Navigation – Plan du site
2009

Falaise – Vâton

Responsable(s) des opérations : Vincent Hincker
Notice rédigée par : Vincent Hincker

Texte intégral

Date de l'opération : 2009 (FP)

1La campagne 2009 a permis d’achever l’étude de la nécropole mérovingienne et surtout d’identifier l’ensemble monumental d’époque antique auprès duquel l’aire funéraire s’est implantée. Le monument se compose de trois espaces accolés délimités par des maçonneries. Dans le plus ancien, les massifs de fondations, épais de 1,10 m et conservés sur une hauteur de 0,90 m, apparaissent très disproportionnés par rapport à la surface qu’ils enserrent (5,8 m x 3 m). Ils devaient soutenir une construction assez élevée de type mausolée ou pile funéraire. Au centre, une femme était inhumée sur le ventre dans un vaste cercueil en bois. Long de 3,5 m, ce dernier était assemblé à l’aide de gros clous et de ferrures dont la disposition permet d’évoquer un coffre aménagé dans un tronc d’arbre. Dans ce cercueil, la défunte était accompagnée de deux bouteilles en verre et d’une cruche façonnée dans un matériau qui n’a pas encore été identifié. La présence d’une monnaie posée le long de la jambe droite permet de fixer la datation de cette tombe au cours ou après le règne d’Antonin le Pieux (années 140‑144 de notre ère). Diverses offrandes alimentaires (poules, oies, porcelets, jambons) ont été déposées sur des banquettes autour du cercueil. Le tout devait être recouvert par un plancher sur lequel de très nombreux blocs de calcaire ont été déposés afin de limiter les possibles intrusions de pillards.

2Quelque temps après, un enclos funéraire a été accolé au premier monument. Au centre de ce jardin, se place une fosse contenant un sarcophage monolithe en calcaire. La cuve est rectangulaire en externe, alors que l’intérieur est creusé en arc de cercle au niveau de la tête. Le couvercle constitué de deux blocs mal ajustés est également évidé en reprenant la forme du creusement de la cuve.

3Ce sarcophage a été pillé, probablement au cours de l’Antiquité. Les ossements du défunt ont été déplacés et entremêlés. Les pilleurs n’ont cependant pas prélevé la monnaie qui accompagnait à l’origine l’occupant du sarcophage, fixant l’enfouissement de ce dernier sous ou peu après le règne de Commode (années 186-187 de notre ère).

4Un second enclos funéraire a ensuite été accolé au précédent par le sud. Là encore, le défunt repose dans un sarcophage massif en calcaire. La cuve est rectangulaire tout comme le couvercle qui se présente sous la forme d’un monolithe lourd d’environ 1,3 t. Comme pour le précédent sarcophage, la cuve présente encore les traces laissées par les travaux d’extraction en carrière. L’intérieur paraît toutefois avoir été fini d’être évidé dans la fosse sépulcrale comme le suggère l’épandage de déchets de taille qui ceinturait le sépulcre. L’épaisseur du couvercle a assuré l’étanchéité du sarcophage qui a livré des restes organiques et des vestiges de tissus et de cuir. Des tessons de verre épandus sur le corps et autour du couvercle pourraient être des libations exécutées au cours des funérailles. Ainsi, les vestiges explorés témoignent de pratiques et d’un faste funéraire jusqu’ici inédits en Basse-Normandie et plus généralement dans le nord-ouest des Gaules. L’importance des installations mises en oeuvre dans le courant du IIes. paraît avoir fait son office mémoriel dans la mesure où quatre siècles plus tard, elle a, en partie du moins, motivé l’établissement d’une petite nécropole en fonction au cours de la seconde moitié du VIIe s.

5La fouille a aussi permis d’achever l’étude de la nécropole utilisée au cours de la seconde moitié du VIIe s. Avec cinq tombes dégagées cette année, cette aire funéraire comprend donc cinquante-quatre inhumations contenant les restes de soixante-six individus. Les modes d’inhumation mis en oeuvre sont standardisés. Les corps paraissent avoir été inhumés pour la plupart dans des coffrages assemblés à même la tombe. Un peu moins de la moitié des défunts était accompagnée de pièces de mobilier relevant pour l’essentiel des ustensiles du vêtement (garniture de ceinture, chaîne de poitrine, fibules) et du trousseau (couteau et poinçon en fer). Une seule tombe se remarque par la présence d’un scramasaxe. Tous ces éléments mobiliers permettent de fixer le début d’utilisation de ce cimetière au milieu du VIIe s. et sa fin au début du siècle suivant. Les sépultures les plus anciennes sont groupées autour d’un espace quadrangulaire long de 6,6 m et large de 1,8 m dans lequel aucune inhumation n’a été installée. Cet espace aligné avec les monuments funéraires antiques pourrait signaler la présence d’une construction ou installation ayant motivé le regroupement des sépultures sur ses abords immédiats. Cette volonté de toucher au plus près cet espace s’est traduite par la diversité des orientations données aux tombes qui sont disposées indifféremment selon un axe nord-sud et est-ouest. Dans le courant de la seconde moitié du VIIe s., le cimetière s’étend vers le nord et vient recouvrir l’emplacement des monuments funéraires antiques.

6 (Fig. n°1 : Inhumation face contre terre avec mobilier funéraire (milieu IIe s.)), (Fig. n°2 : Couvercle monolithique d’un sarcophage fin IIe s.-début IIe s.) et (Fig. n°3 : Inhumation en sarcophage avec restes de cuir et de tissus)

7Vincent HINCKER

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Inhumation face contre terre avec mobilier funéraire (milieu IIe s.)

Fig. n°1 : Inhumation face contre terre avec mobilier funéraire (milieu IIe s.)

Hincker, Vincent, CG 14 (2009)

Fig. n°2 : Couvercle monolithique d’un sarcophage fin IIe s.-début IIe s.

Fig. n°2 : Couvercle monolithique d’un sarcophage fin IIe s.-début IIe s.

Hincker, Vincent, CG 14 (2009)

Fig. n°3 : Inhumation en sarcophage avec restes de cuir et de tissus

Fig. n°3 : Inhumation en sarcophage avec restes de cuir et de tissus

Hincker, Vincent, CG 14 (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Inhumation face contre terre avec mobilier funéraire (milieu IIe s.)
Crédits Hincker, Vincent, CG 14 (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. n°2 : Couvercle monolithique d’un sarcophage fin IIe s.-début IIe s.
Crédits Hincker, Vincent, CG 14 (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. n°3 : Inhumation en sarcophage avec restes de cuir et de tissus
Crédits Hincker, Vincent, CG 14 (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Hincker, « Falaise – Vâton », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3822

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Hincker

CG du Calvados

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals