Navigation – Plan du site
Le traitement de l'espace

Maîtriser l’espace public. Chrono-topographie anthropologique d’un affrontement, Charonne (8 février 1962)

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Résumés

Cette contribution a pour propos de montrer la sensibilité d’Alain Dewerpe à la dimension spatio-temporelle des faits politiques. À partir de la description qu’il dresse de l’affrontement entre policiers et manifestants lors des événements du 8 février 1962 à proximité du métro Charonne, on examine la production par l’auteur d’une géographie sensible de l’appropriation de l’espace public. L’attention est portée aussi bien aux savoir-faire policier et manifestant « ordinaires » qu’aux gestes, bruits et déroulé des opérations dont le rythme et la localisation sont spécifiques à un événement, le massacre de Charonne. Dewerpe fait œuvre d’innovation dans un champ rarement exploré : la spatialité et la temporalité des mobilisations collectives.

Haut de page

Texte intégral

Rencontre

  • 1 Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordman, Un tour de France royal Le voyage de Charles IX (1564- (...)

1J’ai d’abord connu Alain Dewerpe comme membre d’un trio. Celui des auteurs d’Un tour de France royal1. À vrai dire, au moment de la publication de l’ouvrage, en 1984, j’entretenais des liens avec l’un des trois historiens, Daniel Nordman avec qui j’échangeais sur les sujets spatiaux et territoriaux. J’ai donc bien identifié dans l’ouvrage ce qui relevait de sa plume. Concernant les deux auteurs « juniors », il m’était plus difficile de repérer des spécialités : s’ils ont rédigé chacun des chapitres spécifiques, ils en ont aussi écrit ensemble et sont désignés dans l’introduction comme co-responsables du domaine politique. Ce n’est que rétrospectivement, les années passant, que j’ai mieux identifié les fils conducteurs reliant ce livre aux sujets prisés par la suite par ses auteurs. Pour Daniel Nordman, c’était l’évidence. Pour Jean Boutier, l’histoire de la noblesse et celle du Grand Tour, le voyage et les villes. Mais s’agissant d’Alain Dewerpe, je discernais moins bien le cheminement. Car de Charles IX à la proto-industrialisation du Nord de l’Italie au xixe siècle, la filiation n’était pas pour moi évidente. Encore que pratiquant, dans ces années-là, un peu d’archéologie industrielle, en vue d’une histoire des forges et forêts du Centre de la France, j’étais convaincue de l’importance des logiques spatiales dans la structuration de l’industrie rurale de la France moderne et contemporaine. Mais de l’itinéraire royal à l’exploitation des ressources naturelles et aux approvisionnements et débouchés, la distance intellectuelle restait toutefois significative.

  • 2 Daniel Nordman, Marie-Vic Ozouf-Marignier et al., Atlas de la Révolution française, vol. 4, Le terr (...)

2Pourtant, quelques années plus tard, à la fin des années 1980, lorsque Daniel Nordman et moi travaillions à l’élaboration d’un volume de l’Atlas de la Révolution française2 consacré au territoire et à ses représentations, c’est vers Alain Dewerpe que nous nous sommes tournés – Daniel Nordman, qui le connaissait bien, lui en fit la demande, pour réaliser les cartes sur les départements italiens. Je voyais là s’exprimer à nouveau un intérêt pour le territoire et l’espace.

Où l’espace réapparaît

  • 3 Alain Dewerpe, Charonne. 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gall (...)

3Alain Dewerpe est devenu directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales alors que j’y avais été élue maître de conférences un an auparavant et nous nous sommes beaucoup croisés dans les couloirs du 54, boulevard Raspail ; mais les sujets d’Alain, l’espionnage ou le travail, étaient éloignés des miens. En 2006, découvrir et lire Charonne3 a été pour moi une expérience intense, avec des résonnances multiples. Je me contenterai d’en évoquer une ici, d’ordre intellectuel, et qui n’aborde qu’une des nombreuses richesses de l’œuvre. Il s’agit de l’analyse particulièrement originale et convaincante de la dynamique spatio-temporelle d’un événement, l’affrontement des forces de police et des manifestants dans les rues et le métro de Paris dans la soirée du 8 février 1962. Il n’est pas aisé de désigner ce qu’a réalisé Alain Dewerpe dans cette première partie de son livre qui s’étale sur les deux premiers chapitres. J’ai choisi l’expression un peu lourde de chrono-topographie pour désigner ce croisement de l’espace et du temps pratiqué à la fois comme méthode et comme objet et j’ai souhaité insister sur le caractère anthropologique d’une approche qui, me semble-t-il, ajoute une dimension supplémentaire à cette perspective spatio-temporelle que je ne cesse moi-même d’interroger. Je pense qu’Alain Dewerpe a avancé ainsi des propositions particulièrement innovantes. Elles s’inscrivent, d’une certaine manière, dans le droit fil du Tour de France de Charles IX, tout en ouvrant de nouvelles voies de recherche.

4Il est frappant de voir figurer plusieurs cartes dans les premières pages du livre, aussitôt après les pages de titres et avant même l’introduction : il s’agit de trois plans qui représentent 1) les cortèges du 8 février (18h30-19h30), 2) Le dispositif policier place de la Bastille, et 3) Les déplacements du commissaire Yser et de la 31e compagnie d’intervention de la police.

Plan 1 : Les cortèges du 8 février (18h30-19h30), extrait de A. Dewerpe, Charonne, 8 février…, Paris, Gallimard, 2006, non paginé. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard

Plan 2 : Le dispositif policier place de la Bastille, extr. de Dewerpe, Ibid. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard.

Plan 3 : Les déplacements du commissaire Yser et de la 31e compagnie d’intervention de la police municipale, extr. de Dewerpe, Ibid. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard.

Deux de ces plans représentent des itinéraires. Je ne peux m’empêcher de dresser un parallèle entre cette entrée en matière et celle du Tour de France royal dont la carte des déplacements du roi est placée au même endroit du volume, entre la page de titre et le début de l’introduction. Il importe peu de savoir si le premier livre a engendré les questionnements du second. Je retiens cette sensibilité au déroulement spatio-temporel des faits où la station, la mobilité et l’occupation de l’espace sont placées au cœur de l’analyse. La chrono-topographie de la manifestation du 8 février et de son funeste achèvement par un massacre constitue le début de la première partie de l’ouvrage, où Alain Dewerpe décrit l’événement dans son parcours géographique et temporel.

Décrire un événement

  • 4 Ibid., p. 100.

5Alain Dewerpe utilise deux modalités pour décrire cette articulation du temps et de l’espace qui rythme et déploie la manifestation : le récit et l’analyse. Récit pour ce qui relève de l’événement et de la singularité de la manifestation ; analyse pour ce qui relève des pratiques manifestantes ou policières coutumières. L’un et l’autre sont entremêlés. Toutefois, son exposé est scindé en deux parties. Le premier chapitre intitulé « Une manifestation interdite » aborde l’organisation de la manifestation. L’énoncé progressif des séquences est jalonné d’arrêts sur images où l’auteur se livre à une anthropologie des gestes et habitudes manifestantes : comment occuper la rue, comment s’y déplacer, se protéger, se disperser, échapper au massacre ? L’événement singulier du 8 février prend son sens par rapport à une double circonstance, celle de la généralité de l’expérience manifestante – que Dewerpe qualifie de « normale », « ordinaire », « classique », « banale », etc. (comme il qualifiera également la répression policière) et celle de la particularité des conditions imposées ou fortuites de cette fois-là. Symétriquement, le chapitre deux, « la violence d’État », aborde la pratique ordinaire de la répression policière, qui procède d’un contrôle très planifié de l’espace, et son débordement, voulu ou débridé, ce dernier donnant son caractère dramatique à ce qui aurait dû demeurer routinier : comment quadriller, refouler, pourchasser, matraquer, tuer. Les conditions de possibilité de l’événement se situent à l’intersection entre les modalités usuelles de déroulement d’une manifestation dans l’espace public, des décisions programmées à l’avance et « les hésitations de la violence »4.

6De beaux travaux d’histoire se sont attachés à rendre compte d’événements et les réflexions épistémologiques sur le statut de l’événement comme forme particulière de temporalité sont également connus. L’une des originalités du Charonne de Dewerpe vient de l’attention très pointue portée à l’enchaînement spatio-temporel des faits. Pour cela, il a interrogé les sources avec une exigence d’entomologiste, relevant les heures et les minutes, les positions et les déplacements. Les cartes dressées figurent non seulement des lieux et des parcours, mais des heures (3e carte).

« La maîtrise d’une posture manifestante »

  • 5 Ibid., p. 59.
  • 6 Ibid., p. 45.
  • 7 Ibid., p. 66.

7C’est à la page 43 que démarre le récit-analyse de ce que recouvre, je cite, « la maîtrise d’une posture manifestante » et il se poursuit, quelques pages plus loin, dans le sous-chapitre intitulé « les manifestants dans la ville »5. Le manifestant déploie une « économie personnelle de l’espace, morale et physique tout à la fois, acquise par l’expérience »6. Celle-ci s’exprime à plusieurs étapes de l’action. La première consiste dans l’accès aux points de rassemblement qui suppose de vaincre un certain nombre d’obstacles (fermeture de stations de métro, déviations d’itinéraires d’autobus, contournement de barrages policiers, etc.) et de développer des stratagèmes. Il faut ensuite tendre à se regrouper et, une fois commencé le défilé, à maintenir le cortège continu et compact, sur toute la largeur de la rue. Ces exigences, simples en apparence, mobilisent la connaissance que chacun peut avoir de la ville, de sa topographie et de son réseau viaire. La particularité de la manifestation du 8 février est d’être interdite, ainsi que son point de départ prévu, place de la Bastille. Le tracé n’en est donc pas fixé, non plus que les itinéraires d’accès et le trajet qui sont donc improvisés, et favorisent le fractionnement, les retours en arrière, les parcours aléatoires. Ce répertoire de « conduites spatiales »7 inclut la maîtrise du rythme : il faut savoir négocier les arrêts et les accélérations, la rapidité de la dispersion étant souvent de mise.

  • 8 Ibid., p. 50.

8L’espace décrit par Alain Dewerpe est fondamentalement sensible, fait de sons, de gestes, d’éléments matériels et de perceptions visuelles. Un cri fait passer le piéton du trottoir à la chaussée, du cheminement aléatoire au trajet, du statut de passant à celui de manifestant, de celui d’individu à l’appartenance, maintenue coûte que coûte, au groupe et au cortège. Cri du départ puis cri des slogans, cris des blessés, les sons de la manifestation sont spécifiques. Comme le sont les couleurs : la nuit, le noir des cars de police, des uniformes, des casques policiers pourtant luisants dans la nuit. Les gestes sont un langage qui permet de donner les ordres (de départ, d’arrêt, de direction, de repli) ou de signaler l’obstacle ou le danger. Plus généralement, il existe un style de marche et une façon de se tenir en groupe, de faire corps, qui se reproduit à chaque manifestation, mais s’adapte aussi aux circonstances. Celle du 8 février était « compacte, défensive, repliée sur elle-même »8.

9L’économie personnelle de l’espace n’est pas le seul régulateur de la manifestation. Celle-ci est contrôlée par le service d’ordre sur place. Elle est aussi organisée à distance, par le commandement des institutions organisatrices, syndicats, partis, associations qui suivent les opérations depuis un QG (le 8 février, il s’agissait de la Bourse du travail).

10L’espace que la manifestation cherche à s’approprier, le temps d’un défilé, est principalement la voie publique et surtout la chaussée, qu’il s’agit d’occuper et de saturer. L’affrontement conduit cependant à déborder cet espace et à gagner les trottoirs, les cafés, magasins, entrées et escaliers d’immeubles. Alain Dewerpe souligne la porosité qui existe entre la rue et le bâti, entre l’espace public et l’espace privé, lorsque la police charge et attaque les manifestants. Portes cochères, cours, immeubles et même toitures deviennent des issues de secours et des refuges plus ou moins précaires. L’espace de la manifestation se dilate alors et se mêle à l’espace urbain ordinaire.

Une « géographie urbaine appliquée »9

  • 9 Ibid., p. 89.
  • 10 Ibid., p. 59.

C’est la ville même, par le contrôle de la rue, qui devient un enjeu, à la fois rassemblant et opposant manifestants et policiers dans un face à face dramatique : dans une imbrication de temporalités, de gestes et d’objectifs divergents et hétérogènes, chacun des acteurs de l’espace public tente, aux dépens des autres, de le discipliner, de le maîtriser, de se l’approprier.10

11La violence de la répression policière est préparée ; elle dépend aussi, nous dit Dewerpe, d’un rapport à l’espace et au temps. Qu’en est-il du rapport à l’espace ? La stratégie spatiale de la police comprend plusieurs modalités ou répertoires d’action. Le découpage du territoire en divisions ad hoc, recomposées à chaque manifestation, est la première opération mise en œuvre à l’annonce d’une descente dans la rue. Ce découpage en divisions et secteurs pourvus d’un PC, d’un commandement et d’un groupe d’intervention composé de policiers et/ou de gendarmes est cartographié et annoté, durant le défilé, d’indications concernant les mouvements des manifestants et des unités de police. Cette planification cartographique du territoire s’accompagne d’un processus de quadrillage qui consiste à réguler la circulation afin de faciliter la surveillance. L’occupation du terrain complète le dispositif : on poste des policiers en grand nombre dans des lieux multiples.

12Au contrôle du territoire s’ajoute celui du temps selon une chronologie normée. Un compte à rebours est établi entre l’heure de la manifestation et le début de la journée. Les actions sont fixées heure par heure, et les ordres sont transmis par télégramme selon un rythme qui s’accélère au fil des heures. Les opérations qui visent à entraver les rassemblements sont suivies de celles qui doivent provoquer la dispersion des cortèges. Un système performant de transmission des informations permet d’agir avec rapidité et de consigner le mouvement sur des feuilles de minutage, aubaines pour le chercheur d’aujourd’hui. C’est ce qui a permis à Alain Dewerpe d’annoter son plan avec les heures et minutes précises. Puis vient le moment de l’affrontement et le point paroxystique de la violence. Celle-ci a aussi sa géographie : franchir, en courant le plus rapidement possible, l’espace séparant des manifestants ; faire la charge par le milieu du front et rejeter les manifestants vers les trottoirs ; procéder à des encerclements, poursuivre jusque dans les espaces privés, et … frapper fort.

Comment peut-on mourir dans une bouche de métro ?

13L’espace et le temps sont plus que jamais présents lors de l’expression exacerbée de la violence qui conduit au massacre dans la bouche de métro de la station Charonne. On caresse l’idée qu’une représentation cartographique à très grande échelle aurait pu en être donnée, tant la description de Dewerpe est précise au mètre et à la minute près. On sait que la dispersion de la manifestation peut entraîner des coups et que ceux-ci étaient programmés le 8 février comme devant être « énergiques ». La brutalité de l’attaque policière fut en effet sans commune mesure. Les cris de la manifestation font place aux cris meurtriers et aux hurlements de peur et de souffrance, générant un nouvel espace sonore. C’est alors que se produit l’inimaginable : comment le pied des marches de l’entrée du métro peut-il devenir un tombeau ? Comme l’auteur l’explique, l’idée a circulé que les grilles qui ferment la bouche de métro étaient fermées ; l’amoncellement des fuyards et des blessés derrière cette grille aurait causé la mort de certains. Mais ce n’est pas ainsi que cela s’est passé et il faut encore une fois décomposer le processus temporel et spatial. Laissons la parole à Dewerpe :

  • 11 Ibid., p. . à noter le décompte des mouvements de va et vient et l’attention portée à la dispositio (...)

« De nombreux manifestants, qui avaient choisi la bouche du métro comme abri ou qui y avaient été poussés par la pression sur la foule du choc de la charge, trébuchent et s’empilent sur les marches. D’autres manifestants tentent une contre-attaque qui repousse de quelques mètres les policiers mais ceux-ci chargent de nouveau, sont à nouveau repoussés, puis rechargent. Le carrefour étant finalement dégagé, des policiers matraquent ceux qui sont entassés dans l’escalier […]. Les manifestants, qui ne parviennent pas à se libérer d’eux-mêmes [car ils sont blessés ou entravés], ne peuvent être aidés de l’extérieur, ni d’en haut, les policiers interdisant tout secours, ni d’en bas, l’amoncellement des corps étant trop dense […]. Alors qu’il est désormais impossible aux manifestants tant de sortir du métro que de se protéger des coups, des policiers jettent sur l’amoncellement des corps trois grilles métalliques de protection d’arbres et une grille d’aération du métro, une table de café et des corps de blessés.11

14La description de l’amoncellement dans ses caractéristiques physiques permet de comprendre pourquoi, malgré l’ouverture des grilles, le dégagement n’a pas été possible. La topographie de l’intérieur de la station contribue également à cet empêchement. En effet, une grille fermant un local se trouvait bien sur le côté, à l’intérieur de la station et ce fait a entretenu l’idée fausse selon laquelle les grilles étaient fermées. Mais cette disposition provoquait aussi un coude de la galerie vers la droite. Toutefois, comme l’explique un témoin, la présence d’issues n’a servi à rien puisque l’enchevêtrement des corps rendait impossible un quelconque mouvement. L’exacerbation de la violence dans ce micro-espace devenu piège que sont les marches d’une bouche de métro explique les six morts d’en bas, tandis qu’en haut, trois personnes sont tombées dans une situation topographique plus ordinaire, sous la seule force des coups de bidules.

  • 12 Ibid., p. 132.

15Entre la charge et l’arrivée d’un syndicaliste, poussé par la pression, au pied des marches, il s’est passé « quatre à cinq minutes »12 ; l’amoncellement des corps a duré quinze minutes avant qu’ils ne commencent à être dégagés, l’évacuation dure également quinze minutes.

16L’analyse qui nous est proposée, séquence par séquence, mètre par mètre, minute par minute, à la manière d’un détective, n’a pas seulement la vertu d’un exemple méthodologique. C’est que cette précision de la mesure permet de reconnaître à la fois la logique de la violence programmée et celle plus aléatoire des circonstances et de l’improvisation. Entre les deux, la frontière est souvent impalpable, les menus faits et gestes rapportés dans les archives instruisant les « hésitations » de la violence et la « violence préparée » en même temps et au même endroit. On comprendra seulement que leur part respective n’est pas égale et qu’il s’agit d’un massacre d’état. Il faut alors convoquer les autres registres, celui de l’espace et du temps, auquel Dewerpe a donné sa force d’explication avec une rare justesse, étant insuffisant.

Charonne et les sciences sociales de l’espace

  • 13 Fabrice Ripoll, La Dimension spatiale des mouvements sociaux. Essais sur la géographie et l’action (...)

17Depuis plusieurs années, la plupart des sciences sociales ont exploré la structuration de l’espace public, abordant tantôt les aspects politiques et sociaux, tantôt, les aspects matériels de ce que cette expression polysémique désigne. C’est probablement en anthropologie et en géographie (et urbanisme) que les tentatives de conjuguer les deux facettes de la notion d’espace public ont été les plus nombreuses. La rue a notamment été un espace public privilégié dans ces études. Toutefois, les recherches qui se donnent pour objet, la dimension spatiale de l’action collective et comme méthode, le relevé systématique des dispositifs géographiques sont encore rares. Citons, à titre d’exemples stimulants sur des thèmes proches du Charonne de Dewerpe, les travaux de Fabrice Ripoll sur les mouvements sociaux et ceux d’Armelle Choplin et Marie Redon sur la police13.

18Il est plus exceptionnel encore d’ajouter la dimension temporelle à la dimension spatiale dans l’analyse de l’occupation et de la maîtrise des espaces publics. Je ne me lancerai pas ici dans une étude historiographique, ayant préféré faire partager ma lecture et sa grille à propos du travail d’Alain Dewerpe ou plutôt de l’un de ses aspects.

  • 14 Maurice Halbwachs, La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte : étude de mémoire colle (...)
  • 15 Alain Corbin, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

19Son ouvrage m’a souvent fait penser à d’autres références, elles aussi pénétrantes. La topographie légendaire des évangiles en terre sainte de Maurice Halbwachs (1941) en est une14. Sa reconstitution des lieux saints véritables ou imaginés comme ponctuation d’un parcours de la mémoire collective ou d’un pèlerinage a des similitudes avec les emboîtements de l’événement « Charonne » et de ses commémorations. Le supplice du jeune châtelain périgourdin Alain de Monéys en 1870, raconté et analysé par Alain Corbin dans le Village des cannibales15 suggère une attention semblable : il s’agit de rendre compte d’un événement, qui a eu des répercussions immédiates et plus lointaines et généré une mémoire complexe. Et surtout, l’exploitation de riches archives a permis à Corbin de décrire très précisément le parcours, chemin par chemin, maison par maison, depuis le début de l’après-midi jusqu’à la nuit, de la mise à mort de l’aristocrate. Mais l’espace n’est ici qu’un décor.

20Jamais pourtant il ne m’a semblé que l’unité de temps et de lieu aient trouvé leur importance et leur pouvoir d’interprétation autant que c’est le cas dans le Charonne d’Alain Dewerpe. Reflet d’une formation géo-historique cultivée en filigrane ? Peut-être. La précision d’horloger et d’arpenteur d’Alain ne cache-t-elle pas aussi tout ce qu’il a mis de lui-même et de sensible dans cette description ? Pour ma part, elle m’a donné à voir une forme particulièrement honorable et aboutie de la recherche engagée.

Haut de page

Notes

1 Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordman, Un tour de France royal Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, 410 p.

2 Daniel Nordman, Marie-Vic Ozouf-Marignier et al., Atlas de la Révolution française, vol. 4, Le territoire (1), réalités et représentations, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 1989, 106 p.

3 Alain Dewerpe, Charonne. 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006, coll. Folio histoire, 897 p.

4 Ibid., p. 100.

5 Ibid., p. 59.

6 Ibid., p. 45.

7 Ibid., p. 66.

8 Ibid., p. 50.

9 Ibid., p. 89.

10 Ibid., p. 59.

11 Ibid., p. . à noter le décompte des mouvements de va et vient et l’attention portée à la disposition des lieux.

12 Ibid., p. 132.

13 Fabrice Ripoll, La Dimension spatiale des mouvements sociaux. Essais sur la géographie et l’action collective dans la France contemporaine à partir des mouvements de « chômeurs » et « altermondialistes », thèse de doctorat, Université de Caen, 2005. Fabrice Ripoll, « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d’action collective dans la France contemporaine », Espaces et sociétés, 3/2008 (n° 134), p. 83-97. Armelle Choplin et Marie Redon, « Espaces de l’ordre, l’ordre en place. Spatialités et pratiques des polices », EchoGéo [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 08 juillet 2014, http://echogeo.revues.org/13874.

14 Maurice Halbwachs, La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte : étude de mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France, 1941, 206 p.

15 Alain Corbin, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Plan 1 : Les cortèges du 8 février (18h30-19h30), extrait de A. Dewerpe, Charonne, 8 février…, Paris, Gallimard, 2006, non paginé. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/7985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Plan 2 : Le dispositif policier place de la Bastille, extr. de Dewerpe, Ibid. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/7985/img-2.png
Fichier image/png, 221k
Légende Plan 3 : Les déplacements du commissaire Yser et de la 31e compagnie d’intervention de la police municipale, extr. de Dewerpe, Ibid. Avec l’aimable autorisation des éditions Gallimard.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/7985/img-3.png
Fichier image/png, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Maîtriser l’espace public. Chrono-topographie anthropologique d’un affrontement, Charonne (8 février 1962) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis | 2017, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7985 ; DOI : 10.4000/acrh.7985

Haut de page

Auteur

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Directrice d’études à l’EHESS, Centre de recherches historiques, Marie-Vic Ozouf-Marignier est historienne et géographe, spécialiste des pratiques et représentations liées au territoire, au paysage et à l’espace géographique. Elle mène depuis plusieurs années des recherches sur la manière dont les sciences sociales traitent de la dimension spatio-temporelle, comme méthode ou comme objet.
marie-vic.ozouf-marignier@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals