Navigation – Plan du site
2013

Castres – La Faïencerie de L’Albinque

Responsable(s) des opérations : Alain Rayssiguier
Notice rédigée par : Alain Rayssiguier

Entrées d’index

Mots-clés :

brique, cendrier

Chronologique :

ép. contemporaine

Géographique :

Midi-Pyrénées, Tarn (81), Castres

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.156;43.556;2.333;43.670

1La faïencerie de l’Albinque est située sur la rive gauche du Travet, affluent de l’Agout. Les bâtiments existants occupent un hectare environ et sont propriété de la ville. La fabrique est créée en 1827 par Jean-Pierre Ducros, bourgeois de Castres. De 1915 à sa fermeture en 1936, Ducros s’associe avec le banquier Barbaza. La production va changer, on passe de la poterie fine à la faïence « demi-opaque imprimée » (Artigaut, 1991).

2Afin de réaliser un parking, des bâtiments vétustes sont démolis par la ville sur la parcelle cadastrée AN 46. Lors du décapage des sols bétonnés, cinq structures maçonnées sont mises au jour par l’entreprise de travaux publics Vidal, qui informe les services techniques de la ville.

3Notre intervention a consisté au dégagement partiel des parties maçonnées. Les structures de forme circulaire correspondent aux parties basses enfouies des fours. Les fours 1 et 2, reliés par un tunnel constituent un ensemble distant d’une vingtaine de mètres des fours 4 et 5 ; ces derniers, contigus, forment un second ensemble.

4Le four 3 est isolé en bordure du mur clôture, côté Travet, à une dizaine de mètres des fours 2 et 1.

Fig 01 - Castres, L’Albinque

Plan des installations de la faïencerie Ducros-Barbaza

Pech, Rayssiguier 2013

5L’assise des fours 1, 2 et 3 comprend un radier d’un mètre de puissance, fait d’un mortier-béton mélangé à du mâchefer. La construction des fours emploie des briques réfractaires liées au mortier de chaux. Un cerclage en fer a été observé au niveau du sol de circulation des fours. Le diamètre des fours en incluant les cendriers est de 8 m. Les cendriers sont disposés sur une étoile à quatre branches sur le périmètre externe du bâti des fours 1 et 2. Ils sont conservés sur 0,1-0,2 m de hauteur, pour 1,4 m de longueur et 0,6-0,8 m de largeur. Ils matérialisent des foyers qui étaient situés en élévation, alimentés au charbon.

6La chaleur émanant des foyers des fours 1 et 2 est dirigée par un conduit rectangulaire aménagé dans le bâti vers une cuve conservée sur 1,50 m de hauteur, de forme cylindro-conique. Cette dernière, arasée au départ de la voûte-sole a un diamètre de 2,20 m. À l’intérieur de la cuve, un tunnel de six à sept mètres de longueur, de 1,20 m de hauteur sur 1 m de largeur est construit en briques réfractaires liées au mortier de chaux. Il relie la cuve du four 2.

7L’évacuation des fumées se fait par un conduit de 0,90 m de côté construit sur le tunnel, à mi-distance entre les fours 1 et 2. Sont conservées des glissières en fer dans le bâti du tunnel, indiquant la présence de portes métalliques au devant du conduit.

8Les fours 3-4 et 5 ont été partiellement dégagés. Ils sont équipés d’une dizaine de cendriers disposés en étoile à cinq branches chacun. Par contre, sur ce type de four, la chaleur est diffusée par plusieurs conduits rayonnants voûtés communiquant entre eux. Un pilier central soutient la voûte-sole et assure une bonne répartition de la chaleur dans les conduits.

9Dans le comblement des fours, on a recueilli des briques réfractaires dont les pâtes sont chargées de micas, l’utilisation des pâtes sableuses restant anecdotique. Elles conservent les marques imprimées sur argile fraîche, en général sur une seule face. Leurs origines sont diverses : Ivry-Paris ; Langeais ; plusieurs fabriques de Limoges ; Biarritz, Uzes dans le Gard ; Libos dans le Tarn-et-Garonne ; Gabaude et Penchenery à Castres.

10À proximité du four 3, nous avons recueilli en surface sur une zone de rejet des moules en plâtre, dont certain sont entiers. Sur un autre épandage de rejet, des éléments d’enfournement ont été prélevés comme des pieds de coq (de 1 à 10 cm de longueur) et des pernettes de forme triangulaire de 0,2 m de longueur. À l’exception des briques, le comblement du tunnel, comme celui des cuves, contenait des rebuts de première cuisson non décorés d’assiettes, de tasse, de soupière, etc. On signalera quelques tessons imprimés du blason de Castres sur le fond externe du récipient.

11Vu les découvertes insoupçonnées lors de l’aménagement du parking, la ville de Castres a décidé de réenfouir le four 4 et de conserver le four 1 et le tunnel dans l’état, afin de l’intégrer à un futur projet immobilier dans le secteur.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Rayssiguier, « Castres – La Faïencerie de L’Albinque », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/17583

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Rayssiguier

BEN

Articles du même responsable de fouilles

  • Castres [Texte intégral]
    Plateau Saint-Jean
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Midi-Pyrénées
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals