Navigation – Plan du site
2004

Saint-Memmie – Le Mont Michaud

Responsable(s) des opérations : Ellébore Segain
Notice rédigée par : Ellébore Segain

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4421

Date de l'opération : 2004 (EX)

1L’extension, par la CCI de Châlons-en-Champagne, de la zone artisanale et commerciale de Saint-Memmie a nécessité la réalisation d’un diagnostic archéologique sur la parcelle concernée.

2Le secteur sondé se situe au sud-est de la commune, à environ 700 m à l’est de la route nationale N 44. Deux cent quarante-deux sondages ont été réalisés sur les 12,6 ha concernés par le projet. En tenant compte des obstacles rencontrés (lignes électriques et canalisation de gaz souterraines) et de la présence d’un hangar, la superficie disponible pour réaliser le diagnostic est de 12,1 ha, et la surface sondée correspond alors à 9.32 % de la superficie disponible.

3Le lieu dit de « Le Mont Michaud » se situe sur le sommet d’une petite colline crayeuse, qui culmine à 110 m. La partie la plus haute se situe au centre de la parcelle et le sol y est peu épais (0,30 m en moyenne). Les parties nord et sud de la parcelle correspondent aux pentes douces de la colline, avec une sédimentation plus importante.

4Le plus grande partie du sous-sol est constituée de graveluche colluvionnée sur alluvions anciennes (fragments de craie plus ou moins grossiers et souvent anguleux). Sur la partie nord-ouest de la parcelle, du limon beige très calcarifère et quelquefois induré avec de petits blocs de craie (Tuf) constitue le terrain naturel, non perturbé, qui recouvre la graveluche. Une couche de limon brun-roux, ou brun clair suivant les endroits, s’intercale entre le substrat et la terre végétale.

5Cette opération de diagnostic a révélé de très nombreuses fosses de plantation, deux fossés de parcellaires, un aménagement fossoyé datant sans doute de la guerre 1914-1918, trois chemins et une grande zone d’extraction de la craie. Des datations ont pu être réalisées grâce à la découverte de monnaies d’époque moderne dans le chemin appelé st16. Cependant, pour le reste des structures rencontrées, le mobilier archéologique découvert est pour la plus grande partie contemporain, ou indatable. Précisons cependant que les trois chemins

6apparaissent sur le cadastre de 1826 (feuille B1 et B4) et qu’ils ont préalablement été repérés par photo aérienne verticale (IGN, 1996).

7SEGAIN Ellébore 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ellébore Segain, « Saint-Memmie – Le Mont Michaud », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11356

Haut de page

Responsable d'opération

Ellébore Segain

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals