Navigation – Plan du site
1991

Les Trois-Îlets – Poterie

1991 – Fouille programmée n° 97-229-089-AH
Responsable(s) des opérations : Suzannah England
Notice rédigée par : Suzannah England

Entrées d’index

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

1Le but de notre étude est de démontrer, dans une perspective historique et archéologique, la chaîne opératoire de la fabrication de la Poterie aux Trois-Îlets, de 1700 à nos jours.

2Nous avons choisi d’effectuer plusieurs sondages en différents points du site et de récolter suffisamment de matériels des différentes périodes et de leurs contextes culturels, afin de mieux comprendre le développement de la fabrication de la poterie locale.

3L’étude des fragments de céramique a fourni des indications qui nous permettront de reconstituer en détail la chaîne opératoire de la fabrication de la poterie. Il ne fait pas de doute que les « façons de faire », africaine et européenne, sont à l’origine de la fabrication locale. L’analyse des objets reconstitués met en évidence l’interconnexion des deux techniques et apporte des informations sur le processus d’acculturation entre les deux origines. L’ensemble du matériel culturel récolté, les différentes formes de poterie, les objets, les provenances et les modes de fabrication offrent des indications intéressantes sur la vie, les usages et les coutumes des deux populations coexistantes, et éclairent leurs relations sociales.

4Pour trouver des objets de la vie quotidienne permettant de dater des fragments de poterie locale, nous avons choisi de fouiller une zone de rejet près de la résidence des propriétaires, endroit qui était supposé être le plus ancien du site.

5Le premier sondage (site A, tranchée A), se situe à l’ouest de l’habitation, dans une ravine. Le dépotoir y est important et nous avons trouvé une grande quantité de débris de vaisselle utilisée par les maîtres blancs et les serviteurs noirs de « l’habitation » (la grande maison). Pour comparer les objets trouvés dans la tranchée A avec le matériel culturel utilisé par la population laborieuse, une seconde tranchée était indispensable dans une aire que l’on savait avoir été habitée par les travailleurs (esclaves, engagés, etc.). Nous avons choisi de fouiller près des cases, sur le site B (tranchées B1, B2, B3, C). Un quatrième sondage, destiné à essayer de récolter des déchets de fabrication sur le plus ancien atelier de poterie du site, a été effectué devant la porte (derrière l’ancien atelier : site C, tranchée D). Nous avons également ouvert une tranchée E dans la même zone que celle de la tranchée A (site A). Nous avons aussi fouillé le site D, près d’un atelier de poterie qui était probablement au départ un moulin à bêtes (communication personnelle de M. F. Rodriguez Loubet), afin de collecter d’autres déchets de fabrication (tranchées F, G, H, I).

6L’habitation « La Poterie » était déjà une poterie au milieu de xviiie siècle (niveau 3) et les cases étaient construites en briques avec des toits en tuiles. Le matériel culturel mis au jour dans la tranchée A confirme ce que nous avons trouvé dans la tranchée B3 (fig. 1) et prouve que « La Poterie » existait déjà au début du xviiie siècle. Bien qu’aucun document ne le mentionne, l’analyse des tessons nous permet de penser de façon certaine que la fabrication de poterie à cet endroit a commencé bien avant le milieu de xviiie siècle. Cela constitue donc une nouveauté. L’histoire de la Martinique confirme à l’évidence cette découverte : l’explosion à la fin du xviie siècle de la population (esclaves et colons), la production de sucre et son traitement (le « ferrage ») nécessitaient la fabrication d’un matériel bien spécifique (exemple : les cônes à sucres).

Fig. 1 – Matériel de la tranchée B3 (site B)

Fig. 1 – Matériel de la tranchée B3 (site B)

S. England, 1991

7Nous n’avons pas trouvé de moules à sucre (« formes ») dans les niveaux 1 et O (1840-1900), ce qui confirme que la technologie du sucre terré était dépassée à cette époque. Il se peut que l’arrêt de la fabrication de poterie destinée au sucre ait aggravé les difficultés financières de l’habitation. Toujours est-il qu’à partir de 1855, Louis Hayot, devenu le nouveau propriétaire de « La Poterie », décide de restructurer la manufacture et de cultiver la canne à sucre en faisant venir des engagés. Des modifications apparaissent alors dans la forme des objets. Les bases incurvées sont remplacées par des bases planes et la décoration devient plus rare. Les jarres profondes à anses sont remplacées par de la vaisselle métallique importée. La morphologie des poteries locales indique que les travailleurs se servaient de moins en moins de grands récipients (jarres/pichets à base incurvée, pots ventrus) et de plus en plus de petits objets (petits pots à lèvres bombées, petits pots à rebords et à supports, pots à rebords simples, gobelets, carafes). Il se peut que cela soit dû à leurs contacts avec les européens qui ont modifiés leurs habitudes, comme semblent l’indiquer les variations de la petite vaisselle de table.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Matériel de la tranchée B3 (site B)
Crédits S. England, 1991
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Suzannah England, « Les Trois-Îlets – Poterie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Martinique, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19241

Haut de page

Responsable d'opération

Suzannah England

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals