Navigation – Plan du site
1991

Kourou – La Sablière

1991 – Sauvetage urgent n° 97-310-001-AP
Responsable(s) des opérations : Egle Barone Visigalli et Marie-Thérèse Prost
Notice rédigée par : Egle Barone Visigalli et Marie-Thérèse Prost

Entrées d’index

Géographique :

Guyane (973), Kourou (97304)

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

1Le site archéologique dit « La Sablière », à Kourou, est un des plus importants gisements sur cordons côtiers littoraux de la Guyane. La collaboration de deux disciplines (géomorphologie et archéologie) a permis l'obtention de données nouvelles concernant ce type de site littoral.

2L'environnement physique a été étudié à partir des nombreux documents (cartes, photographies aériennes, télédétection) et des travaux de terrain. Les relations entre les données géologiques, la morphologie et l'évolution du rivage dans le cadre des événements globaux et régionaux ont été analysées et des hypothèses de travail en ont été tirées.

3Le milieu environnant, assez diversifié, a favorisé différents types d'activité humaine et a constitué la base d'une occupation probablement longue et/ou importante.

4Dans la zone de la Sablière, nous estimons qu'il y a eu :

  • sous l'influence du système de dispersion amazonien, formation d'une plage dans un espace interbanc. La croissance du cordon littoral a provoqué la stagnation des eaux, donnant naissance à un marais. Si des hommes occupaient le site, ils étaient à la fois en relation directe avec des eaux salées et saumâtres à douces ;

  • une phase d'envasement est à l'origine d'une progradation de la ligne du rivage et de la formation d'un nouveau marais en face du chenier. En tout état de cause, le cordon littoral a subi une pédogenèse (un podzol à alios existe dans la zone du lac) ;

  • une nouvelle phase d'érosion (ou de non-déposition) est à l'origine d'une plage au nord du marais précédent. Faute de recherches dans les archives, nous manquons encore des données historiques ; nos seuls repères sont les cartes topographiques et les photographies aériennes des années 1950, 1960 et 1970 qui montrent une côte rectiligne sableuse, assez large, ouverte vers la mer ;

  • à la fin de l’année 1975, il se produit un envasement considérable, avec une avancée de 4 km des vases, rapidement colonisées par la mangrove ;

  • actuellement, cette même zone est en érosion, avec attaque de la plage de la Cocoteraie et recul de la mangrove.

5Ces trois derniers événements ne concernent pas, bien entendu, le gisement de la Sablière : il reste « stable » et donc favorable à l'étude. La seule menace possible est à présent celle de l'homme.

  • 1 Les tas des coquillages dans les aires de rejet du site en sont un témoignage.

6Le Chenier de la Sablière est dans un milieu géographique diversifié. Le voisinage de la mer, du fleuve, de la forêt et des marais en font un site d'installation privilégié. Les habitants disposaient de ressources alimentaires diverses, offertes par ces quatre écosystèmes : pêche, chasse, récolte de coquillages1, agriculture sur le chenier et dans les marais. L'agriculture, attestée par les nombreuses platines, s'est développée dans un milieu favorable. Quant aux marais, opportunément aménagés, ils se prêtent à la culture de plusieurs types de légumes. Mer et fleuve signifient aussi la possibilité de déplacements et de contacts.

7L'abondance de rejets (correspondant à des carbets ?) et les quantités les plus importantes de matériel ont été trouvées dans la partie défrichée du site, où se trouvaient probablement les cases.

8Le matériel céramique, avec une gamme de formes variées, aptes aux exigences de la vie quotidienne, présente parfois une finesse de décor qui pourrait témoigner d'un emploi rituel. La poterie est un indice sûr de la préparation de la cassave (galette de manioc) et de l'activité de vannerie (empreinte de natte sur une platine). Les dégraissants employés sont la chamotte (dans la plupart des cas), le quartz, le charbon et le sable. Ces différents choix dans la fabrication sont-ils des indices d'époques d'occupation différentes ? Il est très difficile de l'établir, à l'heure actuelle, car il n'existe pas de niveau stratigraphique net.

9Les céramiques sont fabriquées selon la technique du colombin. 7 % de matériel est décoré, de préférence sur les panses et sur les bords. Les décors sont variés. Dans la peinture prédomine la technique de la peinture blanche sur fond rouge (motifs curvilinéaires). Il y a également une peinture trichrome à bandes concentriques (influence Aristé ?). Dans le décor incisé, prédominent les motifs géométriques (lignes simples ou croisées). Sont représentés les motifs de pointillé sur des bourrelets et sur les bords ourlés. Les éléments modelés sont d'inspiration zoomorphe (tête de grenouille, pattes de tortue) ou anthropomorphe (petits visages).

10Parmi les fragments céramiques, deux spécimens sont nouveaux : le bord décoré à triangles imbriqués et la base en forme de spirale. Le décor avec les triangles est typique de la civilisation Arauquinoïde (Orénoque). Mais le fragment de La Sablière est dégraissé à la chamotte, alors que les Arauquinoïdes employaient les spicules d'éponge d'eau douce.

11Le site est bien situé sur les axes de communication fluviaux et maritimes. Seules, d'autres fouilles avec des datations pourront apporter des éléments de solution à ce problème.

12Le matériel lithique représente une industrie bien diversifiée : lames de haches, broyeurs, petits lissoirs pour la céramique, outils pour racler, polissoir mobile.

13L'élément le plus particulier est la lame à encoches retouchée, en quartzite fin. Cet outil pose le problème de sa provenance. On a, dans le même site, deux techniques différentes d'emmanchement : l'emmanchement par juxtaposition (lame à encoches) et l'emmanchement par insertion (lame simple).

14Le site de La Sablière a été occupé par une population agricole possédant une industrie lithique et céramique importante. Le milieu géographique favorable aux contacts pourrait expliquer différentes influences culturelles extérieures à la Guyane (Amapa, Surinam, Guyana, etc.), bien que l'on retrouve des caractéristiques communes avec les autres sites de la côte guyanaise, telle que la céramique peinte en blanc sur fond rouge.

Fig. 1 – Plaines côtières de la Guyane (coupe schématique)

Fig. 1 – Plaines côtières de la Guyane (coupe schématique)

E. Barone Visigalli, M.-T. Prost, 1991

Haut de page

Notes

1 Les tas des coquillages dans les aires de rejet du site en sont un témoignage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plaines côtières de la Guyane (coupe schématique)
Crédits E. Barone Visigalli, M.-T. Prost, 1991
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Egle Barone Visigalli et Marie-Thérèse Prost, « Kourou – La Sablière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Guyane, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19225

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals