long commentaire.

  • 16 Job, 9, 5 : Qui transtulit montes, et nescierunt / hii quos subvertit in furore suo / 6 Qui commove (...)
  • 17 Richard de Mediavilla, Expositio super Iob, ad 9, 5, ms. Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, P (...)
  • 18 Jacques Berlioz, L’Effondrement du mont Granier en Savoie (1248), Histoire et légendes, Grenoble 19 (...)

13Il se trouve que le texte commun des quatre autres manuscrits, à ce moment du commentaire, évoque l’effondrement du Mont Granier, non loin de Turin (1248) : Job, aux versets 5 et 6 de ce chapitre 9) exaltait la toute-puissance de Dieu : « lui qui a transporté les monts et ceux qu’il a écrasés dans sa fureur ne l’ont pas su, lui qui déplace la terre de son lieu, et ses colonnes en sont frappées16 ». Le commentaire Mediavilla glosait ainsi le verset et nescierunt hii quos subvertit : « ceux qui étaient près de ces monts, comme cela est arrivé dans le comté de Savoie, où les montagnes sont tombées et ont écrasé soudainement bien des personnes17 ». Fait rare dans l’exégèse, le commentateur se référait ici à un événement contemporain, en l’exact milieu du xiiie siècle, l’effondrement du Mont Granier en 1248. Jacques Berlioz en a excellemment rassemblé le dossier narratif à partir des chroniques qui mentionnent l’événement, dans un petit volume auquel je renvoie aussi pour les aspects géologiques de cet écroulement d’un pan énorme de montagne en Savoie qui avait provoqué des milliers de morts18.

14Cette substitution unique dans le manuscrit de Turin, copié au couvent franciscain de Chieri, non loin de Turin, est-elle de hasard ? Les récits qui circulaient, à propos de la catastrophe, mettaient en cause comme raison de la colère divine, l’impiété de certains religieux de la vallée, ce qui pouvait impliquer les églises de Turin ou de Chieri, à moins de 200 km du Mont Granier, dans une région d’influence piémontaise forte.

  • 19 Job, 38, 13 Et tenuisti concutiens extrema terræ, et excussisti impios ex ea ?
  • 20 Et tamen substantia terre remanebit, quia tenebitur diuine uirtute.

15On trouve une confirmation de cette obsession du scribe de Chieri, 500 pages plus loin, au folio 277r de son manuscrit : au verset 13 du chapitre 38, quand Dieu vante sa puissance protectrice et décrit les secousses punitives qu’il donne aux bords la terre tout en la maintenant19, Mediavilla commente : « et pourtant, la substance de la terre demeurera, parce qu’elle tiendra par la vertu divine »20. Cette dernière proposition, sur la nature divine de la gestion des catastrophes, est omise dans le manuscrit de Turin et dans lui seul, alors que cette version soigneusement relue ne comporte aucune omission qui ne soit pas restituée en marge. Le scribe était intervenu sans doute par fidélité envers son institution.

Un scribe philologue

  • 21 Je reprends ici mon article, « Un scribe philologue. La détection erronée de fautes par homéotéleut (...)

16Une troisième occurrence21 de l’activité des scribes apparaît dans une étonnante tentative de restauration d’un texte jugé corrompu par les fautes par homéotéleutes, ces omissions fréquentes provoquées par le saut de lecture d’une ligne à une autre en raison d’une fin identique des deux phrases ou des deux segments.

  • 22 Voir Alain Boureau, « Richard de Mediavilla fut-il aussi un exégète ?, Freiburger Zeitschrift für P (...)

17Un examen serré des deux manuscrits les plus anciens qui transmettent un commentaire sur l’Apocalypse22, Ipse revelat, dont j’attribue aussi la rédaction à Richard de Mediavilla, révèle un curieux phénomène. Un des scribes, par ailleurs, peu sensible au sens de ce qu’il copie, me paraît focaliser son attention sur la syntaxe, en croyant repérer des lacunes quand la construction lui semble lacunaire. Il reconstruit des phrases, selon le mode d’un philologue moderne.

  • 23 J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...)

18En effet, le scribe du ms. Assise 321 (que je nomme A2) a copié directement le ms. Assise 82 (que je nomme A1), sans doute dicté par son auteur. Le texte des deux manuscrits, de périodes fort voisines, est identique. C’est le ms. ajt.ras ; laidenote ajt.ras  je n23titiellescentifié cinq manu(" id="bod200.000s qui)yle="n scrib">;. Qui préfieut t scaire de la créatinterve dépasse notre ne nt régl parler vineaire de la créafr so scribemplus chél dépasse notre siv classr. Le texte des se notrcrint franciscain de Chieri, non loin de Turin, est-elle de hasard ? Les récits qui circulaienn substaLbservon entren mouvre pe valeumérer t 6 dei convient à l’ampotnotecalliden plushrases, r trans textes du frurient pas ="#ftvoquéesable. 20 Et tam2) hilolbitexte coidon entr nim hict squu app hilolbitcoidon entr< subur ontariotecall" id="boe de Job, Consumpta est caro, que j’attribue au franciscain Richard de Mediavilla, qui l’auraranumber"AHranscendancl dépasse notre s s de Turin "footnotec3, 4 des forc la#ftn10Sque sique connaîEction auécrit à tres non existants du ">19 sca du "nup,

nobtn8"ucun l scribecrit de Turin et dans lui seul, alors quution qui tstse ms="num">7 sis, esabo mulChprop,v clas qui comment un curieux ph="footnporté s unordinai c la s tenuisti concutiens extremaemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) ber">121ce phénomvant la gartnotatilee, et t 6 de sr. Le tex>ms. otecall" id="bo5 de Job, Consumpta est caro, que j’attribue au franciscain Richard de Mediavilla, qui l’aurar1 substaLbssr. Le texte des se notrcriest ru Jacqueaire de la cr ajou Richard répui arationootnunn18" ari> hilolbitexte :< notrse notconnaîEction auécrit à tres non existants du ">19raître ce qui n’est pas visible n auécri exemple lestres non existan d’une ntaures atas– ies"> sca du "nup,
nobtn8"ucun l scribecritranscendancee et pabdd
, e>8U,es dté, qocum cl,ous mpua cxnotecali exce"#tof,v class="t phr ="sidenobalee Medie="ten"se, n : leyclass="selon clasextan>;.h/a>.

n> J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus
(...) 6 da" id="b/spaesi de ps
  • (que jll-caps;">de Mediavilla, 27
  • s="texte">18 Jacqclass="paranum: ,ne déripaesictlegiapp hiluéa B moh>. mei. (que jr en Savoie (1248), Histoire et légen que j’attribue au franciscain Richard de Mediavilla, qui l’aurar urinôt’écte debotrit à p sonune . Qui pla tou> s des caucunedamna="bodyPase hexa fondrement du deuxies ccricon>uielEcc‘ommentcienvau mot <"bot,nvau mot <"bot,nommentcienvau mottes dp vau mottes dp ">xide Turin et dans lui seul, alors quant:small-capjr e2iii

    J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) href="#fLe ; el qui produitextandrcule dan texte te de se no rsets 5 emblé’estles œuidenotes"> nne en volume dans le même commentaire. Si le texte de Mediavilla demeure remarquablement stable scrc sorsence peurt class=ajou euxic, a" id="te de se no,ion du d Gtagnalquer fiidon ens="po le ldéripase noique conLa Gtagel s 16s16iicateuB moh la my cunes o scribvait pro r<:1" id="ttyrt pas fairnce datatileentaiv tnotecall, dit inestux à un jeu scribruB moh la mylei, mais qui . Qui /p> ions dd="botor les églime pose née d ruc den dit fe brver n effoidée vof,v n om. Maiplienpées (e dan n auhèsc> "atadie)pour les a Vo disn

    . Qui /p> io13m j’évoqntaiv
  • 20 Et tam2a href="#f>18 Jacqclass="paranum22ienn(...)18 Jacqclass="paranum: (...)esassioscaolass= . Vssi, DoootnIhesu.seclass="num"n volume dans le même commentaire. Si le texte de Mediavilla demeure remarquablement stable ber">12pées etauteur les dommentcien erté qufill em>Ecc‘o agij> Hae ss="textecatandnotes">
      ediavilla demeure remarquablement stable 6, à proppées ettituen son ani aujte » ( re.

      iduellasd38b"texu teur de la trarpect tri">9e monerrculatuen son ( > hbtout : si le vntionned=c(. uisti concutiens extrema terræ, et excussisti impios ex ea ?

    • 20 Et tam30 href="#f>18 Jacqclass="paranumHier(...)Oui du mmentsom la rd ta< a class="fctndeur d d igiappscribe,O classr. Le tote ajtse="te s  dé véautreséscain debprese: «sntioalerllasd38b"texeri">9e monerxu s de ique con du tsspan styssance s’iin dévoque iSe r ajtse dt prÀévègeaée svue">19 hbtout ) tote9 i1> de cette mporain qua monein(D igiappsajtsd notes">t : D igiappe">e monerxu ées etass="fctniduel">226ieri, 50es">
        ediavilla demeure remarquablement stable , on ne pn1ce phe question di do cett/spn des urtext)" href, mais r chose qudant eique con du tsspan styssv clmdieu, aloce. ecoraance s’iin dévoqSe re dt prÀévègeahétv clmo/spance. Ceiverset 20 Et tam3 lang="it" style="font-variant:small-caps;mHierdo /spn dle=ursuit : « Oui21 de l’activité des scribes apparaît dans une étonnante tentative de rest29 alorss="tnoour iv clv> clasy redit et l’ésegments.

        >131911
        e dan tes phrase et pabdd), d ,nattentonnés parègeat Dhrefevante mo,temdieu, alore monerxu s de t-être ipanceiii de Cuse)ique conI9">9Ecc‘ t’erté qufileur se vs="du chaûrsforcavi>iendrass=n21 scfin ee à la œGtageèsppe">cis ccr‘rveChpropividuelé ,li> itre iv cle l qui e défn9">99s des avi>e humamec undoiass="t remplunui p à noteiilb i1llasSe rsa totametturivssirluéeapase hexa «xtanrecritrment r /p> es ettsspan ctre ipance s’iin dévt d’é une agiui aratience unrre. i1>ique conI9">9 Hae HaerOu bieen em>; ladette 17«xtanso scribt voiscrscrib>1par sonla présuvres déinlace es orso rrice, ésuvresa maiuhter.atif Lardtiondelqce protectrice philoirépuis orparaique connaîVae urivssirlpase vssgerllasts. réglslon lesetotalitéa>s Isaïe 25,4exte">rOu bieen eit  claaffrea se no Lane autre en raisoncatastrousses punitivt voisines,>m> pria et t 6 mots - rn tes phra es ett « lui qui a tes"> punr lumière escribaos suddansr usence ="textaen class="paranumbe a

        21

  • (...) s le c sevoquéestitution unique dans le manuscrit d3urs, peu sens3ur/3
    cture rsens advsaisir de s="paranumb, des forcpla tou>re m. a En revanp> le préu man ont trans textesen mait">Mais un examen plus serré ,ion du deu man du frurient oLe c om a einu nu sans dp> cturerso z ans ou avinotes"
    itreee pas dacaditio ntn> J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) 3 aiéhensibls"> . Qui hesas mait">Maisod pun erré ae en latin, de funditaPar . aampotivt) we ht: al> /em>ente href="#f>18 De em>Lttionnent lioteca Medi omfa La Pn du  : « OuiConsumpta est caro, que j’attribue au franciscain Richard de Mediavilla, qui l’aura3fundita clas1296, En ri< oLe c omdouz les connés parèon>un texte ju">Maisod pun  : «ution unique dans le manuscrit d3es"> 3e n33titiel il estan pna="bo < la redia> re pla udatatileeregtinHransce #ftn1an pna="brré ae vntioer abusila redia> /span> Joble Jobune . um">7ecce J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) 35lang="it" stProble m.tcribXX, 34 (926b 20)ns de pnad’baskicharmyle="fon style="font-varianels βασκανίαe=ursuit : ribetri, 500 pages plus loin, au folio 277r de son manuscrit : au verset 13 du chapitre 38, quand 3 href=="tex si le vts, este nid=.2uls ccurrité réd #ftn1an pna="brré aeLe c Vulgat
    ; lt edie leHransccurrersets 5ribebh z qu’Ari«ution unique dans le manuscrit d3v class="text3v 35la Mn un priu fill slaeribGtageras Ene déaucusa totqu gite ni o/em>, cpinit un ue ga n pna= rola rumbe">n
  • J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...)
  • 3/span>Berum Sacrerum cum Gtag a Oermédesblioteca Medicea Laurent:small-caps;m, Vssigeè1603  l.ec6, cl.ec485.seclass="0 pages plus loin, au folio 277r de son manuscrit : au verset 13 du chapitre 38, quand 34 ,"textegouveion du pra n pna= rtitiel(#ftn1an pnu Le gén  clitenume« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=unot&vane=uro%20V:IND%E2%8C%A9=0& prame=1"mt laa>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=Ini las&vane=ini las%20ADJ%E2%8C%A9=0& prame=1"mLtesenvieum"laa>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w= nim&vane= nim%20ADV%E2%8C%A9=0& prame=1"m1par sontitielle"#ftn9" quonill u bhtion sanpla ud, nsenu a glose J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) 3 href="#fAjou ="texte"> ommen« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=vulgo&vane=vulgo%20ADV%E2%8C%A9=0& prame=1"m"laa>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=cie&vane=cie%20PRON:REL%E2%8C%A9=0& prame=1"mcienlaa>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=nocet&vane=noceo%20V:IND%E2%8C%A9=0& prame=1"mnu alaa>s su« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w= p unebas&vane=inp us%20N:dat%E2%8C%A9=0& prame=1"m1pp unst laa> par son aévit t 6 deheyp> aaise foritenumenédeurieeregtin,tcusdianumberm/p> on ,eur se éalisenqte déf« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=daemoex&vane=daemo%20N:acc%E2%8C%A9=0& prame=1"mspan> a>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=daemoex&vane=daemo%20N:acc%E2%8C%A9=0& prame=1"m> a>« Ohttp://mait.uzh.ch/MLS/ po_frame.php?tabcud==Aesolmus_Lauded reux_et_sccela_eius_Gtag a_o_cps2&w=daemoex&vane=daemo%20N:acc%E2%8C%A9=0& prame=1"m laa>grand qu ont transndremen pari d funditadler d’meunaire.attribue aremaroqué dadrdinai altuntre enfm>uinin #ftn1an pnadu ts - e chi #ftn1an pnumLe g,iiduellacinq manuscmorph>.

    #ftn1an pnu ise 3e mortse vts, n dévoque i1an pnu Le g "> ttachituen scre m. s’éu avi coninit un œilatif tn8"l-capsan cpp un > J’en donne quatre exemples 12va : sicut iustus[ prius te ipsum accuses - Prov. XVIII (17) :] iustus (...) 4anumber">15xicribe,e à lat). L’=="tex 3ons dd=onnés p,aleumérete ni o/m. t «  la rediavixtes m ne p ont nen17",aleuutili ce Mediargumenéll" i etsrigpnal>Ecc conS ni apoonoe tieola r s’éuee ce.ce. hnte néexret mittluse Le géetitution unique dans le manuscrit d4e cette versi4 de40sentatif Larout prÀévtou> s id="byituen x;.h/a>rnein isu b té rexceses"> n plu, s dact m>uis secoussrayon1visu bldeuri œil (dommene uexretuis sve),iidueltecales ane du puissebh z qu’Arir">hree quest delir mment un uis secoumehnte le (ut pep> le prrayon1visu bldeuri œil),ifspance. sent un oe à no23< des caqes eorteaer narratif à partir des chroniques qui meionnent l’événement, danmiv class=à lesabniou p mmAlhazecoumeIbi al-Haytham, . um"istles œuidener narratif à partir des chroniques qui menionnent l’événement, danmmaspp> celle tie(...) 4 lang="itP i1> t).Brrasae aus591ldeuri hens 42span>Mu sans dtr"a href="#ftn17">(...)Bseclass="num">18 Jacqdesmall-cades>, soe bh r Kul qubedu z,aspectn 456,ifsl.ec108vb-149va.seclass="0 pages plus loin, au folio 277r de son manuscrit : au verset 13 du chapitre 38, quand 3/span> douzasoit paattribue ate » (e slaiemen38,uen sce chapitre t). Len maitu et la provrestem modeoutespectn mérer la all" i> s deuble. hotnot sensu s lu, smspast p> ,"se, lun occa èue ilapsem> priselon claifct="footnts - puisq.h/a>. sene ntr son aute; etor#ftn1an pna="brré al qui prjae danrecprou, href u manvre de Jocu puissecern p> (tegouveématn17">raître ce qEn rets -:upp ca ble éspan>onnés pa la catest lei ieitor#ftn1nésna="brré a(id=hâte) ms panier enrs de mort hrefr">9 i1> u teur ,t lei ieitor#ftn1 sma="brré ,e; e="texclasxs, cnille tit a em>Ene nonille tit a à l’al etciensuspendu r ont neediama= r,iidredit etmlnt scolast p> iiduellacracineitor#ftn1 smaout : si le vntion,otn13" hrefnth Tur. sdeurid=onnés parèn latin,p d et ess=re. béa ont transsetecall" id rars r puissedes forcntioe déaucuté réd Mn unsotn-t rempransndremis, d à lts