Navigation – Plan du site

Bioart : de Genesis à Natural History of the Enigma

Bio Art: From Genesis to Natural History of the Enigma
Eduardo Kac

Résumé

Bio Art: From Genesis to Natural History of the Enigma

Eduardo Kac gained prominence at the beginning of the twenty-first century with his transgenic work “GFP Bunny” (2000), centered on the green-glowing bunny named Alba that he created through genetic engineering. In 1997 Kac coined the term “Bio Art” to designate the new international movement that manipulates or creates biological life as an art medium. His presentation offers an overview of his trajectory, with emphasis on his most recent works. Among his many career highlights, Kac discusses his recent transgenic artwork “Natural History of the Enigma.” The central work in the “Natural History of the Enigma” series is a plantimal, a new life form Kac created and that he calls “Edunia”, a genetically-engineered flower that is a hybrid of the artist and Petunia. The Edunia expresses Kac’s DNA, taken from his blood, exclusively in the flower’s red veins.

Texte intégral

Je vais vous parler de mon travail artistique en me concentrant sur son développement récent, depuis 1997. C’est justement à partir de 1997 que j’ai développé ce que j’appelais à cette époque le bioart. Quand on parle de bioart, on ne parle ni d’animisme, ni de métaphore, ni de représentation. Pour moi, le bioart, c’est travailler le vivant du point de vue biologique, matériel. Véritablement, directement. Travailler le vivant dans le même sens où nous sommes des vivants. La vie biologique en tant que telle. Mais ce n’est pas de la biologie, c’est de l’art. C’est intéressant d’explorer et de se poser des questions par rapport à la dimension esthétique du vivant, pas le vivant que l’on trouve sur place, pas le vivant produit par l’évolution, mais le vivant imaginé et biologiquement créé, qui est résultat de l’imagination et non d’un processus qu’on dirait « naturel ». Qu’est-ce que la nature ? On sait bien que c’est problématique.

Pour vous montrer ce que j’ai développé, je vais me servir de mon site web (http://www.ekac.org). Ma carrière a commencé il y a plus de 30 ans, dans les années 1980. Au départ, ma formation était plutôt dans les domaines de la poésie et de la philosophie, qui demeurent très importantes pour moi. La poésie renvoie à la production, au fait de produire et de réaliser matériellement des œuvres. De l’autre côté, la philosophie renvoie à la dimension de réflexion qui accompagne mon travail, au fait de se poser des questions par rapport à la vie. Non seulement la vie telle qu’on est, telle qu’on la trouve, mais aussi imaginer l’avenir de la vie telle qu’on peut prévoir qu’elle sera.

En 1997, j’ai créé ce terme de bioart. À ce moment-là, je travaillais déjà dans le domaine de l’art numérique depuis 15 ans. J’ai travaillé au début des années 1980 avec le Minitel, en réseau et avec d’autres moyens. Vers la fin des années 1990, je trouvais qu’il y avait à cette époque ce que j’appelais, d’une façon très informelle, une espèce de maniérisme numérique, une espèce de fascination pour le numérique, de paranaturalisme numérique. Les gens imaginaient qu’on allait télécharger le cerveau, etc. Je trouvais cette fascination pour le numérique problématique et il me semblait qu’il fallait explorer une nouvelle voie dans l’art contemporain, plus viscérale, plus ancrée sur le corps, mais qui ne serait pas le Body Art des années 1960-1970, parce qu’on voyait bien à ce moment-là qu’il y avait un nouvel horizon devant nous : l’horizon ouvert par la biologie moléculaire.

À la fin du XXe siècle, il était clair qu’il fallait inventer une nouvelle dimension du vivant, justement pour ne pas laisser aux grandes compagnies comme Monsanto et les autres, le pouvoir total de contrôle, ni sur les discours, ni sur la production du vivant. Il fallait intervenir, saisir les mêmes moyens que les scientifiques, que les compagnies, les ingénieurs, et faire autrement. Pratiquer une résistance intellectuelle, une résistance physique mais, en même temps, inventer poétiquement d’autres possibilités. C’était mon projet à la fin des années 1990. En 1998, j’ai écrit un texte, « L’art transgénique » (http://www.ekac.org/​larttransgenique.html) pour préciser plus clairement ma démarche à l’intérieur du bioart, un terme très large au départ. C’est devenu un mouvement international. D’autres artistes travaillent dans ce domaine, chacun à sa manière. En 1998, j’ai souhaité préciser ce que je voulais faire à l’intérieur de cette vision globale du bioart : l’art transgénique. En 1999, j’ai créé ma première œuvre d’art transgénique, Genesis (http://www.ekac.org/​geninfo2.html).

Figure 1. Eduardo Kac, « Encryption Stones », Laser–etched granite (diptych), 20" X 30" (50 X 75cm) each, 2001.

Figure 1. Eduardo Kac, « Encryption Stones », Laser–etched granite (diptych), 20" X 30" (50 X 75cm) each, 2001.

Collection Richard Langdale (Columbus, OH)

Ce diagramme vous explique la logique de cette œuvre. Elle commence avec cette phrase de la Bible (je précise que je suis athée) dans laquelle Dieu donne à l’Homme le pouvoir total de contrôler toute la vie sur la terre. J’ai traduit cette phrase en morse – tirets et points. Ensuite, j’ai créé un code pour cette œuvre. Ce code a l’air d’être un peu compliqué, mais il est très simple. Il est composé par les quatre bases chimiques de l’ADN. Je remplace les points par le C – qui représente la cytosine et je remplace les tirets par le T – c’est une ligne, c’est une logique d’analogie selon les formes. Ce sont les morceaux motivés de mon code. De l’autre côté du code, qui est plutôt arbitraire, je remplace l’espace entre les mots par la lettre A – l’adénine – et l’espace entre les lettres par le G. Cela me permet de passer de deux composants (points et tirets) à quatre, qu’il y ait aucune ambigüité. La séquence que cela donne est très claire. Par exemple, on commence avec CTCC (point-tiret-point-point), ensuite on a G – la fin de la première lettre. CTCC, c’est la lettre L et le G donne l’espace. On suit cette logique et le premier A, c’est la fin du premier mot. En suivant cette logique et on arrive à un codage, un ADN de la phrase de la Bible.

Tout cela se passe sur l’écran