Navigation – Plan du site
Anthropologie de l'Etat

Charonne : « Un événement déraisonnable qui a ses raisons »

Jacques Revel

Résumés

À Paris, le 8 février 1962 a lieu un massacre d’état : au métro Charonne, 9 personnes sont victimes de la violence policière à l’occasion d’une manifestation contre le terrorisme d’extrême-droite dans les dernières semaines de la guerre d’Algérie. L’étude minutieuse qu’Alain Dewerpe a consacré en 2006 à l’événement montre qu’il s’agit bien d’une affaire d’état. À cette abstraction, à la notion banalisée de « violence d’état », l’observation rapprochée des pratiques lui a permis de donner un contenu concret et à faire comprendre les raisons des différents protagonistes affrontés dans le temps très bref de l’épisode : les formes de la mobilisation collective, la chaîne des responsabilités politico-administrative, les cultures et les pratiques policières, le traitement judiciaire de l’affaire, la mémoire qui la prolonge. Charonne pose ainsi une série de questions sur l’espace légitime de l’action publique et sur le fonctionnement de l’état démocratique dans la France du second xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

11. « Le jeudi 8 février 1962 entre 19 h 30 et 20 heures, la police, réprimant une manifestation syndicale organisée à Paris en protestation contre les attentats perpétrés par l’OAS, tue neufs personnes au métro Charonne ». On aura reconnu les premières lignes du livre de près de 900 pages qu’Alain Dewerpe a consacré en 2006 à Charonne. D’emblée publié dans une collection de poche, l’ouvrage est sans doute celui de son auteur qui a le plus largement circulé, bien au-delà du public des historiens professionnels. La réception en a été presque unanimement positive, souvent admirative. A-t-il pour autant fait école ? Je n’en suis pas tout-à-fait certain. Il n’est pas souvent invoqué dans les débats, qui se sont multipliés ces dernières années, sur le statut et le traitement de l’événement alors même qu’il en propose une approche particulièrement approfondie. Il n’est pas très présent non plus dans l’envahissante réflexion sur la mémoire, qui est pourtant devenue une manière de sous-discipline au sein de la discipline.

  • 1 A. Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’état, Paris, Gallima (...)

2Comme l’annonce un sous-titre où tous les mots comptent, Charonne traite d’une affaire d’état : Anthropologie historique d’un massacre d’état. Si Alain Dewerpe a choisi de relever la bannière de l’anthropologie historique, si consensuelle de la fin des années 1960 aux années 1990, un peu tombée par la suite, c’est qu’elle renvoyait pour lui à un projet continué. Il ne serait pas difficile de montrer que depuis Un tour de France royal (publié en 1984 avec Jean Boutier et Daniel Nordman) à Espion (sous-titré Une anthropologie historique du secret d’état contemporain, 1994), sans oublier, cela va de soi, les analyses des espaces et des rapports sociaux, celles des formes du travail au sein de l’usine, on retrouve au cœur de ses préoccupations d’historien l’exigence d’une lecture rapprochée – d’une ethnographie – des pratiques. « Décrire, au plus près du terrain »1 les pratiques de l’espace, les pratiques du travail et de la production, les pratiques de la raison d’état : c’est à partir de là que l’on peut tenter de reconstruire la logique et la dynamique d’une situation, d’un évènement ou d’une institution. Ce que font les protagonistes mobilise des répertoires d’action et de justification qui peuvent être explicites, voire proclamés, ou au contraire demeurer tacites. Dans le cas du massacre de Charonne, qui reste un événement exceptionnel, « anormal », « déraisonnable », comme l’écrit Dewerpe, c’est le désaccord entre ces répertoires qui donne lieu à une affaire. Mais c’est d’une affaire d’état qu’il s’agit, c’est-à-dire d’une affaire qui pose la question de ce que l’état peut faire et de ce qu’il doit faire, de ce qui est acceptable pour les citoyens, en un mot la question de l’espace légitime de l’action publique. à cet égard, Charonne porte une série de questions sur le fonctionnement de l’état démocratique en France dans la seconde moitié du xxe siècle.

32. La violence d’état est au cœur de l’enquête menée sur Charonne et elle l’est, je le rappellerai dans un instant, à de multiples titres, en deçà et au-delà du massacre proprement dit.

  • 2 M. Senellart, « Les méditations militaires de Scipione Ammirato. Guerre et raison d’état », Mots. L (...)

4Le thème, on le sait, n’est pas nouveau. Il est même une manière de lieu commun de la réflexion dans plusieurs domaines. Dans l’histoire de la pensée politique, l’exercice de la violence a trouvé ses premières justifications et aussi ses premières mises en cause chez les théoriciens de la raison d’état, chez Machiavel et chez les contradicteurs de Machiavel aux xvie et xviie siècles. Comme le rappelle Michel Senellart, cette réflexion met en regard « deux types de rationalité : l’une normative, en termes de droit (quid juris ?), et l’autre instrumentale, en termes de moyens (comment faire ?) ». à partir du xvie siècle, c’est la seconde qui a tendu à l’emporter et l’on a suggéré que « les formes nouvelles de la guerre ont imposé un bouleversement des règles du jeu politique »2. Plus récemment, le thème de la violence d’état a été retenu l’attention des sciences sociales, mais il l’a fait dans un tout autre sens, porteur d’une tout autre interprétation. Je n’ai pas besoin de rappeler la thèse de Max Weber, prolongée et amplifiée par les analyses du « procès de civilisation » de Norbert Elias : la montée en puissance de l’état depuis le Moyen Âge occidental peut se comprendre comme une double appropriation des moyens de domination et de contrainte longtemps disséminés dans le monde féodal : l’impôt et la violence armée. Le monopole souverain sur les ressources et sur la force – sur les ressources qui permettent, en particulier, d’entretenir la force – peut ainsi, selon eux être compris comme l’instrument d’une pacification de l’espace social, dont les effets se font même sentir, chez Elias, sur les affects personnels et sur les relations interpersonnelles. La violence est ainsi légitimée – on peut la nommer « violence légitime » – et elle est d’autant mieux acceptée qu’elle est euphémisée. Comme l’écrit l’un des commentateurs de Weber :

  • 3 J. Freund, L’Essence du politique, Paris, Dalloz, 2003, p. 720.

L’état vraiment fort est celui qui réussit à dissimuler la force dans les formes, dans les mœurs et les institutions sans avoir à la brandir sans cesse, pour en menacer les membres ou les intimider […] En ce sens, la force est une assurance contre la violence.3

5Tel n’est pas, pour d’évidentes raisons, le point de départ d’Alain Dewerpe, qui choisit de tenir à distance tant l’histoire de la pensée politique que la tradition sociologique (aucun renvoi à Weber dans son livre, un seul, fugitif, à Elias). Non qu’il les ignore : le nombre des références aux analyses de sociologues et d’anthropologues qu’il a effectivement mobilisées suffit à donner la preuve de l’attention qu’il prête aux propositions des autres sciences sociales. Mais il fait résolument le choix de ne pas partir d’un cadre théorique déjà constitué. Je ne crois pas solliciter abusivement les choses en posant que, malgré sa taille, Charonne peut être compris comme une étude de cas. L’auteur s’en explique dans les dernières lignes de l’introduction :

L’étude d’une événement unique nous presse de penser par cas : on voudrait ici persuader que la monographie la plus singulière peut contribuer, à sa manière, à rendre raison de phénomènes très généraux, qui l’excèdent mais dont elle permet l’examen […] en portant attention aux lieux, dates et noms, aux plus infimes des détails et aux modalités de mise en intrigue qui les assemblent, nous avons voulu nous attacher à produire un effet de distance critique, grâce auquel on peut rendre raison d’un événement déraisonnable qui a ses raisons.

Et encore :

  • 4 Charonne, p. 19.

Pour inscrire dans leur histoire l’état et sa violence, le témoignage et ses vérités, la mémoire et la mort, le document et ses historiens, nous avons voulu laisser la parole aux textes et les citer longuement parce que le massacre du 8 février 1962, nous ne l’approchons que par des mots.4

  • 5 Charonne, p. 23-24.
  • 6 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sor (...)
  • 7 Charonne, p. 26.

6« Un événement déraisonnable qui a ses raisons ». Derrière l’oxymore apparent, la formule résume ce qui légitime la démarche que Dewerpe a choisie. Dans sa violence, Charonne – la manifestation, la gestion administrative, policière et politique, le massacre, le traitement de l’événement par les différents protagonistes, par l’institution judiciaire, la mémoire enfin qui le prolonge –, Charonne met en jeu des forces contraires mais qui ne se réduisent pas à un conflit simple entre les manifestants et les forces de l’ordre. En ce sens, l’évènement est, de prime abord, incompréhensible : il l’est dans son ampleur, dans sa configuration, dans le conflit de normes explicites ou tacites qu’il laisse paraître, dans les enjeux qui le sous-tendent. Même s’il existe d’autres exemples de massacres en régime démocratique5, l’épisode n’est pas réductible à une série identifiée (celle des manifestations, par exemple, ou l’histoire des violences policières6) dans laquelle il viendrait s’inscrire et trouver une explication d’ensemble parce qu’il déborde de toute part le cadre d’une telle série. Il n’est pas « totalisable », comme l’écrit Dewerpe7. Charonne est un cas, qui requiert d’abord l’approfondissement de la description, dont on attend qu’elle rende pleinement compte de ce qui en fait la singularité, mais aussi qu’elle nous fasse comprendre comment on en est arrivé là. Cette dimension temporelle, ou plus exactement processuelle est essentielle en toute casuistique. Elle l’est bien évidemment de façon toute particulière dans le travail d’un historien. Mais insister sur la singularité du cas ne signifie pas que l’on s’interdit à terme de monter en généralité : c’est à partir de l’identification d’une configuration singulière, de son agencement, que l’on pourra proposer des formes d’inférences – inférences limitées, « contextuelles » (pour le dire comme Pierre Livet) comme le sont celles que peuvent proposer les sciences sociales (ou plus exactement socio-historiques).

  • 8 Charonne, p. 24, 27.

73. La première partie de Charonne, « Un massacre d’état », est sans doute celle qui, dans son austérité, sa modestie, illustre le mieux ce que l’auteur attendait d’un tel parti descriptif. Appuyées sur un massif de références documentaires – en dehors des archives de la présidence de la République, Dewerpe a finalement eu accès à la plupart des sources qu’il souhaitait consulter –, ces presque 300 pages proposent une « description dense », extraordinairement minutieuse par moments, de ce qui s’est passé dans la soirée du 8 février 1962. Il s’agit en premier lieu de « dépli[er] les multiples volets d’une événement complexe, aux dimensions enchevêtrées et donc rarement assignable à une cause unique […] ». Il s’agit ensuite de compléter une approche objective, tout particulièrement nécessaire dans une affaire de ce type, par la prise en compte de la diversité des points de vue des protagonistes de l’épisode ainsi que des raisons d’agir qu’ils se sont données, puis des interprétations qu’ils en ont produites. Dewerpe revendique ainsi d’avoir voulu « conjoindre objectivisme et subjectivisme, réalisme et constructivisme8 ».

8« Déplier les multiples volets d’un événement ». Ce programme a d’évidentes conséquences sur l’identification des acteurs, des formes, des raisons et des temporalités de la violence d’état. Derrière cette formulation lapidaire : la violence d’état, qu’elle soit proposée comme un concept de la pensée politique ou sociologique ou dénoncée (plus rarement revendiquée) comme un slogan par les acteurs du drame, la description rapprochée permet de repérer un écheveau d’instances, d’arguments, d’habitus, de représentations. Je rappelle en ce point que Charonne est l’histoire d’une manifestation interdite dans les derniers mois de la guerre d’Algérie, six semaines avant que n’aboutissent les négociations secrètes entre le gouvernement français et le FLN algérien, et donc dans une situation de forte incertitude politique. Pour protester contre une série d’attentats perpétrés le 7 février par l’organisation terroriste d’extrême-droite OAS, un certain nombre d’organisations syndicales (les unions départementales de la CGT et de la CFTC, l’UNEF) et politiques (PCF, PSU) réagissent en appelant dans l’urgence à manifester « contre le fascisme » le lendemain, 8 février. Non autorisée, le rassemblement fait malgré tout l’objet d’une concertation discrète : plutôt qu’à la réunion massive d’abord prévue place de la Bastille, cinq lieux de réunions sont prévus dans les 4e et 11e arrondissements. Les organisateurs souhaitent une manifestation pacifique, brève, avec une dissolution prévue pour 19 h 30. La situation dérape pourtant avec les charges brutales et les violences aux personnes des forces de l’ordre qui créent la panique parmi les manifestants. C’est ici qu’intervient le massacre du métro Charonne. Personne ne l’a planifié et, à la lettre, personne ne l’a voulu. Il n’est pourtant pas le fait du hasard.

9Ce que l’on appelle la violence d’état, ou la violence de l’état, ce sont donc aussi et d’abord des acteurs. Plus exactement plusieurs types d’acteurs, qui n’ont pas les mêmes formes d’action ni les mêmes raisons d’agir. En simplifiant les choses à l’extrême, à l’encontre de la minutie de l’analyse menée par Alain Dewerpe, on trouve :

- Les « forces de l’ordre ». Sous ce label général, des entités diverses dont les comportements sont différents. Composées de volontaires entraînés à la répression des manifestations, les compagnies d’intervention de la police municipale de Paris (31e, 61e), celles qui ont délibérément chargé la manifestation qui était sur le point de se disperser, sont les responsables immédiates, instrumentales, du massacre. Armées d’un redoutable bâton long, le fameux « bidule », mais aussi à l’occasion des grilles arrachées au matériel urbain, elles s’en prennent aux individus, manifestants et témoins indistinctement et, sur le site de la station Charonne, ce sont elles qui les font refluer vers l’entrée du métro. Récemment créées (en 1953), opérationnelles dans un secteur délimité (on les appelle aussi compagnies de district), « placées sous l’autorité d’un contrôleur général de district et sous les ordres d’un commandant, mises à la disposition d’un commissaire de voie publique qui en dirige l’action sur le terrain », elles ne sont pas toute la police, mais, au sein de la police, elles sont spécialisées dans la brutalité répressive extrême. Il convient aussitôt d’ajouter : dans la brutalité légitime, ou plutôt dans la brutalité légitimée par leur encadrement de terrain comme par les directives qui leur sont transmises depuis la Préfecture de police.

  • 9 Charonne, p. 207.
  • 10 Ibid., p. 221.
  • 11 Ibid., p. 224.

- Car si de Charonne, nous retenons d’abord un paroxysme de violence délibérée, on ne saurait oublier que c’est aussi « un massacre de bureaux et de papier ». En amont des acteurs instrumentaux, il existe toute une chaîne complexe de commandement – on vient de le voir à propos des compagnies d’interventions et de leurs multiples têtes – et de responsabilité, qui a décidé en amont des formes de l’affrontement, du style de l’intervention et des personnels qui en sont chargés, et qui suit en direct l’évolution de la situation. Chacun des échelons fait l’objet d’un examen détaillé, mais aussi ce qui fait la consistance et l’efficacité de la chaîne. à la tête de ces hauts-fonctionnaires de la violence policière, le préfet de police, Maurice Papon, les collaborateurs immédiats qu’il s’est choisis, les préfets Louis Amade et Pierre Somveille, le secrétaire général de la préfecture de police, Jean Baylot, le directeur général de la police municipale, Maurice Legay. Entre ces responsables décisionnaires, dont les carrières se sont souvent entrecroisées pendant les deux décennies précédentes, une forte solidarité, une cohérence fondée sur une culture administrative et politique commune, forgée à la faveur d’expériences partagées sous le régime de Vichy, pour certains, pendant la guerre froide et les guerres coloniales pour tous. Dewerpe caractérise ce groupe décisionnaire comme « un monde à part », un univers clos. Vers le haut, ils sont assurés de la protection du ministre de l’Intérieur, Roger Frey, son directeur de cabinet, Yvon Bourges, et de Constantin Melnik, célèbre barbouze chargé de mission pour les affaires de police auprès du premier ministre Michel Debré9. Entre les responsables administratifs de la police et les instances politiques, il n’existe donc pas de solution de continuité. Il en va de même vers l’aval : ceux qui sont placés au-dessous d’eux dans la chaîne de commandement et de responsabilité, en particulier les commissaires chargés d’encadrer les manifestants, savent pouvoir s’appuyer sur une solidarité sans faille de leurs supérieurs. Un mot d’ordre général : « La police demeurera à tout prix maîtresse de la rue »10. Toute manifestation est, de fait, considérée comme suspecte, en tout cas dénuée de légitimité – à plus forte raison s’agissant d’une manifestation non autorisée comme celle du 8 février. Toute mobilisation de masse est perçue comme irrationnelle, manipulée, hostile et menaçante (c’est, à la lettre, l’imaginaire de G. Le Bon, le père de la « psychologie des foules » à la fin du xixe siècle). Elle appelle donc une intervention de la force11. C’est pourquoi l’anticipation et la légitimation de la violence extrême, ainsi que ses conséquences possibles – la mort de femmes et d’hommes – peuvent se lire dans les instructions données aux commissaires qui encadrent l’action policière. Elle se traduit concrètement par des techniques d’intervention autorisées : la charge, des armes et, surtout, des gestes.

  • 12 Ibid., p. 393 sq.

- Mais la violence d’état ne s’arrête pas là. Elle s’exerce aussi dans la manière dont l’état assume sa responsabilité – en l’occurrence s’exonère et exonère ses représentants de toute responsabilité. Le traitement judiciaire du massacre – justice pénale, justice civile et justice administrative – en redouble les effets. Il fait l’objet de la deuxième partie du livre, celle où Alain Dewerpe, remontant au grain fin des procédures, démontre à quel point leur instrumentalisation par la hiérarchie du parquet sous l’autorité du cabinet du ministre de la justice, et le recours systématique au « mensonge d’état », relèvent d’une stratégie délibérée du déni face aux évidences produites par les diverses catégories de témoins, protagonistes ou observateurs. Elle pèse sur l’établissement des faits. Fabrication policière, fabrication politique, que décrypte l’analyse fine des témoignages12. Quelles qu’aient pu être certaines initiatives individuelles (celle, par exemple, du substitut Langlois, chef de la section criminelle du parquet de Paris, chargé de l’enquête préliminaire et qui la mène effectivement à son terme : elle établit une première version solide de ce qui s’est passé le soir du 8 février 1962), ces tentatives se sont rapidement heurtées à l’intervention des politiques au plus haut niveau : elles sont soucieuses d’éviter que l’« affaire » ne se constitue comme telle. L’enquête préliminaire aboutit pourtant à la conclusion que si

  • 13 Ibid., p. 493-494.

[…] le service d’ordre a dans l’ensemble exécuté avec une grande fermeté les consignes qu’il avait reçues […], en certains points, et particulièrement dans le secteur de Voltaire-Charonne, où furent engagées les 11e et 61e compagnies d’interventions de la police municipale, l’action de ces unités paraît avoir dépassé la rigueur normalement exigée des agents du maintien de l’ordre en de telles circonstances […] Mais en plus de ces considérations, ce qui demeure le plus certain est que des excès graves ont été commis.13

Malgré ce constat, l’instruction s’enlise ; les procédures seront délibérément retardées jusqu’au non-lieu pénal du 1er octobre 1966 au motif que la loi d’amnistie de juin 1966 couvrant les faits survenu pendant la période 1954-1962 « dans le cadre des opérations du rétablissement de l’ordre » vienne refermer le dossier judiciaire. La justice administrative n’est pas en reste puisque, après que les juridictions administratives se sont déclarées incompétentes, le Conseil d’état, deux ans plus tard, décharge à son tour l’état de toute responsabilité. Ceux qui ont choisi de participer ou qui, simplement, étaient présents à une manifestation interdite sont estimés responsables des dommages qu’ils ont subis.

104. L’approche pragmatique qu’a choisie Alain Dewerpe dessine une tout autre figure de la violence d’état. Elle en ignore toute définition essentialiste pour l’appréhender à travers une multiplicité d’actions et de raisons de ces actions qui se sont trouvées convergentes en un moment donné, dans une configuration historique particulière, et dont la résultante a été le massacre de Charonne. Car c’est bien en ce sens que cet événement déraisonnable a ses raisons, pour reprendre la formule d’Alain Dewerpe que je citais en commençant.

  • 14 Ibid., p. 216.

11Les protagonistes de la répression ont des raisons différentes d’agir comme ils l’ont fait. Leurs actions respectives renvoient à un ensemble de convictions, de représentations mais aussi d’habitudes qui sont propres à chacun des ensembles auxquels ils appartiennent. Autour du préfet de police, on l’a vu, on retrouve un petit groupe de hauts fonctionnaires dont les biographies professionnelles se sont entrecroisées depuis la période de Vichy et dont la solidarité ne s’est pas démentie sous la Quatrième, ni pendant les premières années de la Cinquième République. Elle ne repose pas seulement sur des engagements politiques partagés, qui se sont d’ailleurs révélés adaptables aux circonstances quand il le fallait, mais d’abord sur une culture administrative et sur une conception de l’action publique. Le service de l’état français, jusqu’en 1944, puis la lutte anti-communiste pendant la guerre froide et le maintien de l’ordre public pendant la guerre d’Algérie ont été pour eux autant d’occasions de l’illustrer, chacun dans son domaine de compétence. à l’autre bout de la chaîne, les policiers des compagnies d’intervention de la police municipale, qui sont des volontaires de la police, ne sont pas professionnalisés dans leur fonction (contrairement aux CRS et aux gendarmes, ils ne sont pas encasernés et ils sont rassemblés à l’occasion des opérations de terrain dans lesquelles l’on apprécie leur efficacité). Dans ce milieu, dont Dewerpe montre à quel point il a été sensible à l’anticommunisme ainsi qu’à la défense de l’Algérie française et à ses manifestations extrêmes pendant les derniers mois du conflit, il existe aussi une compétition pour l’efficacité ainsi qu’une personnalisation des procédés pour rétablir l’ordre, qui laisse à chaque unité une large marge de manœuvre14. On pourrait continuer ainsi en rappelant, après l’auteur,

  • 15 Ibid., p. 262.

[…] la prétention de l’état gaulliste au monopole de l’action politique légitime, ou mieux, l’affirmation que l’état, les pouvoirs publics, le gouvernement et ses administrations sont les seuls acteurs reconnus et efficaces de cette politique.15

Conviction encore renforcée dans la situation de dangereuse incertitude qui caractérise les derniers mois de la guerre d’Algérie, pendant lesquels les gouvernants doivent négocier à vue entre les périls qu’ils imaginent. On pourrait poursuivre, comme le fait l’auteur, en montrant encore, pièces en main, comment la magistrature, dans sa majorité, se conforme aux instructions du pouvoir politique.

12Pour rendre compte de ces solidarités, Dewerpe fait appel à plusieurs procédés : l’analyse – classique – des témoignages quand ils existent, celle des fonctionnements institutionnels, la prosopographie des biographies et des carrières, etc. Mais il va plus loin. Il emprunte aussi au lexique conceptuel de la sociologie des notions comme celle d’habitus ou de répertoire d’actions qui constituent autant de cadres qui sont tout ensemble cognitifs et pratiques, et il montre en quoi elle permettent de rendre compte des comportements effectifs. Chaque acteur, individuel ou collectif, individuel et collectif, chaque instance porte, explicitement ou non, une conception de ce qui est légitime ou non dans les initiatives et dans les gestes. Charonne est un massacre en régime démocratique : c’est à dire dans un régime où il existe des règles formelles qui définissent ce qui est licite et ce qui ne l’est pas. Dans la violence de l’évènement, ces règles sont confrontées à des conventions locales, propres à chaque corps d’acteurs et qui ne se superposent pas à elles. Et c’est bien le problème que pose Charonne :

  • 16 Ibid., p. 168.

L’autolimitation française de l’usage de la force n’a nullement exclu […] le recours aux extrêmes les moins avouables. Ceux-ci sont bien inclus dans l’espace répertorié des pratiques, sui, si elles ne se réalisent pas toujours, sont en permanence disponibles […] La violence paroxystique est en réalité une des figures actualisées, mais toujours actualisables, des actes de gouvernement, démocratique ou pas.16

  • 17 Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) Paris, édit (...)

135. Voici qui nous ramène au problème de la violence d’état, sur quoi je souhaite conclure. En apparence, l’approche micro-analytique proposée par Alain Dewerpe semble dissoudre la notion, puisque la pratique de la violence, et dans certains cas sa justification théorique, apparaissent éclatées entre un certain nombre de figures – celles que l’on vient de rappeler de façon trop sommaire –, de raisons, d’argumentaires et de répertoires. Chacune de ces figures renvoie à un contexte particulier, inséparable d’une configuration sociale et de l’histoire, proche ou plus ancienne, dont elle est le résultat. Identifier ces contextes permet de prendre en compte la subjectivité des acteurs, la subjectivation d’une situation, mais aussi la spécificité, l’hétérogénéité et l’historicité de chacun d’eux. On peut, comme le propose l’anthropologue Michel Naepels, concevoir l’événement, Charonne ou tout autre, comme l’imbrication de ces multiples contextes17 : en un seul lieu, plusieurs espaces sociaux et plusieurs histoires se rencontrent.

14Si l’on accepte cette lecture – celle que propose Alain Dewerpe –, pourquoi s’obstine-t-il à parler de « violence d’état », avec la dimension holistique qui s’attache à une formulation générale du type : « Tout état est fondé sur la force » (Trotzky) ? Il le fait, me semble-t-il pour une double raison.

- Charonne est unique et extrême, mais Charonne n’est que l’une des « épreuves » auxquelles a été confronté l’état démocratique depuis deux siècles et dont chacune est unique. L’événement nous impose de réfléchir sur ce qui est légal, sur ce qui est légitime et sur ce qui est tolérable dans un tel régime.

- Par ailleurs la violence n’est pas seule en cause dans le syntagme « violence d’état ». L’état l’est tout autant. Faire de lui une instance constituée, compacte, individualisée, une quasi personne comme le suggère le frontispice du Léviathan de Hobbes, est une représentation commune. Et c’est après tout le langage dans lequel l’état se dit lui-même, et ce que dit de lui le discours de la philosophie politique et, trop souvent aussi, celui des sciences sociales. L’approche fine et complexe que nous en propose Alain Dewerpe nous invite au contraire à reconnaître que coexistent plusieurs états dans l’état et qu’à la fin, l’état n’est nulle part ailleurs que dans les pratiques qui, sous des modalités diverses, le font exister en invoquant son nom.

Haut de page

Notes

1 A. Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’état, Paris, Gallimard, 2006, p. 27.

2 M. Senellart, « Les méditations militaires de Scipione Ammirato. Guerre et raison d’état », Mots. Les langages du politique, 73, 2003, p. 161-168.

3 J. Freund, L’Essence du politique, Paris, Dalloz, 2003, p. 720.

4 Charonne, p. 19.

5 Charonne, p. 23-24.

6 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997 ; Jean-Marc Berlière et René Lévy, Histoire de la police en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2013.

7 Charonne, p. 26.

8 Charonne, p. 24, 27.

9 Charonne, p. 207.

10 Ibid., p. 221.

11 Ibid., p. 224.

12 Ibid., p. 393 sq.

13 Ibid., p. 493-494.

14 Ibid., p. 216.

15 Ibid., p. 262.

16 Ibid., p. 168.

17 Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) Paris, éditions de l’école des hautes études en sciences sociales, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Revel, « Charonne : « Un événement déraisonnable qui a ses raisons » », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8005 ; DOI : 10.4000/acrh.8005

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et professeur (ém.) à New York University, Jacques Revel est l’un des directeurs des Annales. Histoire, sciences sociales. Ses intérêts d’historien portent sur l’histoire sociale des cultures européennes entre xvie et xixe siècle ainsi que sur les transformations contemporaines des pratiques historiographiques.
Parmi ses publications : Histories. French Constructions of the Past, New York, 1996 (avec L. Hunt) ; Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996 ; Un momento historiogràfico, Buenos Aires, 2005 ; Penser par cas, Paris, 2005 (avec J.-Cl. Passeron) ; Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, 2006 ; Proposiçaoes. Ensaios de historia e historiografia, Rio de Janeiro, 2009 ; Makers of Jewish Modernity, Princeton, 2016 (avec J. Picard, M. Steinberg, I. Zertal, eds.).
jmrevel@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals