Navigation – Plan du site
1991

Sainte-Luce – Gros-Raisin

1991 – Sauvetage urgent n° 97-228-101-AP
Responsable(s) des opérations : Nathalie Vidal et Jean-Baptiste Barret
Notice rédigée par : Nathalie Vidal et Jean-Baptiste Barret

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

1Ce site néolithique se trouve à l’ouest du bourg de Sainte-Luce, sur un promontoire rocheux entre l’Anse Corps de Garde et la Pointe Philippeaux. Surélevé par rapport à la mer, il est protégé des vagues et de l’humidité de la mangrove environnante, tout en offrant un accès aisé aux zones riches en ressources alimentaires. Au nord, le substrat rocheux était bordé par la mangrove, aujourd’hui comblée, du lieu-dit Pont Café. Avant le remblaiement de cette mangrove, voici quelques années, le plateau devait avoir deux ou trois hectares de superficie, avec une légère pente vers la mer.

2Le sentier sur lequel ont été repérés les tessons amérindiens se trouve sur la partie basse de la pente. En surface, le nombre de vestiges était effectivement considérable, mais nous n’avions aucune indication sur le potentiel des parties hautes du site. Nous avons donc ouvert deux sondages, de deux mètres carrés chacun : le premier à environ quinze mètres au nord du sentier, afin d’essayer d’en délimiter l’étendue dans cette direction ; le deuxième dans la partie sud, près du sentier, pour tenter d’évaluer le potentiel des couches dans la partie sud du plateau.

3Il est très vite apparu que le site avait subi des dommages très importants, notamment du fait d’une utilisation ancienne comme décharge publique, supprimée voici quelques années à la pelle mécanique pour cause de pollution. L’engin semble avoir profondément creusé le sol, jusqu’à faire apparaître en surface les strates néolithiques qu’il a considérablement perturbées.

4À ceci se sont ajoutés les inévitables phénomènes d’érosion, comme l’indique l’état du matériel céramique, qui demeure toutefois très intéressant par la diversité des formes qu’il révèle et la variété des décors. Le site est à rattacher à la grande occupation du sud de l’île, aux environs du ive s. de notre ère, par des populations agricoles dont les traditions céramiques montrent une filiation avec le Delta de l’Orénoque, au Venezuela. Il fait partie du complexe diamantinois, dont il pourrait être l’extension septentrionale maximale.

Fig. 1 – Bâtiment B, coupe nord/sud de l’équipage

Fig. 1 – Bâtiment B, coupe nord/sud de l’équipage

N. Vidal, J.-B. Barret, 1991

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bâtiment B, coupe nord/sud de l’équipage
Crédits N. Vidal, J.-B. Barret, 1991
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/19253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Vidal et Jean-Baptiste Barret, « Sainte-Luce – Gros-Raisin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Martinique, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/19253

Haut de page

Responsables d'opération

Nathalie Vidal

Articles du même responsable de fouilles

Jean-Baptiste Barret

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals