Navigation – Plan du site
1988

Union (L’)

Lit de l'Hers Mort
Responsable(s) des opérations : Charles Cambe

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 (SU)
Inventeur(s) : Cambe Charles

1À l’occasion des travaux de recalibragede l’Hers Mort exécutés durant l’hiver 1988, (la présence permanente d’un archéologue étant financée par la municipalité de l’Union) une découverte exceptionnelle a été réalisée : des pirogues monoxyles (Fig. n°1 : a : pirogue n°1 (Âge du bronze) ; b : reconstitution de la pirogue n°2 (Haut Moyen Âge)).

2La basse plaine de l’Hers, large de 1 km en moyenne et encombrée d’innombrables méandres, était une contrée marécageuse avant les premières rectifications qui débutèrent au XVIIIe s. Les dépôts grossiers de la partie inférieure de l’alluvionnement sont surmontés par plusieurs mètres de limons fins, de couleur jaune. Dans de profonds sillons atteignant parfois le sommet de la molasse, se sont accumulées des masses d’argile bleutée à débris végétaux dans lesquelles sont interstratifiées des lentilles de sable ou de gravier.

3Des concentrations de troncs d’arbres ont été observées à plusieurs reprises. Au droit de la pirogue n° 1, la stratigraphie du remplissage d’un ancien chenal s’établit ainsi :

4Le déroulement de l’intervention a été le suivant : prospection avant et pendant les travaux, surveillance des terrassements, échantillonnage, afin de constituer une échelle dendrochronologique régionale.

5La fouille fut entreprise dans trois secteurs différents : pirogue n° 1 et ses abords, pirogue n° 2 et ses abords immédiats ; enfin, à l’emplacement du chenal PHS  1.

6La fouille de la couche à bois du secteur PHS 1 a intéressé une surface de 25 m2. La présence de troncs d’arbre de gros diamètre (0,50 m à 1 m) à 6 m de profondeur est remarquable.

7Le sédiment sableux comportant des passées organiques dans les minces niveaux argileux a livré des vestiges céramiques, lithiques et osseux abondants.

8À souligner la découverte d’une dizaine de pesons ou galets encochés obtenus sur des galets plats plus ou moins allongés, mobilier qui s’apparente aux industries néolithiques de la vallée de la Garonne.

9Sitôt découverte et identifiée dans sa gangue de sédiment, la pirogue n° 1 fut dégagée à l’exception de sa base pour faciliter son enlèvement d’un seul bloc. L’intérieur ne fut que partiellement déblayé avec une méthode appropriée, sous pression d’eau. Le remplissage ne fut entièrement fouillé et les tiges de bois qu’elle contenait désobstruées que quelques mois plus tard. Des vestiges néolithiques et protohistoriques furent découverts à proximité de l’embarcation.

10La partie conservée de la pirogue monoxyle, longue de 2,70 m, large de 0,60 m et haute de 25 cm environ correspond à la partie arrière de l’esquif. Elle a été creusée dans un tronc d’arbre d’un diamètre de 0,50 m environ. Le côté bâbord à l’extérieur a été équarri contrairement au côté tribord qui possède la forme primitive du tronc de chêne (Quercus sp., selon Frédéric Guibal, laboratoire de Chronoécologie du Quaternaire de Besançon).

11Dans la partie arrière, les stigmates de creusement sont dans un état de conservation remarquable.

12Des aménagements particuliers ont été réalisés dans le fond plat : il s’agit de quatre perforations rectangulaires disposées symétriquement deux par deux dont la fonction demeure à préciser. Au cours de l’évidement du tronc, trois éléments en relief ont été réservés dans la masse du bois. Ils consistent en deux renforts et la cloison qui ferme l’arrière de la pirogue (arcasse).

13À l’intérieur, a été découverte une quantité importante de bois. Le chargement était constitué par une cinquantaine de longues tiges de petit diamètre de Prunus sp., Sorbus sp., Acer sp. et Ulmus campestris (détermination Frédéric Guibal), disposés longitudinalement.

14Deux pieux dont l’un muni d’une extrémité pointue et charbonneuse, les accompagnaient. Leur présence donne à penser que nous avons là un cas de réutilisation, en tant qu’auge, dans le but de les mettre à tremper.

15L’environnement archéologique, les caractéristiques techniques et morphologiques nous poussent à dater la pirogue n° 1 de l’Âge du bronze ; une analyse effectuée sur un échantillon de la pirogue a confirmé cette hypothèse : 2880 BP ± 50 BP, soit cal 1244 à 931 avant J.-C. (Ly 5189). Les éléments du chargement ont donné en revanche une fourchette plus jeune : 2360 BP ± 55 BP soit cal 7 à59 avant J.-C. (Ly 5190).

16La pirogue monoxyle n° 2 fut découverte et endommagée aussitôt à la suite d’une initiative malheureuse du conducteur de l’engin de terrassement. L’intégralité des fragments a été cependant conservée et les deux extrémités de la pirogue ont été fouillées. L’embarcation a près de 7,50 m de longueur. Sa morphologie est très différente de la première : ses deux extrémités sont fuselées, la hauteur des bordées est moindre. En section, sa forme est tronconique, large d’environ 0,80 m. Des varangues ont été rajoutées dans le fond de la pirogue, de façon perpendiculaire à l’axe de l’embarcation, renforts qui étaient maintenus au fond de l’esquif par chevillage.

17Cette embarcation difficile à dater en l’état a été elle aussi analysée ;1165 BP ± 45 BP soit cal 735 à 967 après J.-C. (Ly 5191) et 1255 BP ± 55 BP soit cal 672 à 882 après J.-C. (Ly. 5192) et s’insère dans un contexte relativement précis compris dans le Haut Moyen Âge.

18Cette découverte est d’importance tant sur le plan régional que national puisque les embarcations bien datées de cette période sont exceptionnelles (Gallia, 1972-1982). L’enlèvement de la pirogue n° 1 et son transport dans une piscine spécialement installée à cet effet a permis sa conservation provisoire et la fouille de son remplissage. Les vestiges sont actuellement traités à Grenoble (imprégnation de polyethyleneglycol suivi d’un séchage par lyophylisation sous pression partielle) où une restauration est prévue par l’atelier régional de conservation Nucléar (CEA).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : a : pirogue n°1 (Âge du bronze) ; b : reconstitution de la pirogue n°2 (Haut Moyen Âge)

Fig. n°1 : a : pirogue n°1 (Âge du bronze) ; b : reconstitution de la pirogue n°2 (Haut Moyen Âge)

Auteur(s) : Cambre, Charles. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1988)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : a : pirogue n°1 (Âge du bronze) ; b : reconstitution de la pirogue n°2 (Haut Moyen Âge)
Crédits Auteur(s) : Cambre, Charles. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1988)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Union (L’) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10488

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals