Navigation – Plan du site
Les mondes de l'industrie

Mutation de la grande entreprise en contexte italien : Ansaldo

Patrick Fridenson

Résumés

En faisant l’histoire de la firme génoise de sidérurgie et de mécanique générale Ansaldo de 1853 à 1933, le livre posthume d’A. Dewerpe montre une trajectoire de la grande entreprise autre que celle qui est la plus connue : elle repose sur la spécialisation flexible, toujours présente aujourd’hui. Par rapport à la conception dominante de l’histoire des entreprises il met l'accent sur le travail (des cols blancs comme des cols bleus), la science et la comptabilité. Enfin il explique pourquoi le fordisme, à laquelle l’entreprise se rallie pendant la Grande Guerre, est abandonné dans les tumultueuses années d’après-guerre.

Haut de page

Texte intégral

1Comme nous tous je pense à Alain Dewerpe, que je connaissais depuis le moment où il avait commencé à enseigner à l’école normale supérieure, à qui j’avais proposé un jour, à l’EHESS, de faire un séminaire commun et donc avec lequel j’ai eu la chance d’enseigner un séminaire pendant cinq ans. Lors de notre dernière rencontre, quinze jours avant son hospitalisation, il me parlait de l’avancement de son ouvrage en cours avec un certain humour relatif à nos centres d’intérêts communs : « Je travaille pour vous ».

  • 1 Les Mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Paris, éditions de l’école des (...)

2Son livre sur Ansaldo est le fruit d’un travail de recherche et d’écriture de l’auteur durant plus de trente ans. Il s’y ajoute un travail d’édition fait par quatre de ses amis, dont moi, sous l’impulsion décisive de Jacques Revel, pour donner au manuscrit que nous avons retrouvé et qui n’était pas achevé la forme définitive de l’ouvrage. Je formule ici en notre nom collectif de vifs remerciements à Annik Le Pape, qui a su trouver les chapitres dispersés de l’ouvrage, ainsi qu’à Patricia Bleton, qui a débrouillé pour nous l’enchevêtrement des fichiers, des manuscrits et des papiers de l’auteur disparu1.

Deux réflexions suffisent à caractériser la nouveauté du livre.

3Maurice Aymard a lu tout à l’heure un texte d’Alain Dewerpe dans lequel ce dernier explique que dans son livre L’industrie aux champs (1985), il n’était pas question de procéder à l’étude des grandes usines mécanisées. Or cette nouvelle recherche, issue d’une thèse de doctorat d’état préparée sous la direction de Michelle Perrot mais qu’il n’a pas souhaité soutenir, porte, elle, sur un ensemble de grandes usines mécanisées créées, composées, ordonnées en entreprise.

  • 2 V. Castronovo et al. (eds.), Storia dell’Ansaldo, Bari, Laterza, 9 vols., 1994-2003. Rappelons qu’ (...)
  • 3 Voir l’exposé d’A. Dewerpe dans mon séminaire de l’EHESS, le 17 décembre 1987.

4Mais cette entreprise n’est pas étudiée dans les formes classiques de l’histoire des entreprises. Il suffit de se reporter aux neuf volumes que des historiens principalement italiens ont consacrés à la trajectoire, de 1853 à 2003, de cette firme sidérurgique et de construction mécanique égrenée le long de la côte à l’ouest immédiat de Gênes2. Sauf dans ses propres contributions, centrées sur les ouvriers qualifiés, il y est assez peu question des ouvriers ou des ouvrières, du travail, du syndicalisme, des conflits, des luttes. On est dans un monde où seuls règnent le capital, les machines, les marchés et l’état. Alain Dewerpe, lui, entend replacer le travail, et non les seuls marchés du travail, les ouvriers de métier, les manœuvres et les OS, au centre de l’analyse. Et pas seulement eux : il ne les sépare pas de la présence et de l’action des ingénieurs, des administratifs, des financiers et des comptables, souvent venus d’ailleurs et impliqués dans la formation de structures bureaucratiques qui n’ont pas toujours prise sur les relations interpersonnelles3. Le livre assume son originalité en mettant l’accent sur la technologie (les « mille machines » qui peuplent les usines), la science qui progresse à un rythme inégal dans les ateliers, la comptabilité qui enserre les flux et les hommes, et l’usine comme milieu social turbulent et instable qui est sans cesse à réordonner. En son cœur, des hommes qualifiés qui apportent leurs savoirs et leurs savoir-faire mais qui font défection lorsque des horizons suffisants ne leur sont pas ouverts. Ils sont indispensables à la réalisation des produits de haute qualité dont Ansaldo se fait une spécialité (sidérurgie, construction navale, armement, électrotechnique) et ils sont flexibles lorsqu’il faut s’adapter aux termes particuliers de chaque grande commande. En d’autres termes, Dewerpe propose une histoire des entreprises différente, qui considère chacune de celles-ci non pas comme un nœud de contrats qui varient selon les coûts de transaction mais comme un potentiel d’actions collectives dont les parties prenantes internes et externes sont à mobiliser pour dessiner une identité dynamique et les faire participer à des réseaux locaux, régionaux ou nationaux. Ce livre s’inscrit ainsi dans le débat mondial qui traverse aujourd’hui l’histoire des entreprises, qui fait toute leur place à la finance et aux inégalités comme ressorts du capitalisme mais qui considère que cela ne suffit pas pour mieux comprendre les entreprises qui en sont les agents principaux et les multiples territoires dans lesquelles elles s’inscrivent.

Priorité au travail donc. Mais le livre d’Alain Dewerpe présente deux autres points forts.

5Le premier est le rôle de la science dans l’industrie. Alain y revient dans chacune des quatre parties de son livre. Cette question est posée dès que l’entreprise métallurgique Taylor e Prandi, fondée en 1846 et implantée à Sampierdarena, est reprise en 1852-1853 par de nouveaux propriétaires. Ils portent à la tête de sa direction l’un d’eux, Giovanni Ansaldo. C’est un professeur de géométrie descriptive à l’Université de Gênes mais aussi de mécanique appliquée. Il s’entoure d’une série d’ingénieurs qui n’ont pas seulement des compétences professionnelles. Cette science est articulée sur la pratique du travail industriel. Son application dépend en partie des cultures ouvrières comme des cultures des ingénieurs. Elle s’appuie en outre sur une intense circulation des connaissances avec les autres pays d’Europe et avec les états-Unis.

  • 4 E. de Touchet, Quand les Français armaient le Japon. La création de l'arsenal de Yokosuka, 1865-18 (...)
  • 5 Aujourd’hui les frais généraux englobent tous les coûts de fabrication autres que les matériaux di (...)
  • 6 Voir Y. Lemarchand, « A propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes, retou (...)

6Le second est l’attention portée à la comptabilité. C’est une préoccupation que l’on retrouve de façon répétée dans le travail et l’enseignement d’Alain Dewerpe. On la retrouve par exemple dans la troisième partie de la thèse d’Elisabeth de Touchet sur l’arsenal de la Marine japonaise à Yokosuka (dans la baie de Tokyo) préparée sous sa direction4. C’est lui qui a suggéré à E. de Touchet de consacrer une partie entière à la naissance d’une comptabilité militaire, véritable mixte entre la comptabilité française du Second Empire et les quelques traditions japonaises en la matière. Son propre livre pose ainsi des questions fondamentales. Comment doit-on compter dans une entreprise industrielle ? Comment peut-on savoir ce que l’on compte ? Qu’en est-il de ces données, quelles sont-elles et quelle en est la valeur ? Comment apprécie-t-on le poids et l’évolution des frais généraux ?5 Comment la comptabilité du temps de paix peut-elle être adaptée aux exigences du temps de guerre et aux rapports avec les pouvoirs publics ?6 Cette façon d’accorder de l’importance à la comptabilité sera peut-être un objet aussi déconcertant pour les historiens italiens que la thèse de doctorat de Franklin Mendels sur la proto-industrialisation l’avait été pour les historiens marxistes italiens (et sans doute aussi L’industrie aux champs).

  • 7 A. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

7Alain Dewerpe décidément n’écrit pas la même histoire que les autres. Il ne veut pas seulement qu’il y ait des acteurs dans les structures, et tous les types d’acteurs. Il recherche l’articulation de la totalité des variables qui font la production : la composition sociale, professionnelle, géographique, genrée, de la main-d’œuvre, l’organisation du travail, la hiérarchie, la coordination, et donc – un peu à la manière d’Albert Hirschman7 – les convergences et les divergences entre ceux qui sont loyaux envers la direction et ses objectifs, ceux qui se résolvent à prendre la porte et ceux qui expriment leur contestation. Leurs proportions varient en fonction de la conjoncture (sociale, économique, politique), de l’expérience accumulée, des émotions qui traversent le personnel et bien entendu de ce qui peut se passer hors de l’entreprise. Ceux et celles qui sont dans l’espace des usines pèsent directement sur la trajectoire de l’entreprise et celle-ci doit en tenir compte. Tel est le parti pris de ce livre.

*

8L’ouvrage comprend quatre parties, dans un ordre chronologique.
La première est consacrée à « l’invention de l’usine (1853-1904) ».

L’espace d’implantation est une longue bande de territoire qui s’étend le long de la mer et est bordée par des collines.

  • 8 Franco Bonelli, Lo Sviluppo di una grande impresa in Italia : la Terni dal 1884 al 1962, Turin, Ein (...)
  • 9 Son dernier texte sur le sujet : « L’invention du métier Jacquard et la fabrique collective lyonna (...)
  • 10 P. Scranton, Endless Novelty: Specialty Production and American Industrialization, 1865-1925, Princ (...)

Voici le cœur de l’argumentation, sans entrer dans les détails. Alain entend expliquer qu’on n’est pas dans les principaux types de grande production que les historiens spécialistes de l’Italie du second xixe siècle ont jusqu’ici donné à voir. Il ne s’agit pas ici de la production de masse d’un produit industriel uniforme, ce qui avait été le thème du grand livre de Franco Bonelli sur l’aciérie de Terni, dans l’Italie centrale8. On n’est pas non plus dans la fabrique collective du textile, où, en unissant leurs forces au sein d’un espace géographique déterminé de concert, des entreprises de taille moyenne parviennent à obtenir un volume de produits important, à l’instar de ce qu’Alain Cottereau a montré pour la soierie de Lyon9, dans un travail dont Alain avait suivi de près la genèse. Non, avec Ansaldo, nous montre-t-il, on est face à une entreprise orientée sur la spécialisation flexible fabriquant en petite quantité des produits massifs à forte valeur ajoutée. On se situe assez près du modèle de la production de grande qualité organisée de façon flexible qu’a mis en valeur l’historien américain Philip Scranton10, dont Alain a également suivi les travaux.

Le métier de base de l’entreprise Ansaldo dans cette période est la réalisation et la vente de matériel ferroviaire, en particulier de locomotives. La conception et la fabrication reposent sur la constitution progressive de l’espace et de l’ordre de l’usine, avec trois piliers : des ingénieurs proactifs et impérieux, une hiérarchie intermédiaire dominée par les contremaîtres, une multitude d’ouvriers de métier, dont le rapport à l’entreprise est fluctuant mais dont le savoir-faire est la condition de tout. Dans cette entreprise qui n’arrête pas de changer de dirigeants, et même bientôt de propriétaires, c’est donc leur adhésion, au métier et au produit, qui est finalement fondamentale pour que, tout en s’organisant, l’entreprise puisse réussir. Tel est le premier Ansaldo.

9Le second Ansaldo change d’échelle, de 1904 à 1914.

Il s’agit d’une part d’une phase de diversification des produits en même temps que de renouvellement de l’équipe dirigeante pour animer cette diversification. D’autre part un contraste apparaît entre le rayonnement international de l’entreprise et les fissures intérieures qui l’affectent.

Au lieu de maintenir le cap sur le matériel ferroviaire, les nouveaux propriétaires, pilotés par une grande famille d’entrepreneurs, les Perrone, le père et ses deux fils Pio et Mario, vont chercher un relais de croissance dans d’autres spécialités à haut contenu technologique reposant sur le travail des ouvriers de métier. Ils entament donc une diversification liée. Elle est orientée vers les canons, l’armement, les navires de commerce, les navires militaires, et un peu vers les signaux. Quelle est l’originalité de l’approche d’Alain Dewerpe ? C’est de montrer qu’ainsi l’entreprise réussit à survivre. En effet, il ne s’agit pas tant d’une diversification offensive que d’une diversification de réaction : le débouché ferroviaire de type classique, soutenu par l’état au début, a trouvé ses limites, avec l’équipement ferroviaire de l’Italie d’abord et celui du monde occidental ensuite.

  • 11 R. Boyer et M. Freyssenet, Les Modèles productifs, Paris, La Découverte, 2000.

Mais cette diversification met profondément en crise le système Ansaldo fondé sur le couple ingénieurs-ouvriers de métier et ses relais ambigus, les contremaîtres. Il y a véritablement une crise de l’organisation du travail à Ansaldo, car pour ces autres métiers l’autonomie ouvrière sur laquelle reposait le compromis de gouvernement de l’entreprise11 ne tient plus. Alors, par tous les moyens, les ingénieurs et la hiérarchie s’attaquent aux caractéristiques de l’autonomie ouvrière et notamment aux formules de détermination du salaire. À partir de 1906-1907 un nombre important d’ouvriers ripostent en passant du freinage généralisé à des grèves à répétition, et il y en a pratiquement tous les ans jusqu’en 1913.

Donc ce qui permet à l’entreprise de faire sa promotion sur les marchés et dans l’espace public : la réussite technique, la conception et la livraison de matériels de classe internationale, au premier chef les navires et les armements, cache un ordre industriel désormais miné de l’intérieur.

10Le troisième Ansaldo est celui de la guerre mondiale.

Là, changement complet de paradigme. Entre 1915, date tardive où le gouvernement de l’Italie décide de s’engager dans la guerre, et 1918, Ansaldo doit prendre sa part de l’effort d’armement. Les dirigeants d’Ansaldo et leurs ingénieurs vont passer à la production de masse. Le produit de base devient l’obus et la référence d’organisation et de fabrication qui s’impose est Ford. À la place de la production diversifiée d’objets de qualité en petites quantités l’heure est à la monoculture d’un produit dont la qualité n’est pas le trait dominant. Elle implique des formes avancées de déqualification du travail, l’injection de femmes relativement nombreuses dans l’enceinte d’usines jusque-là masculines, une culture, des marchés, des règles qui ne sont plus du tout les mêmes. C’est un autre Ansaldo, proche du fordisme et s’éloignant de l’image de l’entreprise de haute spécialisation.

  • 12 R. Trempé, Les Mineurs de Carmaux 1848-1914, Paris, éditions Ouvrières, 1971.

La mutation ne se passe pourtant pas aussi facilement que cela. Le livre d’Alain Dewerpe a ici trois forces. En premier lieu, il montre que la transition vers la production de masse dans ce qui devient l’usine de munitions est marquée au sceau de la désorganisation, de l’incohérence voire du chaos. En second lieu, en s’appuyant à la fois sur les lettres de recours adressées aux patrons et les lettres plus radicales reçues par le journal syndical contestataire Lotta Operaia, il souligne le poids de la guerre sur la santé au travail et sur les accidents, et il ne les sépare pas des difficultés de vie imputables à la fois à la guerre et à l’inflation qui l’alimente. Dans ce livre, en revanche, il n’est pas tellement question des familles ouvrières et du rapport des hommes et des femmes à leurs origines sociales et géographiques : on n’est pas chez Rolande Trempé12. En troisième lieu, ni chez les ingénieurs, ni chez les comptables, ni chez les ouvriers de métier, non plus que dans leurs deux syndicats (l’un réformiste et majoritaire, l’autre contestaire et minoritaire), l’idéal ancien, la conception ancienne du produit ne se laissent abandonner aisément, ni oublier.

Les bénéfices de guerre issus des contrats avec l’état sont au rendez-vous, du moins en apparence. Une question lancinante se pose à la direction de l’entreprise : que faire après la guerre ? Faut-il rester dans le fordisme ?

11Le quatrième Ansaldo est celui de la difficile réponse à cette question, qu’A. Dewerpe baptise « la tradition réinventée (1919-1933) ».

Au rebours de la conception dominante de l’histoire des entreprises qui présente les années 1920 comme prenant la suite des années de guerre, en étant celles où les grandes entreprises de différents pays d’Europe se convertissent à la production de masse pour desservir les nouveaux marchés de masse, Alain Dewerpe montre qu’il n’en va pas ainsi chez Ansaldo. Dans l’explication de cette discontinuité, il fait une grande place à l’explosion sociale qui démarre en 1919. On savait bien sûr que dans tout l’Occident les ouvriers et les ouvrières s’étaient lancés dans des grèves de masse une fois la paix revenue et qu’en Italie la contestation avait pris la forme de « deux années rouges » (le biennio rosso). Et que les entreprises et souvent les états avaient répondu en termes de réduction du temps de travail avant que les ingénieurs ne se remettent aux rouets du taylorisme et du fordisme, ceux de la production de masse et de ce qu’on appelle déjà la productivité.

  • 13 Datation de l’original en français établie par Patricia Bleton et confirmée par le témoignage de P (...)
  • 14 A. Dewerpe, “The Lost Paradigm: an Italian Metalworking Empire Between Competing Models of Product (...)

à l’Ansaldo comme dans toute l’Italie, le conflit social est long et intense, marqué par deux périodes d’occupations d’usines. La technostructure est désormais convaincue que le fordisme n’est plus une option pour la suite. En raison de leurs mauvais résultats financiers (car ils n’ont pas réussi à juguler la dérive des frais généraux au cours de la guerre), les dirigeants de la famille Perrone sont contraints de quitter l’entreprise (ils se reconvertissent avec succès dans la grande presse). Mais leurs successeurs achèvent le retour à l’ordre du travail de haute qualité et à une gamme diversifiée de produits spécialisés : navires, mécanique générale, électrotechnique industrielle, avec cette fois l’électricité au poste de commandement. Dans un article écrit en 1990 au terme des rencontres du groupe de recherche de la Maison des Sciences de l’homme animé par les chercheurs américains Charles Sabel et Jonathan Zeitlin13 et publié en 1997 dans World of Possibilities14, Alain Dewerpe désigne ce choix industriel comme celui du « paradigme perdu ». Celui du fordisme. Du fordisme on fait table rase.

Pour autant, sans jamais marquer l’ordre ancien d’un signe négatif, Alain montre que le retour en arrière est impossible, tandis que la rationalisation alors projetée par les hommes d’Ansaldo est pour une bonne part imaginaire. Ce n’est pas là uniquement l’effet des fortes contraintes financières. Attaché à traquer le réel social, Dewerpe s’interroge sur les relations entre projet et réalité. Pour lui, la réalité n’est pas la pierre de touche absolue. Les acteurs de la hiérarchie écrivent et communiquent, non seulement entre eux ou entre Italiens, mais aussi avec des experts de tout l’Occident. Les salariés cherchent un sens au changement dans les rapports de force comme dans les productions. Cependant le projet et la réalité collent mal. Le livre repère ici celles des pratiques qui se modifient. Mais il ne disqualifie pas la profusion d’analyses à long terme émanant de différents ingénieurs et comptables en ce qui concerne le marché, la production, la consommation, la science. Il resterait à savoir quel est leur impact et à quel horizon.

*

  • 15 Voir la traduction française d’un ouvrage ultérieur : A. Bagnasco et C. Trigilia, La Construction s (...)
  • 16 V. De Grazia, “Crisis of Hyper-Consumerism: Capitalism's Latest Forward Lurch”, in J. Kocka et M. v (...)

12Cette histoire d’Ansaldo pourrait être rapprochée de l’hypothèse formulée en 1977 par le sociologue Arnaldo Bagnasco sur les trois Italie15, analyse devenue classique, en tant qu’elle présente des éléments importants pour comprendre la genèse d’une des trois Italie. Mais il faut se garder de tomber dans l’illusion d’une continuité très profonde. Aujourd’hui l’entreprise qu’a étudiée Alain Dewerpe a été coupée en deux. La mécanique, les centrales électriques, l’électronique industrielle, les transports et l’armement ont été intégrés par l’état dans la holding publique Finmeccanica, créée en 1948, privatisée à partir de 1993 et surtout de 2000, et devenue Leonardo au 1er janvier 2017. La signalisation ferroviaire et le nucléaire, donc la plus haute technologie, compétitive mondialement, ont été vendus par Finmeccanica en 2015 à la grande entreprise japonaise Hitachi. On peut donc argumenter que la construction conjointe des ingénieurs, des ouvriers de métier et des entrepreneurs autour de la spécialisation flexible n’exprimait ni une incapacité industrielle ni un archaïsme des Italiens, et qu’une partie des technologies nouvelles s’incarnent toujours dans des entreprises de spécialisation flexible. Mais en même temps, si l’on constate qu’une bonne part des entreprises des districts industriels de la Troisième Italie passent au xxie siècle sous le contrôle de la Chine16, force est bien de marquer la distance avec les mondes de l’industrie tels que les a étudiés par Alain Dewerpe : des mondes perdus ?

13J’en reviens donc au livre. Il y apparaît, au moins pour la période qui va de 1904 aux années 1930, que les dirigeants syndicaux tant réformistes que révolutionnaires, les financiers et les ingénieurs, les dirigeants d’Ansaldo, sont des personnes d’une profonde intelligence et qui ont beaucoup réfléchi au champ des possibles. La question se pose de comprendre pourquoi ils ont finalement réinventé la tradition. La réponse que suggère Alain Dewerpe est d’une grande portée. À le lire de près, il s’est créé une situation durable d’indécidabilité, un régime de dilemmes d’irrésolution. Les acteurs défendant des positions opposées avaient un poids – ou une capacité de nuisance – sensiblement comparable. Les historiens ont retrouvé d’autres cas d’indécidabilité dans la métallurgie et la mécanique. La portée de l’analyse d’Alain Dewerpe est alors triple : la vanité du passage en force et de la voie autoritaire, le caractère restrictif du message unique, l’intérêt d’une alternative entre la voie unique et l’ouverture en période de choix complexes.

Haut de page

Notes

1 Les Mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Paris, éditions de l’école des hautes études en sciences sociales/ Publications de l’école française de Rome, 2017.

2 V. Castronovo et al. (eds.), Storia dell’Ansaldo, Bari, Laterza, 9 vols., 1994-2003. Rappelons qu’Alain Dewerpe a lui-même contribué à certains de ces volumes : « Le maestranze e l’organizzazione dell lavoro », in Storia dell’Ansaldo, t. I : Le Origini 1853-1882, 1994 ; « Maestranze e dirigenti », ibid., t. II : La Costruzione di una grande impresa 1883-1902, 1995 ; « Maestranze operaie e quadri tecnici », ibid., t. III : Dai Bombrini ai Perrone 1903-1914, ibid., 1996.

3 Voir l’exposé d’A. Dewerpe dans mon séminaire de l’EHESS, le 17 décembre 1987.

4 E. de Touchet, Quand les Français armaient le Japon. La création de l'arsenal de Yokosuka, 1865-1882, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003.

5 Aujourd’hui les frais généraux englobent tous les coûts de fabrication autres que les matériaux directs et la main-d’œuvre. Ce sont les frais nécessaires à l’environnement de la production : fournitures de fabrication, salaires indirects (contremaîtres, magasiniers, gardiens, personnel d’entretien), frais de fonctionnement (énergie, loyer de l’entrepôt, taxes municipales, assurances), frais d’entretien et de réparation des locaux et du matériel. La comptabilité des coûts dans les entreprises ne date pas du début du xxe siècle, comme l’avait cru Sidney Pollard (The Genesis of Modern Management: A Study of the Industrial Revolution in Great Britain. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1965). Ses premières formes apparaissent avant le milieu du xixe siècle au Royaume-Uni, en France et dans d’autres pays industrialisés, en particulier dans les ateliers de la métallurgie et les mines. Les techniques d’analyse des coûts élaborées au départ par des comptables sont aussi appropriées par des ingénieurs. Ceux-ci en développent la dimension économique, « soulignant par exemple l’importance d’une proportion correcte entre frais de maintenance et valeur des machines ou la nécessité d’une répartition adéquate des frais généraux » (Marco Bertilorenzi et Ferruccio Ricciardi, « Les ingénieurs qui lisent les bilans » : savoirs techniques et gestionnaires au prisme de la comptabilité industrielle (1850-1950), note, CNAM, 17 avril 2017) Après-guerre l'ancien directeur technique de Peugeot, l'ingénieur Ernest Mattern, consacre 5 des 48 chapitres de son influent ouvrage Création, organisation et direction des usines, Paris, Dunod, 1926 à cette question des frais généraux. Malgré cette volonté d’analyse et donc de maîtrise et de contrôle, durant la guerre de 1914-1918 les frais généraux s’envolent partout. Une étude récente le montre de façon détaillée pour le constructeur français Renault (Jean-Jacques Vaudoyer, « Quelques éléments financiers sur Renault pendant le conflit de 14-18 », Renault Histoire, n° 38, avril 2017, p. 39-47). Dans cette entreprise on distingue alors les frais généraux d’ateliers, les plus importants, dont plus de 50 % de fluides et de produits chimiques, et les frais généraux de services, relativement peu importants. On observe durant la guerre « une dérive très forte des frais généraux d’ateliers et de services ». En particulier, les frais généraux d'ateliers ont été « multipliés par 26 entre 1911 et 1919 », soit beaucoup plus que l’inflation. Une telle dérive se manifeste bien entendu à Ansaldo.

6 Voir Y. Lemarchand, « A propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes, retour sur les mécanismes de l’innovation comptable », 1999, https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00587739/document ; et Id., "The Military Origins of the French Management Accounting Model, a Return to the Mechanisms of Accounting Change", Accounting History, vol. 7, n° 1, 2002, p. 23-55.

7 A. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

8 Franco Bonelli, Lo Sviluppo di una grande impresa in Italia : la Terni dal 1884 al 1962, Turin, Einaudi, 1975.

9 Son dernier texte sur le sujet : « L’invention du métier Jacquard et la fabrique collective lyonnaise : une régulation prud’homale à redécouvrir » (2011) est encore en attente de publication.

10 P. Scranton, Endless Novelty: Specialty Production and American Industrialization, 1865-1925, Princeton, Princeton University Press, 1997.

11 R. Boyer et M. Freyssenet, Les Modèles productifs, Paris, La Découverte, 2000.

12 R. Trempé, Les Mineurs de Carmaux 1848-1914, Paris, éditions Ouvrières, 1971.

13 Datation de l’original en français établie par Patricia Bleton et confirmée par le témoignage de Philip Scranton, décembre 2016.

14 A. Dewerpe, “The Lost Paradigm: an Italian Metalworking Empire Between Competing Models of Production”, in C. F. Sabel et J. Zeitlin (eds.), Worlds of Possibilities: Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Paris, Cambridge University Press / éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 273-309. L’ouvrage est paru dans la collection « Studies in modern capitalism » dirigée par Maurice Aymard, Jacques Revel et Immanuel Wallerstein.

15 Voir la traduction française d’un ouvrage ultérieur : A. Bagnasco et C. Trigilia, La Construction sociale du marché. Le défi de la Troisième Italie, Cachan, éditions de l’école normale supérieure de Cachan, 1993.

16 V. De Grazia, “Crisis of Hyper-Consumerism: Capitalism's Latest Forward Lurch”, in J. Kocka et M. van der Linden (eds.), Capitalism: The Reemergence of a Historical Concept, Londres, Bloomsbury, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fridenson, « Mutation de la grande entreprise en contexte italien : Ansaldo », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7972 ; DOI : 10.4000/acrh.7972

Haut de page

Auteur

Patrick Fridenson

Patrick Fridenson, ancien élève de l’école normale supérieure, est directeur d’études à l’EHESS (entreprises et travail en Europe occidentale, aux états-Unis et au Japon, xixe-xxie siècle). Ancien directeur de la revue Le Mouvement Social, il est rédacteur en chef de la revue Entreprises et Histoire.
Livre récent : Reimagining Business History, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2013 (en collaboration avec Philip Scranton).
Livres récents en codirection : Ethical Capitalism. Shibusawa Eiichi and Business Leadership in Global Capitalism, Toronto, University of Toronto Press, 2017 (avec Takeo Kikkawa) ; L’aluminium, matière à création, xixe-xxie siècle, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2017 (avec Florence Hachez-Leroy) ; L’Industrie française dans la Grande Guerre, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 2017 (avec Pascal Griset).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals