Navigation – Plan du site
1988

Saint-Bertrand-de-Comminges « Lugdunum Convenarum »

Quartier du Plan, Basilique chrétienne
Responsable(s) des opérations : Jean Guyon et Michel Janon

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 - 1991 (FP)
Inventeur(s) : Guyon Jean ; Janon Michel

1La basilique est construite dans la première moitié du Ve s., sans doute autour des années 430, d’après l’étude numismatique; elle s’intègre fort discrètement au tissu urbain préexistant, bordée à l’est par une rue et à l’ouest par la luxueuse domus qui continue, parallèlement, d’être réaménagée, embellie et par conséquent habitée [ (Fig. n°1 : Plan général) : plan général, site I].

2À l’origine, l’édifice présente un plan assez trapu, composé d’une nef, longue d’environ 20 m et large de 13,60 m, et d’un chœur à chevet plat. Des annexes la flanquent au nord (trois modestes salles) et au sud (cour bordée d’un double portique) qui est le côté par lequel se fait l’accès au monument. L’ampleur et l’originalité des annexes méridionales sont tout à fait remarquables et ne trouvent pas de réels parallèles en Gaule pour cette époque.

3Les recherches développées par Jean Guyon depuis 1985 sur le site de la basilique chrétienne du quartier du Plan (Gallia Informations, 1989 : 103-104) (Fig. n°2 : Basilique chrétienne), ont été poursuivies de 1988 à 1991, et permettent désormais une approche précise de l’histoire de l’édifice (Guyon et Paillet, 1991) dont l’étude s’achèvera avec une ultime campagne en 1992.

4S’agissant des éléments antérieurs au bâtiment chrétien lui-même, les dernières campagnes confirment l’importance de l’ensemble d’habitation construit après le milieu du Ier s. de notre ère sur tout le secteur occidental du site, et identifient, à l’est cette fois, les vestiges de thermes privés dont on ne peut préciser s’ils sont liés à la même domus ou à un autre habitat.

5À la fin du Ve s. ou dans le courant du VIe s., le monument est considérablement agrandi : vers l’est par l’adjonction au dispositif originel, en empiétant sur la rue, d’un chevet à pans coupés; vers l’ouest par une extension de la nef et des annexes méridionales au détriment du jardin de la domus voisine. Les trois salles nord-est sont également reconstruites dans de plus grandes dimensions. Ces transformations sont peut-être dues, pour une part, à de nouvelles nécessités liturgiques et, pour une autre part, à la fonction funéraire que remplit désormais l’édifice, ce qui n’était pas le cas pour la basilique urbaine des origines.

6Le plan du bâtiment cultuel est modifié une nouvelle fois: le chevet à pans coupés, trop mal fondé, est reconstruit à une échelle plus réduite; les annexes sud sont simplifiées : un unique portique élargi, adossé à la façade méridionale de l’édifice, s’ouvre désormais sur une vaste cour. Cependant, il semble impossible pour l’instant (faute de nouvelles précisions que pourrait apporter l’étude poussée du mobilier céramique) de situer précisément ce dernier état dans le temps comme placer cette phase avant ou après 585, date du siège et de la mise à sac de la ville haute. Le bâtiment dans son ensemble paraît avoir été épargné et sa vocation funéraire ne cesse de se développer tout au long du Haut Moyen Âge.

7Plus de cent vingt sépultures ont été repérées au total et pour la plupart fouillées, sans préjuger du nombre de tombes rencontrées, dans les années 1930, par les premiers archéologues ayant largement exploré le site. Les inhumations prennent place en général dans des fosses creusées en pleine terre et aménagées de grossiers coffrages de cailloux, moellons et remplois antiques; un quart d’entre elles sont néanmoins faites dans des sarcophages de marbre blanc local, de forme à peu près trapézoïdale et aux couvercles à quatre pentes. Cependant, aucune d’entre elles n’était accompagnée du moindre mobilier ou dépôt votif ; la seule réelle indication chronologique étant due à la datation par radiocarbone de deux tombes situées respectivement dans les fourchettes 619-845 et 790-987.

8La campagne 1990 a, en outre, révélé un élément nouveau représentatif de la longue durée du site : un angle de bâtiment formé de deux murs puissants, construit au sud du mur de clôture de l’ensemble paléochrétien. Son plan ne peut être précisé pour l’instant car son prolongement serait à chercher sous la chapelle romane de Saint-Julien et dans l’enceinte du cimetière du quartier du Plan, toujours en activité aujourd’hui.

9Il s’agit d’un bâtiment préroman, en relation avec deux inhumations d’enfants qui le bordent. Une hypothèse plausible, mais actuellement invérifiable, permettrait de l’identifier comme un édifice de culte ayant succédé à la basilique de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge, plus tard remplacé par la chapelle romane encore présente de nos jours sur le site.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général

Fig. n°1 : Plan général

Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Fig. n°2 : Basilique chrétienne

Fig. n°2 :  Basilique chrétienne

Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général
Crédits Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. n°2 : Basilique chrétienne
Crédits Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Saint-Bertrand-de-Comminges « Lugdunum Convenarum » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11081

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals