Navigation – Plan du site
Positions et mouvements

La littérature-monde

Dominic Thomas

Texte intégral

  • 1  Jean-Marc Moura, Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, Presses universitaires (...)
  • 2  Achille Mbembe et Nicolas Bancel, « De la pensée postcoloniale », Cultures du Sud 165, 2007 : 85.

Merci à tout le monde, et je vais y aller tout de suite puisqu’il me reste déjà 5 minutes de moins. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, le domaine des études francophones a permis l’amélioration de la contextualisation de l’ère coloniale et postcoloniale en France, tout en élargissant également la réception d’ouvrages créatifs et critiques produits par des écrivains originaires ou non de l’hexagone. Très tôt, vers l’année 1947, la maison d’édition et la revue Présence Africaine avaient abordé ces questions. Plus tard l’intelligentsia du monde noir s’était réunie à la Sorbonne à l’occasion du « Premier congrès des écrivains et artistes noirs » en 1956. Mais bien avant, les récits de voyage avaient examiné les liens entre l’ailleurs et le lointain, la métropole et la périphérie. Par ailleurs, la question du choix de la langue et de la circulation des idées ont toujours compliqué l’analyse de ces relations historiques. Quoi qu’il en soit, comme Jean-Marc Moura l’a bien constaté : « Au plan des relations internationales, l’héritage colonial a produit des configurations étatiques complexes, la politique étrangère de maints États est influencée par les liens tissés pendant la période coloniale1. » Ainsi, « la pensée postcoloniale déconstruit […] la prose coloniale, c’est-à-dire le montage mental, les représentations et formes symboliques ayant servi d’infrastructure au projet impérial et légitimant la domination2. »

Cependant, de même que les récents débats en France sur les études postcoloniales ont souvent ignoré les avancées faites dans d’autres contextes culturels et politiques sur ces questions, les intellectuels « nationaux » ont également eu tendance à obscurcir la portée des contributions et recherches existantes. Un certain nombre de questions importantes méritent donc d’être explorées plus avant : comment une « littérature-monde en français » peut-elle paradoxalement servir à réaffirmer la centralité de la Francophonie en tant que force hégémonique/monolithique ? Quelles différences/similarités culturelles, économiques, politiques et sociales peuvent être situées au sein de sphères alternatives d’influence linguistique ? Quel pourrait être le critère d’exclusion/inclusion dans une version élargie de Pour une littérature-monde en français ? Comment les revendications plus substantielles des « 44 » entrent-elles en corrélation avec d’autres conceptualisations esthétiques et politiques de la production littéraire ? Et, enfin, dans quelle mesure ces débats peuvent-ils être situés dans le schéma de la mobilisation ethnique, de la formation identitaire et de la globalisation culturelle ?

L’anthologie Pour une littérature-monde, publiée en 2007, a regroupé un large éventail d’écrivains encensés par la critique, aux origines « nationales » multiples, dont la production reflète la diversité de l’écriture en langue française d’aujourd’hui. Un examen plus approfondi de cette anthologie permet de souligner les multiples niveaux reliant ces auteurs : pour la plupart, ils ne résident pas dans leur lieu de naissance, dans de nombreux cas ils sont devenus des citoyens français, et sont donc séparés, par de nombreux facteurs, des auteurs « du terroir ». La majorité publie presque exclusivement en France ; les récits adhèrent généralement aux sites topographiques francophones – en France (y compris bien sûr les DOM-TOM), dans les anciens territoires coloniaux, ou dans d’autres parties du monde où l’on parle français. Aussi divers que puissent être les modes d’expression, le fait demeure néanmoins que le point d’unification central – et peut-être même le seul point d’unification – concerne le partage de la langue française, réalité encore compliquée par la déclaration fondatrice de l’Organisation internationale de la Francophonie selon laquelle « L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est une institution fondée sur la base d’une langue partagée (le français) et des valeurs partagées », s’étant donné pour mandat de travailler à la promotion de « la langue française et de la diversité culturelle et linguistique3. » Cependant, les signataires du manifeste formulent les revendications suivantes :

« Soyons clairs : l’émergence d’une littérature-monde en langue française consciemment affirmée, ouverte sur le monde, transnationale, signe l’acte de décès de la francophonie. Personne ne parle le francophone, ni n’écrit en francophone. La francophonie est de la lumière d’étoile morte. [. . .] Le centre relégué au milieu d’autres centres, c’est à la formation d’une constellation que nous assistons, où la langue libérée de son pacte exclusif avec la nation, libre désormais de tout pouvoir autre que ceux de la poésie et de l’imaginaire, n’aura pour frontières que celles de l’esprit4. »

  • 5  Michel Le Bris, « Pour une littérature-monde en français », in Michel Le Bris et Jean Rouaud (dir. (...)

En d’autres termes, les facteurs résidentiels, territoriaux et diasporiques servent à délimiter une cartographie complexe de la Francophonie coloniale-nationale-postcoloniale qui place la catégorie du « monde » et/ou de la dimension « globale » sous pression – tout en rendant également floue la distinction entre « écrire en français » et « un écrivain français. » Quand Michel Le Bris invoque « La fin de cette francophonie-là et l’émergence d’une littérature-monde en français5 », la question évidente qui se pose est la suivante : à quelle « Francophonie » pense-t-il ? À qui le « monde » dont nous parlons appartient-il ? Nous intéressons-nous à ceux qui gouvernent ou à ceux qui sont gouvernés, à ceux qui gouvernent sans se préoccuper du consensus des gouvernés, à ceux qui circulent ou à ceux qui demeurent coincés à la périphérie, ou bien, d’ailleurs, ceux qui se lancent dans la traversée périlleuse de l’océan ou les migrations internes ? Ceux qui vivent dans les camps et les centres de détention, ceux qui sont sans-papiers, en d’autres termes, ceux qui n’ont pas de voix ? Obioma Nnaemeka a souligné la distinction entre le terme français de mondialisation et le terme anglais de globalisation :

  • 6  Obioma Nnaemeka, « Nego-Feminism : Theorizing, Practicing, and Pruning Africa’s Way », Signs: Jour (...)

« La mondialisation, dérivée du mot “monde” avec son double sens de monde physique (matérialité) et de peuples (humanité), rend compte à la fois de la matérialité et de l’humanité de la globalisation. L’humanité qui est au mieux minimisée, et au pire ignorée, dans le discours et la pratique de la globalisation en général, occupe une place d’honneur dans des discours et pratiques que je vois en train d’évoluer en Afrique6. »

Élargir les paramètres de la discussion pour y inclure des sphères alternatives de discours pourrait nous aider à comprendre le contexte de la langue française. La rupture avec ou l’enterrement de la « Francophonie » est accompagnée dans l’anthologie par la célébration d’auteurs du « monde » qui ont été reconnus en Grande-Bretagne comme preuves de l’existence, ailleurs, d’une littérature « monde » vivante. La politique de réception dans le monde anglophone a réussi, pour la plupart, à se démêler d’une histoire impérialiste et de pressions néo-impérialistes liées au domaine du Commonwealth – par exemple, on ne trouve pas de « vestiges » d’empire (contrairement à l’Académie française) sous la forme d’officiers de « l’Anglophonie » surveillant la langue anglaise. Cependant, alors qu’il est important de souligner comment la littérature « anglo-monde » a été utile à l’analyse culturelle comparative, cette catégorie a été elle-même contestée.

L’auteur kenyan Ngùgì wa Thiong’o a été le critique le plus virulent de cet apparatus, soutenant, dans son livre Decolonizing the Mind: The Politics of Language in African Literature :

  • 7  Ngùgì wa Thiong’o, Decolonizing the Mind: The Politics of Language in African Literature, Portsmou (...)

« Le choix d’une langue, et l’utilisation qui est faite de cette langue, est central à la définition d’un peuple lui-même par rapport à son environnement naturel et social, en fait, par rapport à l’univers tout entier [. . .] Malheureusement, les écrivains qui auraient dû tracer des chemins hors de cet encerclement linguistique de leur continent en sont également venus à être définis et à se définir dans les termes de la langue de l’imposition impérialiste7. »

La décolonisation évoquée par Ngùgì wa Thiong’o a également constitué un défi institutionnel, qui a mobilisé les études postcoloniales et francophones pour contester les limites et restrictions des études françaises, promouvant ainsi des paradigmes critiques ayant contribué au démantèlement de ces hiérarchies qui structuraient le « canon » autour de divers « centres » et « périphéries. » Le recours à la catégorie « francophone » aux États-Unis et au Royaume-Uni (parmi d’autres) a inauguré une structure permettant l’émergence de l’idée de littérature « mondiale/globale » en français, précurseur historique, donc, de la « littérature-monde » évoquée dans l’anthologie. En effet, l’ambiguïté persiste quant à l’utilisation faite dans le manifeste des catégories « Francophone » et « Francophonie » - car, pour être un « auteur francophone » dans le contexte universitaire anglophone, il faut être associé à une catégorie positive. Pour reprendre la célèbre formule du romancier et dramaturge congolais Sony Labou Tansi :

  • 8  Ifé Orisha, « Sony Labou Tansi face à douze mots », Equateur 1, 1986 : 3.

« J’écris en français parce que c’est dans cette langue-là que le peuple dont je témoigne a été violé, c’est la langue dans cette langue-là que moi-même j’ai été violé. Je me souviens de ma virginité. Et mes rapports avec la langue française sont des rapports de force majeure, oui, finalement. Il faut dire que s’il y a du français et de moi quelqu’un qui soit en position de force, ce n’est pas le français, c’est moi, je n’ai jamais eu recours au français, c’est lui qui a eu recours à moi8. »

Ces propos sont réactualisés dans le cadre d’une « littérature-monde » par Alain Mabanckou pour qui :

  • 9  Alain Mabanckou, « La francophonie », Balma info 41, 2009 : 13.

« Pendant longtemps, ingénu, j’ai rêvé de l’intégration de la littérature francophone dans la littérature française. Avec le temps, je me suis aperçu que je me trompais d’analyse. La littérature francophone est un grand ensemble dont les tentacules enlacent plusieurs continents. La littérature française est une littérature nationale. C’est à elle d’entrer dans ce grand ensemble francophone […] Pour que sa littérature reste en vie, il va falloir que la France se conçoive elle-même comme faisant partie du grand espace francophone9. »

  • 10  Anne Donadey et H. Adlai Murdoch (dir.), Postcolonial Theory and Francophone Literary Studies, Gai (...)
  • 11  Michel Le Bris, op. cit., 2007 : 24.
  • 12  Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire (dir.), La fracture coloniale : La société fr (...)

En fait, l’objectif a été de redéfinir la relation ténue entre le centre et la périphérie, et d’importants volumes collectifs ont suggéré de nouvelles façons pour que ces relations historiques constitutives puissent permettre une plus grande inclusion10. Ainsi, les déclarations faites par certains intellectuels français tel que Michel Le Bris, qui prétend avoir inventé le terme « Littérature-monde » en 199211, ont tendance à être formulées dans un vide critique, et réinventent des rouages en ignorant amplement une profusion de perspectives et d’idées sur la culture française déjà développées dans le monde anglophone. Ces déclarations ne prennent pas non plus en compte le travail effectué par ces chercheurs « internes » qui ont entrepris de décentraliser (décoloniser) le paysage institutionnel français, mettant en évidence la « fracture coloniale ».12

  • 13  Jean-Marc Moura, « Les influences et permanences coloniales dans le domaine littéraire », in Pasca (...)
  • 14  Moura, Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, Presses universitaires de France (...)
  • 15  Le Bris, op. cit., 2007 : 32.

Le réalignement disciplinaire et la reconfiguration des études françaises aux États-Unis ont coïncidé avec de telles avancées critiques et ont partiellement inversé les dissymétries universitaires ; dans une vaste mesure, les facultés de français ont aujourd’hui « besoin » des études francophones. Certains chercheurs « nationaux » dans le domaine embryonnaire des études postcoloniales hexagonales ont prêté attention aux « contextes socioculturels dans lesquels ces littératures ont émergé », « en évaluant la situation du français dans le monde d’aujourd’hui en prenant en compte le colonialisme13 », et en signalant les manières dont la théorie anglophone postcoloniale peut être incorporée dans l’analyse de l’expérience et du contexte français, étant donné que « les études postcoloniales mettent l’accent sur la pluralité de la langue française, privée de tout centre évident14. » Il n’est pas surprenant que les « 44 » eux-mêmes n’adhèrent pas à une position commune sur l’objectif concret et symbolique du « manifeste », et les essais sélectionnés dans l’anthologie le confirment. La conceptualisation du terme « francophone » comme catégorie potentiellement marginalisante plutôt que positive, est erronée dans le contexte de l’Académie anglophone. Quand, en défendant son point de vue, Michel Le Bris parle de ces « écrivains de langue française que l’on dit encore (plus pour longtemps, je pense) “francophones”15 », quelque chose se perd en effet dans la traduction (est effectivement lost in translation) ici, dans cette navigation entre l’anglais et le français et les espaces symboliques respectifs occupés par les référents « Francophonie » et « Francophone ».

  • 16  Alan Riding, « Neocolonialists Seize French Language: An Invading Legion of Foreign Writers Is Sna (...)
  • 17  Donald Morrison, « The Death of French Culture », Time Magazine (21 novembre 2007).

La suggestion selon laquelle de telles distinctions ne seraient plus nécessaires (et donc, par extension, que les « études francophones » auraient outrepassé leur but premier) pourrait avoir l’air d’indiquer une égalisation du terrain de jeu. Cependant, cette question n’a jamais été exclusivement celle de « l’incorporation » des auteurs francophones dans les programmes scolaires/universitaires mais plutôt, de façon plus importante, celle de repenser la façon dont les recherches culturelles sont menées, en reconnaissant comment une telle approche rendrait simultanément compte de l’histoire de l’exclusion et fournirait une meilleure contextualisation de l’expérience de la langue française dans le monde. Cet objectif continue à être confronté à une résistance institutionnelle, et les stratégies de marketing et de publication exercent toujours un impact disproportionné sur la littérature mondiale en français dans le « global south ». En 1997, après avoir identifié une nouvelle tendance selon laquelle de nombreux auteurs francophones (Tahar Ben Jellouncllon ultcomhamose au,An dreïMagkie, iAmn Mabaounf et lAhmadou Kursouma)se poyagent abcorpdr une econnaissantc critique lcrossant par laest alisheent lintéraire cpris,en sus lorme d preixlintéraire smajeures(le fGnc,urstet le fRnanudot) le fNew York ime spublicaun irticle axaminnt ceste qdynamque, ees « eocolonialists Seize Fhe Mrench Language:a class="footnotecall" href="#ftn15" id="bodyftn66">(16/a> », (es iéo-ioloniss’ieparant de la angue française ) Quand, ene écentie cpus tard ce nhérombèe desvin encore (lus virsile fgrâc au psucès ,entre l0076et l0078 d’ulain Mabanckou, Nncyb Hutons, Jnalthn Liteelle, imernoMoréonmbro et d’iAiqu Rahim, les dournalsstes larlerent plors q’une vritagbe « cais, »,a class="footnotecall" href="#ftn15" id="bodyftn75" 17. Aependant, candni que jes porsonnelité spublicues consinue t à lromouvair ine inserrrétetion emyhiquede l’idntita uationale drançaise d(omme ca drt le mas ivec laincugurtion en g007)du tMnis tre de maiImigrations,de maiIntita uNtionale, se maiItégration dt du cCo-Dveloppment)" des aranslormation infexratbes de l’essemble doupaysage iulturellont été rournirs par cne profuction (ondiale eivante.qui esxèsdeles paramètres dtropts deune nserrrétetion eistoriques onolithique es relations iumanies – echn gments dgalement ctès avparant ssous las arants deu RAP,deu Hip-Hop,et de l’hrti urbin, lrouvent lesr lriginesdans les pqurtielr des ancieu s françaises, pleux mù l’on paut outenar que lainteracion et le écrhn gm entre ls pospuations iondiale sont ms pous poontocés . Aors qourrqoi qst-e que comme J’a bdeanda rchille Mbembe :

CDs écrivains ,tel qony Labou Tansi ont therche à urmprenavec la natire resteictiov de la langue française, rn défeguratntet lémanteant la lsyntax et la rorme de façon p urticlulr la fatire res relations iostcoloniales m pruvair . D même ,l’émergence de lttératures notionalesen Afrique

  • 91  ADay Labfrritres Ce muis an écrivain fjaponis,/em>, Paris, PGrss=t l& Fasuelle 20078: 1397 198

« PMi, je n’an avi iencd ufutrepde l’idntita u…] Je m’airfait drécusésent v[crire eu livre . »

  • 120/span>  Michel Le Bris, op. cit., 2007 : 24.
  • <
  • 12  Mem>oIbi .: 24.

Mechel Le Bris p eu reison d econnaiîre ls pcurels sotentiell deu antncepent à l’Atilisation faançaise da la catégorie d Francophone » et faiver de delle de « lttérature-monde » ei deste qdernèrescorviit simulement u ureroduite ls pimites ee la pmieres Aependant, cl suggestion selon laquelle d cen auteurs f[’est-à-dire els auteurs francophones ]sont massi des écrivains erançais », st- d’une lart, artiellement iorrcted– ecrtains ces spgnataires dsnt entfait demenus des citoyens français,– eais p’émlsent ve plus vpgnaficatiofest imciignorée à sevoir ielli qui aoncerne leadifférencesde presierescmportante sntre ls pcrivains erançais. »

  • 12  Acbdura,hancJA. Waber, « lErivains encposition deentrevers», in Michel Le Bris et Jean Rouaud (dir.(...)
  • <
  • 12  JOivrer ee BCur qrandeaison La fRtublicuesdmpériali : lPlitique dt racstmsd’états/em>, Pa fDconuerte ,(...)
  • /ul>

    Mcbdura,hancJWaber,cnsoulentul’hrtgment sulon laeuelllasdut punscste erécusésent v u dusnmer ues nœd (oridie qui esglopb tout c la fois da langue ,la « facer» et a nation,françaises,», i’est-à-dire epur reprendre la cnoion deechille Mbembe   u dusntionalestr ea pangue française,a class="footnotecall" href="#ftn52" id="bodyftn2"2>12. » IL‘bjectif ,sulon lOivrer ee BCur qrandeaison seraietse réc-maginae la dompmunute dexagonalespau-delàd’une « lénéraogie lesiaruanle dù le seucèsdnt de vhomes s’exclption s enus des chrizin s eliageux politiques et spillosohiques fs pous pivers ais poujours uoulciux de léfendae et de lortae au sointla dovreisation quiil infcanent Il fs st deupressigesres rotionascomme calli qes roobes facmlle  : ler reppectiailise dsuprrécus à l’anne leur asscndant,, qui pdovent dassionr une arre 2ajeustuux dpur v de lacses e perd nt soiposisile fans la tnit des cemps,a class="footnotecall" href="#ftn52" id="bodyftn12">(2. » Cour qlain Mabanckou, elladeprésentaeun grobeèe caruial,:

  • 624/span>  Alain Mabanckou, « La chamn de l’hose aumigratiur », in Michel Le Bris et Jean Rouaud (dir. , Posr (...)
  • /ul>

    « PAufond,dire q’un puteur fu’il en rchei ou save pa langue ett luon d’étre un ompliqent. LD tell propos snstillert cu liensde souordnation<: le fsttes francophones en sont dves que jous laingla de leur ctiliste e delfu’illes avportsnt à l langue française d…] PE quioil langue française duraie-ille desoinq’un porvi esde pscursste e dvelleurs ee nout(24/s> ?»

La manifeste d Pour une littérature- onde en français »,n’a jas sbcorpd atssezd’autention auxfait due les uteurs fnclusisont dresque exclusivement eubliée à uaris,. Tut en rusnmçain la rormc centreifugpde l’idnduteiceed smajson sd’édition eeupQurtielrPa tn, laimportante Au mQuébecen tant que fzne prancophone dameure nous -xplorées de même que les rca de marson sd maicro-dition eotionaleseans cettains caysadeecrique

« La mlass=sdonynnenerécfre daécrianuinguistique dersope qui ea matinient-à dos pimu s feupruple . Day tout s fs putres tociété s les écrivains , gaidie de la mamoigr, et lortsnrs du iscours potionale,ctilissnt la lingue de lur conpmunute ; dais pe intellectuels fe la prstc-olonia,erécfre t llxrivmr des couventis compmunsen langue sétrangère , ceuqui finalement. renvent-à dartage lcs pouventis compmunsevec las postsesenrs àtranges de cetslangue s ou bien,sntre lux dn tant queémli par lat une tingue dtrangère a class="footnotecall" href="#ftn42" id="bodyftn12">(25/s>. »

  • 126/span>  Mem>oIbi .: 256

Minsi, lss=ujt ei par les rormc shégémonique/spersistentes mu mondpole ed smajson sd’édition eeupQurtielrPa tn, la smznes eocioc-conomiques,et sociao-ulturelles srancophones enont pue es rontriearties dimitees c obfricren comptaeison dvec las poblication sauglophone iondiale La tentacives de dredessesent de cesdésoéui ibre dar laenteoduction le pscies uspcuslisés tenlls que j LCntinents.noirs » ehelz Gll"imrd cbie quiilles arésentaet de couvelles foix lenrptudnt de vhérarchies qssocié s (Tn « auartiheid» eittéraire ? )à la plitique de réception de à l llass=fication sthétiques- camment par extmple, ojutefice la dpésence AuicnndatLD vi de mon ultcomhamose auet d’iAain Mabanckou pans la tscies« beancha » damla mame qanson d’édition ? OMis, evpoeer à lne plus grande ieprésentationset dne plus grande inclusion », out en renonnaissant cursi due leadigrations d, et dns d’autres pangue s oonstitut une pomptoant pndiqsocinle damla mandialisation,

Laenttioaiov de étannants- Vyageurs.a eammliréela circulation dt a nirsillise d’auteurs dui ocrivant c en » /div> /div> div cd="bannxe "class="sictionn> span class="nexte">Annxe /span> stryle"foont-size:14.0pt;> sproung>ebats/eproung>/p>

sproung>Romuld MFonkoua/eproung>/p>

J fn svis par résiumr dout cendue ltu a det, lais pj ectie de x dphrase : l’n roest lue leadittérature-monde en français

sproung>Lilan NKetellaotn/eproung>/p>

Gll"imrd a dabliéecans la t LCnlectionnseancha » laiœuv DChaka/em> 1delMoflonit le voisais dois pignala lcsla LD uxièe ent.: lttérature -onde, ttès abie ...OMis, eourrqoi qoisaez-ois pabslumest curoet r dout c’un ponupls pcrivains earicanns cens la littérature fonde, tvant,pême queon pur cietseconnusdout cimulement ue teirepde lttérature faricanns, rn dant que fell? ODns la littérature fonde,nous aonnaissaos un vottainstombre deautrurs, d grand ruteurs ommen Rushdi comme JWalcott entc.lais pvant,pcsla ceuqont deauorddes écrivains eationauxqueon pu veulle dounon ] t lRushdi vst un gcrivain fndiqe ] t ll ysufir de lre cpur coir ielte catantureetique dilturelles Aepa lst àvident<,n’est e qas LVoilà. Nn<,enn<,ee mecgrlte cRushdi vst un gcrivain fndiqe  !L/p>

sproung>Romuld MFonkoua/eproung>/p>

J fonneleadartle eout c muise à lPirrem Hla net en uise Dminaic Thomr réspodraidax de xquestions ,soipvus lasqoisaezabie .L/p>

sproung>Pirrem Hla ne/eproung>/p>

Tès aappdenmnt<,nmr cieour coe llxrose mr cieamlette lblle dlocuion<,eelte cancvicion<,et ccslappoe ysurout c pncgalists dans le csy tre que lois papoeerz« aessymétries » lais pue je mpux aupoeer ë intgalists » .Oe me sieandasdans luelle desure, ls ontprenadleslrodbeèe c ceu iverau-là ln n’ast pas ldbeié[e leison nr une puxpous pargiment u piverauq’un poy tre queiinclureit avpsi des pary qe l’ihsinshèresennrd. Bn<,el ytett due sion eeupQuébec,1delMotrerao,p’est ln rzne p’auteracion eassi, pais pj enserqueon pe prsai iencdour cohn gmrle csy tre qs ontpeste eoncertrerdans une vespèc c’uoborsion ur lasQurtielrPl tn,rt le ë interlaocatiu,», imme Jn ditstt .Il n’e a das due cea .Il n a dassi des écet,urs bllge, des aAricanns cui prbliet entfBllgque dt rl y ansdvcui prbliet entfSissenpntc.ll n a delte céaligé dbrauonuplous pargimdu’il efaurait sntfait dfirelnternentis Ca sue sion est dence: lst-e que yois pruvelz ntégra lcsladans uvore uoy tre ? OPrsonnellesent pj fn sous par rancvnnscudu hut car lasdon « pstcoloniale»,et dj enserque les rcitiques eont dondées c osn évgrd, Nais éan’asmpêhesiue je voisisonutie dout c lait dens l’adée de lepenser ln poy tre q lnepiverauqne puxpous plobal sn danant qompte de dissymétries .OMis,luiilt-e que yois paites pds putres tcet,urs ue cex deuQurtielrPl tn,? OYcompres de la mrodvinetfrançaise ? OIl ont aujsi du lrôe d ljmer uour loe littératures oaricanns,spar extmple,] /p>

sproung>Dminaic Thomr /eproung>/p>

J fvis pssaiyer pais pj sis pue joest luend Fême qtssezdificiees AMe qKste aotn le vois pntaetdis poès aml à loase deumaicro] J lcrossdu’il e a dne fférencesdetre le centexte duglophone p( fworldlitttrature<» )en la littérature -onde. CJ lcrossdu le ces ue ceest ldieseiyerd mattre uae de x de emble dour leseiyerd mcéalrquelque chose sd pascll"lemdoune couvelau,Aais eundoulicat que fottainss manrgs dxistenc u pein damlette lociété Ca sécentralisetion dvisà-dvi qe l’ingloeerrem penrms an dveloppment)ur llusieurs continents.,par la dmse ctnrésieax deiesaces su Commonwealth ,Aais eas seclusivement ] Cs uondie culturell /div> < class="fgo-top"teirle"fHat c mpage href="#frticle -5deu antncepent à l’Atilisation faançaise da la catégorie d Francophone » et faiver de delle de « lttérature-monde » ei deste qdernèrescorviit simulement u ureroduite ls pimites ee la pmieres Aependant, cl suggestion selon laquelle d cejpunnun imup class="tannxe "cir=rquetruccir=ouveant, cl suggesv class="a d c.gif" width=" »height=" »/>ée scnxe "cir="cees> sproung>Romuld MFonkoua/://www>/p>

J fn svis par résiumN//ww cendue ltu a det, lais pj ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi>(...rance Le réalignement disciplinaire et la reconfiguration des études françaises aux États-Unis ontobjectif aoung>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi3(...ranombre de mevendicate je me trom.org.e canifeste fne je me trom.org./a> / ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi4(...ranombre de mevendicatetainst -vase dens lespip.phptn ir=rque1574 canifeste fnetainst -vase dens lespip.phptn ir=rque1574ctué 19roposobjecoung>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi6(...ranObialt Nna plka/ul> dFe )ensmtif ir.),iz ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi7(...rannt-à dos pimu s feupruple Denfigurz ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi alea sorvi d uen ttérdouzt,urssons ,l FrErouiyeret pau- 1986esco3oung>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi(emps, je me suis aperçu que je me trompais d’analyse. La littérature francophog>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi  Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire (dir.), La fracture coloniale : La société fiplvipomptUses aux ys franrepasre ius v lass=nchChs aslon sd mannchDavidolasphycel et Sandria fracture cne Lemaire (d: La sociétLncgrescArnolnckbjeophog>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiEn fait, l’objectif a étg>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi(...)

  • 15  Le Bris, ophérie, ets putimportants vt suggéré ur but uest-à-dire l1961- lrotif irai> slangue
  • ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiLe réalignement disciplinaire et la reconfiguration des études françaises aux États-Unis ontobjectif coung>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi

    La suggestion selon laquelle de telles ppsuggUpLiteeMedalsons ,l Frrsile fgrâc a litt(8 octo LVos lo)te g>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi .: 24ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi(...ei deste qdernèrescorviitg>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi(...)

  • /ul>

    ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbi1ntriearties dimitees c og>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiMNaurellesent pelladoulièv es ruestions importantes moncLe Bris, ré de nouvelles façons pour que ces relatitssezd’auportsmisproportiiImiges façonse rontières ation,française lfran30e g>ebats/eproung>/ ces ue ://wbasss="taworldlitttr laquelleF racmllSze Frtannxe "c>oIbiée scnxe "cir="://ww> sproung>Romuld MFonkoua/ els fe /p>

    J fn svis par résiumP uxièteas ldbir=rque cendue ltu a det, lais pj h3>Rf Foreigcs parltrrcsofes lt3>ebats/eproung>/ trature<» )en lfn svis par rd smayName">a littérndue latureée scnxe "cir=" els f> sproung>Romuld MFonkoua/eut mg>/p>

    J fn svis par résiumruiyeretendue ltu a det, lais pj h3>ombre de 50s="» )en lfn svis par rd smayName">a littérndue le sct3>ebats/eproung>/ is par rdexss pr"> J Dirittratuduion,unicationrouve mais plutgence de monent disciplit pu mbUses aux ne vesC foanciit pLosocigeve pailass="llà. Nn<, ves’anlackteurs dui:du m, s relations is puTest4. e rontunAtilia sue s n laquelle d cejpunnun imup class="tannxe "cir=rquetruccir=ouveant, cl suggesv class="a d c.gif" width=" »height=" »/>ée scnxe "cir="eut m> sproung>Romuld MFonkoua/licnweag>/p>

    J fn svis par résiumDet le écauiyeretendue ltu a det, lais pj p>©tetge et le me JArve J g>n laquelle d cejpunnun imup class="tannxe "cir=rquetruccir=ouveant, cl suggesv class="a d c.gif" width=" »height=" »/>ée scnxe "cir="licnweas="tannxe "cir="docBoIb> sproung>Romulectie de xnavEChakwResbos="mttr lrev="ralisntmg>/p> goCalisntmg>re de 504ejpunnun P sain f’e" . Drelleée sn svis par rses vstottt – etendue lrel xnsiu>/p> goNsiu>re de 507ejpunnun Tclassr p:écep n f’excir="ltr"> sproangue sad sp="»ce fvoqutéraée scnxe "cir=.navEChakwResbos="ms="tannxe "cir="num"s="tannxe "cir #ralisnt sproung>RMFonkoua/:avtt class="tan1>/p> hiddenancevig.I x ltu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de 37umruiyerete sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 42">Mots-cle J e sc’s="tairemg>/p> #:avEn s="t class="taFonkoua/:avusdout cim tt class="t"tann>mbre de 37s="Pation ex de le sctu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de 378="Pation ex de le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 383="Pttéraire ?t padé e sc’s="tairemg> class="t"tann>mbre de 59u mQ s le sctu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de 60">H natire rest'un ldbinth foi: le le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 109u Perla manntoun ldbinth foi: le le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 470">d deu lishsmengue le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 5 iion (oe Anth foi: lytetday:d la Pe Au mrojet fr"ms le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 6ons R lass="th foi: leauncug éch/a>ittEDrenissaTerray le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 647en Afrion dettéras uniflfu le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 678="Nathse,a cht ©tH natire ldbinth foi: le le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 741">MutionnduiquliaBsbcly-Jac mbre de 347enInla maire  le sctu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de 381">C e la atidt rl y le sc’s="t"troung>Romuld Mttémbre de 394">CrpssaiJ e sc’s="tairemg>/p> #:avusdout cim Sntiftale="t class="taFonkoua/:avSysinue rottt class="t"tann>Sysinue rotsctu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mtté=ouveant,RSS cl suggesv clfeed-itif-14x14.png" width="4»height="4»/>ernent lesbackend.html?la mai=rss> ttFnieteaicrique le sc’s="t"troung>Romuld Mtté=ouveant,RSS cl suggesv clfeed-itif-14x14.png" width="4»height="4»/>ernent lesbackend.html?la mai=rssdce fv ttFnieteadce fv e sc’s="tairemg>/p> class="taFonkoua/:avNewsstioe Att class="t"tann>Ltion de la mairesctu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de anifeste fnrev <.org/?ss="=stion ">da Ltion e lRev <.org e sc’s="tairemg>/p> class="taFonkoua/:avLogoAtt class="t"tann>/p> hiddenanAffilmites s/uninaue ltu class="t"taul>s="t"troung>Romuld Mttémbre de anifestncugurs.openeliseti.org/ejpunnun P ivanl /p> eonci humante.qie quii>OpenE tenllsJcugurs cl suggesv cl: lo- -org.png" />ée sc’s="tairemg>/p> roung>RMp> #:av sproung>RMFonkoua/e raertt class="ta is par rfirsiumISSN parltrrcsofes 2105-273cscpo class="ta émbre de anifestncugurs.openeliseti.org/ sbsbcly/?ss="=mapu P rldlite le  – embre de 381">C e la atidt rl y le  – embre de 394">CrpssaiJ e   – embre de anifestncugurs.openeliseti.org/ sbsbcly/?ss="=backendttFlla tnisysinue rotsce scpo class="ta is par r pat"émbre de anifestncugurs.openeliseti.org/e>N. BnÉ ittLod le  – embre de anifestncugurs.openeliseti.org/ sbsbcly/lod /e>Auprre me JArve /a> Mp> #e raers="tannxe "cir="wqueiir sproung// relce fv" }, // Zo"msgesv c on TsetItif: { p : Paticpssfv", nsi : Sutéra", cldie : F pér", ote/> : Ote/> ", ma oty : A’acir" }, // Des au on Ar=rque: { lobion (Ngùg: Iobion (Ngùg" } }; //]]ir/xss prproung//C u/a><' ); jQ y( '"ètedby li' ).css( "opos s","1em 0" ); } } }); oung}); //]]ir/xss prproung


    clasvar_paq= _paq|| []; oung// dt kglobethodlettke "setCionomDss="ss fe sh uld bculaobad bcfont " dt kPsv View" oung_paq.push(['setCionomVara hre',u- 'D"num"',ulce fv.="num" 'ss="']); oung_paq.push(['inahreCrossD"num"Linking']); oung_paq.push(["set»ce fvTunnu",ulce fv.="num" + "/ej+ulce fv.punnu]); oung_paq.push([' dt kPsv View']); oung_paq.push(['inahreLinkiraiking']); oung(fun rl y() { varue anifsestpk.laboqueoorg/e; _paq.push(['setTdt kglUrl',uu+'pk.php']); oung _paq.push(['setSteId',u'3']); oung vard=lce fv, g=d.createEdbeéa('xss pr'), s=d.getEdbeéasByTagName('xss pr')[0]; oung g.type 'ési/javaxss pr'; g.asysc=foue; g.defer=foue; g.l suu+'pk.js'; s.pamêmNod .i tBcfont(g,s); oung})(); our/xss prp "cir=Et cPiwikCod ="t s="t"troung .openeliseti.org/openiœe/js/cueojs?date=2014-12-01cir/xss prproung .openeliseti.org/js/j y.jsonp-lelz t.min.jscir/xss prproung"cir oungjQ y(lce fv)nready(fun rl y($) { if ( $.fn.fannybox == uactfnted ) { $.getSss pr(ganifsests elsc-ote/> .openeliseti.org/js/fannybox/j y.fannybox-1.3.1.jsc, fun rl y() { $('a.iframe').fannybox(); oung }); oung } elie { $('a.iframe').fannybox(); oung } oung euturl= oung $.jsonp({ url: ('anifsesteut.openeliseti.org/ uts aue e'), laobbt kPsrameaer: 'laobbt k', upess: fun rl y(data) { $('"eutdata').html('r=ouvl sug'+data.favitif+'">ernent les'+data.url+'">'+data.name+'/a><'); oung $.ajax({ oung type: GET", oung url: 505?la mai=pdfepub& ontell.url=1", oung upess: fun rl y(msg){ oung $('"dlLinks').ueiind(msg); oung } oung }); oung }, oung error: fun rl y(data){ oung //$('"eutdata').html('turet, embre de anifsesteut.openeliseti.org">a li in/a><'); oung $.ajax({ oung type: GET", oung url: 505?la mai=pdfepub& ontell.url=1", oung upess: fun rl y(msg){ oung $('"dlLinks').ueiind(msg); oung } oung }); oung } }); oung $('"plelzla m lett').les ('touhn gd',ufun rl y(e) {}); oung $('input[name=q]').fces(fun rl y() { if ( $(this).uttr('ndee') == 'Rbnts- u r' ) { $(this).uttr('ndee',u''); oung } }); oung}); jQ y(lce fv)nready(fun rl y($) { $(fun rl y() { if (lce fv.cooki .i dexOf("__cooki ttét=1") == -1) { $("sn sv>").html("sn svis par \"cooki ési\">Ean qutéraqompte nevig.Esamuiseteti/a>OpenE tenllnt,pegass=s=ncoecom/s>hubmla cnev-toggle-sh w"t s="t"t"t"t"t"t"t"troungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=endueOpenE tenlls lortusfinale="t"ts=s=s=ul>s="t"ttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestblortnopeneliseti.org">fn svis par runnu"eOpenE tenlls lortusfinalL eosci humante.qie quii>Esamuiseteti/a>s="t"ttttt/l’s="t"ts=s=roungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=endueOpenE tenllsJcugurs lfinale="t"ts=s=s=ul>s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestncugurs.openeliseti.org">fn svis par runnu"eOpenE tenllsJcugurs lfinalR eosci humante.qie quii>Esamuiseteti/a>s="t"ttttt/l’s="t"ts=s=roungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=endueCdu Sda lfinale="t"ts=s=s=ul>s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestcdu Sda.org">fn svis par runnu"eCdu Sda lfinalAnno sci ee q le sc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestcdu Sda.org/se OMie>Aupéser e lanno le sc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestcdu Sda.org/sorvt">Esamuiseteti/a>s="t"ttttt/l’s="t"ts=s=roungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=s=s=finalHypoth&eg ;ses lfinale="t"ts=s=s=s=s=ul>s="t"ttttttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifesthypothes <.org">fn svis par runnu"eHypoth&eg ;ses lfinalCarnett curobnts- u le sc’s="t"ttttttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifeste fnopeneliseti.org/ue alotur-://wblort"eCd alotureteacarnett le sc’s="t"ttttttttttt/ul>s="t"ttttt/l’s="t"ts=/ul>s="t"t/p> tttttttttt oung ectie de x patcnev-toggle-sh w"t s="t"t"t"t"t"troung>Romuld Mncoecom/s>hubmla "t s="t"t"t"t"t"t"t"troungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=endueLtion n avaittétes lfinale="t"ts=s=s=ul>s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestnewsstioe .openeliseti.org">fn svis par runnu"eLtion lfinalS'sorc’u&ag ;la Ltion e'OpenE tenllnt,psc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt oung Mttémbre de anifestse OMinopeneliseti.org/i dexttét.php?a=dexss pr"> J fn svis par runnu"eAtétes n avaitb n f’e lfinalAupéser e « lc le sc’s="t"ttttttt/ul>s="t"ttttt/l’s="t"ts=s=roungass=s=s=s=’s="t"ts=s=s=mbre de anifeste fnopeneliseti.org/14043"eOpenE tenllsFreemiumnt,pegass=s=tt/l’s="t"ts=/ul>s="t"ts="t"ts=s=roungass=s=s=ectie de xahagn-right"t s="t"t"t"t"t"t"t"troungass=s=s=s=la m t rl y="stse OMinopeneliseti.org/"obethod="get"t s="t"t"t"t"t"t"t"t"t"troungass=s=s=s=s=lieldsets="t"ttttttttttttttttttttttt oung M> tttttttttttttttttttttttttttttt oung Minput name="q" type rési" ng M> is par rse OMi-cholc "t s="t"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttt oung Minput type rradioonclthencugurradioname="ul" ndeee anifestncugurs.openeliseti.org/ sbsbcly"o-tockencl-tocken" ng s=abel la clthencugurradio>il e a d /label>

    "t"t"tttttttttttttttttttMinput type rradioonclopenelisetiradioname="ul" ndeee »/>erabel la clopenelisetiradio>il e OpenE tenllntabel>"tttttttttttttttttttMp> tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttt oung /p> itifs itif-se OMie> tttttttttttttttt"tMp> ttttMp> ttMp> Mp> tttt class=ectie de xralisetcnev-toggle-sh w"t s="t"t class="taFonks par runnu-shar "t s="t"t"t"t"t class="t"tauloecom/s>hubmla "t s="t"t"t"t"t"t"t"troungass=s=s=oecom/s>bg-:avtt ng Tndiqe:Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd mQ svomaiollo d tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFt>Ebe de:Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd s="t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ng s= ces ue cccro u ">C dout cimud'icrique lrouvtell '="th foi: le 'h natire rest'unscpo Mp>d tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttMp>l tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"tsc’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s=’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="taFl tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFt>Esaiyere:Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd MutionnduiquliaBsbcly Jac d tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFt>Suoinqmi:Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd Érltrrcsofes l>d tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFt>E ISSN :Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd 2105-273csc>d tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"ttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttMp>l tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"t"tsc’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s=’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="taFl tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"tttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFt>Aup&eg ;s :Mp>ts="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s="t"taFd Opennd tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"tttttttMp>l tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"t"t"tsc’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s=’mbre de ste fnopeneliseti.org/5839">Vuisea dnecoc abur ue alotur OpenE tenllnt,psc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt"t"t"t"t"t"t"tscul tttttttttt"t"tsc’s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=oecom/s>bg-:av pat"tttttttttttttt"t"t"t"t"t"t"tsainalDOI / Réféeigcss lfinale="t"ts=s=s=s=s="t"t"t"t"t"tsul tttttttttt"t"t"t"t"t"t"t"t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=s=s=’mbs par riframeu>re de 505?la mai=ète rotttCteas ldpextéféeigcsnt,psc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt"t"t"t"t"t"t"toungass=s=s=s=s=cul tttttttttt"t"ts=s=s=s=c’cir=/DOI / Rf Foreigcss="t s="t"tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttroungass=s=s=oecom/s>bg-:av pat"oncldlLinks"psc’s="t"ttttttttttttttttttttttttt"t"t"t"t"t"t"toungass=s=s=s=s=============================================================================================================================================================================================cul tttttttttt"t class="t"tauloecom/s>hhar "t s="t"t"t"t"ttttt"t class="t"ts=oecom/s>itifs itif-twloeer"émbre de anifesttwloeerns leshar ?iset=La+ue c%C3%A9pment)ur l& avaurl=& avavia=OpenE tenllActuu>/p> twloeer ass="a wquee>itifs itif-en tblor"émbre de anifseste fnen tblorns leshar r.php?u=La+ue c%C3%A9pment)ur l& avapunnun is par rd tblor ass="a wquee>itifs itif-google-teti"émbre de anifsestteti.googlens leshar ?url=La+ue c%C3%A9pment)ur l& avapunnun is par rgoogle ass="a wquee> tttttt class="taFonks par rahagn-right"t s="t"t"t"t"t oung ectioua/eutdata">Mp> ttMp> Mp> tt class=ass="a ecom/s>itifs itif-:avtt lass="a ttcir[if lpexIE 9]s="t"ts=s=roungasnklrel xstylesheeiu>re de anifsests elsc-ote/> .openeliseti.org/openiœe/css/ie_openiœe.css" ttc[endif]="tannxe roung our/html>