Navigation – Plan du site
2013

Malemort-sur-Corrèze – Ville médiévale

n°3258
Responsable(s) des opérations : Dimitri Paloumbas
Notice rédigée par : Dimitri Paloumbas

Texte intégral

http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.549;45.153;1.625;45.196

1Cette étude documentaire et de topographie archéologique, commandée par la municipalité de Malemort-sur-Corrèze, fait suite à une campagne de fouilles archéologiques réalisée en 2011 sur le castrum de Malemort. Ces fouilles ayant confirmé le potentiel archéologique du site castral, la municipalité a souhaité compléter les recherches par une étude focalisée sur le contexte urbain associé au castrum.

2Le bourg médiéval de Malemort (fig. 1) est situé sur la rive droite de la Corrèze, au nord-ouest de la route départementale D2089 (avenue Jean-Jaurès). L’agglomération s’est développée en contrebas du site castral, qui occupe le sommet d’un éperon de confluence où se rejoignent la Corrèze et le ruisseau des Saulières. Les principales habitations sont regroupées au sud-ouest de l’éperon. Une deuxième concentration d’habitats peut être restituée au nord de la plate-forme castrale, au débouché d’une route de crête ancienne d’orientation générale nord-sud (lieu-dit Montemart).

3La problématique de cette étude était de restituer, dans ses grandes lignes, l’évolution morpho-historique du village castral de Malemort depuis le Moyen Âge jusqu’à la fin de l’époque moderne. Ce travail comprend une recherche en archives destinée à compléter les informations historiques produites dans le cadre du PCR « Castrum » dirigé par C. Rémy, et du rapport d’opération archéologique de 2012. Un inventaire archéologique des édifices civils et religieux du bourg castral a également été effectué. Un autre volet de la demande concernait la réalisation d’un système d’informations géographiques (SIG) destiné à élaborer des cartes thématiques.

4Le bilan de cette étude est globalement positif. L’analyse des sources écrites a tout d’abord permis de cerner une première phase de peuplement, à la charnière des xiie et xiiie s. Le décompte des maisons a révélé que le bourg comportait au moins quarante logis vers 1200. Ces logis étaient insérés dans un espace clos par plusieurs portes et protégé par un fossé. D’après l’inventaire archéologique, la zone dite « de Montemart » était occupée dès le xiiie s. La plus ancienne maison médiévale de cette zone serait celle de la parcelle 168, mais on peut supposer que des maisons existaient dès le xiiie s., au nord du croisement de la rue de Montemart et de la rue des Brabançons. Dans le bourg proprement dit, l’édifice le plus ancien pourrait être celui des parcelles 92, 93 (fig. 2 et 3) et 67 (fig. 4).

5À défaut de sources, l’activité foncière n’est pas documentée durant une période comprise entre le milieu du xive s. et le début du xve s. À partir de 1440-1450, l’étude historique s’appuie sur un nombre important de reconnaissances foncières. Ces documents contiennent en outre des informations essentielles pour l’étude du bourg, comme la première mention connue du pont de Malemort, en 1443. Sur le plan archéologique, plusieurs vestiges de portes, de baies ou de cheminées peuvent être associés à cette séquence de reconstruction. Celle-ci semble avoir perduré jusqu’au milieu du xvie s.

6Une reprise de l’activité foncière est perceptible vers le milieu du xviie s. Cette période correspond à l’apparition des premiers registres de notaires. Ceux-ci font état de nombreuses transactions portant sur des maisons du bourg, qu’il s’agisse de prix-fait de réparation, de vente ou d’échange. Au xviiie s., le bourg connaît peut-être des difficultés économiques. Selon plusieurs sources, le pont et la barque destinés au franchissement de la Corrèze restent détruits durant plusieurs décennies. L’implantation d’une magnanerie dans l’ancien château de Bréniges et la construction d’une usine destinée à la production de tissus de gaze et de mouchoirs de soie après 1760, marquent le début d’un certain renouveau économique. Les aménagements de la route de Sainte-Féréole et de la « traverse » de Malemort ont aussi probablement contribué au désenclavement de la ville à la même période. L’inventaire a permis de voir que de nombreuses maisons avaient effectivement été construites ou reconstruites au xixe s.

Fig. 1

Cadastre napoléonien géoréférencé de Malemort.

SIG : N. Tranchant et E. Dellong, Hadès

Fig. 2

Vue générale du logis des parcelles 92 et 93 depuis l’est.

Cliché : Dimitri Paloumbas-Odile, Hadès

Fig. 3

Logis des parcelles 92 et 93, relevé partiel de l’élévation nord-ouest.

DAO et relevés de terrain : D. Paloumbas-Odile, d’après une orthophotographie de M. Dutailly, Hadès

Fig. 4

Portes médiévales du logis de la parcelle 67.

Portes médiévales du logis de la parcelle 67.

Cliché : D. Paloumbas-Odile, Hadès

Haut de page

Bibliographie

Paloumbas, 2013 : Paloumbas D. : Malemort-sur-Corrèze, Corrèze (19), étude documentaire et de topographie archéologique de la ville médiévale, rapport final d’opération archéologique, Hadès, Limoges, SRA Limousin, 2013, 4 vol. [RAP01882].

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16088/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16088/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16088/img-3.png
Fichier image/png, 900k
Titre Portes médiévales du logis de la parcelle 67.
Crédits Cliché : D. Paloumbas-Odile, Hadès
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/16088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dimitri Paloumbas, « Malemort-sur-Corrèze – Ville médiévale », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16088

Haut de page

Responsable d'opération

Dimitri Paloumbas

PRI

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals