Navigation – Plan du site
1991

Olmeta-di-Tuda – Monte-di-Tuda

1991 – Fouille programmée n° 133
Responsable(s) des opérations : Jean-Denis Vigne
Notice rédigée par : Jean-Denis Vigne

Texte intégral

1Grâce au dépôt régulier et non perturbé de millions d’ossements de micro-vertébrés issus de pelotes de réjection de rapaces, le remplissage de la grotte du Monte-di-Tuda a enregistré l’histoire de l’environnement en continu durant les trois derniers millénaires.

2Troisième en date, la campagne de 1991 avait pour principal objectif de reprendre la fouille de la partie moyenne du remplissage du porche (couche 2b) qui n’avait pas donné de résultats satisfaisants, et de compléter les prélèvements pour les couches profondes (couches 3 à 6), dont le sondage de 1990 avait laissé entrevoir la richesse et la pertinence. Ces objectifs ont été entièrement remplis. On dispose donc maintenant d’une séquence de qualité continue pour tout le remplissage du porche. Son analyse faunistique a été achevée en janvier 1992. Elle montre (datations 14C en cours, Tendétron, Gif-sur-Yvette) :

  • À la base de la séquence, toutes les espèces introduites par l’homme sont déjà présentes hormis le rat (Rattus rattus). Ce sont les premières données stratigraphiques fiables sur l’histoire de l’introduction par l’homme des micro-mammifères commensaux ou anthropophiles : musaraigne, pachyure, lérot, souris (loir et mulot) ;

  • Dans le bas de la couche 2a, apparaît le rat noir. Là encore, c’est une donnée d’importance pour l’introduction de l’espèce en Corse et dans tout le monde occidental ;

  • Entre les couches 1c et 1d, les quatre espèces endémiques d’origine pléistocène (prolagus, musaraigne, mulot, campagnole géants) disparaissent. C’est la première fois qu’on observe une telle extinction en masse sur une île méditerranéenne. La fouille a révélé les conditions écologiques dans lesquelles elle s’est produite ;

  • L’ensemble de la séquence a été analysée en terme de valence écologique des espèces. Les deux éléments structurants sont le niveau d’anthropisation et l’ouverture de la végétation. Quatorze écozones ont pu être individualisées qui correspondent à sept grandes phases d’anthropisation suivies de déprises. Les deux premières sont suivies par un retour à une végétation boisée, alors qu’à partir de la quatrième, le paraclimax est un maquis bas. Une interprétation chronologique est en cours. Deux campagnes de prélèvements sédimentologiques (J.C. Miskovsky), micromorphologiques (M.A. Courty) et palynologiques (M. Reille) ont été menées (octobre 1991 et janvier 1992) pour préciser ces points.

3La campagne de 1991 avait pour second objectif d’élargir la connaissance du site en évaluant ses autres potentialités et en cherchant une meilleure compréhension de la dynamique du dépôt sédimentaire. Un sondage dans la salle a apporté les résultats suivants (en cours d’exploitation) :

  • La séquence des biozones et l’extinction en masse des micro-mammifères endémiques observées dans le porche ont été retrouvées sous la même forme dans la salle ;

  • Différentes nappes de vestiges en dépôt secondaire (grande faune holocène, pendentifs néolithiques, etc.) témoignent que des poches de sédiments se sont vidangées dans la grotte à partir de sa partie profonde, voire de la cheminée (cf. infra) ;

  • La plus grande partie de la sédimentation (couches 2 à 6) s’est faite en milieu humide, périodiquement inondé par des déversements de trop-pleins qui ont provoqué des cuvettes d’érosion et des remaniements. Ces derniers sont donc maintenant bien localisés, ce qui évitera toute erreur d’interprétation des données micro-mammaliennes et complétera l’histoire du milieu naturel ;

  • La partie profonde du remplissage est stérile, ce qui laisse à penser que la grotte était inaccessible (fermée ?) à cette époque.

4Au fond de la cavité (diverticule ouest), un sédiment très riche en grande faune avait été repéré. Le troisième but de la campagne était de l’explorer. Sa fouille partielle a livré de très nombreux ossements de grands mammifères en position primaire et dans un excellent état de conservation. On pressent une datation historique, en l’absence de tout artefact associé, il est impossible de préciser (14C en cours). Cet ensemble est en cours d’étude taphonomique et ostéométrique (mémoire de DEA « Environnement et Archéologie »). Il est l’un des mieux documentés de Corse pour la période historique.

5La dernière campagne de fouille (printemps 1992) devrait permettre de préciser l’origine de ce dépôt d’ossements et des différentes nappes de vestiges observées en position secondaire dans le sondage de la salle. Il aura également pour objet de parfaire les prélèvements en micro-vertébrés.

Fig. 1 – Évolution du spectre des micro-mammifères dans la partie supérieure du remplissage du Monte-di-Tuda

Fig. 1 – Évolution du spectre des micro-mammifères dans la partie supérieure du remplissage du Monte-di-Tuda

Les points représentent les fréquences inférieurs à 2 % (d’après Vigne, Marinval-Vigne 1991).

Jean-Denis Vigne (CNRS), 1991

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution du spectre des micro-mammifères dans la partie supérieure du remplissage du Monte-di-Tuda
Légende Les points représentent les fréquences inférieurs à 2 % (d’après Vigne, Marinval-Vigne 1991).
Crédits Jean-Denis Vigne (CNRS), 1991
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/18893/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Denis Vigne, « Olmeta-di-Tuda – Monte-di-Tuda  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/18893

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Denis Vigne

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals