Navigation – Plan du site
2008

Champtoceaux – La Colinière, enceinte urbaine

n°490690001, 0006
Notice rédigée par : Philippe Boekler

Texte intégral

1Le bourg de Champtoceaux, situé sur la rive gauche de la Loire entre Ancenis et Nantes, domine directement le fleuve depuis un éperon barré, situé entre 50 m et 70 m d’altitude. Cette topographie favorable lui permet de jouer à l’époque médiévale un rôle majeur sur les marches de l’Anjou et de la Bretagne, aux confins du Poitou. Les sources écrites, littéraires et iconographiques soulignent cette importance. Plus encore, les vestiges monumentaux subsistant aujourd’hui témoignent de la richesse historique du lieu, le site ayant été, a priori, fossilisé au XVe s. : les trois enclos successifs qui le composent – l’enceinte urbaine, la basse-cour (Bayle) et le château – ont en effet été préservés de tout urbanisme, car la ville actuelle est construite en dehors des murs médiévaux.

2Si l’histoire de la place – de ses origines à son abandon – a fait l’objet d’une abondante littérature plus particulièrement à la fin du XIXe s. et au début du XXe s. le, de nombreuses interrogations demeurent, notamment sur le plan archéologique.

3À la suite de l’opération de prospection géophysique menée en 2007 dans l’enclos oriental, correspondant à l’emprise de l’ancienne ville médiévale, une fouille a été programmée pour sonder les résultats obtenus à l’angle nord-est du site. Parallèlement, à cette opération, une campagne de relevé de bâti de la chapelle castrale a été menée par F. Denieulle dans le cadre d’un mémoire de Master 2 d’histoire et archéologie à l’université de Rennes 2. De plus, le relevé topographique s’est poursuivi par le levé de la partie « château ».

4 (Fig. n°2)

Le plan topographique

5Une campagne de levé topographique de six jours a été menée, en janvier 2008 par Philippe Sablayrolles, enseignant en BTS de géomètre topographe au lycée Le Caousou à Toulouse et par trois étudiants en topographie : L. Bolouré, M. Clédat et F. Prudent, dans le cadre de leur projet de fin d’étude.

6Les travaux topographiques réalisés ont ainsi permis de mettre à jour le plan de la partie château qui avait été réalisé en 1996, par des élèves du lycée Jules-Michelet. Une coupe transversale de cette partie du site a aussi été réalisée, ainsi que les plans et les coupes de la cave voûtée et de la pile de pont-levis, située dans le fossé entre la basse-cour et le château.

Le relevé du bâti de la chapelle castrale

7Cette étude de l’intégralité des élévations de la chapelle castrale Saint-Pierre a permis de proposer une chronologie relative, et notamment de distinguer un agrandissement de l’édifice ainsi qu’une modification de ses systèmes de circulation. De plus, grâce à cette analyse, les restaurations réalisées par l’association Rempart au cours des années 1990 ont pu être repérées.

La fouille dans la partie nord-est de la partie « ville »

8Cette opération réalisée du 21 juillet au 30 août 2008, à l’aide d’une équipe d’une dizaine d’étudiants en archéologie s’est organisée autour de deux sondages implantés en fonction des anomalies géophysiques repérées en 2007. Les objectifs de cette campagne étaient de tenter de dater l’enceinte urbaine, d’identifier les anomalies géophysiques et enfin de mettre au jour d’éventuelles traces d’occupation antérieures à la période médiévale.

9Deux de ces objectifs ont pu être atteints : les anomalies géophysiques ont été identifiées comme une carrière d’extraction de schiste et de gneiss qui n’a pas pu être datée. En effet, un sondage profond à plus de 6 m n’a pas permis d’en atteindre le fond, et donc de repérer des niveaux d’occupation.

10Des traces ténues d’occupations antérieures ont été obtenues par le mobilier archéologique : des outils lithiques ont été retrouvés dans les remblais, indices d’une éventuelle occupation néolithique ; de la céramique du Ier âge du Fer a été découverte dans les niveaux dégagés au pied de l’enceinte urbaine.

11Des ornières ont pu être mises au jour au sommet de la carrière, probablement liée à son exploitation ainsi que deux fosses, sans mobilier archéologique datant.

12L’enceinte n’a, en revanche, pas pu être datée car dès l’ouverture du sondage une brèche importante est apparue. Cette brèche, probablement liée au siège de 1420, a complètement perturbé la compréhension de ce secteur, notamment par les réaménagements qu’elle a entraîné.

13De plus, la mise en sécurité du site, n’a permis au final que d’avoir une vision très réduite de 3 m x 3 m de ce secteur, en fond de fouille. Ces limites de fouilles qui ont permis de dégager une construction (mur, enceinte ?) au contact de laquelle des niveaux, contenant des céramiques du Ier âge du Fer, viennent se coller.

14L’enceinte urbaine repose sur cette construction, sans que l’on ait pu mettre en évidence la chronologie entre ces différents événements.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan topographique des fouilles dans la partie nord-est du site

Fig. n°1 : Plan topographique des fouilles dans la partie nord-est du site

Auteur(s) : Boeckler, Philippe (Association) ; Fillon, Denis (INRAP). Crédits : Boekler Philippe, Fillon Denis (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan topographique des fouilles dans la partie nord-est du site
Crédits Auteur(s) : Boeckler, Philippe (Association) ; Fillon, Denis (INRAP). Crédits : Boekler Philippe, Fillon Denis (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Boekler, « Champtoceaux – La Colinière, enceinte urbaine », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2200

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Boekler

Association

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals