Navigation – Plan du site
2006

Sérandon

Responsable(s) des opérations : Olivier Meunier
Notice rédigée par : Olivier Meunier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2656

Date de l'opération : 2006 (PR)

1L’essentiel des connaissances sur la commune de Sérandon s’appuie sur les découvertes, suivies d’articles dans les bulletins de sociétés savantes, de Marius Vazeilles et de Jean Borde. Ce dernier, qui en était originaire, avait rassemblé de nombreux objets prélevés sur le terrain, légués à sa mort, en 1969, au musée de Tulle. Une partie a été intégrée aux collections, l’autre restant dans le grenier de la maison de famille. C’est sur cette partie de la collection, gentiment prêtée par le petit-fils de Jean Borde, que nos efforts se sont concentrés pour l’année 2006. La plupart des objets était accompagnée de notices brèves rédigées de la main de Jean Borde, indiquant a minima la provenance de chacun, et au mieux la période de fabrication supposée et le nom du découvreur de l’objet ou du propriétaire de la parcelle concernée.

2Les objets et fragments d’objets sont de trois natures : matériel lithique, céramiques et poteries, et objets métalliques. Ils concernent a priori plusieurs périodes de la Préhistoire et de la Protohistoire, ainsi que l’époque gallo-romaine.

3Les objets préhistoriques ont été identifiés par Frédéric Surmely (CNRS) ; ils comprennent :

4    - un talon de hache cassée en jadéitite des Alpes italiennes, du Néolithique final, provenant de Douniol ;

5    - un fragment distal de poignard en silex du Grand-Pressigny du Néolithique final, une hache bipenne cassée en serpentinite, du Néolithique final ou du début de l’âge du Bronze, provenant de la station néolithique de l’Arbre du Renard ;

6    - deux haches polies entières du Néolithique final provenant des Ages : une en silex tertiaire beige du bassin d’Aurillac et l’autre en métadolérite du Limousin ;

7    - deux éclats de silex non localisés.

8Le dernier objet est bien plus ancien : il s’agit d’un « chopping-tool », aménagé dans une roche dure, taillé sur les deux faces, daté par Frédéric Surmely de l’Acheuléen (entre 500 000 ans et 300 000 ans BP). Le lieu de découverte précis n’est pas signalé par Jean Borde, mais il se trouvait bien dans une caisse, marquée du nom de la commune.

9Le travail de prospection et d’enquête auprès des habitants du hameau de Bellegarde a permis de retrouver deux des trois coffres funéraires en granite découverts dans la nécropole de la période gallo-romaine : un, de forme carrée, a été réemployé dans la construction d’un appentis adossé à une maison du hameau ; l’autre, cylindrique, est conservé avec son urne en céramique, contenant des os, dans le parc de la maison Borde de Sézanges : ces deux éléments mobiliers sont en excellent état. Le troisième n’a pas été retrouvé. Un des propriétaires des parcelles concernées par la nécropole nous a signalé que des tuiles à rebord remontent régulièrement à la surface du sol, sur une zone relativement étendue.

10Des objets en fer de la collection Jean Borde proviennent de la nécropole de Bellegarde : deux clés, dont l’une en forme d’ancre, un clou, une hache et une bague à chaton. Un certain nombre de tessons de céramiques de la collection proviennent également de ce site.

11La collection Jean Borde a enfin dévoilé de nombreux morceaux de céramiques et de poteries découverts sur le site fortifié de la Moutte (dont les traces matérielles semblent attester l’occupation continue du Néolithique au Bas-Empire). Il a été très précisément localisé par Bertrand Dousteyssier en 2001 et ces morceaux ont été identifiés et datés par Jérôme Trescarte, tous deux chercheurs à la maison de la recherche, à Clermont-Ferrand. Une présence marquée d’objets du Haut-Empire est à noter :

12       - trois fonds d’amphores italiques à vin (type Dressel 1), probablement en provenance du sud de la Gaule, du 1er s. av. J.-C. - 1er s. apr. J.-C. ;

13       - une anse d’amphore du Latium ou de Campanie (type Dressel 1A), avec des morceaux noirs de pierres volcaniques, du 1er s. av. J.-C. ;

14       - un pot à cuire pratiquement entier (reconstitué par J. Borde), des environs du 1er s. apr. J.-C. ;

15       - trois tessons de céramique sigillée mortier et deux autres d’un fond de céramique sigillée brûlée de Gaule centrale (peut-être la production de Lezoux ?), des 2e s. et 3e s. apr. J.-C. ;

16       - une meule domestique tripode cassée, probablement en basalte local, ayant servi à broyer des graines, du Haut-Empire ou antérieure (Fig. n°1 : Meule domestique en basalte) .

17Quelques morceaux de céramiques identifiées comme gauloises, de marmite tripode et de fusaïoles (ultérieures) avaient été trouvées par J. Borde sur ce site.

18Ces deux sites, funéraire de Bellegarde et fortifié de La Moutte (associés aux traces proches d’habitations domestiques gallo-romaines des Boisses et de Sandère) semblent nécessiter plus particulièrement, au vu de leur densité, un sérieux travail de prospection.

19Meunier Olivier

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Meule domestique en basalte

Fig. n°1 : Meule domestique en basalte

Auteur(s) : Meunier, Olivier (BEN). Crédits : Meunier, Olivier (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Meule domestique en basalte
Crédits Auteur(s) : Meunier, Olivier (BEN). Crédits : Meunier, Olivier (2006)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Meunier, « Sérandon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5024

Haut de page

Responsable d'opération

Olivier Meunier

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals