Navigation – Plan du site
2015

Bonifacio – Piantarella

2015 – Prospection thématique n° 1414
Responsable(s) des opérations : Gaël Brkojewitsch
Notice rédigée par : Gaël Brkojewitsch, Aline Lacombe, Élise Maire, Boris Marie et Pascal Neaud

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité, Haut-Empire

Nature des opérations :

Prospection thématique (PRT)
Haut de page

Texte intégral

1Piantarella est un site de premier ordre puisqu’il s’agit d’une des plus importantes installations romaines postérieures à la colonisation médio-républicaine. L’implantation à l’extrême sud de l’île offre une position privilégiée à ce domaine qui devait avoir une importance commerciale.

2Le site de Piantarella est aujourd’hui interprété comme une villa maritime (fig. 1) ; l’hypothèse, formulée lors de fouilles des années 1980-1990, de l’agglomération ou d’une statio semble moins probable. L’établissement est actif de la première moitié du ier s. apr. J.-C. jusqu’au iiie s. apr. J.-C., voire peut-être au ive s. apr. J.-C. Les vestiges occupent un éperon rocheux sur une surface de plus de 3 000 m2. L’étang de Sperone au sud borde les ruines. Cet ensemble principalement édifié en opus quasi-reticulatum se compose de bâtiments organisés en trois ailes autour d’une vaste cour centrale. La demeure est agrémentée de bains et plusieurs « entrepôts » ont été reconnus.

Fig. 1 – Photographie redressée du complexe de bains de la villa de Piantarella

Fig. 1 – Photographie redressée du complexe de bains de la villa de Piantarella

G. Brkojewitsch, 2015

3En contrebas, des entailles dans la roche calcaire ont été interprétées jusqu’il y a peu (Peche-Quilichini 2010) comme des docks ou une cale sèche. Cette interprétation est nuancée dans la carte archéologique de la Gaule où P. Chapon (Michel, Pasqualaggi 2014) propose d’y voir une carrière d’extraction des matières premières. Cette dernière interprétation est recevable et probablement en partie exacte. On ne peut toutefois pas exclure qu’une partie des aménagements situés sur le littoral ait eu une autre vocation. En ce sens, cette approche a donc été sous-estimée.

4Durant l’automne 2015, la fouille programmée a porté sur plusieurs axes. Tout le secteur des bains, qui était entièrement couvert de végétation, a été nettoyé et a fait l’objet d’une couverture photogrammétrique. Les vestiges situés dans le rocher ont été relevés au GPS afin d’être intégrés au plan de masse général du site. Le mobilier en céramique issu des fouilles anciennes et de l’opération de 2015 a été étudié.

5Les travaux de P.-M. Agostini, portant principalement sur la céramique, ont permis de fixer à grands traits la chronologie générale du site de Piantarella. Il date l’occupation du début du ier s. apr. J.-C. et la fin de l’occupation à la fin du iiie s. apr. J.-C., voire au début du ive s. apr. J.-C. Les données collectées récemment lors de sondages préventifs de l’Inrap (Chapon 2009), l’étude de la céramique provenant de nos sondages et la reprise d’une partie du mobilier issu des fouilles de P.-M. Agostini vont dans le même sens.

6En effet, le mobilier récolté, même s’il provient en grande partie de couches techniques de nettoyage, semble témoigner d’une occupation du site comprise entre le ier et le iiie s., avec la présence de sigillées sud-gauloises, de céramiques à paroi fine, de céramiques communes italiques et africaines et de sigillées claires A.

7Durant les nombreuses campagnes de fouilles menées à Piantarella, seules sept monnaies dont cinq identifiables ont été exhumées. La plus récente, frappée sous Gallien, est en parfaite cohérence avec la chronologie proposée grâce à l’étude des céramiques. Durant nos travaux de dégagement des structures thermales, un Aes 3 frappé à la fin de la dynastie constantinienne fournit un terminus post quem entre 348 et 358 apr. J.-C. Cette monnaie atteste une fréquentation du site cinq décennies après l’abandon supposé de la villa.

8Il apparaît donc assez clairement que la chronologie du site romain est loin d’être totalement arrêtée et que la fouille de contextes adéquats pourrait permettre de préciser les datations. Par ailleurs, la caractérisation des espaces et de leur vocation précise reste encore à définir.

Fig. 2 – Excavation dans le calcaire à l’est de la villa de Piantarella

Fig. 2 – Excavation dans le calcaire à l’est de la villa de Piantarella

G. Brkojewitsch, 2015

Haut de page

Bibliographie

Chapon P. 2009 : Piantarella, Rapport final de diagnostic, Inrap Méditerranée, 25 p.

Michel F., Pasqualaggi D. (dir.) 2014 : La Corse, 2A-2B, Carte archéologique de la Gaule, Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de l’éducation nationale, ministère de la recherche, ministère de la culture et de la communication, Maison des sciences de l’homme.

Peche-Quilichini K. 2010 : Bonifacio et l’extrême-sud de la Corse : un littoral marginal ouvert vers l’extérieur in Delestre X., Marchesi H. (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherches, actes du colloque d’Arles, du 28 au 30 octobre 2009, Paris, Errance, p. 131-136.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photographie redressée du complexe de bains de la villa de Piantarella
Crédits G. Brkojewitsch, 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23M
Titre Fig. 2 – Excavation dans le calcaire à l’est de la villa de Piantarella
Crédits G. Brkojewitsch, 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gaël Brkojewitsch, Aline Lacombe, Élise Maire, Boris Marie et Pascal Neaud, « Bonifacio – Piantarella », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18730

Haut de page

Responsables d'opération

Gaël Brkojewitsch

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Aline Lacombe

Articles du même responsable de fouilles

Élise Maire

Articles du même responsable de fouilles

Boris Marie

Inrap

Pascal Neaud

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals