Navigation – Plan du site
2015

Centre Corse – Mines de cuivre

2015 – Prospection thématique n° 1396
Responsable(s) des opérations : Florian Leleu
Notice rédigée par : Florian Leleu

Texte intégral

1Entre les années 1850 et 1900, de nombreux ouvrages miniers ont été réalisés sur des gisements de la Corse alpine. Ils se présentent sous la forme d’amas, de filons ou de pseudo-filons dont les minéralisations étaient principalement composées de pyrite et de chalcopyrite. Localisables sur de nombreux affleurements, ces gisements se sont finalement révélés peu étendus et trop discontinus pour permettre aux compagnies minières de développer leurs activités et de réaliser des profits. Les ouvrages réalisés ont donc rarement dépassé le stade des recherches, et seulement quelques concessions ont été accordées par les services de l’état sur ce territoire.

2Sur les communes de Rusio, Érone, Altiani, Focicchia, Noceta et Erbajolo, de nombreuses attaques ont été entreprises sur les affleurements. Ces recherches consistent en de petites tranchées ou grattages à ciel ouvert, mais des travaux souterrains ont aussi été réalisés. Peu développées, certaines de ces galeries de recherche ouvertes à l’explosif étaient encore accessibles et ont ainsi pu être explorées et étudiées au cours de cette opération.

3À Focicchia, une petite exploitation de cuivre natif, datant de la fin du xixe s., a été identifiée. Celle-ci est intéressante dans la mesure où des tessons de céramique antique ainsi qu’un élément lithique ont été retrouvés à une centaine de mètres de l’exploitation. De fait, il conviendrait aujourd’hui de déterminer si ce gisement avait pu être détecté et exploité avant les travaux modernes.

4Sur les communes de Castineta, Ponte Leccia, Castifao et Tralonca, des ouvrages plus importants ont également été prospectés. Dans le premier cas, la mine de Casaluna a permis l’exploitation de quelques portions de filons reconnus en surface sur près de 3 km de longueur. Les vestiges qui subsistent de cette exploitation sont des haldes, des bâtiments d’assistance et des logements d’ouvriers. Le réseau souterrain se développait vraisemblablement sur 1,3 km dont une partie des galeries et des chantiers (fig. 1) a pu être explorée et topographiée.

Fig. 1 – Chantier d’extraction de la mine du Ponte (Castifao)

Fig. 1 – Chantier d’extraction de la mine du Ponte (Castifao)

F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015

5À Tralonca et plus largement sur la concession de San Quilico, il ne subsiste que peu de vestiges de l’activité minière, puisque les ouvrages ont été mis en sécurité.

6Plus au nord, à Ponte Leccia, les recherches minières, qui avaient permis l’obtention d’une concession au xixe s., se développent sur près d’un kilomètre. Une topographie des vestiges de surface et des ouvrages souterrains accessibles a été réalisée afin d’être confrontée aux informations issues de la documentation archivistique.

7Enfin, sur la commune de Castifao (fig. 2), des investigations effectuées depuis le milieu du xviie s. ont permis l’octroi de deux concessions : celle de Tartagine et celle de Saint-Augustin. Ces dernières ne permirent pas de production significative en raison de la faible dimension du gisement. Toutefois, sur ce site minier, des travaux antérieurs aux Temps Modernes sont connus (fig. 3). En effet, les investigations que nous avons menées en surface et sous terre ont confirmé, en plusieurs endroits, la présence de travaux antérieurs au xviiie s., sans qu’il soit pour autant possible de proposer une datation. Comme pour la mine de cuivre natif de Focicchia, il serait intéressant d’entreprendre des investigations complémentaires pour espérer renseigner la datation de ces ouvrages anciens.

Fig. 2 – Chantier d’extraction de la mine de Casaluna (Castineta)

Fig. 2 – Chantier d’extraction de la mine de Casaluna (Castineta)

F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015

Fig. 3 – Coupe et plan de la mine du Ponte, commune (Castifao)

Fig. 3 – Coupe et plan de la mine du Ponte, commune (Castifao)

F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015

8Ces recherches débutées au printemps 2015 pourraient être étendues à l’ensemble du territoire insulaire et plus largement aux autres ressources minérales pouvant entrer dans la composition des bronzes. Elles s’inscriraient alors dans une thématique plus large sur l’émergence de la métallurgie insulaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Chantier d’extraction de la mine du Ponte (Castifao)
Crédits F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2M
Titre Fig. 2 – Chantier d’extraction de la mine de Casaluna (Castineta)
Crédits F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre Fig. 3 – Coupe et plan de la mine du Ponte, commune (Castifao)
Crédits F. Leleu (Arkémine, ARAC), 2015
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Florian Leleu, « Centre Corse – Mines de cuivre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 27 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18773

Haut de page

Responsable d'opération

Florian Leleu

Arkémine

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals