Navigation – Plan du site
2012

Borrèze – Pech de la Mézie

n°026184
Responsable(s) des opérations : Nadine Beague
Notice rédigée par : Nadine Beague

Entrées d’index

Chronologique :

Paléolithique

Géographique :

Aquitaine, Dordogne (24), Borrèze
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.345;44.937;1.436;45.007

1Le terrain faisant l’objet du diagnostic est accidenté et en grande partie couvert d'arbres. En surface, il comporte à la fois des blocs et des affleurements rocheux et des dépressions atteignant 8 à 10 m de diamètre, pour une profondeur d’environ 2 m. La présence d’un épais mur de pierres sèches en bordure du site pouvait faire penser à l’emplacement d’un habitat déserté.

2L’analyse de la zone permet d’expliquer la nature accidentée du terrain : celui-ci se trouve sur le rebord méridional d’un plateau vallonné (300 m) formé dans les calcaires du Jurassique (Dogger et Malm). La géomorphologie du secteur concerné est caractérisée par la présence de la flexure de Souillac dont le flanc occidental est incisé par la vallée de la Borrèze (affluent de la Dordogne). Le site se trouve dans un complexe de sols de colluvions calcaires et/ou d’éboulis formés à partir du toit du Callovien.

3Les formations quaternaires composent la base des versants et elles viennent combler ponctuellement les accidents topographiques au toit des calcaires (alternance des bancs calcaires et accidents karstiques). En général, la couverture meuble est très mince, car issue du substrat calcaire, mais elle s’épaissit dans les zones où le calcaire est sujet à la karstification formant des dolines, comme celles repérées à proximité de la zone diagnostiquée.

4Les sols, rencontrés sur la zone d’étude, sont dans l’ensemble très minces, mis à part dans la zone accidentée en rupture de pente qui borde le sud de la parcelle diagnostiquée. La couverture meuble quaternaire est généralement inférieure à 50 cm, voire moins. Des structures archéologiques auraient pu néanmoins être piégées dans d’éventuelles dolines, mais aucune formation de dolines peu profondes ou profondes n’a été constatée au final. En raison de l’absence totale de sédiment en place datant du Pléistocène, on peut penser que la région d’étude n’était au Paléolithique qu’un vaste plateau calcaire soumis à l’érosion par le gel et ne présentant pas de biomasse.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nadine Beague, « Borrèze – Pech de la Mézie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/16308

Haut de page

Responsable d'opération

Nadine Beague

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals