Navigation – Plan du site
1991

Sartène Saint-Jean-d’Ortolu

1991 – Sondage n° 162
Responsable(s) des opérations : Gilles Giovannangeli
Notice rédigée par : Gilles Giovannangeli

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, bas Moyen Âge

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’une étude sur l’occupation du sol en Corse-du-Sud au bas Moyen Âge, un site de village déserté a fait l’objet d’une première approche archéologique (deux sondages, en 1990 et en 1991).

2Ce village se situe sur le flanc sud de la vallée de l’Ortolo, accroché aux premières pentes du massif montagneux de Cagna, entre Sartène et Bonifacio (lieu-dit San Ghjiuvan, vocable d’une chapelle romane située à près de 400 m de là, en contrebas du village).

3Plus d’une vingtaine de maisons ont pu être recensées sous une couverture végétale dense (forêts de chênes et maquis haut). Certaines conservent des structures architecturales bien visibles en élévation (murs avec niche intérieure, portes avec linteaux sur corbeaux). Elles s’étagent sur une série de terrasses dans un ordre assez lâche, à environ 300 m d’altitude, à proximité d’une source. Les constructeurs ont utilisé et souvent retaillé les rochers qui affleurent partout pour asseoir les murs. Sur deux rochers plus élevés, en lisière nord et sud du village, apparaissent les arases dans un cas et les murailles dans l’autre, de deux constructions défensives (tour-refuge ou rocca seigneuriale ?, fig. 1).

4

Fig. 1 – Partie haute du village médiéval, tour sud

Fig. 1 – Partie haute du village médiéval, tour sud

Gilles Giovannangeli, 1991

5La documentation écrite au demeurant très modeste sur le sujet permet d’identifier ce site à la « villa di l’Ortolo » dont on a quelques mentions au xvs. à travers notamment quelques textes révélant l’activité de familles de principali (petits gentilshommes ou notables ruraux qui jouaient un rôle politique et militaire dans les seigneuries du Sud).

6L’étude archéologique a porté sur un périmètre qui a paru intéressant, dès les premières prospections, celui d’un îlot d’habitation organisé au d’un des deux rochers fortifiés, dans la partie basse du village. On y avait découvert en 1989 quelques pierres au décor gravé, dont un linteau portant la date de janvier 1460 (fig. 2). Les sondages ont porté sur deux pièces contiguës, séparées par un mur de refend, faisant partie d’un bâtiment d’environ 18 m de long orienté dans l’axe de la pente. Ils ont révélé, sous une couche de déblais de 0,80 à 1 m d’épaisseur, un riche et pour l’instant unique niveau d’occupation du bas Moyen Âge (xvs., début xvis.).

Fig. 2 – Relevé et essai de transcription d’un linteau de porte

Fig. 2 – Relevé et essai de transcription d’un linteau de porte

Découvert dans la partie basse du village deserté de l’Ortolo (Sartène).

Dimensions du linteau : L = 109 cm ; l = 36 à 40 cm ; ép. = 13 et 22 cm.
Matériau : granit à grains fins.

Inscription :

M°CCCCLX (?) a die II (?)...

...fecit(?)...

1450 (ou 1460?) le jour du 2 janvier

...on fit (?)...

…fit (?)...

Gilles Giovannangeli, 1991

7Le premier sondage a permis de dégager, sur un sol en terre battue, deux foyers d’argile rubéfiée, bordée de pierres et de galets posés sur tranche. Le matériel archéologique était constitué de tessons de majoliques (pisano-ligures dominantes) associés à des tessons de céramique modelée de fabrication locale (on notera ici quelques poteries reconstituables, en forme de corbeille ou de « panier à châtaigne »). Dix fusaïoles taillées pour la plupart dans des tessons de majoliques, deux dés à coudre et quelques molettes et polissoirs témoignent de diverses activités domestiques.

8Le deuxième sondage a surtout permis de dégager une sorte d’espace de circulation à l’intérieur du bâtiment, qui mettait en relation les terrasses du village avec le périmètre défensif du rocher nord. Deux embrasures à l’appareillage soigné ont été mises au jour. Elles étaient alignées le long d’un mur de refend, suivant un axe est-ouest et déterminaient un étroit couloir de circulation sur le sol en terre battue et sur le rocher. Les mêmes types de majoliques du xvs. et de céramique modelée ont été retrouvés, confirmant la datation médiévale de ces habitats ruraux. On relèvera aussi la découverte de nombreux objets métalliques parmi lesquels douze plaques rivetées de cuirasse, reflet de la composante guerrière de cette société rurale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Partie haute du village médiéval, tour sud
Crédits Gilles Giovannangeli, 1991
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18854/img-1.png
Fichier image/png, 831k
Titre Fig. 2 – Relevé et essai de transcription d’un linteau de porte
Légende Découvert dans la partie basse du village deserté de l’Ortolo (Sartène).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18854/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, « Sartène Saint-Jean-d’Ortolu », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18854

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Giovannangeli

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals