Navigation – Plan du site
Les mondes de l'industrie

Alain Dewerpe, Entre histoire économique et histoire sociale : la protoindustrialisation

Maurice Aymard

Résumés

Inventé au début des années 1970 par Franklin Mendel à partir de l’exemple des Pays-Bas, repris et développé par Hans Medick et une équipe d’historiens travaillant avec lui au Max-Planck Institut für Geschichte de Göttingen Industrialisierung vor der Industrialisierung (1977), le thème de la protoindustrialisation, proposé comme un modèle, a connu sa période de fécondité maximale au tournant des années 1970-80 : il ouvrait aux historiens de la « transition » la possibilité d’identifier dans la mobilisation des réserves de main d’œuvre rurale, et dans la relocalisation dans certaines campagnes européennes d’une gamme très large de manufactures, notamment textiles, la clef d’une première prolétarisation, différente dans la logique propre de son développement, de la classique « expropriation paysanne ». Au débat qui s’ouvrit alors, la contribution d’Alain Dewerpe fut double : une première étude sur la vallée du Liri, dans le Royaume de Naples au xixe siècle, où il concluait à une « protoindustrialisation marginale» (1981), puis sa thèse, publiée en 1985, sur L’Industrie aux champs. Essai sur la protoindustrialisation en Italie du nord (1800-1880). Celle-ci, malgré les réserves rencontrées en Italie même où elle remettrait en cause le modèle même d’un développement industriel tardif, caractéristique d’un late-comer, s’est imposée comme un ouvrage de référence, qui montrait toutes les virtualités du modèle utilisé, mais venait confirmer son ambition de suivre désormais d’autres pistes, et en fait celle, formulée par lui dès 1977, d’une « première monographie d’entreprise pour cerner les notions d’investissement, d’outillage technique, de profits, de salaires, etc., quitte à passer ensuite à une vision plus large des problèmes ».  Une piste qui allait le conduire, cette page tournée, à faire le choix de l’Ansaldo qui devait l’accompagner jusqu’à la fin de sa vie.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de ce premier grand livre d’Alain Dewerpe, publié en 1985, un an après le Tour de France royal de Charles IX (écrit avec Jean Boutier et Daniel Nordman), c’est d’abord me reporter quarante ans en arrière. Pour moi, arrivé à l’EHESS en 1976, L’Industrie aux champs, c’est la première thèse que j’ai officiellement dirigée, et la première préface que j’ai été appelé à signer. Mais elle s’inscrit aussi dans un contexte que je viens à l’époque de découvrir peu après mon retour en France : celui d’un thème nouveau qui est en train de se définir, puis de s’imposer rapidement, presque comme une mode, dans le milieu des historiens de l’économie européenne à l’époque moderne. Il nous faut partir de ce contexte pour comprendre et situer ce qu’a été l’apport d’Alain dans un débat qui, lancé à partir de l’exemple de la Flandre, avait pris très vite une dimension internationale.

2Pendant une quinzaine d’années, sinon plus, les historiens avaient concentré principalement leur attention sur l’agriculture, secteur à l’évidence majoritaire des économies d’Ancien Régime, sur la mesure et les limites, rapidement atteintes et difficiles à surmonter, de ses capacités de croissance, sur les rapports malthusiens, toujours prêts à se tendre, entre population et subsistances : cette mise en perspective de l’époque moderne touchait à son terme vers la fin du xviiie siècle, et conduisait beaucoup de « modernistes » à s’en tenir là et à refuser d’aborder réellement la période suivante, celle de l’industrialisation, normalement associée, l’exemple anglais aidant, au terme de révolution : une révolution qui aurait dû être agricole avant d’être industrielle.

3Bien sûr, le développement des manufactures rurales entre xvie et xviiie siècles avait fait l’objet auparavant d’un certain nombre d’études de qualité, mais il ne s’inscrivait pas dans une perspective dynamique de plus long terme, expliquant la suite, dont il aurait constitué à la fois l’origine, la rampe de lancement et le moteur. Mieux même : dans la vision plus généralement partagée, l’industrialisation proprement dite passait à la fois par la marginalisation et l’élimination finale de ces manufactures dispersées dans les campagnes, et utilisant, pendant les temps morts du travail des champs des réserves de main d’œuvre qui pouvaient en tirer, malgré la faiblesse des rémunérations perçues, un complément de ressources monétaires, et maintenir ainsi les grands équilibres de leurs conditions de vie et de leur reproduction sociale.

4L’industrialisation devait au contraire passer par l’utilisation de nouvelles sources d’énergie et de machines permettant la croissance rapide de la production et de la productivité du travail, par la victoire de la fabrique et de l’usine utilisant à temps plein des travailleurs salariés – hommes, femmes et enfants – et par la prolétarisation d’une part importante de la population rurale, obligée de se plier à ces nouvelles conditions de travail et de venir travailler dans un cadre en voie d’urbanisation rapide où elle perdait toutes les protections, même relatives, de son ancien environnement rural. Et donc par le démantèlement de tout ce qui l’avait précédée et relevait d’un ancien régime économique considéré comme condamné.

  • 1 Lire à ce sujet le témoignage de sa sœur aînée, Jacqueline Mendels, sur le site ajpn.org (« Anonyme (...)

5Ce sont ces certitudes anciennes que viennent, au milieu des années 1970, remettre en cause les travaux de Franklin Mendels. Né en 1943 dans la France occupée, où sa famille, d’origine hollandaise, avait été accueillie, protégée et cachée de 1942 à 1944 dans un petit village de Dordogne1, il avait fait ses études supérieures aux États-Unis où il avait commencé sa carrière universitaire avant d’être appelé par Paul Bairoch pour enseigner à ses côtés à Genève, de 1983 à 1988, date de sa disparition qui nous a tous à l’époque bouleversés. Sa thèse soutenue en 1969, mais publiée seulement en 1981, avait été suivie par ses premiers articles des années 1972 (“Protoindustrialization: the First Phase of the Industrialization Process” (Journal of Economic History, p. 241-261), 1975 (“Agriculture and Peasant Industry in Eighteenth Century Flanders”, in W.L. Parker & E.L. Jones (eds), European Peasants and their Markets, Princeton University Press) et 1976 (“The Protoindustrial Family Economy: The Structural Function of Household and Family during the Transition from Peasant Society to Industrial Capitalism”, Social History 2, p. 177-196). À lui revient d’avoir inventé à la fois le mot et l’idée même d’une phase 1, préparatoire, de l’industrialisation, et avancé l’hypothèse d’une association étroite entre régions d’agriculture plus intensive et régions où les petites exploitations paysannes, insuffisantes pour nourrir et employer les familles qui les cultivaient, constituaient la base sociale des manufactures rurales. Cette association permettait aux premières de vendre une part de leurs excédents notamment céréaliers aux secondes : la spécialisation des deux était placée sous le signe d’une complémentarité à la fois étroite et nécessaire. Cette phase 1 du « processus d’industrialisation » (une expression qui était substituée à celle de « révolution industrielle ») n’aurait pas seulement été suivie d’une phase 2, celle de l’industrialisation proprement dite. Elle l’aurait en fait préparée et rendue possible, et même, pourquoi pas (Mendels en a défendu l’idée pour la nuancer par la suite), elle en aurait constitué la pré-condition nécessaire : pas d’industrialisation possible sans proto-industrialisation préalable.

6La boucle était ainsi bouclée. La continuité – une continuité dialectique – se substituait ainsi à la rupture. Elle réintégrait dans une perspective dynamique à long terme des études qui avaient décrit ces formes de localisation et souvent en fait de délocalisation dans les campagnes de plusieurs régions d’Europe occidentale, à l’initiative de marchands, normalement des citadins, qui distribuaient aux familles paysannes la matière première et assuraient la commercialisation sur place et de plus en plus à l’exportation de produits manufacturés à domicile, dont ils fixaient les qualités et les quantités. Les mêmes études leur avaient donné des noms – domestic system, putting-out system, Verlagssystem – qui rapprochaient dans un ensemble réputé cohérent des activités qui couvraient principalement les secteurs du textile (du lin et du chanvre à la laine, à la soie et au coton) et de la métallurgie, et livraient pour le marché une très large gamme de produits allant des premières étapes de la transformation de la matière première (comme la filature ou la fonte des différents minerais) jusqu’à des produits finis de qualité souvent simple ou moyenne mais répondant mieux aux besoins d’une clientèle plus large que ceux des manufactures urbaines. Toutes ces activités partageaient des caractères communs : la modicité et la simplicité des investissements dans l’outillage indispensable, la primauté, au contraire des capitaux commerciaux et le rôle majeur de leurs détenteurs, la mobilisation à moindres coûts d’une main d’œuvre rurale sous-occupée pendant des périodes plus ou moins longues de l’année, la disponibilité sur place de sources d’énergie aisément accessibles (l’eau et le bois). L’apport de F. Mendels fut à cette date de replacer ces études surtout statiques dans une dynamique liant étroitement les aspects strictement économiques et commerciaux, et les transformations sociales, démographiques, anthropologiques et mêmes culturelles des sociétés et des couches rurales concernées : l’enjeu était bien, à l’échelle de l’Europe des temps modernes, the making of a working class, ou, pour être plus précis, le basculement vers un travail manufacturier rémunéré de pans entiers du monde paysan, peu à peu privés des protections que leur assurait jusqu’alors leur autoconsommation alimentaire, et ceci avant même toute « révolution industrielle », mais aussi parallèlement aux premières étapes au moins de celle-ci.

7Ce n’est pas un hasard si j’ai fait la connaissance en 1977, je crois, de F. Mendels au séminaire de Louis Bergeron, et si, quelques mois plus tard, nous avons rapporté, Jacques Revel et moi, dans nos bagages le livre(Industrialisierung vor der Industrialisierung, Göttingen, 1977), que venait de publier en allemand un groupe de jeunes chercheurs réunis autour de lui par Rudolf Vierhaus – un historien des Lumières – directeur du Max-Planck Institüt für Geschichte de Göttingen, où nous avait entraîné Clemens Heller, et la promesse d’une traduction anglaise à en proposer à un grand éditeur : Celle-ci devait paraître cinq ans plus tard dans la collection des Studies on Modern Capitalism (Maison des Sciences de l’Homme/Cambridge University Press). Les auteurs : autour de Peter Kriedte, Hans Medick et Jurgen Schlumbohm, deux textes d’Herbert Kirsch et F. Mendels. Le livre étendait à l’espace allemand les enquêtes de Mendels consacrées jusqu’ici tout particulièrement aux Flandres et à la production des toiles de lin, et plaçait les dynamiques à long terme et les comportements démographiques des familles proto-industrielles au cœur de l’analyse : baisse de l’âge au mariage, reconnaissance et valorisation des capacités et des compétences des femmes au travail des femmes, hausse de la natalité, celle-ci entraînant le morcellement des exploitations familiales et une diminution des capacités d’autosuffisance alimentaire et une dépendance accrue, de génération en génération, à l’égard des rémunérations monétaires du travail proto-industriel. À la voie « classique » de la prolétarisation, identifiée dans le cas de l’Angleterre avec les enclosures qui auraient à la fois ouvert la voie à la Révolution agricole et permis l’élimination des petites exploitations paysannes, fournissant du même coup aux fabriques et aux mines la main d’œuvre dont elles avaient besoin, venait s’ajouter une autre voie, plus silencieuse et plus lente, se déroulant sur une séquence temporelle plus longue, et dont la dynamique, loin d'être passivement subie, avait reposé pour une large part sur les choix et les décisions des acteurs eux-mêmes. Choix et décisions qu’il fallait précisément analyser avec soin dans leur contexte concret et précis, en mobilisant les ressources de l’anthropologie et de l’histoire.

8Le débat ainsi lancé, sur la base d’un ensemble d’hypothèses structurant un modèle relativement simple, le feu a pris très vite et gagné tout aussi rapidement. Le thème de la protoindustralisation, aussitôt retenu pour l’une des sections A du 8e Congrès international d’histoire économique (Budapest, 1982), et animé par F. Mendels et Pierre Deyon a pu ainsi réunir 48 contributions. Il s’est même exporté jusqu’en Inde, première producterice et exportatrice de tissus à destination de l’Asie de l’Est et du Sud-Est tout au long de l’époque moderne, avec l’intervention de P. Deyon qui imposa alors l’abréviation de « PI » (les Indiens adorent les acronymes) devant le Congrès général des historiens indiens de janvier 1982. On peut s’interroger avec le recul sur les raisons de ce succès. Mon impression personnelle est que le thème, avec tout ce qu’il portait avec lui, arrivait à son heure et se situait dans l’air du temps. Au niveau de nos disciplines d’abord, histoire et sciences sociales, où beaucoup de choses avaient changé depuis le milieu des années 1960 : pour ne citer que celles qui sont les plus directement liées à l’invention et à la définition de l’industrialisation, on pensera à la redécouverte par les ethnologues du texte de Marx sur les Formes qui précèdent la production capitaliste, ou à celle de Chayanov (The Theory of Peasant Economy, Thorner, Smith & Kerblay, (eds),1966), à E.P. Thompson, dont The Making of the English Working-Class (1963-68) vise précisément « to rescue the poor stockinger, the Luddite cropper, the « obsolete » hand-loom weaver, the “utopian” artisan », etc. from the enormous condescension of posterity » (de la condescendance de la postérité), à l’alliance nouvelle entre anthropologie et histoire, aux propositions de la micro-histoire. L’histoire économique quantitative cédait alors peu à peu la place à une histoire sociale reconstruite « à partir d’en bas », autour des acteurs, de leurs choix et des conséquences de ceux-ci, de leurs interactions et de leur culture.

9Mais, à une échelle plus globale, les deux moments forts que représentent Mai 1968 et le premier choc pétrolier viennent aussi, dans les mêmes années, contribuer à remettre en cause l’ensemble des mises en perspective à la fois du présent dans son rapport au passé historique, et du social dans son rapport à l’économie qui s’organisaient autour du développement et de la croissance, des théories de la modernisation, et de toutes les classifications générales et perspectives à long terme qui en constituaient la base. Les historiens, comme leurs collègues des autres sciences sociales, se trouvaient du coup poussés ou encouragés à reformuler, sur le mode critique et souvent expérimental, aussi bien leurs interrogations et leurs hypothèses que leurs méthodes d’analyse, les cadres chronologiques et géographiques de leurs enquêtes, et jusqu’à leurs façons d’écrire.

10C’est dans ce contexte qu’Alain, à l’extrême fin des années 1970, au moment où nous nous rencontrons, sans que je puisse ni veuille faire la part qui a pu être celle des discussions que nous avons eues à plusieurs reprises alors sur ce sujet et celle de sa propre maturation personnelle, au moment où il vient de passer l’agrégation, fait plusieurs choix qui vont orienter sa carrière. Celui de l’Italie d’abord, où il enchaîne deux années d’enseignant coopérant à Naples et trois années à l’École française de Rome, et se livre à un repérage systématique, du sud au nord, des sources sur lesquelles il pourrait travailler. Celui, parallèle, du sujet auquel il va consacrer au moins cinq années de sa vie et deux recherches complémentaires débouchant sur deux textes importants, tous les deux placés sous le signe affiché de la protoindustrialisation.

11Tous les deux permettent de mesurer le chemin parcouru depuis notre premier entretien, au début de l’été 1977, qui avait été suivi, le 7 juin, par ma demande de conseils adressée à Giovanni Levi. Je recommandais à celui-ci « un jeune normalien » qui, après « un premier travail sur la manufacture de Jouy-en-Josas…, souhaiterait maintenant travailler au cours des prochaines années sur l’industrie italienne au 18ème siècle. Son idée serait, si les archives le permettent, de faire une première monographie d’entreprise pour cerner les notions d’investissement, d’outillage technique, de profits, de salaires, etc., quitte à passer ensuite à une vision plus large des problèmes ». Et je lui demandais s’il pensait que « le Piémont serait une bonne région pour une étude de ce genre », et s’il pourrait recevoir en septembre Alain à Turin, lors du premier voyage de reconnaissance qu’Alain envisageait de faire en Italie. Trois jours après, Levi soulignait dans sa réponse les difficultés d’un travail de ce genre pour le Piémont du xviiie siècle, faute de sources, mais demandait qu’Alain lui écrive directement pour lui présenter de façon plus précise ce qu’il cherchait. À cette date, tout était donc encore ouvert, mais on ne peut pas ne pas remarquer que le questionnaire qu’il m’avait soumis préfigurait non pas celui des Ouvriers aux champs, mais, déjà, celui qui inspirera quelques années, avec un triple déplacement dans l’espace (Gênes), dans le temps (le xixe et non le xviiie siècle) et dans les activités de l’entreprise (la métallurgie au lieu du textile) sa recherche sur l’Ansaldo.

  • 2 Alain Dewerpe, « Croissance et stagnation protoindustrielle en Italie méridionale : la vallée du Li (...)

12Le premier de ces textes – un long article de près de 70 pages – met en scène un épisode peu connu hors d’Italie, et même hors d’Italie méridionale malgré le nombre des études locales, souvent ponctuelles qui lui ont été consacrées, et que j’avais moi-même découvertes un peu par hasard en préparant mon intervention à la seconde semaine de Prato (1970) : celui de la trajectoire de la vallée du Liri (Arpino, Isola, Sora), segment d’un ensemble de villes, de bourgs et de villages du Royaume de Naples, allant, dans la zone interne des Apennins, de l’Aquila à Salerne, et engagés, de la fin du Moyen Âge au xixe siècle dans la fabrication de draps de laine utilisant la matière première des troupeaux transhumants des Abruzzes et destinés surtout au marché intérieur (Royaume de Naples et Sicile), et, secondairement, dans celle du papier. Alain Dewerpe en centre l’analyse sur l’échec final de la transition esquissée durant la Restauration vers une industrialisation « usinière », et propose d’en voir les causes principales, beaucoup plus que dans la politique économique de l’État unitaire souvent dénoncée comme défavorable aux intérêts de l’Italie du Sud, dans les capacités de résistance des communautés paysannes aux menaces de déstructuration qu’auraient fait peser, selon les perspectives tracées par F. Mendels, les dynamiques notamment démographiques (malgré la précocité du mariage), sur les équilibres anciens entre agriculture et manufactures2. L’émigration et les cultures spécialisées destinées au marché sont préférées comme variables d’ajustement. D’une certaine façon, l’exception vient confirmer la règle : « phénomène défensif, trop lié aux structures traditionnelles de la société rurale pour impulser un décollage réussi », l’exemple de la vallée du Liri, « loin du modèle flamand, apparaît un type de protoindustrialisation marginale ».

13La seconde recherche, consacrée en revanche au nord de la péninsule débouchera sur une thèse dont le nom va changer en 1984 au moment même où il la soutient (en passant de « 3ème cycle » au « nouveau régime »), mais qui aurait amplement mérité d’être considérée comme une thèse d’état. Elle repose en fait sur un double choix. Celui d’un thème général, qui en définit le cadre théorique, conceptuel et problématique – la « PI », d’où le sous-titre Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1800-1880) – et qui lui permet de prendre sa place dans un débat international désormais bien engagé. Mais aussi et surtout celui d’un cadre géographique, l’Italie du nord du xixe siècle. Celui-ci le place au cœur d’un des débats principaux de l’historiographie italienne (presque un terrain miné, où mettre les pieds n’était pas sans danger) : celui qui portait sur l’analyse, la chronologie, les modalités, les acteurs et les causes d’une « révolution industrielle » tardive (datée le plus généralement des années 1896-1907).

Ce choix allait le conduire en fait dans deux directions et à chercher à concilier deux approches complémentaires.

14La première est de prendre la mesure la plus exacte possible de la proto-industrie (définie de la façon la plus simple, la localisation de ses activités – « l’industrie aux champs ») –, née elle-même d’une délocalisation précédente, entre 1550 et 1650, aux dépens des anciennes manufactures urbaines qui avaient fait la fortune des villes de l’Italie du Centre-Nord – dans la région considérée. Donc, tout d’abord, sa géographie, son organisation productive, ses marchés locaux, régionaux et internationaux. Mais aussi, dans un second temps, son fonctionnement comme système, avec sa typologie régionale (qui reste inchangée jusqu’aux dernières décennies du xixe siècle, quand l’Italie amorce sa propre « révolution industrielle » au sens classique du terme), ses différentes structures agraires, la recherche permanente par les populations rurales de campagnes très densément peuplées des ressources complémentaires que pouvaient leur procurer aussi bien les cultures industrielles comme le lin, le chanvre et la soie que les activités, à temps plus souvent partiel que permanent, du traitement de la matière première, de la filature et du tissage. Le tout débouche sur la définition progressive par les entrepreneurs locaux, à partir du début du xixe siècle, d’un modèle de développement proto-industriel pensé, promu et défendu comme tel, avec ses potentialités et ses limites, ses avantages et ses contraintes, mais aussi comme une nécessité pour un pays comme l’Italie, condamné par sa position, ses ressources et ses retards accumulés à suivre une « voie moyenne, seule praticable en raison de la structure du marché et de la division internationale du travail ». Ce qui explique qu’il ait pu se maintenir et conserver toute son efficacité aussi longtemps, et en fait tout au long du xixe siècle. Sur tous ces plans, l’analyse très fine et détaillée de la diversité des situations locales dans une Italie du nord où les régions proto-industrielles (entre 20 000 et 40 000 km2 au maximum) ne couvrent qu’une minorité discontinue du territoire, lui permet, tout en validant sur de nombreux points le schéma d’ensemble de F. Mendels, de mettre en évidence de multiples différences ou écarts avec celui-ci.

  • 3 Dont les articles sont désormais réunis dans La Seta in Italia. Una grande industria prima della ri (...)

15Les premières de ces différences tournent autour de la place dominante (même si elle n’est jamais exclusive) occupée par la soie : sa place dans l’agriculture, avec la « marche triomphante » de l’élevage du ver à soie de l’émilie-Romagne et la Vénétie au Piémont, mais aussi la concentration, amorcée dès la fin du xvie siècle, des étapes suivantes, celle du tirage et de la filature, dans de grands établissements modernes, qui préfigurent (comme nous l’a enseigné Carlo Poni3) le système de la fabrique. Ils utilisent l’énergie hydraulique, sont le plus souvent installés dans les campagnes où ils peuvent mobiliser une main-d’œuvre rurale dense, surtout féminine et enfantine, et ils exportent dans toute l’Europe (France, Angleterre, Allemagne) des produits de très haute qualité, même s'il s'agit pour l'essentiel de semi-produits ‒ les fils de soie, destinés à être tissés ensuite dans d'autres pays : on peut y voir l'exemple d’une première division internationale à l’échelle européenne, qui a perduré (en se déplaçant vers l'aval vers d'autres étapes de l'élaboration et de la réalisation des produits finis) jusqu’à aujourd’hui, où Côme, grâce au design, conservait encore il y a peu une sorte de monopole à l’échelle mondiale pour les cravates de prix.

16Autre catégorie de différences : les capacités de résistance et d’adaptation des sociétés rurales concernées, toutes à la recherche de revenus de complément, aux formes de prolétarisation lente mais irréversible soulignées par F. Mendels et H. Medick. Celles-ci maintiennent jusqu’au bout, dans la majorité des cas, en dépit de la volonté exprimée par certains des entrepreneurs de « tenir leurs hommes », leur base structurelle : des petites exploitations qui, même morcelées et souvent soumises à des loyers alourdis (notamment le « fitto a grano »), continuent à assurer la majorité des ressources des familles, et à mobiliser l’essentiel de leur travail. Celles-ci réussissent à conserver leur contrôle, conformément au modèle de Chayanov, sur les différents marchés du travail dans lesquels elles engagent, selon la demande mais aussi selon leurs disponibilités et notamment leur cycle de vie, leurs différents membres, en s’ouvrant en particulier à l’émigration à longue distance.

17La seconde direction serait celle des rapports entre l’étape proto-industrielle et l’industrialisation proprement dite au tournant du xixe et du xxe siècle, et sur les modes de transition de l’une à l’autre. Là encore, un bilan contrasté, différent selon les régions, dont le point d’arrivée sera la formation du triangle industriel, avec son pôle milanais qui regroupe autour de lui la zone la plus homogène, durablement modelée par le travail de la soie, tandis que les vallées alpines, à l’exception de Biella et de la région de Turin, se révèlent moins dynamiques et tirent moins d’avantages de leur récent passé proto-industriel. A contrario, le déclin de la Vénétie qui, à l’exception de quelques régions comme celle de Trévise (le cœur actuel de « l’empire Benetton »), de Schio, Follina et Thiene (qui avaient émergé au début xviiie siècle à l’initiative de Nicolò Tron, de retour de son ambassade en Angleterre), ou les environs de Vérone et Vicence, confirme en 1901 un déclin déjà amorcé vingt ans plus tôt.

18Le modèle proto-industriel, appliqué à un espace différent de ceux à partir desquels il avait été élaboré, révèle donc sa fécondité dans la mesure où il inspire la recherche, oriente les questions posées à la documentation existante et les méthodes pour traiter celle-ci, et suggère des pistes de vérification qui lui soient adaptées : dans le cas précis une documentation dans sa majorité d’origine institutionnelle, produite pour leurs propres besoins par les statistiques et enquêtes des administrations des différents états pré-unitaires, puis de l’Italie unifiée : cette hétérogénéité ne se révèle pas constituer un obstacle à leur utilisation pour une reconstruction du paysage proto-industriel, dans la mesure même où elle repose sur une homogénéité culturelle plus profonde des personnels qui ont présidé à leur constitution. Mais la démarche d’Alain Dewerpe conduit moins d’ailleurs à dépasser ce modèle qu’à en montrer les limites, à en démonter les variables et leurs interactions, à les faire jouer de façon différente et à donner du même coup au modèle une souplesse et une plasticité qui lui permettent de s’adapter aux situations concrètes sans remise en cause fondamentale de son ambition explicative, bien au contraire.

19De ce point de vue la troisième partie du livre peut être considérée comme exemplaire : elle mobilise les ressources de la documentation pour apporter une première réponse, aussi précise que possible, aux lacunes décrites p. XXVIII. Sous le titre de « physiologie de l’économie domestique », elle envisage successivement les différents aspects du travail proto-industriel replacé dans son cadre propre, celui du fonctionnement et de la reproduction des différents types d’unités familiales :

- l’offre de travail, envisagée dans la diversité de ses composantes (adultes mâles, femmes et enfants), dans sa soumission aux exigences du calendrier des travaux des champs, et, in fine, dans son inélasticité relative ;

- les revenus, pour lesquels l’insuffisance des rémunérations voit ses effets limités par le fait qu’il s’agit toujours d’un revenu de complément ;

- les choix initiaux et les contraintes qui font le proto-ouvrier ;

- les formes d’une prolétarisation qui doit toujours être envisagée dans son cadre domestique, dont elle ne doit pas remettre en cause la cohésion ;

- les formes de la résistance proto-industrielle, qui impliquent à la fois des modes d’action spécifiques et le respect par tous les acteurs d’une « convention proto-industrielle » conciliant les demandes des entrepreneurs et les exigences des familles paysannes : une conciliation qui a pu longtemps se faire sans bouleversement majeur.

  • 4 Arnaldo Bagnasco, Tre Italie. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologne, Il Mul (...)
  • 5 The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy. Princeton Universi (...)
  • 6 Sushil Chaudhury and Michel Morineau (eds), Merchants, Companies and Trade. Europe and Asia in the (...)
  • 7 Folker Fröbel, Jurgen Heinrichs and Otto Kreye, The New International Division of Labour: Structura (...)

20Sans aucun doute, la « PI » a cessé d’être aujourd’hui un thème majeur d’enquête historique. En fait, les questionnements qui la mettent en cause se sont déplacés dans d’autres directions, vers d’autres objets, d’autres lieux et d’autres époques : vers la « troisième Italie » des dernières décennies du xxe siècle d’A. Bagnasco4 (avec les exemples de la Vénétie, de l’émilie-Romagne ou de la Toscane), vers la « grande divergence » entre Europe et Chine de K. Pomeranz5, vers l’Inde de l’époque moderne grande exportatrice de produits textiles vers l’Asie plus encore que vers l’Europe (Sushil Chaudhury et Michel Morineau6), et vers toutes les formes de délocalisation et relocalisation industrielle amorcées dans les dernières décennies du xxe siècle, et toujours actuelles7.

  • 8 Alain Dewerpe, « Construire des bateaux Ansaldo (1900-1915) », Le Mouvement Social, vol. 156, n° 2, (...)
  • 9 Alain Dewerpe, Les Mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Rome-Paris, Écol (...)
  • 10 Alain Dewerpe et Yves Gaulupeau, La Fabrique des prolétaires : les ouvriers de la manufacture d’Obe (...)

21Sa recherche sur l’Italie du nord à peine terminée, Alain avait pressenti le reflux inévitable d’une vague d’enquêtes qui avait mobilisé pendant plus d’une décennie l’attention et les efforts de nombreux chercheurs et contribué à renouveler en profondeur les objets, les contenus et les questionnaires d’une histoire économique des formes de la croissance et des modalités de la transition des sociétés rurales d’Europe (mais aussi, pourquoi pas, d’autres régions du monde, et d’abord de l’Asie) vers de nouvelles spécialisations manufacturières reposant sur et rendues possibles par une réorganisation complète de leurs systèmes productifs. Et il avait identifié aussi bien les sources d’une nouvelle histoire du travail industriel, que les interrogations et les méthodes visant à associer et intégrer étroitement histoire économique et histoire sociale et culturelle. Celle-ci allait désormais devenir l’axe majeur de ses propres recherches, puis le thème central proposé à travers l’intitulé de sa propre direction d’études à l’EHESS en 1991 (« histoire comparée de l’industrialisation »). Une histoire qu’il allait construire et organiser autour de deux entreprises, dont il avait choisi de faire ses références privilégiées : l’Ansaldo, qu’il pouvait suivre depuis sa création en 1853, et dont le manuscrit, anticipé par plusieurs articles8, est en instance de publication9 va prochainement être publié, et la manufacture d’indiennes (toiles de coton imprimées), dites « toiles de Jouy », fondée par un protestant allemand venu de Suisse, Christophe-Philippe Oberkampf, et par le « suisse du Roi » au Contrôle général des Finances, Antoine Guerne de Tavannes, à Jouy-en-Josas, tout près de Versailles, en 176010.

22Reste l’essentiel pour nous aujourd’hui : dans la foulée des propositions initiales de Franklin Mendels qui, de dix ans son aîné, avait inventé le terme, formalisé le modèle et lancé autour d’elle un débat vite devenu international, la protoindustrialisation a eu le mérite à plus long terme d’ouvrir la voie à une réunification de l’histoire du travail manufacturier entre époque moderne et époque contemporaine. Une réunification placée sous le triple signe de l’histoire du travail et de son organisation, des innovations techniques qui en ont rythmé les étapes successives, et des pratiques culturelles et sociales de ses acteurs. Alain en a perçu d’entrée de jeu toutes les possibilités et il a été parmi nous l’un des plus attentifs à en développer les virtualités. Sur ce terrain aussi, comme sur tant d’autres aspects de son œuvre, il a été et reste pour nous un guide sûr dont nous ne pouvons qu’admirer la générosité et la rigueur dans la formulation et la distribution de ses propositions, de ses conseils, et des pistes de recherche qu’il estimait les plus fécondes.

Haut de page

Notes

1 Lire à ce sujet le témoignage de sa sœur aînée, Jacqueline Mendels, sur le site ajpn.org (« Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France »).

2 Alain Dewerpe, « Croissance et stagnation protoindustrielle en Italie méridionale : la vallée du Liri au xixe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, 93 (1), 1981, p. 277-345.

3 Dont les articles sont désormais réunis dans La Seta in Italia. Una grande industria prima della rivoluzione industriale, Bologne, Il Mulino, « Collezione di Testi e di Studi », 2009.

4 Arnaldo Bagnasco, Tre Italie. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologne, Il Mulino, 1977.

5 The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy. Princeton University Press, 2000 (Trad. française par Nora Wang avec la collaboration de Mathieu Arnoux : Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale. Paris, Albin Michel/Ed. de la Maison des sciences de l'homme, « Bibliothèque de l’évolution de l'humanité », 2010.

6 Sushil Chaudhury and Michel Morineau (eds), Merchants, Companies and Trade. Europe and Asia in the Early Modern Era, New York, Cambridge, Cambridge University Press, (“Studies in Modern Capitalism”), 1999.

7 Folker Fröbel, Jurgen Heinrichs and Otto Kreye, The New International Division of Labour: Structural Unemployment in Industrialised Countries and Industrialisation in Developing Countries, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme et Cambridge, Cambridge University Press, “Studies in Modern Capitalism”, 1980 (trad. anglaise par Pete Burgess de Die Neue internazionale Arbeitsteilung. Strukturelle Arbeitslosigkeit in den Industrieländern und die Industrialisierung der Entwicklungsländer, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 1977.

8 Alain Dewerpe, « Construire des bateaux Ansaldo (1900-1915) », Le Mouvement Social, vol. 156, n° 2, 1991, p. 117-154. Et The lost paradigm: an Italian metalworking empire between competing models of production, 1900–1920”, in Charles Sabel and Jonathan Zeitlin (eds), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme et Cambridge, Cambridge University Press (Studies in Modern Capitalism), 1997.

9 Alain Dewerpe, Les Mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Rome-Paris, École française de Rome-Éditions de l’EHESS, 2017 (Collection En temps & lieux).

10 Alain Dewerpe et Yves Gaulupeau, La Fabrique des prolétaires : les ouvriers de la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas, 1760-1815, Paris, Rue d’Ulm, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Aymard, « Alain Dewerpe, Entre histoire économique et histoire sociale : la protoindustrialisation », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis | 2017, mis en ligne le 10 novembre 2017, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7958 ; DOI : 10.4000/acrh.7958

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals