Navigation – Plan du site
2009

Niort – 13 avenue de Paris

Responsable(s) des opérations : Emmanuel Barbier
Notice rédigée par : Emmanuel Barbier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204904

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Un projet immobilier est situé au nord de la place de la Brèche. Il est bordé à l’ouest par la rue de la Boule d’Or qui a canalisé le ruisseau de la Bouillounousse et à l’est par l’avenue de Paris qui constitue la principale voie d’accès vers l’est depuis l’ancien port de Niort. Ce quartier, localisé sur les franges de l’enceinte médiévale, est urbanisé très tardivement (fin XVIIIe s.). Le diagnostic devait permettre de reconnaître d’une part les traces d’une éventuelle occupation plus précoce (protohistorique ou antique) observée sur les marges de la ville médiévale. D’autre part il s’agissait d’appréhender de potentiels aménagements en relation avec la mise en défense de la ville.

2En dépit de contraintes techniques ayant imposé la réalisation d’une seule tranchée de diagnostic au nord-ouest de l’emprise du futur aménagement immobilier, deux principales occupations semblent se distinguer.

3La première fut reconnue très partiellement au gré de deux sondages plus profonds qui n’ont pas permis d’atteindre le substrat calcaire. Ceux-ci ont révélé d’abondants dépôts limoneux auxquels se mêlent des fragments de plaquettes calcaires. Reconnus sur plus de 2,30 m d’épaisseur, ces sédiments relèvent probablement d’un dépôt massif participant au comblement d’une importante dépression anthropique.

4En effet l’absence de substrat calcaire sur cette partie du site et l’abondance des dépôts relevant d’une activité humaine relativement récente (XVIe s.-XVIIe s.) participent très largement à cette hypothèse. Trop éloigné de l’enceinte de ville (entre 100 m et 120 m) pour être associé à la contrescarpe du fossé, ce creusement semble davantage lié à l’extraction de matériaux. Dans ce cadre, la présence d’une carrière semble privilégiée. Une activité similaire avait déjà été partiellement reconnue lors du diagnostic archéologique réalisée plus au sud à l’emplacement de l’actuelle place de la Brèche. La chronologie liée à l’extraction de ces matériaux ne peut pas être précisée faute d’avoir pu atteindre le fond du creusement. Ainsi son association éventuelle avec la construction de l’enceinte ne peut pas être précisée. Seule la phase récente de comblement et de nivellement de cet espace localisé au devant du fossé de l’enceinte peut être attribuée à la fin du XVIe s. Elle précède l’urbanisation des marges de l’enceinte effective à partir du XVIIIe s. sur les franges orientales de la ville. Par ailleurs elle semble antérieure aux travaux de démantèlement de l’enceinte réalisés à la fin du XVIIIe s. (voir supra).

5L’autre phase d’occupation se manifeste par l’aménagement d’une al sé hsemble antérieure aux traDasubad’occeux psownload" href="./pBgv la fin du XVIIIe s. (voir supr.llle. Par aabsence de substrat calcaire sur cette partin’enceinte effective à patber">5"(voir ubadfecXe à patber">5"(vSi texbâtigiée. Une s > o > aavesée faute d’avotue la principale voie ">45"( lors Seiation évecède lnque réali demod XVIoir ubadr">5L’Xe à patber">5"(vCup> ssupr.llx auilass="texn<>,

 s. (vef="699"

ph cette partie du site et l’abondance des dépôts relevant d’un6 traDasCtinguer.

t efi) o>e s. (v aintetouts fragmene observet de ranuque.ilier ese en défense de laénavohnavoctuellements en riaux ne peu,t pas être précisée faute d’avoir pu atteindre le (Cornec,rd d4)cette partie du site et l’abondance des dépôts relevant d’un7 traDasBARBIER d="docBo ette partie du site erent-2">

Texte i04904

ss="sectiov id="widgets" class="withTextSize">
e< nocHearger cet article au format PDFh3an>