Navigation – Plan du site
1991

Cugnaux

Lavimona, lycée de Cugnaux
Responsable(s) des opérations : Marie-Noëlle Nacfer

Entrées d’index

Peuples et cités :

Chasséen

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SP)
Inventeur(s) : Nacfer Marie-Noëlle

1La construction du lycée de Cugnaux au lieu-dit Lavimona a nécessité la réalisation d'une fouille de sauvetage en 1991, sous la conduite de Marie-Noëlle Nacfer. En effet, son emplacement jouxte le site néolithique de Villeneuve-Tolosane et des travaux d'élargissement de la route qui le longe avaient révélé la présence de structures néolithiques et médiévales jusqu'à son emprise.

2Lors de sondages exploratoires, une sépulture chasséenne a été découverte (Fig. n°1 : Sépulture chasséenne d’un homme en position fléchie. L’armature de flèche est encerclé). Il s'agissait d'un individu adulte reposant en décubitus ventral orienté nord-sud. Il avait les jambes repliées. Les observations réalisées permettent de supposer qu'il avait été déposé sur le côté gauche, puis, sous le poids des sédiments, avait basculé vers l'avant sur le bras gauche. L'ampleur du mouvement implique la présence d'un vide autour du corps (protection en matière organique relativement durable). Une pointe de flèche en silex blond reposait sur son corps au-dessus de la deuxième vertèbre lombaire. Deux autres silex ont été découverts à une quinzaine de centimètres de son bassin.

3Les quinze structures chasséennes conservées sont des structures en creux. Elles se répartissent en quatre différents types.

4Les plus nombreuses forment des fosses circulaires ou ovoïdes de 0,70 m à 1,80 m de diamètre. L'une d'entre elles renfermait le squelette complet d'une chèvre. Une autre contenait huit vases complets renversés sur leur embouchure au fond de la fosse. Les autres, réutilisés en dépotoir, ont livré un abondant matériel chasséen. Une fosse recelant de nombreux macrorestes végétaux (glands, noisettes) a été datée de 4950 ± 70 BP (cal 3939 à 3582 avant J.-C.).

5Deux silos en sac ont été découverts. Le premier a un diamètre à l'ouverture de 0,50 m et au fond de 1,20 m, avec une profondeur de 1,15 m. Le fond était tapissé de petits galets. Son remplissage témoignait d'une réutilisation en dépotoir. Il a été daté de 5460 ± 70BP (cal 4453 à 4095 avant J.-C.). Le second, s'ouvre au fond d'une fosse ovalaire à fond irrégulier (diamètre ouverture : 0,50 m ; fond : 1,10 m ; profondeur : 1,20 m). Il existe des collages entre le mobilier de la fosse et celui du silo.

6Deux segments de fossé orientés nord-est–sud-ouest ont été repérés. Le premier repéré sur 32 m de long a une profondeur maximum conservée de 1,25 m et un profil en « U » à fond plat. Une datation 14C indique 5020 ± 50BP (cal 3955 à 3712 avant J.-C.).

7Le second a été vu sur une dizaine de mètres de long. Il était large de 4,50 m pour une profondeur conservée de 0,40 m.

8Enfin, une structure de combustion à galets chauffés de plan circulaire a été découverte, analogue à celles de Villeneuve-Tolosane.

9Le mobilier livré par ces diverses structures constitue une série homogène appartenant au Néolithique moyen chasséen. Les céramiques comprennent les formes suivantes par ordre de fréquence : écuelles carénées (certaines ont le bord renforcé par un bandeau multiforé), coupes en calottes (plus de la moitié à bord épaissi à l'intérieur), vases globuleux et tulipiformes. Les vases à col ou à épaulement, les jattes, les assiette sà marli sont rares. Un seul fragment de vase-support a été mis au jour. Les décors sont quasi inexistants. Les préhensions sont représentées par des barettes à perforations horizontales, des mamelons perforés ou non, des anses tubulaires verticales, des anses en ruban.

10L'industrie lithique est constituée par des haches polies en quartzites, des percuteurs et des broyeurs et quelques outils en silex, principalement en silex blond (pointes de flèches, grattoirs,lamelles). Les fragments de meules et de molettes sont nombreux.

11L'outillage en os, peu abondant (dix-sept objets), se caractérise par la proportion importante des spatules et des biseaux et la rareté des outils perforants. Un fragment de fût d'épingle a été recueilli.

12Deux fosses et un lambeau de sol d'habitat peuvent être rattachés à l'Âge du fer. Le mobilier comporte de grands plats tronconiques à marli, des jattes à paroi évasée, une urne à épaulement. Parmi les décors on rencontre des sillons,des bossettes, des bords et des cordons digités et un décor de colorant rouge associé à un décor imprimé. Le mobilier lithique se compose de plusieurs meules et d'un percuteur. Une des fosses a livré des fragments de paroi de four en argile cuite. Le mobilier évoque le début du Premier Âge du fer.

13Trente-trois sépultures en terre libre ont été implantées durant la période médiévale sur le site. Elles correspondent à autant d'individus inhumés en décubitus dorsal, tête à l'ouest. Les individus jeunes composent le tiers de la population: ils ont, dans les cas observables, les membres supérieurs disposés en extension le long du corps, les mains reposant à plat à côté des hanches. Les adultes ont, indifféremment, les mains plaquées sur les hanches, ou les avant-bras ramenés sur le thorax. On note une organisation des inhumations, dont aucune n'a été recoupée et qui ne comportent aucune réduction, selon trois rangées orientées nord-sud. Certains caractères discrets (os acromial), communs à deux individus, suggèrent qu'ils appartenaient à un même groupe familial.

14Aucun mobilier n'accompagnait les sépultures. Il semble qu'on puisse chronologiquement associer à la même occupation une batterie de huit fosses situées à peu de distance: certaines d'entre elles sont sûrement des silos et leur comblement a livré des restes de faune (pour l'essentiel bovins, suidés,caprins), ainsi que du mobilier métallique (deux couteaux à soie et une serpette enfer) et céramique. Ce dernier comporte des petites oules à petit col cylindrique et lèvres éversées, des vases à liquide au bec pincé ou au bec tubulaire dont l'extrémité est collée à la lèvre, des décors à la molette en lignes horizontales superposées.

15Les datations 14C effectuées sur une sépulture et sur des vestiges osseux du comblement d'une fosse donnent des résultats différents mais qui restent, cependant, très cohérents (respectivement 1260 ± 40 AD, soit cal 676 à 865 après J.-C., et 1270 ± 50 AD, soit cal 667 à 872 après J.-C.).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sépulture chasséenne d’un homme en position fléchie. L’armature de flèche est encerclé

Fig. n°1 : Sépulture chasséenne d’un homme en position fléchie. L’armature de flèche est encerclé

Auteur(s) : Nacfer, Marie-Noëlle. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sépulture chasséenne d’un homme en position fléchie. L’armature de flèche est encerclé
Crédits Auteur(s) : Nacfer, Marie-Noëlle. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Cugnaux », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10451

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals