Navigation – Plan du site
2015

Porto-Vecchio – Cozza Torta

2015 – Fouille programmée pluriannuelle n° 1342
Responsable(s) des opérations : Jean-Louis Milanini
Notice rédigée par : Jean-Louis Milanini

Texte intégral

1Le site de Cozza Torta est un grand établissement de plein air de l’âge du Fer, situé sur l’une des premières crêtes rocheuses rencontrées depuis le fond du golfe de Porto-Vecchio. Reconnu et sondé dans les années 1980, il a fait l’objet en 2008 d’une opération d’évaluation, et depuis 2009, de fouilles programmées annuelles.

2Le fait archéologique majeur de ce gisement est d’avoir livré, en contexte indigène, du mobilier importé (amphores et vases fins d’origine étrusque, grecque et massaliète) particulièrement bien daté de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C.

3La mise en œuvre des fouilles sous l’angle d’une programmation triennale a amené à une limitation du périmètre des travaux : la problématique pour les fouilles 2014-2016, inchangée quant à ses fondements, a volontairement été recentrée sur l’étude du seul secteur 8, où avait commencé, lors des campagnes précédentes, l’étude d’une habitation indigène à cellule unique et de ses abords immédiats.

4Le souci d’optimisation du temps de travail a amené à accélérer le décapage (71,50 m2 fouillés, 42 relevés papier, cinq relevés photo, 13,90 m de relevés de coupe verticale). Aux abords immédiats de la maison 1, une partie du parement externe de la file nord a été dégagée, laissant voir la tranchée de fondation et les dispositifs d’adaptation architecturale des blocs (structures de calage et de rehaussement imposées par leur irrégularité morphologique).

5L’étude de ce secteur a permis une meilleure compréhension de la dynamique de dégradation des fondations du bâtiment. Les environnements immédiats et plus éloignés – la fouille s’est étendue cette année de près de 60 m2 – ont montré un certain nombre de structures en creux (fig. 1). Différentes fonctions y ont été reconnues, parmi lesquelles des fosses à feu et des structures de calage massives ; mais les plus remarquables sont deux grandes fosses d’un type inédit sur le site : la première est un creusement polylobé à appareillage partiel, comportant des indices d’élévations aériennes et interprété comme un four de bronzier ; la seconde, également polylobée, située sous le mur en torchis qui prolonge le parement sud de la maison, protégeait un dépôt de fondation sous la forme d’un vase entier calé par des dallettes (fig. 2). Enfin, bien que tronquée et donc partiellement observée, une dernière petite fosse à comblement cendreux a pu receler un dépôt funéraire d’un genre là aussi inédit.

Fig. 1 – Vue générale du sol 691

Fig. 1 – Vue générale du sol 691

En cours de fouille depuis le sud (photomontage).

J.-L. Milanini, 2015

Fig. 2 – Vue générale de la fosse 44 et des structures associées (vase 696 et calage 717)

Fig. 2 – Vue générale de la fosse 44 et des structures associées (vase 696 et calage 717)

La fosse 51, au comblement très différencié, est un creusement antérieur.

J.-L. Milanini, 2015

6À distance de l’habitation a été fouillée une seconde tranchée de fondation qui correspond selon toute probabilité à une fermeture palissadée : cette clôture intégrant de gros blocs et des élévations en matériaux périssables a pu servir de délimitation et/ou de protection au quartier domestique centré sur l’habitation et ses annexes. Elle contribue à isoler ce secteur pour en faire un espace autonome et cloisonné au sein de l’établissement protohistorique, témoignant par là de la relation de dépendance directe des structures enfouies situées dans cette zone avec la maison proprement dite.

7À la fouille du secteur 8 s’est ajouté un sondage dans un nouveau secteur (secteur 9), dans un grand abri sous auvent implanté sur une plate-forme rocheuse en léger surplomb sur la terrasse : il y avait été identifié en surface, avant le début des fouilles, les traces d’une occupation ancienne. Le sondage a finalement mis en évidence une séquence très peu épaisse, en relation avec la remontée du substrat rocheux, au sein de laquelle, s’il n’est pas absent, le mobilier de l’âge du Fer est pour l’essentiel décontextualisé : la majeure partie des niveaux décapés se rapporte en effet à une occupation historique.

8Parmi les mobiliers recueillis cette saison, une attention particulière a été portée aux objets finis en métal et aux vestiges de métallurgie, dont l’abondance et le contexte de découverte permettent désormais de considérer l’artisanat local des alliages comme attesté physiquement.

9La poursuite des travaux pour l’année 2016, mue par l’« accélération » des techniques de décapage, s’oriente de façon univoque vers l’achèvement de la fouille du secteur 8 afin de donner une lecture complète de la structuration d’un quartier domestique du premier âge du Fer sur le site.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du sol 691
Légende En cours de fouille depuis le sud (photomontage).
Crédits J.-L. Milanini, 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 2 – Vue générale de la fosse 44 et des structures associées (vase 696 et calage 717)
Légende La fosse 51, au comblement très différencié, est un creusement antérieur.
Crédits J.-L. Milanini, 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Louis Milanini, « Porto-Vecchio – Cozza Torta », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18751

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Louis Milanini

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals